(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Office de Pierre de Corbeil (Office de la circoncision) improprement appelé "Office des fous.""

Digitized by the Internet Archive 

in 2011 witii funding from 

University of Toronto 



littp://www.arcliive.org/details/officedepierredeOOpier 



OFFICE 



Pierre de Corbeil 



DU MÊME AUTEUR 



Un Manuscrit de Chant liturgique du XV*^ siècle, conservé 
à la Bibliothèque d'Avallon. i^oo, Tours (P. Bousrez). 

Le Chant grégorien et sa restauration. 1900, Solesmcs. 

Le Trésor de Foulon et le juif Zacharias, d'après des docu- 
ments inédits. (En collaboration avec le R. P. H. Chérot, S. J.) 
iqoi, Paris (V. Retaux). 

Catalogue et description des Manuscrits de Montpellier, 

prorcnant du Déparleincnl de l' Yonne. 1901, Paris (A. Picard). 

Inscriptions de l'église et Statues du portail. Église Sailli- 
Lazare d'Avallon. 1902, Paris (A. Picard). 

Fragments de Manuscrits de plain-chant, recueillis dans le 

Déparlemeni de i^ Yonne. Inventaire et Description. 1902, Paris (A. 
Picard). 

Deux noms de rivières : le Serain et le Cousain. — 

Notes d'Histoire et de Philologie. 1904, Avallon. 

Les Fêtes de la Musique liturgique et le XIIL centenaire 
de la mort de saint Grégoire le Grand à Rome (()-i4 

avril 1004). Extrait du « Correspondant ». 

L'Office paroissial et le Chant populaire. — Rapport lu au 
coniirès de Musique religieuse. 1904, Arras. 



BIBLIOTHEQUE MUSICOLOGIQUE 

IV 



OFFICE 



DE 



Pierre de Corbeil 

(Office de la Circoncision) 
Improprement appelé " OFFICE DES FoUS » 



TEXTE ET CHANT 

Publiés d'après le Manuscrit de Sens (XIII'' siècle) 

AVEC 

INTRODUCTION ET NOTES 

PAR 

L'Abbé Henri VILLETARD 



-^•&^< 



PARIS 

LIBRATRIE ALPHONSE PICARD & FILS 

82, rue Bonaparte, 82 

1907 



1 

04 




T9217ti 



IVI AVRICIO PROV 
NATIONE SENONICO 
BIBLIOTHECAE PARISIACAE 
MAGISTRO A NOMISMATIBVS HONORARIO 
INSCHOLACHARTARVM 
REI DIPLOMATICAE PROFESSORI 
IN COLLEGIVMANTIQVARIUIVI 
SE NONVM C OOPTA TO 
ITEM IN COLLEGIVIVI PARISIACVM 
CVLTORVIVI ANTIQVITATUIVI PATRIARVM 
ET IN VTROQVE COLLEGIO 
SVMMIS HONORIBVS FVNCTO 
INCONSILIVIVISTVDiS 
HISTORICIS PRAEFEGTVIVI ADSVMPTO 
HISTORIAE PATRIAE SCRIPTORI 
ERVDITISSIMO LIBRORVIVI TIRONIBVS ET 
VIRIS DOCTIS VTILISSIIVIORVIVI AVCTORI 
VIRO IN VETERIBVS SCRIPTVRIS ET 
MONVMENTIS SCRVTANDIS SOLLERTISSIMO 

HENRICVS VILLETARD 
MAGISTRO INCOMPARA BILI 

OB EXIMIAM EIVS ERGA SE BENEVOLENTIAM 
ET AD FIDEM GRATISSIMI ANIMI 
HVNC LIBRVM DE ANTIQVITATIBVS SENONICIS 

AVCTOR DEDICAVIT 



AVANT-PROPOS 



De tout temps, la Métropole de Sens a été célèbre entre les églises des 
Gaules par son amour pour le chant sacré et la perfection de ses céré- 
monies. Mais c'est surtout au xni^ siècle qu'elle vit grandir et se ré- 
pandre sa réputation musicale. On vantait alors la science et l'habileté 
de ses artistes, et l'on disait en commun proverbe : Li chanteor de Sais, 
comme on disait : Li bupeor d'Aiicci-re (i). 

Le manuscrit fameux dont on donne ici pour la première fois une 
édition complète, avec le texte et la musique, n'est-il pas un des témoins 
les plus autorisés de cette supériorité de l'antique métropole dans l'art 
du chant ? On ne saurait nier, en tout cas, qu'il en soit le plus curieux. 

Aussi pensons-nous qu'il y aura quelque intérêt, avant d'en aborder 
l'étude, à jeter un coup d'œil rapide sur ces traditions liturgico-musi- 
cales de Sens, antérieures au xni° siècle. 

A quelle époque faut-il placer l'origine de cette réputation? — Les 
beautés de la liturgie et du chant parisien, qu'exaltait, en des vers bien 
connus (2), le poète Fortunat, étaient-elles un héritage précieux di- 
rectement reçu de l'Eglise mère, de la Métropole de Sens? — Nous l'igno- 
rons. 

Au vu" et au viii° siècle, alors que commençait à se répandre en Gaule 
la Romana cantilena, on peut, il est vrai, signaler maintes relations des 
archevêques de Sens avec Rome, et en particulier avec les propa- 
gateurs les plus zélés de l'usage romain, comme saint Boniface et 
saint Chrodegand, mais sans en pouvoir rien conclure de positif. 



i) Voici avec quelle Herté l'Église de Sens rappelait, au xvi' siècle, en tête de ses premiers 
livres choraux imprimes, son glorieux passé sous ce rapport : Praecentor ecclesiae seno- 
nensls tOtiUS prouinciae Clero S. « Sacrosancta metropolitanM scnoncnsii ecclcsiji: in 
diuiiiis officiis symphonia [Christiane Clere] tiintj per uniucrsam Galliam noscitur diy:nitats fulgere, 
iantaquc magestatis ginuitate cxccUere, ut nusquam locorum ciliquid concinnius, sanctius, admirabi- 
lius et [quautnin ad diuinum t}iystcrium attinct) ad exeiuplar antiquitatis expressius possit a quo~ 
quam dijudicari. » 

(3) Migne, P. L., t. LXXXVIII, col. 102. 



AVANT-PKOPOS 



De tels rapports cependant n'ont pas été sans exercer, au point de vue 
liturgique, une salutaire influence. 

Dès lors, et en dépit de sa méfiance pour les nouveautés : « Ecclesia 
Setioneiisis nescit novitates », si tant est que déjà elle eût pris cette 
devise, l'Église de Sens aura tenu, en sa qualité de métropole, à 
délaisser peu à peu les coutumes gallicanes pour, une des premières, 
accueillir une réforme désirée et voulue par le Souverain Pontife. 

S'il en fut ainsi, pas plus l'ordonnance de Charlemagne que le décret 
de Pépin le Bref ne pouvait concerner la Métropole. Remarquons d'ail- 
leurs que le grand Empereur eut soin toujours de mettre à la tête de 
l'Église de Sens, qu'il avait en particulière affection, des évêques choisis 
parmi ses amis personnels et dévoués, tels Willebaud (787), Raimbert 
(796) et Magnus (801). 

Il semble donc tout naturel que Charlemagne ait songé à Sens, lors- 
que, pour hâter le succès de la réforme, il voulut répandre l'enseigne- 
ment de la liturgie et du chant grégorien. Il a, dit-on, fondé dans 
ce dessein trois écoles de chant : une à Metz, une à Sens et l'autre à 
Orléans. Pour affirmer ce fait, on ne s'appuie, du moins en ce qui 
concerne Sens, que sur le seul texte du chroniqueur italien, du xni'^ siè- 
cle, Ga/;'a;/t'»s a F/aw77Ki (i). L'abbé Lebeuf paraît n'ajouter à cette opi- 
nion qu'une foi médiocre. Le document est, en effet, bien tardif ; et pour 
vraisemblable que soit, à cette date, la création à Sens d'une école de 
chant, il y a lieu toutefois de s'étonner que l'histoire locale n'ait jus- 
qu'ici rien transmis à cet égard. 

Mais il est des faits qui parfois ont la valeur de véritables documents. 
Quelle métropole, par exemple, a été plus favorisée que celle de Sens, aux 
temps heureux de la renaissance carolingienne ? Parmi ses villes suff'ra- 
gantes figurent Paris, Chartres, Orléans, Nevers, Auxerre. De là, une 
étroite et féconde union avec les plus célèbres abbayes de l'époque : 
Saint-Denys, Ferrières, Fleury, Saint-Germain d'Auxerre, Saint-Pierre- 
le-Vif, pour ne citer que les principales. A Ferrières, accourt l'élite de 
la jeunesse monastique pour suivre les leçons du fameux Alcuin, qui eut 
quelque temps sous sa direction l'abbaye sénonaise de Sainte-Colombe. 
Bientôt brille sur le siège de Sens le savant Aldric, d'abord élève d'Al- 
cuin et peu après disciple de Sigulphe, qui avait appris, à Rome, les 



(i) « Officium ambrosianum totis viribus annullare tcntJvit [Carolus Magnus] ; Officium Giego- 
rianum fontem omnium officiorum esse determinavit, unde très scholas pro ipso officia addiscendo 
ultra montes instituit, primam posuit Métis, secunJam Ss^osis, tertiaiii Aurclicinis... «Galvaneus, 
Manipulus Florum, cap. cxxiv (de Carolo Magno), dans Muratori, Script. Rcr. Uni., t. XI, 
col. 602. 



AVANT-PROPOS IX 

usages liturgiques et à Metz, sous Chrodcgand, le chant ecclésias- 
tique. 

Et voici que justement, dans cette période si prospère de son histoire, 
la Métropole a l'insigne honneur de se voir confier, comme un dépôt 
sacré, le chef auguste de saint Grégoire le Grand (i). Ceci n'est pas un 
vain détail. Pour qui se rappelle les marques de pieuse vénération 
prodiguées aux reliques, dans les âges de foi, nul doute qu'on ait cru 
rendre au célèbre organisateur du culte divin un hommage particu- 
lièrement agréable, en redoublant d'ardeur pour la science et la pra- 
tique de nos saintes mélodies. 

N'est-ce pas encore au ix*^ siècle que jetait son plus vif éclat l'école 
réputée de Saint-Germain d'Auxerre ? Quelle source d'émulation ! 
Comment l'art religieux sénonais ne se fùt-il pas ressenti du voisinage 
d'un foyer artistique d'où s'échappait tant de lumière et de gloire? 
Là fîorissaient d'illustres maîtres, Héric, Hucbald, et surtout Remy 
d'Auxerre, le commentateur de Martianus Capeila, Plus tard, c'est ce 
même Remy d'Auxerre qu'on retrouve professant dans les scholae pari- 
sienses, où, attirés par son universelle renommée, se pressent en foule de 
remarquables disciples. Le plus distingué d'entre eux, le jeune Odon ou 
Eudes, le musicien, comme l'appelaient ses contemporains, devint le 
puissant réformateur de Cluny. 

Saluons cette grande figure de moine. Le nom d'Odon nous ra- 
mène, en effet, à l'histoire de Sens. Comme Saint-Benoît-sur-Loire, 
comme Saint-Germain d'Auxerre et tant d'autres monastères, Saint- 
Pierre-le-Vif reçoit de ses mains les observances clunisiennes et le 
choisit pour abbé, vers 940. Sous son gouvernement, on voit retleurir 
dans toute sa pureté la règle de saint Benoît. La réforme, semble-'t-il, 
y fut relativement facile. On n'ignore pas l'importance prédominante 
de la psalmodie de l'office divin dans l'organisation de la vie bénédictine. 
D'autre part, Odon est un maître consommé dans son art, il joint 
la théorie à la pratique. Ses rares talents lui offrent donc un con- 
cours efficace pour son œuvre de réformateur. Un tel homme, si 
éminent en vertu, n'a pu que laissera Sens de glorieuses traces de son 
passage. Aussi est-ce à lui, en partie du moins, que l'Église de Sens 
est redevable de son renom musical (a). 

(i) L"ADnÉ H. ViLLETARD, Reliqiies et culte Je saint Grégoire le Grand, au diocèse de Sens. Mé- 
moire lu au congrès grégorien de Rome, avril 1904. 

(2) On trouvera sur la vie d'Odon d'amples renseignements dans Madillon : S. Odoiiis elogium 
historicum (Act. O. S. B., s. V, 149, IX). — A. Ciiérest, Notice sur les musiciens i]ui ont illustré 
le département de l'Yonne {Bull. Soc. scienc.de l'Yonne, 1852). 

La critique moderne ne reconnaît plus comme œuvres d'Odon certains travaux qui lui fuient 



X AVANT-PROPOS 

Environ dix ans après la mort d'Odon (942), le siège métropoli- 
tain est occupé par un prélat musicien, Hildeman (954), encore une 
illustration musicale de l'Eglise sénonaise. Rien d'étonnant, si on songe 
que ce pontife fut tiré de l'abbaye de Saint-Denys, dont il était un des 
religieux les plus méritants. Hildeman composa sur la musique un 
livre qui ne nous est pas parvenu, mais dont Trithème fait le plus 
grand éloge et qu'il qualifie àe piilcher libelliis. 

Les écoles de Saint-Pierre-le-Vif fondées par l'abbé Raynard étaient 
célèbres, vers la fin du x' siècle. C'est de ce foyer intellectuel que sor- 
tit Odoranne (985--104Ô) (1). Inclinons-nous aussi devant cette nou- 
velle et singulière tigure. Curieux personnage, en effet, que ce moine à 
la fois sculpteur, écrivain, chroniqueur et musicien. Aux yeux de ses 
confrères, il devait apparaître comme un autre Tutilon (gi5), gloire de 
l'abbaye de Saint-Gall, et comme lui génie vraiment universel. 

Également versé dans l'histoire, la théologie, le droit, la médecine 
et les sciences naturelles, c'est à la théorie et à la composition musi- 
cales qu'il s'appliqua de préférence II nous reste de lui plusieurs 
opuscules consacrés aux recherches techniques, à l'usage du mono- 
corde, à la valeur mathématique des intervalles, etc.. Mais, où se 
révèle le mieux son talent de musicien, c'est dans le remarquable 
office de saint Savinien et de saint Potentien. 

On a émis, nous le savons, des doutes .sur l'attribution de cet office 
à Odoranne, mais sont-ils bien fondés ? Peut-être un jour publierons- 
nous cet office et en ferons-nous l'objet d'une étude spéciale. Voici, 
en attendant, le sentiment de Dom Pothier sur ce point : 

( Le cardinal Mai présente le roi Robert comme pouvant être 

l'auteur du chant; nous savons, en effet, que ce monarque était compo- 
siteur, et il faut ajouter que les mélodies de l'office de saint Savinien 

longtemps auribués. Cf. M. Brenet, Tribune de Saint-Gervais, i()02, p. 126; A. Gastoué, Histoire 
du chant liturgique à Paris, Paris, Poussielgue, 1904, p. 76. Il est prouvé que le Dicilogus de arte 
musica n'est pas d'Odon. 

(i)Pour la vie d'Odoranne, consulter: Histoire Littéraire \ A. Chérest, o/>. cit.; Challe 
dans Bull. Soc. scienc. de l'Yonne, t. X, p. 275. 

Ses œuvres se trouvent, avec quelques notes bibliographiques, dans Duru, Bibl. hist. de 
l'Yonne, t. II, p. 4^9 ; Migne, P. L., t. CXLII. — Cf. La Chronique d'Odoran et l'Historiographie 
à Sens au XI" siècle, par A. Fliche, dans Positions des Mémoires présentés à la Faculté des Lettres 
(Session de juin 1905). Paris, Alcan, 1905. 

Elles ont été publiées d'après le manuscrit de la Bibliothèque Vaticane, fonds de la reine 
Christine, n» 577. Ce ms. figurait sous le n» 100, dans l'E.xposition Grégorienne des mss. de la 
Vaticane, organisée à l'occasion du congrès de 1904. Voici quelques renseignements nouveaux 
sur sa notation musicale. On y distingue quatre genres décriture neumatique : (i) Folios 
6o'"-70, neumes français. — {2) Fol. jf^'-jj, notation alphabétique. — (3) Fol. 9i>'-94. 97"> 
notation neumatique du xi= siècle sur trois ou quatre lignes, retracées au xiiie siècle. L'office de 
St-Savinien occupe les ff. 9i"'-94. —(4) Fol. 99-100, neumes aquitains sur une ligne (xm'' siècle). 
CL Catalogo sommario délia Esposiiione gregonana, p. 39-40, n» 100, Roma, 1904. 



AVANT-PROPOS XI 



présentent de nombreux points de ressemblance avec les répons : 
Slirps Jesse, Solem Jtistitiae, Conslantia inarlj-rion, etc., de 
Fépoux de la reine Constance ; mais Odoranne, lui aussi, était artiste 
et musicien, contemporain du roi Robert, moine dans la province de 
Sens, d'où dépendait Paris, et il n'est pas étonnant que sa musique 
et celle du monarque qui a travaillé pour Fulbert de Chartres, soient 
pareilles et dans le même goût » (i). 

Faut-il maintenant, comme on l'a fait, mettre au nombre des musi- 
ciens sénonais le fameux Abailard ? Poète et musicien, il a composé 
un livre de /^rost'5 dont il n'est rien resté et un //;'WHa/re que nous 
possédons (2). Il est l'auteur de la séquence de l'Annonciation : Mittit 
ad Virginem (3). On sait, du reste, qu'il séjourna à plusieurs reprises 
dans le diocèse de Sens, en particulier à Melun et à Provins (4). 

Cet aperçu, trop bref peut-être, suffira du moins à montrer qu'au 
xm*-' siècle, l'insigne Métropole de Sens était en possession de tradi- 
tions musicales antiques, vénérables et universellement reconnues. 
Très probablement antérieures à Charlemagne, ces traditions fleuris- 
sent avec un nouveau lustre sous l'impulsion du grand Empereur. 
Jalousement gardées à l'abbaye de Saint-Pierre-le-Vif, elles s'affirment 
surtout sous l'habile et savante direction de saint Odon de Cluny. 
Puis nous voyons grandir encore cette réputation, grâce à l'épiscopat 
d'Hildeman, aux travaux si précieux dOdoranne, et peut-être aussi à 
la popularité d'Abailard, pour enfin acquérir toute sa perfection au 
xiu* siècle. 

Bientôt, en effet, apparaît la noble physionomie de Pierre de Cor- 
beil qui va mettre, par son admirable Office, le sceau à la gloire musi- 
cale de l'antique Métropole. Nulle part, il le savait, une innovation si 
hardie que celle qu'il avait en vue, dans la rédaction de son Office, n'eût 
été plus favorablement agréée ; nulle part, elle n'eût trouvé autant 
d'éléments de succès. Il fallait à Pierre de Corbeil, pour atteindre son 
but et réussir pleinement, un milieu profondément musical : h Sens, 
il le rencontrait. 

Qu il nous soit permis d'adresser ici nos meilleurs et plus respectueux 
remerciements aux spécialistes : musicologues, liturgistes ou paléographes. 



i) Lettre de D. Pothier, en partie publiée dans H. Bouvier, Hist.di Si Picrre-U-Vif, p. 88, 
Auxerre, 1891. 

(2) P. L., t. CLXXVIII.col. iSi5et suiv. 

(3) Variac preces, ■^"éi., p. 12g. Solesmes, i8g2. 

(4).'\. CnÉREST, op. cit., où sont rapportés plusieurs passages des chroniqueurs sénonais rela- 
tifs à Abailard. 



XII AVANT-PnOPOS 

qui nous ont aidé de leur bieiipeillant concours. Nous n'avons eu quà 
nous louer de T aimable empressement qu' ils ont mis à nous faire profiter 
de leurs lumières. 

Ne pouvant tous les nommer, il en est cependant dont nous nous faisons 
un devoir de citer les noms. 

C'est d'abord M. P. Aiibry qui, en nous demandant de préparer cette 
édition, nous a donné une nouvelle marque de sa confiante amitié et a 
permis ainsi la réalisation d'un de nos plus cliers désirs. 

Ce sont ensuite : les Bénédictins de Solesmes et particulièrement 
le savant fondateur et directeur de la Paléographie musicale, Dom 
A. Mocquereau, auquel nous sommes en grande partie redevable du 
peu que nous possédons en fait de science et de pratique grégoriennes. 

M. A. Gastoué, qui nous témoigna, en toute occasion, le dévouement 
d'un ami. Qu'il veuille agréer un cordial merci pour ses observations pré- 
cieuses et les très utiles recherches qu'il fit à noire intention et toujours 
avec la plus parfaite amabilité. 

Le Rév. Bannister, de son coté, nous a fait bénéficier de ses vastes 
connaissances liturgiques. 

Enfin, M.Maurice Prou, l'éminent professeur à l'Ecole des Chartes, à 
qui nous sommes heureu.x d'offrir, sous forme de dédicace, un faible 
témoignage de gratitude, en souvenir de la bienveillance avec laquelle il 
n'a cessé d'accueillir nos modestes études et en reconnaissance d'une 
sj-mpaihie déjà ancienne et dont nous savons tout le pri.x. 



-^-*- 



Pl. II 



^T 



-î^' 






UuninfioW- )n i.iniuf cn-iï. 



■ — s, — ? ~ 

mcâAtcttnatt.(Ruil<joif eB»c wn »i icri> uf«m-t»gtnw" 



' C- 



,. l » • ^ > 



r^Tî 



mttif t«it^.<iinr^i>inyiwiil iinii^tryionil^tffM mrtfaT 



f ^^^> 



-î-tï 



îotîîhii^" 










.'-< — » r » « - :' — 



vmmt ptta^ i>u(ttciiar4fimt£pul(^«rT'(gaif 



J-.- 



^P«t 



ÛTOuf £M«mC Ajjcrf&mif- t)<r.fim(hc t>^-t>t«m c^U^ 

Cu|Knmunttuffi4>ttitcttfi>inlijpét«e2unaâdâr^ . 

^- ^ " . . ~ ^~^-^-" 



cAj^j*^ 



fum V atabia. ^fut^ix^nam VikUa mUr «i «tic . 



:-»-/ 



i mm CtmnuU iUttjf «otjMiijla. Vwta mïFt«t.ii!4 '. 






%ï.lUitn.d»ilbô «àmin «ottuiirTcn^iui 






fa^ 



:.-^i 



!'•'■( î 



î 



Folio 1" 



o»pt!>r<.jnr«<x''>î>in>Mmfa }>tu£ mutOi- ^ 



ll)S^tS«r.'cnj>rj tiCTnœ4 «dîWttÇwamiu. 



T.A' i—^ 



■>i'iommi çmtnuT mtmeitaeta "îui , i> tvjfiTf UCnt 



fittrif (Uutat muiT «ouf Cdior omneTaiiiâils Cc> 

' "F — ^ — '-^— — • -» ' ■' ■ - - 



. " éi -bute tmm'itXtiqilur 0"0 ««£' ««• 






^ -.<. 



«nerjrfii»tui-_7tH.lwm«tT.numcn aKutncn-te 



uiiciv^ipifntc 



iniciA.>i^if motif f«nafottf fltmmi}»<ir-iiuca> 



r^^-^r-^-pTfc: 



' 1^ 



3ï:-z:^ 






^^.. »Kf|«aa-'^»tiMWï5B«L-mMnW.wfptctiî>M.Ti> 



jlSoj .jiio muumfuwîâi^ilK'jim, 



ytiwvœe T4{»rti^i.tn 



iruiir4loMj»r(^u«n LmXmrmianMticinrmuMN 



Folio 3 ' 



Pl. III 






'r. 



Pl. IV 



-^—y-^ v ' ■' .. ' .;! !:■' 



■^t— T::r 



» > Vu ' ï iifc. ' j -' . .''' ^Si- ft A ~ 






lé -'c- 



^ ' ' 



-V-i 



1 * * . .r , I f 11- . " ' n 



E ^ .l!Cttmmiariwcdcbt«rttrtir^2«hMC(«»t»ttn«a5 



i|==-f- 



fottum ojwvoivTttwmccdiîî; cacoaCc^ttenoCro 



■ ■ . 1 C. — & ^-..M. . 



tevbex^^iMianxXycu,^ 



tumC <j«i^ negligetJtiimvolM» ewjlaxuf Pttttfe; 



-^- 






.u,._. 



■^rr: 



- lame fax» ^ouuj"Î!cuC^tu)âlimC5t*ttteiCttfa 
' Èmirtwit Cttto ïft'ïomo ittî^tte mr hâyfait' 



m luKCmmiâttiX: lut: gloaifiMiiîù g <jtUîTi m 



-vwjamen tifeib otiwin, qtn* tiotnC<r,r 



IL 



Folio 16' 



Pl. V 




^:zt 



y 



firvjttbUatc^lcr o otn mf «tra- 



\- 



_jj 



^ 



i=?= 



•7 ^ » - ' ' - " =:* 

_» 5 V — -♦ — ^* — «- -♦ " 



et4m ttJAm- s^Ulr ut va.lp^fwV 






uânto >«c«r1)ono2e cjttaiiw uàUiflatM 




Iwo-mftf tnBfwptta'muiv luncoto rtxnc 5-1. j 

vL|tîc«>nr ctnraa. natX yaaxtt mugnunimtu 

■ ^ • ' » » * » » ■ — 

ramctur nanim ui^uim' o* 

Stn ncôfencôwr reCaUttaur^ft.t. -«0. 



Folio 19" 



INTRODUCTION 



Il est peu de manuscrits qui aient piqué davantage la curiosité des 
archéologues que celui dont nous entreprenons la publication. C'est 
que, dans le précieux codex sénonais, se trouve intégralement con- 
servé un de ces offices si aimés du mo3ren âge et qu'on a désignés sous 
les noms bizarres de Frètes de l'àiie, des Fous, des Initocenls. Que d'écrits, 
que de mémoires à leur sujet! Toutefois, il s'en faut de beaucoup que 
ces nombreuses dissertations aient produit une complète lumière. Bien 
peu de personnes, aujourd'hui encore, savent ce qu'étaient au juste ces 
réjouissances populaires, moitié religieusesr moitié profanes. 

Ce n'est pas cependant que nous manquions sur la matière de publi- 
cations consciencieuses. Nous aurons à les signaler au cours de ce travail. 
Citons dès maintenant les savantes recherches publiées par A. Chérest, 
dans le Bulletin de la So.ciété des sciences historiques et naturelles de 
r Yonne, tome VU, et auxquelles il nous faudra faire de fréquents et 
larges emprunts. 

Il nous a semblé qu'une lacune restait à combler et que le moment 
était venu de donner une édition définitive, texte et musique, de ce 
remarquable office. Aussi bien, voyons-nous une sympathie très mar- 
quée se manifester, même dans les sphères officielles de l'érudition, en 
faveur des recherches relatives à nos anciennes liturgies. 

Pareille publication pourra contribuer à fixer sur ce point les idées 
des médiévistes, des musicologues, même des historiens. Documents 
en mains, il leur sera désormais plus facile de juger par eux-mêmes et 
en pleine connaissance de cause. 

C'est, du reste, de nos jours le seul et le meilleur procédé à suivre. 

On a, il est vrai, à maintes reprises, édité le texte littéraire de ce 
manuscrit, mais c'était à une époque où la science de la liturgie n'en 
était qu'à ses débuts. Dès lors, ces essais devaient s'en ressentir en plus 
d'un endroit, comme aussi faisaient totalement défaut les éléments d'une 
saine appréciation. 

OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. I 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



D'autre part, il nous a paru non moins urgent d'_v |oindrc le texte 
musical. Personne n'ignore l'importance que prend de jour en jour 
l'étude de la musicologie médiévale et ses merveilleux résultats. 

Le moment est donc favorable pour une édition de ce genre. On ne 
lui refusera pas du moins le mérite de l'opportunité. 

Nous éviterons de traiter, dans leur ensemble, les questions qui se 
rattachent aux fêtes des Fous et aux manifestations populaires du même 
genre. Encore moins nous laisserons-nous entraîner à émettre sous ce 
rapport des considérations générales ou de solennels jugements. Il faut 
pour cela, croj'ons-nous, attendre la production de recherches particu- 
lières et de monographies locales. 

Nous nous attacherons donc de préférence à l'étude liturgico-musicale 
de notre seul manuscrit, persuadé que, de cet examen de détail, con- 
sciencieusement poursuivi, jaillira une lumière intense, en même temps 
que se dégageront de nouvelles et solides conclusions. 

Nous faisons précéder notre double texte littéraire et musical d'une 
étude sur le manuscrit et sur le curieux office qu'il contient. 



PREMIERE PARTIE 



LE MANUSCRIT 



S\ PROVENANCE. 



Tout manuscrit, son sort cùt-il été des plus heureux, a son histoire, 
plus ou moins compliquée selon qu'il a éprouvé plus ou moins de vicis- 
situdes. Le poète n'a-t-il pas dit : Habcnt siiafata libelWi 

Celle du manuscrit de Sens est des plus simples, son mérite excep- 
tionnel lui ayant précisément épargné les dures tribulations subies par 
tant d'autres monuments sénonais. De tout temps, il a été célèbre et 
connu particulièrement sous le nom de Missel des Fotis^ Missel de Vdiie. 

Il occupe aujourd'hui, dans une des vitrines du musée municipal de 
Sens, une place d'honneur, bien qu'appartenant toujours à la biblio- 
thèque publique de la ville, où il est catalogué sous le n"" 46. 

Avant la Révolution, le fameux missel faisait partie du riche trésor 
du chapitre métropolitain. C'est là, au milieu d'objets précieux (ivoires^ 
orfèvrerie), qu'il a joui en paix de l'universelle renommée que lui ont 
attirée à la fois et la nature de l'office qu'il renferme et le superbe dip- 
tj'que qui lui sert de reliure. Pourtant il a failli périr, en 1443, à la suite 
d'une ordonnance sévère de l'archevêque de Sens, Louis de Melun. 
Par un énergique mandement, ce prélat prescrivait, outre l'abolition 
complète de la fête des Fous, la destruction, dans les livres de chant, 
de tout ce qui pouvait s'y rapporter. Bien que le missel en question 
ne contienne absolument rien d'anormal et qui ait positivement trait à 
ces fêtes singulières, on l'eût sans doute fait disparaître en cette cir- 
constance. Heureusement le chapitre avait pour les vieilles traditions 
un attachement sincère et inébranlable. Ce fut le salut pour le docu- 
ment si remarquable de la métropole de Sens. 



L OIFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



Les plus anciens inventaires nous ont conservé de lui une description 
sommaire, qui se répète dans la longue série des inventaires posté- 
rieurs (i). Parla se trouve attestée sa présence dans le trésor de la 
cathédrale. Citonsd'abord celui de i 541 .'(Ilcm, uni^-lirix' appelé: Le livre 
DE LA FESTE AUX FOLS, gani)' dc boin'diirc, csUnié à ung marc d'argent, et 
y a du hourd verdit eu aucuns endroits. » Dans A. ChI'REst, op. cit.. 
page 80, note. 

Voici en quels termes s'exprime celui de i()33, publié par G. Julliot : 
« Ung livre long et estroict couvert de deux placques d'ivoire figurées en 
bosse, bordé tout a l'entour de laines d'argent dont il y a quelques mor- 
ceaux perdu^, Icdict livre appelé vulgairement le Livi-e des Fol{ » {2). 

Lors de la suppression, en lyqo, des chapitres, abbayes et couvents, 
notre codex se trouva naturellement compris dans le nombre des livres 
et manuscrits enlevés au trésor et à la bibliothèque du chapitre cathé- 
dral. L'année suivante, le i5 août 1791, le P. Laire accepta la charge 
de bibliothécaire du district. On sait avec quelle ardeur et quelle com- 
pétence il s'acquitta de sa mission, laquelle consistait avant tout à 
recueillir et à classer les livres et autres documents amassés dans ce 
nouveau dépôt, et provenant des établissements supprimés. Il a même, 
on le sait aussi, péché par excès de zèle (3'^. 

Dès la fin de l'année 17Q1, la bibliothèque du district était à peu près 
organisée. En 1798, deux membres de la commission chargée par la 
Convention de veiller à la conservation des objets pouvant intéresser 
les arts rendent un juste témoignage à la sagacité et au dévouement 
du P. Laire. A la bibliothèque, disent-ils dans leur procès-verbal 
de visite du 19 août, « on nous a montré encore un livre oblong, relié, 
contenant la fameuse messe de la fête de l'âne, notée. Sur les côtés de la 
couverture sont des plaques d'ivoire où l'on a sculpté d'une part un 
triomphe ou fête de Bacchus, et de l'autre une Diane » (4). 

Beaucoup des ouvrages réunis parle P. Laire sont passés plus tard à 
la bibliothèque centrale d'Auxerre. Ils ont ensuite été enlevés et dis- 
f)ersés. Les uns sont restés à Auxerre, d'autres sont allés à Montpellier, 
à la suite de la mission de Prunelle, d'autres enfin sont perdus. << Ce 
n'est pas ici le moment, écrit F. Chandenier (5), de parler de la fameuse 
mission de MM. Prunelle et Chardon de la Rochette ; mais, puisque j'ai 
cité le Missel de la fête des fous qui, entre les diptyques qui lui servent 



'1) Pour la liste de ces inventaires, cf. abbé Cmartbaire, Inventaire du Trcxor de Sens. p. v 
et suiv., Sens, Duchemin. 1897. 

[2) Inventaire des Reli^jues estans au Trésor de l'Eglise Métropolitaine de Sens, faict en 

16) y, dans Bull. Soc.archèol. de Sens, t. XI. 1877 . 

(3I F. Chandenikr, Réponse du Père Laire à une lettre de F'asunwt, dans Bull. Soc. arehèol. de 
Sens, t XX, p. 5g. igoj. 

(.1-5) F. CiiANDENiKK, Lc P. Laire, la Dihliothé.jue et le Musée de Sens, dans Bull. Soc.archèol, 
de Sens, t. XIX, p. 176 et 168. 



LE MANUSCRIT 



de couverture, est une des pièces inestimables du musée sénonais, je 
ne puis passer sous silence les noms des deux fonctionnaires à qui nous 
en devons la conservation : M. l'abbc Roger, principal du collège et 
successeur du Père Laire comme bibliothécaire, et M. Boulley, deuxième 
sous-préfet de l'arrondissement. On sait que Prunelle, avec l'assenti- 
ment du ministre Chaptal, a enlevé des bibliothèques de Sens, Auxerre 
et Troyes, de nombreux manuscrits et livres qui ont été donnés en par- 
tie à la bibliothèque de l'école de médecine de Montpellier (i) ; mais 
sans la courageuse conduite de MM. Roger et Boulley, il eût complété 
la spoliation en faisant enlever le Missel et ses diptyques. » 

L'abbé Roger fit même, en vendémiaire an XIII, le voyage de Paris, 
pour tâcher, dans la mesure du possible, de s'opposer à l'enlèvement 
des richesses littéraires dont il avait la garde. De retour à Sens, et après 
avoir habilement temporisé, il parvint à sauver, entre autres, le célèbre 
Missel de la Circoncision ou de \3. fête des Fous. 

A partir de cette époque, plus un instant la ville de Sens n'eut à 
redouter la disparition de ce rare codex qu'elle conserve avec un soin 
jaloux et un légitime orgueil. 

Mais tel est parfois l'intérêt artistique de certains manuscrits, soit 
comme enluminures ou miniatures, soit comme reliure, qu'il 3' a lieu 
de se demander si leur place ne serait pas plutôt dans une vitrine de 
musée, d'ailleurs parfaitement en vue, offerts ainsi à l'admiration 
des touristes et amateurs, que renfermés dans une armoire de biblio- 
thèque et partant d'un accès plus difficile. 

La question ne pouvait manquer de se poser au sujet du manuscrit 
dont nous parlons. 

Après avoir souvent refusé de consentir à un prêt de ce genre, en 
faveur du musée, la commission de la bibliothèque finit pourtant par 
céder. En conséquence, le 17 juin 1890, le riche Missel, en compagnie 
de dix autres manuscrits et d'un imprimé, fut confié au musée, mais à 
titre de dépôt seulement, la bibliothèque s'en réservant, bien entendu, 
la propriété exclusive. Il y figure donc aujourd'hui et porte le n" 2-jh 
du catalogue (2}. Le diptyque a triomphé du manuscrit. Les visiteurs 
curieux d'art ancien et de sculpture ont raison de s'en réjouir. Souhai- 
tons que des facilités largement accordées pour l'examen et l'étude du 
codex lui-même permettent aux liturgistes et aux musicologues de n'a- 
voir pas à le regretter. 



(i) Cf. rabbé H. ViLLETAisD, Catalogue et description des manuscrits de Montpellier provenant 
du département de l'Yonne. Paris, Picard. 1901. 

(2) y. DuKLûT, Catalogue du musée de Sens., j" seclion, Beaux-.\rt?. i8gi. 



L OFl-ICK DE PIERRE DE CORBEIL 



II 



IIESCRII'TION GENERALE. 



55 I. — Reliure. Le Diptyque. 

Tout le monde connaît, au moins de réputation, le ce-lèbre diptyque 
de la bibliothèque de Sens, tant il a provoqué de dissertations. Et 
depuis .Millin, qui le premier en donna la description, que de fois ne 
l'a-t-on pas publié ! Il peut, du reste, passer pour un des plus curieux 
parmi les diptyques à sujets mythologiques. 

Sous peine de laisser dans cette étude une impardonnable lacune, il 
nous faut, au moins un instant, retenir à son sujet l'attention du lec- 
leur. Trouvant superflu d'entrer ici dans le détail des interprétations 
diverses auxquelles il a donné lieu, nous nous contenterons d'en rap- 
porter, en même temps qu'une reproduction nou\elle, une courte 
description, une des dernières parues, et, à coup sur, une des plus auto- 
risées, celle qu'on trouve dans l'important ouvrage d'E. Molinier : 
Histoire générale des Arts appliqués à l'industrie, tomel. Ivoires. Nous 
ferons suivre cette description de quelques remarques complémentaires. 

Description. 

Premier feuillet : Bacchus Hélios, barbu et nu, tenant de la gauche un 
thyrse, delà droite un charchesion, debout sur un char que traînent un cen- 
taure et une centauresse. Près du Dieu se tient Ampélos portant un pedum. 
Plus bas, on aperçoit trois divhiités marines nageant sur les flots. Dans le haut, 
des scènes de vendanges. 

Deuxième feuillet : Le lever de la lune. Au-dessus d'une figure de la mer, 
symbolisée par une femme assise près des flots et entourée de poissons ou de 
crustacés, Diane est debout sur un char traîné par deux taureaux ; vêtue d'une 
longue tunique et d'une draperie qui flotte au-dessus de sa tête qu'orne un 
croissant, desesdeux mainsellesoutient unetorche. Au-dessus de celte figure, 
on aperçoit un satyre et une femme nue ; plus haut, Vénus dans une coquille, 
deux femmes couchées, dont l'une joue avec un chien, et un amour. Bordure 
composée, comme dans le premier feuillet, d'un motif d'ornement gravé plutôt 
que sculpté, de feuilles de lauriers alternant avec de petits fleurons. 

Hauteur : o m. 327. — Largeur : o m. 126 (1). 

(1) li. MoLiNitK o/>, til , p. .|7, n" 0.]. Paris. K. Lévy. 



LA RELIURlî DU MANUSCRIT 7 

Ajoutons que ces deux plaques d'ivoire sont fixées sur des planclicttcs 
de chêne, à l'aide de lames d'argent estampillées et décorées de feuilles 
d'acanthe rectangulaires, dorées et disposées en échiquier sur les plats 
et les tranches. Ces lames d'argent ou bordures ont dû récemment être 
consolidées, surtout aux angles. Voici, bordure comprise, les dimen- 
sions totales de la reliure : hauteur, o m. 354; largeur, o m. 162. En 
outre, l'épaisseur de chaque plaquette est de o m. 020. 

Publications. 

MiLLiN, Voyage dans les départements du Midi, x. I, pi. 11,111; Monuments 
antiques inédits, t. II, pi. 5o, 5i. 

Lacroix etSéré, Le Moyen âge et la Renaissance, la Reliuric, pi. I. 

Labarte, Histoire des Arts industriels, i'"^ édition, Album, pi. I. 

MoNTAiGLON (A. de), Le Trésor de la Cathédrale de Sens [dansla. Galette des 
Beaux-Arts, t. XXI, XXII. 2' période, i88i), p. 20 et 21 du tirage à part. 

PuLszKY, Catalogue of the Fejérvdry ivories, p. 2j. 

Westwood, .4 descriptive catalogue of the Jictile ivories in the South Ken- 
sington Muséum, n"* 2?, 24. 

Mever, Zji'ei antike Elfenbeintafeln der Staats-Bibliothek in Miinchen, 
p. 4?, 81, n° 56. 

E. MoLiNiER, 0/7. cit., Ivoires, p. 47, n°64. 

A. DucHALAis, Bull. Soc. archéol. de Sens, t. V, p. 79. 1854. 

G. JuLLioT, Ibid., année 1897, t. XVIII. Ce dernier auteur a publié en 
outre un troisième feuillet qui dérive du diptvque sénonais. C'est, dit 
E. Molinier, un centon fort maladroit composé à l'aide de motifs pris dans les 
deux feuillets du diptyque de Sens. On ne peut hésiter à le considérer comme 
apocryphe, et il est l'œuvre d'un faussaire. 

Age et Provenance. 

On n'est pas d'accord sur l'âge qu'il convient d'assigner à notre 
diptj'que. Le catalogue de l'Exposition rétrospective de l'an français, 
au Trocadéro, en 1889, lui a donné pour date le \f ou le ni= siècle. 
A. Duchalais, op. cit., p. 81, le croit du v* siècle; E. Molinier, du vi''. 
C'est avec cette date qu'il figure au catalogue de la dernière Exposition 
(1900), sous le n° 11 et avec la mention : Diplj-que 7'omain. 

Pas plus que sur son âge, on n'est fixé sur sa provenance. Molinier 
pense qu'on l'a qualifié à tort de diptj^que consulaire et le range sans 
hésitation au nombre des diptyques des particuliers. 

Sa Valeur. 

Il ne s'agit pas ici de sa valeur matérielle, mais de son intérêt artis- 
tique (1). Pouvons-nous faire mieux que de rapporter l'appréciation 

(1) Touie évaluation pour un tel objet ne saurait être qu'approximative. Pourtant le Gouver- 
nement en aurait, dit-on, offert Ji.\ tnilU francs A la ville de Sens, laquelle naturellement s'est 
empressée de refuser. 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



d'É. Molinier? Ce qu'il est nécessaire de signaler, écrit-il à propos de 
ce dipt3'que et d'autres de même époque, « c'est la grossièreté du travail 
de ces ivoires dont on ne peut guère se faire une idée que devant les 
originaux ; on sent là... que l'ouvrier avait entre les mains un original 
passable qu'il copiait de son mieux, mais sans en comprendre le style 
et sans connaître les finesses du métier. Quant à supposer qu'un ivoirier 
du V"* ou du vi' siècle fût capable de tirer de son propre fond des scènes 
aussi compliquées, il est bien difficile de l'admettre ; une telle science 
de composition répond à une habileté manuelle supérieure. Ces ivoires 
ne peuvent être considérés que comme des imitations, précieuses sans 
doute, mais qui attestent beaucoup de maladresse et une impuissance 
complète h créer une œuvre personnelle » (i). 

Précieusement conservé au milieu des richesses d'art amassées autre- 
fois dans le trésor métropolitain, notre diptyque partagea le sort heureux 
du manuscrit et ne connut pas les fâcheuses pérégrinations si fatales à 
tant de chefs-d'œuvre. Une ou deux fois, il quitta la vitrine du musée 
sénonais, mais ce fut pour figurer, entouré des plus grandes garanties, 
dans celles de nos Expositions universelles, où toujours, grâce à ses 
curieuses sculptures, il fit l'admiration des visiteurs. Sur ses deux plats 
intérieurs et au bas se voient encore les étiquettes ou cachets de papier 
qui, en ces occasions, ont servi à le cataloguer, ^'oici leur mention. 
Premier plat : io33, Sens, vis. Deuxième plat ; E. U. igoo^ i3']4. 
Ms., Sens. 

De plus, notre ivoire a un autre mérite, purement extrinsèque, c'est 
vrai, mais dont il serait injuste de ne pas tenir compte : celui d'avoir, 
en le protégeant, soustrait à une destruction h peu près certaine le 
remarquable manuscrit qui nous occupe. 

Dans beaucoup d'églises, on le sait, se célébraient, au moyen âge, des 
fêtes du genre de celles de Sens, mais à peu près complètement oubliées 
aujourd'hui, par suite de la disparition des documents. Si le souvenir 
en est resté, à Sens, plus vivace que partout ailleurs, on le doit sûre- 
ment à la conservation du texte original et partant au célèbre diptyque 
qui le renferme. Remarquons, toutefois, que le manuscrit lui-même, 
avec la fameuse Prose de l'âne, n'a pas peu contribué à la réputation du 
diptyque. De sorte que la circonstance, d'ailleurs fortuite, d'une simple 
reliure faite au xin' siècle a été pour ces deux monuments de nature si 
différente, mais d'un prix inestimable, la cause de leur préservation et 
leur a permis de parvenir intacts jusqu'à nous. 

Logiquement, cette observation nous amène à dire quelques mots 
sur l'emploi des anciens diptyques comme couvertures de livres. 

Anciennement la lecture des noms propres prescrite au Meniculo de 

(]) E. MoLiNMiii, ol^.cil., p. 1-5. 



ETAT MATERIEL DU MANUSCRIT g 

la messe se faisait à haute voix. La liste en était placée entre deux pla- 
quettes d'une matière solide, véritable diptyque imité des ivoires consu- 
laires. Ceux-ci même furent parfois employés [ i ). 

Plus tard, quand eut cessé l'usage des diptyques, on songea tout natu- 
rellement à les utiliser comme reliures. Bien que les artistes chrétiens, 
surtout après l'époque carolingienne, aient fréquemment sculpté dans 
ce but des ivoires particuliers, on en trouve pourtant de rapportés et 
d'un âge beaucoup plus ancien que les manuscrits qu'ils révèlent. C'est 
le cas de remarquer, avec É. Molinier, que les diptyques faisaient jadis 
partie du mobilier liturgique dont la garde était confiée au sacriste, au 
gardien du trésor de l'église. Avait-on à sa disposition des diptyques 
ecclésiastiques? Rien de plus facile. Il suffisait de les employer tels 
quels. Les diptyques appelés consulaires eux aussi sont demeurés dans 
leur état primitif. Il en existe pourtant auxquels on fit subir de légères 
modifications en vue d'une meilleure adaptation liturgique. Témoin 
celui que l'on conserve dans le trésor de Monza et qui sert de reliure 
au célèbre antiphonaire de la môme basilique (2). 

Quant à celui de Sens, ses tablettes n'offrant pas seulement quelques 
personnages ainsi que la plupart des diptyques consulaires, mais des 
scènes compliquées et des scènes mythologiques, il a bien fallu renon- 
cer à le modifier. 

Pour cette même raison, il paraît à peu près certain qu'il ne fut jamais 
adopté comme diptyque pour le service de l'autel. Peut-être pourrait- 
on s'en assurer. On n'aurait pour cela qu'à détacher des planchettes 
de chêne qui les encadrent les deux ivoires, et les examiner avec soin. 
A-t-on jamais eu cette légitime curiosité ? — Nous l'ignorons. Mais 
quelle superbe trouvaille si, un jour, de l'intérieur de ces plaques mysté- 
rieuses, allait sortir un document révélateur relatif, par exemple, à la 
liste de nos premiers évéques ! 



H lût mal cric l. 



Format. 



Tout est vraiment curieux dans notre manuscrit, et sa reliure et son 
office. Sa forme elle-même n'est pas commune. 



(il Sur 1 usage des diptyques dans 1 Kglisc chrciienne, voyez A. Moliniek, Les Obiluaires 
françjis au iiioyen â;;e, Paris, 1S90, in-8", chapitre i. 

(2) Cf. É. Moi.iNMER, o/>. Cit., p. •;7-j8, n" 41, et p. 50-5 r. 

.^ux références données par cet auteur sur ce fameux diptyque, nous croyons utile d'en ajouter 
d'autres, ce diptyque de .Monza est tellement controversé ! Les uns y voient un diptyque antique 
remanié, d'autres une imitation du temps de la décadence. Voici à son sujet les plus récentes 



10 l'office DR PIERRE DR CORBEIL 

Les dimensions des manuscrits, en général, ne devaient cadrer que 
très imparfaitement avec le format des diptyques anciens qu'on desti- 
nait à leur servir de couverture. Tout porte à croire que souvent on 
n'hésita pas à en refaire des copies spéciales. Il en fut probablement 
ainsi pour le manuscrit primitif de notre Mme/, à supposer toutefois 
que celui que nous possédons ne soit pas la copie originale. Il est évi- 
dent, en tout cas, que celle-ci a été tout exprès écrite pour lui. Son 
format exceptionnel n'a pas d'autre raison. Il mesure o m. i56 de lar- 
geur sur o m. 346 de hauteur. 

Formation matérielle. 

Le manuscrit comprend, en dehors des plats intérieurs de la reliure, 
33 folios de vélin, dont 32 seulement sont occupés par le texte de l'office. 
Nulle trace n'est restée d'un foliotage ancien. La pagination actuelle 
faite à l'encre est due sans doute à G. JuUiot, qui, à un moment donné, 
a soigneusement passé en revue et complété sous ce rapport la plupart 
des manuscrits conservés soit dans la bibliothèque, soit dans le musée 
de Sens. 

Ces 33 folios se décomposent ainsi qu'il suit, en quatre cahiers, tlxés 
à la reliure par trois attaches en grosse toile et par deux cordes. 

i" D'abord, une feuille pliée en deux forme le verso du premier plat auquel 
elle est collée et le premier folio ou feuillet de garde, c'est à-dire les pages i et 
2, la numérotation partant de ce premier feuillet inoccupé. 

2° Le premier cahier est formé de quatre feuilles doubles, soit huit folios 
correspondant aux chiffres 3- 18 de la pagination. Le dernier est, au bas, 
numéroté I, et se termine par une réclame ou rappel. C'est le mot : Eructauit. 

3° Un folio isolé, rattaché au cahier suivant à l'aide de deux bandelettes de 
parchemin, chiffré ig-20. 

4° Le deuxième cahier composé de trois feuilles seulement, soit 6 folios chif- 
frés 21-32. 

5° Le troisième cahier de quatre feuilles, soit 8 folios chiffrés 33-48. Comme 
le premier, ce cahier porte une réclame : [ca] noro iubilo. 

6° Un folio isolé, rattaché au 33'=, et chiffré 49-50. 

7° Le quatrième et dernier cahier comprend quatre feuilles, soit 8 folios 
chiffrés 5 1-66. 

Le manuscrit se terminant au recto du folio 32, le verso de celui-ci, 
c'est-à-dire la page bG, est resté en blanc. Le dernier folio, le 33°, auquel 
se trouve lié le 24°, a été collé sur l'intérieur du deuxième plat. 

dissertations. X. Barbier de Montault, La couverture du Graduel grégorien de Mort:^j. {Revue de 

l'art chrétien , 1902, IV, p. 273-277.) 

E. Wukscher-Becchi, Il cosiddetto dittico di Monia. (Rassegna gregoriaiia, 1903, n" 8.) 

Voir aussi D. Guérancer, Institutions liturgiques, Paris, 1883, t. III, p. 408. Ce diptyque rcii- 

erme rantiphonaire où Fétis a vu tant de choses qui ne s'y trouvent pas. (Cf. J. Combabieu, 

Essai sur l'archéologie musicale au A7.V° siècle, dans Études de philologie musicale, Paris, Picard, 

i«97, p. 123-12^.) 



LACERATIONS DU MANUSCRIT I I 

C'est donc un total de 33 folios (66 pages) dont 3i et demi seule- 
ment (63 pages) ont été employés pour la transcription du manuscrit. 

Lacérations. 

Sous le rapport du texte, le manuscrit est demeuré dans un parfait 
état de conservation. Rien d'essentiel n'en a été distrait. A peine aurons- 
nous à signaler une lacune de deux ou trois notes et d'une syllabe pro- 
duite par un trou. Mais il n'en est pas de même de la matière elle- 
même de ses folios. Presque tous en effet ont eu à souffrir. Beaucoup 
ont été déchirés et sont actuellement maintenus par de petites bandes 
de parchemin. D'autres sont consolidés de même façon. L'ensemble 
témoigne d'un long service, attesté d'ailleurs par l'usure et les traces 
laissées au coin inférieur des feuillets par le contact des doigts. 

Sans entrer sur ce point dans un examen trop minutieux, citons au 
rfioins les folios les plus détériorés. Pour prévenir toute confusion, 
voici l'ordre adopté dans ce travail pour la numérotation des folios. Le 
manuscrit ne commençant qu'au folio chiffré 3-4, c'est lui naturelle- 
ment que nous considérons comme le premier. Celui qui le précède 
(1-2), étant hors texte, nous l'appellerons : feuille de garde. 

Folios 2. — Troué à sa partie supérieure. De tous les trous que présente le 
manuscrit, c'est le seul qui ait quelque peu endommagé le 
texte avec celui du folio 7. 

— 6. — Un trou, en haut et dans la marge. 

— 7. — Ecorné, au bas, et présentant aussi un trou, mais de peu d'im- 

portance. 

— 10. — Ecorné au bas. 

— II. — Déchiré de bas en haut, environ d'un quart de sa hauteur. 

— i3. — Ecorné au bas. 

— 16. — Complètement déchiré dans sa partie inférieure et recollé par 

deux pièces de parchemin. 

— 17- — Déchirure semblable, mais moins grande 

— 18. — Deux pièces collées au bord inférieur. 

— 20. — Déchiré vers la bordure intérieure, au bas. 

— 22. — Ecorné au bas. 

— 23. — Déchiré, écorné et rapiécé. 

— 25. — Ecorné au bas. 

— 26. — Un peu écorné. 

— 27. — Un peu écorné. 

— 3o. — Ecorné dans la marge du bas. 

— 32. — Ecorné au bas. 

Additions et mentions postérieures. 

Dans le relevé que nous allons faire de ces diverses annotations, nous 
suivrons, pour plus de facilité, l'ordre dans lequel elles se présentent. 



12 L OFFICE DE PIERRE DE CORBH.IL 

1° Intérieur du premier plat : 

D'abord, en tête et en écriture moderne, cette mention : 33 /c'z/?7/e/5. Ensuite, 
le cachet de la bibliothèque publique de Sens, ainsi que la première des deux 
étiquettes citées plus haut, portant : io33, Sens, ms. C'est sur ce même plat 
qu'il occupe en entier qu'une main récente a copié le passage consacré par 
Millin à la description du diptyque. Cet extrait a été reproduit dans le catalo- 
gue du musée, p. 78, mais d'une façon incomplète et avec quelques fautes. Il 
nous semble utile de le redonner à notre tour et intégralement. C'est du reste 
sa place, dans une description détaillée comme celle-ci. Il comprend 35 
lignes. 

« Missel de la fête des Fous et de la prose de l'âne. — L'office contenu dans 
ce beau diptyque a été composé par Pierre de Corbeil, archevêque de Sens, 
qui mourut le 3 des ides de juin de l'an 1222 ; il est très bien écrit. On appelle 
diptyques des tablettes à deux feuillets de bois ou d'ivoire dont les consuls fai- 
saient des présents, le jour de leur installation. Les églises ont aussi fait passer 
les diptyques à leur usage pour y inscrire les noms des évêques ou pour y ren- 
fermer des prières. Celui de Sens est du petit nombre de ceux qui sont ornés 
de sujets mythologiques, et cette particularité le rend plusintéressant. 

« Le sujet de la première feuille parait être le triomphe de Bacchus. Dans 
la partie supérieure sont tous les travaux de la vendange ; au bas est Bacchus 
indien dans un char traîné par des centaures ; il se promène sur les eaux et se 
trouve considéré comme le soleil, qu'il représente quelquefois dans l'ancienne 
mythologie. 

« Dans la partie inférieure sont des divinités de la mer. Près de Bacchus se 
trouve Pan, qui fut ami et lieutenant de ce dieu. 

« La composition de la seconde sculpture est plus confuse. En haut, à gau- 
chî, on voit Vénus dans une coquille. La figure principale est celle de Diane. 
Cette déesse sort du sein des eaux ; elle est montée dans un char et tient le 
flambeau avec lequel elle éclaire le monde pendant la nuit. On pourrait sup- 
poser que Diane vient chercher ses compagnes, représentées par les figures qui 
se trouvent sur la terre, au moment où Vénus brille dans le ciel. Au bas est 
Thalassa, la déesse de la mer; auprès d'elle, quelques poissons se jouent dans 
les eaux. » 

Extiait de M. Millin. — Voy. dep. du Midi de la France. 



2° Feuille de garde, recto (page i). 

Cette première page numérotée porte en haut cette simple mention : 

Notice sur la fête des fous. On y remarque encore le cachet de la biblio- 
thèque. 

3" Feuille de garde, verso (page 2"!. 

Sur ce verso, à peu près au tiers de la page, se lit le quatrain sui- 
vant : 



Festum stultorum de consuetudino morum 
Omnibus urbs Senonis festivat nobilis annis, 
Quo gaudet precentor ; sed tamen omnis honor 
Sit Christo circumciso nunc semper etalmo. 



ADDITIONS POSTKRIEIÎRES AU MANUSCRIT I? 

Puis un peu plus bas, ces deux autres vers : 

Tartara Bacchorum non pocula sunt f'atuorum ; 
Tartara vincenles sic liant ut sapicntes. 

Ce sont des vers léonins, appelés ainsi du nom de Léonins, poète du 
xu'' siècle qui les mit en grand honneur. Leur césure penthémimère 
assonance bien en effet avec leur dernière S3-Ilabe. Nous avons même 
dans le quatrième une double césure en o rimant avec alino. 

« Voilà bien, dit Chérest, une espèce d'épigraphe, dans laquelle la 
fête des Fous est formellement rappelée; mais elle est de beaucoup pos- 
térieure à tout le corps de l'ouvrage. La main qui l'a tracée appartient 
évidemment au w" siècle. » Les deux derniers vers ont été une seconde 
fois recopiés au-dessous, mais par une main plus récente. 

On trouve ces vers publiés dans Du Tilliot, Mémoires pour servir à 
l'histoire delà fête des Fous, p. 9; dans I'abbé Lebeuf, Lettres sur quel- 
ques singularités de l'office des Fous {Mercure de décembre, ij'if)}, et 
dans MiLLiN, Monuments antiques inédits, tume IL 

Voici, d'après Millin, op. cit., p. 344, la traduction du quatrain : 
" Tous les ans la ville de Sens célèbre, d'après d'anciens usages, la 
fête des fous, ce qui réjouit le préchantre ; cependant tout l'honneur doit 
être pour le Christ circoncis, maintenant et toujours favorable. » 

Quant aux deux vers qui font suite au quatrain, il est plus difficile 
d'en saisir le véritable sens. Millin voit dans le mot tartara un calem- 
bour où l'on a voulu jouer sur le tartre du vin et sur VEnfer. Ce mot 
tartara signifie en effet et le tartre du vin et le tartare ou Enfer. (Cf. 
DucANGE, au mot : Tartara.) 

Dans une note, Millin ajoute ceci : « Le P. Laire, dans une disser- 
tation manuscrite, dit qu'il a lu quelque part que ces six vers sont d'un 
certain Lubin, licencié et procureur général au bailliage de Chartres. » 
Nous aurons plus loin l'occasion de revenir sur cette dissertation du 
P. Laire dont il est ici fait mention. 

Ce quatrain constitue la seule addition vraiment intéressante du ma- 
nuscrit. Nulle part ailleurs, en effet, il n'est fait allusion à un office ou 
fête des Fous. Un autre détail encore et qu'il importe de retenir dès 
maintenant, c'est ce qu'on dit du préchantre, au troisième vers. L'hon- 
neur de la fête doit revenir au Christ, c'est évident, mais toute la joie 
est pour le préchantre. La suite de ce travail et l'étude en particulier de 
certaines rubriques ncus feront parfaitement comprendre de quelle 
importance était le rôle dévolu au préchantre, durant ces curieuses et 



4° Folio 25 recto. Au bas, ieiire B. 
50 — 26 — — C. 

6° - 2- — — D. 



t4 L OFFICE DE PIERRE DE CORIiEU, 

7" Folto 28 recto (page Sj). 

Le même copiste du w' siècle a récrit, au bas de ce folio, dans la marge in- 
férieure, l'épigraphe précédente, c'est-à-dire le quatrain seulement : Festiim 
stultoritm, etc. 

8" Folio ?2 verso (p. 66^ en blanc). 

Sur ce folio a été apposé à nouveau et en haut le cachet de la bibliothèque 
publique déjà signalé deux fois. 

9° Intérieur du deuxième plat . 

A droite et au bas, étiquette ou cachet en papier, collé lors de l'Exposition 
de 1900, et portant cette indication : E. U. 1900, 1374, ms. Sens. 

Ici se termine la description purement matérielle de notre manuscrit. 
Mais il nous reste à parler maintenant de son écriture, de sa notation; 
en un mot, il nous faut l'étudier avec le même soin, au point de vue 
paléographique. N'oublions pas toutefois de citer la description qu'a 
faite de ce même manuscrit A. Molinier, au tome VI du Catalogue 
général des manuscrits des Déparlements., p. i()0. 



§ 3. — Ecriture. Age. 

Le manuscrit de Sens n'est pas de ceux qui s'imposent à l'admiration 
par de fines et délicates miniatures, par des enluminures rehaussées 
d'or et d'un brillant coloris. II en est même complètement privé, et 
sous ce rapport fait un réel contraste avec les scènes si fouillées de son 
diptyque. 

Dans chaque folio, la surface écrite correspond naturellement aux 
dimensions exceptionnelles du format. Les lignes servant de cadre au 
texte ont été tracées à la pointe sèche. Elles sont à peu près invisibles 
aujourd'hui. Le cadre ainsi formé mesure en moyenne o m. 205 de haut 
sur o m. 100 de large, ce qui lui donne l'aspect d'une étroite et longue 
colonne. Il en résulte, hors du texte, des marges vides mesurant en 
haut o m. o 1 8 ; en bas o m. o63 ; à gauche du recto (à l'intérieur) o m. 020 ; 
à droite (à l'extérieur) o m. o36 environ. 

A première vue, il est facile de reconnaître que le manuscrit tout 
entier est de la même main, au moins pour le texte littéraire. Quant à 
la transcription de la notation, il est possible et même probable qu'un 
autre scribe en a été chargé. Paléographiquemcnt, l'écriture offre tous 
les caractères du xiu'^ siècle. Mais pour plus de précision, nous allons 
reproduire en grande partie la note paléographique de M. Quantin. 
Elle a été écrite par Témincnt archiviste en vue du travail de A. Chérest 
auquel nous l'empruntons (i). 

(i) A. CiiÉREST, Recherches, etc., p. 15-17. 



ECRITrRK. AOE ID 

« Les lignes du texte sont tracées à la mine de plomb... La physionomie de 
ce manuscrit ne laisse aucun doute sur son âge. L'écriture est une minuscule 
un peu massive, mais régulière et à l'œil un peu rond. L'allure générale sent le 
gothique des premiers temps et accuse le commencement du xiii= siècle. On 
remarque que les capitales du commencement des morceaux sont simples et 
sans aucun ornement. L'absence complète de Vae et de Ve à cédille est aussi 
une preuve de la date que je lui assigne, en excluant la possibilité de le faire 
remonter au xii° siècle. 

« Divers détails concordent avec cette opinion. Ainsi les e minuscules pré- 
sentent leur crochet fort incliné et tendent à se rapprocher des a cursifs. Les 
lettres à haste, comme p, /, b, sont terminées par un petit trait aigu tourne de 
droite à gauche. Les t dont la barre couvre des deux côtés le sommet de la 
haste, les c à tête anguleuse ; le d oncial remplaçant très souvent le d minus- 
cule; 1'.? finale alternativement capitale et minuscule; les capitales, placées 
dans le corps du texte, de forme gothique allongée ; tous ces caractères sont 
bien ceux que les Bénédictins et M. de Wailly attribuent avec raison au 
xiii" siècle et surtout à la première partie. 

« La transition entre l'ancienne minuscule et la minuscule gothique se fait 
encore trop sentir dans le manuscrit, pour qu'on puisse abaisser sa date au 
XIV'' siècle. Il ne présente aucun des caractères propres à cette dernière époque. 

« Je terminerai par une observation que je puise dans l'étude fréquente et la 
comparaison des documents émanés soit de la province, soit de la ville de 
Sens. C'est qu'au commencement du xiu" siècle, les chartes de ce pays, en 
écriture minuscule, affectent des traits de ressemblance frappante avec l'écri- 
ture du Missel ; et notamment, une charte de 1201, donnée par l'archevêque 
Pierre de Gorbeil aux chapelains de Saint-Laurent de Sens (Voir aux Archives 
de l'Yonne), me paraît de la même main que le manuscrit, attribué, du reste, 
à ce même prélat. » 



La charte dont il est parlé ici est conservée aux archives de l'Yonne, 
sous la cote : G, i5i3. (Cf. E. Chartr.mriî, La chapelle et les chanoines 
de Saint-Laurent. Sens, Ducheniin, i8m3, p. 6.) 

Danjou [Revue de musique religieuse, 1847, p. 287) et après lui Th. Ni- 
sard pensent que le manuscrit ne date que du xiv" siècle. Mais Chérest, 
en citant cette opinion absolument insoutenable, fait observer avec 
raison que Nisard et Danjou étaient meilleurs musiciens que paléo- 
graphes. 

Il suffit, du reste, de se reporter aux planches ci-jointes pour vérifier 
la description précédente. Par exemple pour Vs, on trouvera ses deux 
formes dans deux mots consécutifs : Hinnulos, dagvias. (Voir PI. //, 
8" ligne, à la fin.) 

L'ensemble du manuscrit, nous l'avons dit en commençant, n'offre 
rien de remarquable au point de vue artistique. Comme graphie, c'est 
une écriture, à l'encre noire, régulière, soignée et de lecture cotiimode. 

Les initiales de chaque pièce, d'une hauteur moyenne de 12 a i 5 mil- 
limètres, sont simplement peintes en rouge, et sans le moindre orne- 
ment. A peine s'il s'en rencontre quelques-unes offrant un trait droit 



l6 L'OFinCE DR PIERRE DE CORBEIL 

OU contourné, mais toujours très sobre, comme c'est le cas pour le P 
du capitule : Popithis gentium (fol. 2 ™). 

Outre ces initiales principales, nous trouvons des lettrines ou inajiis- 
citlcs placées, dans le corps du texte, au début de chaque phrase ou 
plutôt de chaque strophe ou verset. Elles aussi se font remarquer par 
leur simplicité. A la différence des précédentes, on les a tracées à l'encre 
noire. Elles sont, pour la plupart, ornées d'un léger trait à l'intérieur. 
Leur grandeur varie. En général, elles sont trois fois plus hautes que 
le texte ordinaire, d'où il suit que leur sommet atteint la seconde ligne 
de la portée. Mais un certain nombre s'élancent plus haut dans la portée 
musicale, qu'elles traversent presque entièrement, par exemple le D de 
Diei, ligne 7% PI. IV. 

Rien de particulier à noter au sujet des rubriques, sinon qu'elles sont 
écrites naturellement au minium ; mais leur graphie est la même et de 
la même main que celle du texte. 

Celui-ci est invariablement placé sur i5 lignes par page, excepté à la 
fin (page 63), puisque le manuscrit se termine au milieu d'un recto. 

Quant à Vâge du manuscrit, il est positivement déterminé par l'examen 
paléographique qui précède. Avec Quantin et tous ceux qui après lui 
l'ont étudié, il faut considérer ce codex comme écrit au début du xui" siè- 
cle. Quand il s'agit de manuscrits, en effet, les questions d'écriture et 
d'âge se confondent, et d'ordinaire la première une fois élucidée tranche 
l'autre d'une façon définitive. Ce n'est pas toutefois que, pour fixer 
Fàge d'un document, on soit réduit à la seule étude des caractères de 
l'écriture. Il existe d'autres données précises et dont il importe souve- 
rainement de tenir compte. Tout le monde sait le précieux concours 
que puise désormais la paléographie dans la connaissance des écritures 
musicales pour déterminer ou l'âge, ou la provenance d'un manuscrit 
noté. Nous allons en trouver une nouvelle preuve dans l'examen qu'il 
nous reste à faire de la notation musicale de notre manuscrit. 



§ 4. — Notation musicale. 

Nous n'avons pas ici à exposer, quoiqu'il soit utile de se la rappeler, 
la théorie même succincte de la notation grégorienne. On la trouvera 
facilement ailleurs, en particulier dans le tome premier de la Paléogra- 
phie musicale. Ce travail, du reste, ne s'adresse-t-il pas surtout à des 
lecteurs parfaitement au courant de cette question? Il suffira donc de 
faire de la notation contenue dans notre manuscrit une description 
aussi exacte que possible. 

Disons-le tout de suite, l'écriture musicale du codex sénonais est 



NOTATION MISICALE 



cette pure notation du xni" siècle, remise en honneur par les Bénédictins 
de Solesmes dans leurs li\res liturgiques et que fait revivre et consacre 
désormais l'édition vaticane en cours de publication. 

Signalons d'abord un détail qui vaut aussi bien pour la transcription 
du texte que pour celle du chant. Nous voulons parler de la réglure 
des pages. C'est au moyen de petits trous percés à égale distance sur 
les deux bords latéraux de chaque folio que se faisait ce réglage. Plusieurs 
feuillets du manuscrit ont conservé cette série de trous alignés de haut 
en bas, sur la bordure extérieure. Tracées à la pointe sèche ou à la mine 
de plomb pour le texte, les lignes l'étaient en rouge, du moins au 
xHi" siècle, pour la portée musicale. 

Les notes écrites à l'encre noire sont disposées sur une portée de 
quatre lignes rouges. Chaque page contient qiii)i\e portées, exception 
faite, comme plus haut, pour la dernière. 

Dans le but d'épargner son pai'chemin, le scribe a évité d'écrire la 
mélodie soit au-dessus, soit au-dessous de la portée, ce qui eût nécessité 
1 emploi de lignes supplémentaires. D'où par conséquent changements 
de clefs assez fréquents. Les premiers mots de la célèbre prose de l'àne 
vont nous révéler le procédé du copiste. 



5 

PI. II: Il 



O-ri-entis parlibus aHuenlaiiil a-sinus. 

D'abord il place une clé d'?//, 4" ligne, puis commence sa transcription 
musicale. Mais, arrivé au mot adveularit, il s'aperçoit qu'il lui faut sortir 
de la portée. Alors, immédiatement il baisse sa clé d';// d'une ligne. 
Ainsi placée, celle-ci lui permet d'aller jusqu'à la fin de la strophe, sans 
nouvelle modification. Aussi le scribe l'a-t-il maintenue à cette place 
durant toute la pièce, puisqu'elle le dispensait de la sorte d'user de lignes 
supplémentaires. 

Non seulement, pour épargner son parchemin, le copiste avait autre- 
fois recours au changement de clefs, lesquelles il montait ou descendait 
selon le mouvement du chant, mais il n'hésitait pas, à roccasion, à 
supprimer une fin de mélodie. Ceci ne pouvait guère se pratiquer que 
dans le longneume ou jiibiliis qui termine certains morceaux. Ces voca- 
lises, en eft'et, si bien rythmées et si faciles à retenir, s'exécutaient de 
mémoire. La suppression dont nous parlons n'entraînait donc aucun 
inconvénient dans la pratique. 

Exemple de vocalise écourtée : 

Planche l\ il la lin du répons-graduel J'ido-iiiit, sur le dernier mot 
stmtn, il manque dou:;^e notes que voici : 

OFFICE UE PlliURK DE COKBEIL. 2 



i8 



L OFFICE DF. PIERRE DE CORBKIL 



i^zpXtiS:^ 



Autre exemple, tiré d'un Graduel de Provins, à l'usage de Sens par 
conséquent, et lui aussi du xiii^ siècle. 



Progcnie 

(Cf. At/. wiisic, t. III pi. 199, B.) 

On a semé, dans l'écriture musicale de notre manuscrit, une profu- 
sion de petites barres, d'ailleurs courtes et fines. Remarquons d'abord 
qu'elles sont l'œuvre d'une main postérieure. Ce n'était pas l'usage, en 
effet, de diviser alors la mélodie à l'aide de barres. En tout cas, on se 
serait bien gardé de les multiplier de la sorte. Mais puisqu'elles s'y 
trouvent, tâchons desavoir pourquoi. Il y a lieu de distinguer celles 
des chants syllabiques de celles des mélodies plus développées. Appa- 
remment, on aura voulu par les premières indiquer les divisions et 
subdivisions du texte et par suite du chant. Rien de mieux ; mais il n'y 
aguèreeu que l'intention de bonne. Sans doute la plupart ont été placées 
d'une façon à peu près logique, mais combien qui n'ont pas leur raison 
d'être ! Pourquoi, par exemple, au folio premier (PI. II), séparer par 
une barre ces deux ir.ots : omnia mesla ? ou ceux-ci : asiiiaria festa ? Et 
plus bas, dans la prose de l'âne, c'est avant 5arc/7;/s, et non après, qu'il 
fallait une barre. Est-ce assez malencontreux ? 

Les autres barres, c'est-à-dire celles qui figurent dans les parties les 
plus ornées, sont d'une utilité manifeste, du moins dans certains pas- 
sages. Il est facile de percevoir le motif de leur présence. Leur but est 
de diviser les groupes de notes de façon que l'exécutant puisse, à pre- 
mière vue et sans hésitation, attribuera telle ou telle syllabe le ou les 
groupes qui lui correspondent. 

Ainsi dans cet exemple : 



s ^*- r-^ — °;=a= 11^1- V.) 

De- i nostri. 



sans la première barre, on serait exposé à faire entendre sur la syl- 
labe / le torciiliis Jo-;v-tVo qui la précède immédiatement. Avec labaire, 
au contraire, plus d'hésitation possible. 
Il en est de même pour le mot lo-re : 



NOIAIION MUSICALE I9 

Dans la même page, nous avons encore le mot : Mtillipharic ■ 



i^^. 



Multi-ph.i- ri- e 

Voir encore Pal. miisic, t. III, PI. 1Q9, B, i''' ligne, petite barre entre 
jiobis et a fieiii'ralioiie. 

C'est là une diliiculté à laquelle on ne songe même pas, quand on a 
sous les yeux un livre imprimé. Mais il en est autrement dans les ma- 
nuscrits, où forcément une telle précision fait défaut. Ces petites barres, 
ont donc bien leur raison d'être. Inutile d'ajouter qu'elles n'ont aucu- 
nement la signification de barres de repos ou de sij,ence. 

Pour obtenir une description aussi complète que possible de la no- 
tation, disons un mot de chaque espèce de note ou de groupe, en com- 
mençant par les plus simples. 

PiDicliim. — Partout, \e piiiictum o'î'ÎYe une tendance à se rapprocher 
de la forme losangée. Celte particularité se manifeste de plus dans cha- 
cune des notes des groupes, considérée isolément. Tout copiste n'a-t-il 
pas une façon à lui d'écrire, même s'il écrit de la musique? 

Virga. — La virga ou note caudée, munie d'un trait plutôt écourté, 
surmonte indifféremment n'importe quelle syllabe. Le calligraphe, d'a- 
près l'usage courant à cette époque, visiblement n'a obéi à aucun sys- 
tème préconçu. Ainsi (PI. II, 1^ ligne), sur les mots : me indice et sol- 
leiiipttibiis, musicalement identiques, la l'irga de la syllabe iu ne se re- 
trouve pas sur lewp. Cette même page en fournit d'autres exemples. 
Semblable examen justifie pleinement la remarque de D. Pothier et 
de la Paléographie musicale [Mélodies grégoriennes, p. 74, et Pal. 
music.,x. I, p- i2ri-i3o, en note): à savoir que, le plus souvent, c'est 
l'arbitraire et la fantaisie du copiste qui ont présidé à ce choix. Parfois 
il arrive que les notes sont caudées, carrées ou mèiTie losangées, à 1 imi- 
tation de ce qui se ferait régulièrement si ces mêmes notes, au lieu d'ap- 
partenir chacune à une syllabe du texte, se trouvaient réunies en scan- 
diais, cliniacus, ou en un autre groupe. 

Les trois notes placées sur les mots suivants sont écrites en véritable 
climacns : 



S=^ 



PI. 11 



luclice Ligne 2 

Sarcini^ — 6 

Sa-li-il — 7 



Ces quelques remarques, à elles seules, suffiraient à prouver qu'il en 
est d'une écriture musicale comme d'un texte littéraire quelconque, et 
que, sous peine de tomber dansune interprétation purement fantaisiste, 



20 L OFFICR DE PltlîRK I)K COnBFIL 

la nécessité s'impose d'une saine et sévère critique. Ne faut-il pas tou- 
jours se garder de reproduire servilement un manuscrit ? Mais pour- 
suivons. 

A propos des groupes de deux notes, podalus etclivis, rien h. signaler 
de particulier. Ils ont fidèlement gardé la forme traditionnelle, c'est-à- 
dire, pour le podatus, que la note supérieure reste toujours placée à 
gauche de la vii-ga ou ligature, en sorte que les deu\ puiictum se trou- 
vent superposés verticalement, 



(PI. V ligne 2) i 3" 



Uiderunt 



et pour la clii'is, que la première note a conservé la rirga initiale, reste 
de son type primitif d'accent. 



(Ihid. WfrneG) Sz!z[tlZ 



Fines 



La clii'isne perd cette rirga que lorsqu'elle est en composition, comme 
au mot terre cité plus haut, ou encore dans les pressas suivants : 



* 



* 



* 



iiHj. lignes 7, , , , ■ .) S-j^^-^;î:^ z;i!zg^=.=3f3,=^4z: ^ . ri ' l ,^— [p 

De- o . Salu-ta- resu- uni. Re- ne- la- uit. 



Il en est de même naturellement à la suite d'un slrophicKs. \o\c[ la 
même clivis après un dislrop/ia (stropluciis), dans le premier verset 
1 anquam sponsiis du répons : Descendit (fol. 2 v°). 



5=K=i 



ri^U 



kztî-ivhzc 



"^^ 



Tan- 



qunm sponsus 



Le même procédé d'écriture se retrouve, dans les mêmes cas et 
plusieurs fois, dans le manuscrit de Provins déjà signalé. En outre, le 
copiste, ainsi qu'on a pu s'en rendre compte au mot terre, aime à 
tracer, le cas échéant, ses groupes de neumes d'un seul trait de plume. 
A rapprocher de la clivis bis repercussa de la syllabe rc (même exem- 
ple) la formule identique qui surmonte Do, dans Doiiiiiii (PI. iqq, B, 
Pal. }iiiisic.,t. III, dernière ligne). 

Ces deux manuscrits offrent, dans leur double texte littéraire et mu- 
sical, de très grandes ressemblances. Bien que n'étant pas de la même 
main, ils se rattachent certainement à une école commune. 



NOTATION MUSICALE 



Si remarquable que soit Fiiabileté d'un copiste, fatalement des fautes 
lui échappent, surtout dans un travail d'une telle précision. Nous en 
aurons plus d'une à relever. Elles seront relatées en note, à la base du 
texte musical. Mais ce dont il faut savoir gré au transcriptcur,c'cst d'a- 
voir fait preuve d'un soin scrupuleux dans la reproduction des neumes 
liquescents. Pareil souci de sa part dénote qu'il était à bonne école. 

Notre travail n'ayant pas le caractère d'un ouvrage didactique, nous 
renvoyons le lecteur au tome II de la Paléofçraphic musicale. Là, il trou- 
vera une étude complète et approfondie de la liquescence musicale et 
des neumes liquescents. 

Nous nous bornerons à présenter ici le classement des cas de liques- 
cence rencontrés dans notre manuscrit. Un relevé des plus minutieux 
nous a donné un total de 285 notes, ou mieux, de groupes liquescents. 



PREMIER CAS 

Rencontre de deux consonnes. 

Première classe : Rencontre de deux consonnes dont la première est une des 
liquides: L, M, N, R. 

Exemples: PI. III, ligne 2, Desce/u/it. 

— 12, Per;?etua. 
PI. IV, — 4, Per ç/uam. 

— 8, Negligc/i/iam. 
PI. V, — 8, Notuw /ecii. 

— 14, LxnabLUK^us. 
Total des cas : 19'.^. 

L = 27. 

M = 21. 

N ^ 80. 

R = 64. 

Deuxième classe : Rencontre de deux consonnes dont la première est une 
des dentales explosives : T, D. 

Exemples: PI. III, ligne 12, Ef tVecor. 

Ad me. 



Adiicniu. 



Total des cas : 2 1 . 



T = 19. 
D = 2. 

Troisième classe : Rencontre de deux consonnes dont la première est la sif- 
flante : S. 

Exemples : Descendit, Noi^rum. 
Total des cas : 4. 



22 L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 

Quatrième classe : Rencontre des deux consonnes GN dans le corps d'un mot. 
Exemples : A^«us, Re^«at. 
Total des cas : i 5. 

Cinquième classe : Rencontre de deux consonnes dont la première est une des 
lettres : D, N, suivie de i (j). 

Exemples : At//utorium, cow/unge. 
Total des cas : 2. 

D = I. 

N = I. 



DEUXIEME CAS 
Coitwnne M seule entre deux voyelles. 

Exemples : Rewedium, Dicaoîus, Nomen. 
Total des cas : 10. 

TROISIÈME CAS 
Diphtongue AU. 

Elxemples : Gar/det, Lazfdant. 
Total des cas : 12. 

QUATRIÈME CAS 
J ou I entre deux voj-elles. 

Ce cas doit être assimilé à celui des diphtongues. J ou 1 
consonne est une lettre double mise pour //. L'enseigne- 
ment des grammairiens est formel sur ce point. Il fau" 
y joindre le mot ; Alléluia. 

Total des cas : 8. 

Une fois e/;w et sept fois Alléluia. Exemple: PI. V, lig. i?. 

Total général : 264. 

Ajoutons les quatre cas suivants qui forment des catégories à part : Re.v 
^lorie, ac/a, Distric/i, Nu/:'Has. 

Nous avons en outre remarqué dix-sept liquescences apparemment fautives, 
sur des syllabes qui n'en comportent pas d'ordinaire. Ce qui nous donne le 
chiffre total de 285 neumes liquescents. 

Rien ne pouvait mieux que cet examen de détail témoigner de l'exac- 
titude et du soin apportés par le copiste à sa- transcription. Ce n'est pas 



lilIiLIO(;UAPHIE 23 

que son œuvre soit de tout point parfaite. Mais les fautes dont on vient 
de parler s'expliquent aisément par le fait qu'elles se rencontrent surtout 
dans les pièces composées de strophes. Une fois établie la notation de 
la strophe du début, le copiste la reproduisait invariablement, sans prê- 
ter une suffisante attention aux paroles. C'est, on le sait, assez naturel. 
Par contre, il est des cas évidents où il a omis des liquescences néces- 
saires. Mais encore faut-il observer qu'il s'agit ici d'une notation gui- 
donienne du xiii" siècle, et ,qu'à cette époque, si la séméiographie avait 
gagné en précision, elle perdait graduellement de ses formes primitives 
et de cette délicate souplesse qui était la caractéristique des neumes- 
accents. 

Quoi qu'il en soit, l'analyse précédente aura l'avantage de bien mon- 
trer que l'artiste écrivain ou plutôt le notateur s'est acquitté de sa tache 
difficile avec talent et sincérité. 



m 



BIliLlOGRAPHlIÎ. 



55 I. — Copies. 

A. — Copies {texte stiilj. 

Nous en connaissons deux. Les voici avec une description som- 
maire : 

1° Bibl. nat., iat. io520 (anc. suppl. lat., ioi8). 

Ms. de 3 fol. A, B,C, 85 pages et lo fol. blancs. — Papier. 170 sur ii5 
millim... Reliure en cuir. 

Fol. B. Note de Boileau, doyen de l'Église de Sens,àla date du 3o novembre, 
certifiant cette copie conforme. 

Fol. C '". Titre de la copie : " OfficitimfeUi fatuorum, adtisum, ceu potius 
ad abiisiim, primatialis ac metropolitanae eccesiae senonensis^ ex antiqito cod. 
ms. thesaur. eiiisdem ecclcsiae cum cura expressiim. » — Aiino M UC LXI , 
vu" Kalend. Februarii. 

Fol. C "". Les six vers qui figurent à la feuille de garde, verso, de l'ori- 
ginal. 

Le texte n'est pas disposé par vers ou strophes. Rubriques en rouge. Il 
n'y a eu d'employées pour la transcription de l'office que les pages 1-82. 

P. 27. Rubrique : Conductus ad laudes. Nous verrons que le nis. original 
porte : ad litdos. 

P. 28. Rubvique : Baciilaritis, au Te Deiim. 

P. 83. Extrait du livre des constitutions du chapitre de Sens, du vendredi 



24 L OFFICE DE PIERRE DE CORIiEIL 

après saint André, 4 décembre 1444. Chérest a reproduit ce passage, op. cit., 
p. 66. 

P. 85. Ex eodem codice, du 3 mars 1448. 

Restent dix folios inoccupés. 

Cette copie fut faite, en 1661, pour le marquis de Ménars, et collationnée 
par le doyen Boileau, en 168-I. Copie mentionnée par Rourquelot, Bull 
Soc. arch. de Sens, 1854, sous le n° i, p. 146. 

2° Bibl. nat., lat. 1 1743. 

Copie occupant les pages 462-480 d'un gros in-folio qui renferme des ex- 
traits de cartuJaires pontificaux et de manuscrits anciens. — Papier. 

Cette copie est exactement la reproduction de la précédente. Par consé- 
quent, mêmes remarques à faire pour les deux rubriques signalées. 

P. 485. Extrait de la délibération capitulaire de 1444. — A la suite se 
trouve celle de 1448. 



B. — Copies (tc.vie et muùque]. 

Il en existe quatre, à notre connaissance : 

1° Bibl. nat., lat. nouv. acq., 268 (ancien S. 93o). — Papier, i 5o sur 1 10 
millim., 280 pages. Volume relié. 

En tête se lit une note signée de Boileau, docteur en Sorbonne, le frère du 
poète satirique, constatant que la copie a été faite par ses ordres, d'après le 
manuscrit du Trésor de Sens. 

Thre : '■ Officium festi fjtiioruin ad iisnm .vch patins ad abusitm iiisignis 
metropolitauac ac primatialis ecclesiae senonensis ». 

Les six vers de l'original s'y trouvent au début. La figure d'un âne est dessi- 
née au crayon. 

Le copiste a placé un si t» sur la première syllabe de la prose : alle-resonent. 
A cet endroit, l'original marque un 5/ B. 

Les <r//i'W ont gardé leur forme traditionnelle. Quant au podatus, on l'a 
tracé ainsi : «^, ce qui est, comme on sait, un acheminement à la division, à la 
désagrégation de ce groupe. Les notes liquescentes n'ont pas été respectées. 

Elles ont pris la forme de la clivis ou du podatus. 

Rubriques en rouge. 

Le texte de l'office proprement dit finit à la page 240- 

P. 243. Une peinture représentant trois couronnes placées avant l'épître 
farciede saint Etienne. Sujet inspiré par le mot Sleplianus [Eùenne), en grec 
ÏTc'fpavoç {couronne}. 

P. 2')0. Dessin d'un aigle, attribut de saint Jean. 

P. 270. Pour l'épiti'e farcie des saints Innocents, jolie corbeille de roses et 
de fleurs rouges. 

Copie décrite par Bourquelot, op. cit.. n° 4, p. 146. 

2° Bibl. nat., lat. i35 1. 

Ms. de 104 folios (.\-D4-ioo). Papier. 190 sur 1 20 millim. Cartonné. 
Fol. A ^'°. Cette mention : « On lit sur la couverture, autant qu'on peut dé- 
chiffrer : Monsieur Bouquet, rue des Jamard, à Sens, i yjg. » 

Fol. B. Note relatantque la copie a été faite dans le Trésor de Sens. 



lilCLlOGRAPHIE 2D 

Titre : « Officium festi stuUorum ad usiim melropole.os ac primatialis eccle- 
siae senonensis. » 

Fol. D. Les vers sont reproduits tous (quatrain et les deux autres qui 
lui font suite, dans l'original). 

La notation musicale est écrite sur quatre lignes rouges, mais elle offre 
cette particularité que ses notes sont toutes évidées. 

Fol. ?o. Rubrique : Luctarius, au Te Ddum. Le copiste a mal lu. Il n'a pas 
copié toutes les antiennes, et s'est contenté d'écrire : ant. de la Circoncision. 
II n'y a aucune barre dans le te.\te musical. 

On a, par contre, régulièrement transcrit : Conductus ad ludos. 

Le texte finit au fol. 92^°. 

Fol. 93 ^°. Extraits de Moreri. 

Fol. 96^°. Extraits du registre capitulaire. Délibération de 1444. 

Reproduite par Chérest, o/?. Ci7., p. 66. 

Bourquelot, parlant de ces extraits, dit qu'ils ont été mis à la suite du texte 
par Baluze, à qui cette copie a appartenu. Le fait ne laisse aucun doute. .Mil- 
lin, i1/oH. inéd., t. II, p. 343, en note, dit positivement que le savant Baluze 
s'était procuré une copie qui avait appartenu à M. Bouquet de Sens ; il cite 
même la cote i35i de la Bibl., et i! ajoute que « Baluze a écrit, de sa main, à 
la fin, des indications d'actes curieux relatifs .7 la fête des Fous ». A la suite 
de Chérest, nous aurons à y revenir plus loin. 

Citée par Bourquelot, op. cit., p. 146, n° 2. 

3" Bibl. nat., lat. io52i (suppl. lat. 294). 

Ms. de 18 fol., .\-R;de 116 pages et 9 fol. blancs. — Papier. 16)3 sur m 5 
millim. Reliure en chagrin noir, portant les armes de M. de Beauveau, arch. 
de Narbonne. Surleveiso du premier plat : note de la main de l'abbé de 
Tersan: Prétendus monumens relatifs à la feste des Fols, dans Féglise d'O- 
rey,près d'Aureil. 

Fol. A. Cette note : « On ne sait pourquoi Beauxménil, dans ses dessins 
des antiquités du Midi de la France (dans celles de la Province d'Auvergne), 
a prétendu que des fantaisies d'artistes sur des reliefs de stals d'église étaient 
relatifs à la fête des Fols. » 

Fol. C. Titre : « Officium festi fatuorum ad usum insignis metropolitanae 
ac primatialis ecclesiae senonensis. » 

Fol. K. Origine de la fête de l'àne, etc., avec extraits de Ducange(suppl.). 

Fol. L à Q. Fête des fous. (Ducange, Traité des jeux, suppl.) 

Fol. Q. Fête des Innocents (G. Naudé). 

P. 1. Lux lindie, noté. 

P. 2-7. Orientis partibus, noté. 

Il n'y a que ces deux pièces qui aient reçu une notation musicale. 

Rubriques en rouge. K remarquer que le copiste a bien lu : Bacularius. 

Fin, à la page 1 16. Les 9 feuillets suivants sont restés en blanc. 

Décrit, sous le numéro 3, dans Bourquelot, op. cil. 

4° Une copie encore, avec texte et chant, est signalée par Bourquelot. \'oici 
ce qu'il en dit, op. cit., p. 147, n" 5 : 

« Copie authentiquée par deux notaires ecclésiastiques, le 8 août 1672, et 
appartenant aujourd'hui (18:4) à M. le docteur Maximilien Michelin, à Pro- 
vins. Paroles et musique. Le titre est : Officium festi stullontm ad usum 
metropolitanae ac primatialis Senonensis ecclesiae. » 



20 l'office de pierre de CORliElL 

Nous allons compléter la description de cette copie que nous avons 
eu la bonne fortune de rencontrer. Actuellement, elle est la propriété 
de M. F. Serrier, administrateur des Auitalcs antialcooliques. Son heu- 
reux possesseur a eu Fextrcme obligeance de nous la confier; qu'il 
veuille bien ici agréer le témoignage public de notre vive gratitude pour 
cette agréable et si utile communication. 

Cette copie ne serait-elle pas passée de la collection du docteur Mi- 
chelin dans la bibliothèque du célèbre bibliophile A. Firmin Didot, en 
1864, en même temps que le manuscrit de Geoffroy de Gourion : Le 
livre des reliques de V abbaye de Saiut-Pierre-le-Vif de Sens ? (1) — G'est 
fort possible. Quoi qu'il en soit, vers la fin de l'année 1908, elle était 
acquise, dans une vente anonyme, par l'éditeur A. Glaudin, qui l'a 
vendue à M. Serrier, en 1904. 

Son titre véritable est celui-ci : 

« OJficium festi stultoriim ad iisiim seii potius ad abusum metropolitaitae 
ac primatialis Senonensis ecclesiae. » 

M s. non folioté, de 1 16 folios (2 + 104 -\- lo). — Papier. i85 sur 120 mil- 
lim. Reliure en veau brun, doré sur tranche, ornements et lilets dorés au dos 
et sur les plats. Notation noire sur quatre lignes rouges. Sept portées par 
page. 

La transcription de l'office occupe 104 folios. Malgré certaines fautes 
de lecture, soit dans le chant, soit dans le texte, comme choriales pour 
chorales, Ludarius pour Bacularius, cette copie est très intéressante. 
Elle a du reste été déclarée conforme à l'original par l'acte suivant des 
notaires ecclésiastiques, Leriche et Boullard. (Gopie, folio 104 verso.) 

« Exemplar suprascriptuni collatum fuit ad illius originale in pergamena 
descriptum, sanum et integrum, de verbo ad verbum, a domino magistro 
Joanne Le Riche presbytero, metropolitanae senonensis ecclesiae canonico 
et cantore exhibitum et ipsi redditum per nos archiepiscopalis curiae notariés 
débite immatriculatos, Senonis dégantes, die octava mensis Augusti, anno 
Domlni millesimo sexcentesimo septuagesimo secundo. « 

Les deux folios du début ainsi que ceux qui restent à la suite de 
l'office sont remplis de reinarques écrites en 1821 et signées seulement 
de l'initiale P. Ge dernier détail, la date, et surtout l'examen de l'écri- 
ture, ont permis à un savant provinois, M. Maurice Lecomte, d'iden- 
tifier d'une façon absolument sûre l'auteur de ces annotations. Elles ne 
sont pas de Fenel, comme le donnait à penser le catalogue de l'éditeur 
Glaudin, mais de l'abbé Pasques, chanoine de Provins (2). Ges notes 

1 1) Cf. G. JuLLioT ET M. Prou, Le livre Jes rdi<]iies de l'abbaye Je Saiitt-l'ierre-.e- Vif de Sens. 
Sens, Duchemin, 1X87, p.iv. 

(2) C est sans doute a la mort du chanoine Pasques (1830) que -Max. Michelin aura fait 



BiHLioGnAPHii-: 27 

sont rédigées avec beaucoup d'esprit, mais pourquoi tant de liberté 
dans le langage ? Pourquoi cette crudité d'expressions? Elles n'offrent 
d'ailleurs qu'un médiocre intérêt historique et se bornent, le plus sou- 
vent, h reproduire les erreurs courantes sur les fêtes dites de l'âne 
et des fous. L'auteur les a distribuées en trois articles : 

i" Sur le manuscrit noté, c'est-à-dire sur la copie elle-même; 

2° Sur les f êtes ?-idieules de l'Eglise supj.rimées\ 

3" Sur les cérémonies que F Eglise pratique encore et qui tiennent de 
celles qu'elle a supprimées. 

Le bon chanoine n'est, il est vrai, en cette circonstance, que l'écho 
fidèle des opinions reçues de son temps; mais que d'erreurs, que de 
sottes réfiexions, et surtout quelle ignorance du symbolisme pourtant si 
admirable de la liturgie et des cérémonies ! 

D'après Bourquelot, il existerait encore trois autres copies du missel 
sénonais. Il les énumère, mais sans indiquer, sauf pour la première, 
l'endroit où elles sont conservées. 

r Copie existant aux archives départementales de Seine-et-Marne. 

Elle ne s'y trouve plus aujourd'hui (1). 

2' Copie sur papier, petit format, qui a fait partie de la collection de 
M. Tarbé, de Sens. 

3" Officium stuttoriim ad usum metropoleos ecclesiae Senonensis. Copie 
10-4°, de 1689, annotée par le chanoine Laire, qui a appartenu à M. Tarbé. 

Nous ignorons où sont actuellement ces deux dernières copies. Elles 
n'ont certainement pas été vendues avec les autres manuscrits de la 
collection Tarbé, car leur titre ne figure pas dans la liste qui en a été 
dressée. (Cf. M. Quantin, Hist. des bibl. dans le département de lYo}ine, 
dans Bull, de la Soc. des Se. hist. et nal. de l'Yonne, 1875, 29" vol., 
p. 386.) 



l'acquisition de ce manuscrit. Voici, en outre, quelques renseignements que très aimablcinent 
nous a transmis M. Maurice Lecomte et dont nous lui sommes particulièrement reconnaissant. 

L'abbé Pasques (1744-1830] est une curieuse figure dans l'histoire de Provins. Esprit essen- 
tiellement bizarre et fantaisiste, il était mordant, malicieux, parfois même méchant, et on relève 
bon nombre de maximes quelque peu épicuriennes, au cours de ses écrits et poésies. Les anno- 
tations de notre copie ne sont pas de nature, au contraire, à infirmer le jugement de ses bio- 
graphes. 

Cf. A Lenoir, dans Bull. Soc. i'arch., sci., Uttres et arts du Jép. deS.-et-.Marne, 1894 ; A. Fourtier, 
Provins lettré, pp 104-106; M. Lecomte, dans Almaiiach hist., topo., stat. de S.-et-Marne et 
du diocèse de Meau.v, igoi. p 117. 

(i) C'est à la gracieuse obligeance de M. l'archiviste de Seine-et-Marne que nous devons cette 
information. 



L OKFICIJ DE PIERRE DE CORBEIL 



§ II. — Publications. 

A. — Editions [texte seul). 

\° Editions ititégrales. 

a) OJfice de la fête des Fous à Sens. Introduction, texte et notes, par Félix 
BoLirquelot, dans Bull. Soc. arch. de Sens, t. V, p. 87-186, année 1854. 

Dan.s la lettre qu'il adressait en juin 1854 au président de la Société 
archéologique pour solliciter l'insertion de son travail, l'auteur fait jus- 
tement ressortir l'à-propos et l'importance d'une telle publication. Il 
convenait du reste à cette Société d'en prendre l'initiative. En accueil- 
lant l'étude de F. Bourquelot, elle a rendu à la science un service si- 
gnalé. Le texte à lui seul occupe les pages 95-140. Des fautes nombreuses 
s'y sont glissées. Nous en avons constaté environ une cinquantaine, 
dont plusieurs très fâcheuses ont donné lieu à des interprétations erro- 
iiées. On eût souhaité en outre une meilleure disposition du texte, per- 
mettant de bien distinguer les paroles strictement liturgiques des inter- 
polations ou tropes. Il n'y a pas jusqu'à la ponctuation qui ne laisse à 
désirer; de sorte qu'en maints endroits le sens se trouve altéré. Mais, 
sauf deux ou trois lourdes fautes de lecture, ce ne sont d'ordinaire que 
des lapsus d ailleurs faciles à expliquer, surtout delà part d'un érudit 
peu au courant des choses de la liturgie. Cette science liturgique, il faut 
l'avouer, n'était alors que très peu en honneur. L'occasion nous sera 
donnée plus loin de relever les erreurs de l'auteur, comme aussi de citer 
quelques-unes de ses observations. 

b) Office de la Circoncision à l'usage de la ville de Sens, avec commentaires 
assez développés, publié par Félix Clément, dans son Histoire générale de la 
musique religieuse., Paris, 1861, p. 118-187. 

Trois pièces seulement ont été omises dans cette édition. Ce sont les 
trois épitres farcies qui font suite à l'office. La disposition du texte n'est 
pas meilleure que dans la précédente, dont elle n'est qu'une reproduc- 
tion fidèle, trop fidèle, puisque les mêmes fautes s'y retrouvent. Un 
avantage, précieux, c'est que plusieurs morceaux sont accompagnés de 
remarques liturgiques et musicales. 

L'auteur a tenu surtout à montrer que ce curieux office ne contient 
rien qui ne soit parfaitement convenable, sérieux, et en rapport avec les 
goûts et les habitudes pieuses de nos ancêtres. On sent qu'il avait à 
cœur de venger une cérémonie, en elle-même et à l'origine absolument 
irréprochable, des sarcasmes et des grotesques descriptions de tant 
d'écrivains de parti pris. 



lîIRLIOGruPHIE . 29 

(}. Julliot, comine suite à son travail sur ic diptyque, se proposait de 
reprendre cette étude du texte. Nul doute qu'il n'en eut donné une édi- 
tion pai'faite. La mort ne le lui a pas permis. N'étant pas spécialement 
versé dans les questions de liturgie et de musique ancienne, peut-être 
n'aurait-il pu fournir, sous ce rapport, qu'une étude incomplète, mais 
au moins serions-nous en possession d'un texte consciencieusement 
établi. Nous nous essaierons à combler cette lacune. 

•2° PiihlicatioJis partielles. 

Innombrables sont les ouvrages où se rencontrent des pièces détachées 
du célèbre office. Aussi faut-il renoncer à en dresser le catalogue exact. 
C'est du reste inutile. Il suffit de se reporter au Répertoire h/mnologique 
du chanoine U. Chevalier. C'est là que les spécialistes trouveront, à 
Vincipit de chaque pièce, la liste des manuscrits et ouvrages imprimés 
qui la contiennent ou l'indiquent simplement. Aussi ne manquerons- 
nous pas, au bas de notre texte littéraire, de rapporter, pour chaque 
morceau, le numéro du Répertoire qui s'y réfère. 

Signalons seulement deux publications où l'on a donné une série 
d'extraits et méritant par conséquent le nom de piiblicatio>is partielles. 

a) C'est d'abord celle qui a paru dans le Bulletin de la Société arch. 
de Sens (iSgS) contenant le compte rendu des fêtes du cinquantenaire 
de ladite Société (juin 1894). A cette occasion, on eut l'excellente pensée 
de donner, à la cathédrale, une audition de l'Office de Pierre de Corbeil 
■ comprenant une sélection de quinze morceaux, choisis parmi les plus 
remarquables. D'abord publiés avec une notice sur VOffice par M. l'abbé 
Chartraire, en forme de programme destiné aux auditeurs, ces extraits 
ont été ensuite reproduits dans le volume cité plus haut. 

Sans parler de cette notice-livret où se trouve parfaitement résumé ce 
qu'il importe de savoir sur l'ensemble de la question, disons que le texte 
emprunté au manuscrit original est présenté d'une façon très ration- 
nelle. Là au moins, on a eu soin de distinguer les passages purement 
liturgiques des tropes nombreux dont ils sont farcis. C'est d'ailleurs le 
procédé mis en honneur par Léon Gautier, dans son livre des Tropes, 
et universellement suivi depuis. Il va sans dire que c'est celui-là qui sera 
adopté dans cette édition. 

/') En 1895, le P. Dreves, dans se?, Aiialecta hynuiica medii aevi , en a 
publié un choix de piiis;-t-qiiatre luoixeaii.x, c'est-à-dire toutes les pièces 
poétiques de l'office. [Cautioiies et nuiteti, Leipzig, 1895, t. XX des 
Aualecta, p. 215-229.) 

Nous avons constaté avec plaisir qu'au Patreiu parit Jilia (n» 9), le 
P. Dreves a heureusement rectifié l'énorme faute de copiste qui rend 
incompréhensibles les paroles du refrain : Per graiiain.exe... 

Citons les incipit des pièces publiées : 



:) L Of-FICE DE PIERRE DE CORBKIL 

N" 1 . Lux hodie. 

— 2. Orientis partibus. 

— 3. Deus in adjutorium. 

— 4- Alle-resonent. 

— 5. Haec est clara dies. 

— 6. Christus manens. 

— - . Trinitas, Deitas. 

— S. Corde Patris. 

— g. Patrem parit filia, avec le refrain ainsi disposé: 

Per gvatiam^ 

traditiis est reJitus 

ad patriam. 

— 10. Natus est. 

— II. Benedicius sit hodie. 

— 12. Lux omni festa. 

— I?. Exurge, Domine, nostra. 

— 14. Castitatis lilium. 

— i3. Parentis primi. 

— 16. Nostrae quod prevideiat. 

— 17. Lux optata. 

— 18. Videront EmmaiiueL 

— 19. Quanto decet. 

— 20. Régis natalitia. 

— 21. Verbum Patris hodie. 

— 22. Super omnes alias creaturas. 

— 2?. Novus annus. 

— 24. Calendas januarias. 



B. — Publications [texte et musique). 



Il n'existe, nous l'avons dit, aucune édition complète [texte et chant) 
de notre manuscrit. C'est donc une véritable lacune. Nous pensons, en 
la comblant, donner aux spécialistes un monument riche en beautés 
littéraires et musicales, et qui offre, pour ainsi dire, le résumé, la s3-n- 
thèse du chant religieux et populaire du moyen âge. 

De la musique de cet office on ne connaissait guère, avant F. Clément, 
que quelques pièces rares, surtout la fameuse prose : Orientis partibus. 
Cette dernière se trouve dans Laborde : Essai sitr la mitsique ancienne 
et moderne, 1780, t. II, p. 232, notée en so/, et en mesure à 6/8. Mii.i.in, 
Mon ant. inéd.^t. II, p. SqS, l'a reproduite avec la même notation. Il 
est à peine besoin de faire observer que c'est là une transcription inad- 
missible. Mais peu importent les erreurs fatales du début. N'ont elles pas 
servi en effet, quoique de loin et indirectement, à la manifestation de la 
vérité ? Sachons donc gré à ceux qui, les premiers, ont su tirer des 
manuscrits poudreux du moyen âge les fraîches et naïves mélodies qui 
ravissaient l'àme de nos pieux ancêtres. 

Dès l'année 1847, F. Clément publiait le fac-similé de la prose de 



n» 


8. 


— 


9- 


— 


10. 





12. 


— 


i3. 


— 


'4- 


— 


I 3. 


— 


i5 bis. 


— 


i6. 


— 


1 6 bis. 


— 


H- 



BIBLIOGRAPHIE 3l 

l'ànc, dans les Annales archéologiques de Didron, t. \'II. Bientôt 
devaient paraître ses Chauls de la Saiute-C/iapelle {184g), extraits de 
deux manuscrits du xni* siècle ; le premier enregistre sous le n" 904, 
Codex bigotianus, 28, reg. 4218, Bibl. Nat., et le deuxièrne, l'office de 
la Circoncision, notre manuscrit sénonais. 

Ce dernier y est représenté par qiiator\e morceaux, du moins dans la 
quatrième édition (1876), car F. Clément n'a publié pour la première 
fois le beau chant du Trinilas que dans le journal Vlllitslralion du 
2 novembre i85o. Qu'on nous permette d'en placer ici la liste. 

1 . Haec est clara dies. 

2. Patrem parit filia. 

3. Deus in adjutorium. 

4. Orientis partibas. 

5. Viderunt Emmanuel. 

6. Populus gentium. 

7. Rex iiauis est. (Magnum nomcn Domini) 

8. Benedicamus Domino. (Corde Patris) 

9. Mariae gratias. (Super omnes alias) 
I o. Benedicamus. (Super omnes alias creaturasj 
I I. Deo gratias. (Virgo gemma virginum) 
1 2. Trinitas, Deitas. 
i3. Benedicamus. (Castitatis lilium) — 2g. 
14. Deo gratias. (Incorrupta) — 2g bis. 

Toutes ces pièces sont dotées d'un accompagnement et quelques-unes 
mises en partition. Mais pourquoi dans l'harmonisation de ces mélodies, 
et même dans leur simple transcription, l'auteur a-t-il si peu respecté 
les lois de la tonalité et du rythme ? De même, dans plusieurs passages, 
il n'a tenu aucun compte de 1 adaptation du chant aux syllabes du texte. 
Certainement aujourd'hui il eut suivi avec plus de fidélité la leçon mu- 
sicale du manuscrit. 

Cette publication, paraissant en pleine période de controverses grégo- 
riennes, ne pouvait manquer de susciter une série de critiques. Celles- 
ci ne lui furent pas épargnées. L'année suivante (i85o) paraissait en 
effet, dans le Correspondanl du 25 août, l'Examen critique des chants de 
la Sainte-Chapelle, par Th. Nisard. Les jugements qui s'y trouvent for- 
mulés, pour fondés qu'ils soient dans leur ensemble, appelleraient eux- 
mêmes une critique. Après avoir déclaré que tout conductus est sou- 
mis aux lois de la rythmique, l'auteur prétend qu'il faut écrire ainsi la 
prose Orieulis parlibiis, qui, on le verra, n'est qu'un couduclus : 

J J I J J I J J I J 

Ori- cnlis parti- bus 

En résumé, il soutient que F. Clément n'a pas révélé les mélodies 



32 



L OI-'FICE DE PIKlUiK DE CORIÎEIL 



liturgiques du mo_vcn âge, — qu'il ne les a pas bien traduites, — qu'il 
n'en a pas saisi le vrai mode d'exécution, et enfin qu'il les a mal har- 
monisées. 

Bourquelot, à son tour, a transcrit dans ses notes la mélodie de 
VOrientis parlibus d'après Millin, et celle du Trinitas d'après la traduc- 
tion publiée dans V Illustration par F. Clément. 

Citons aussi les quatre pièces reproduites par Brèves, op. cit., 
p. 207 : 

N° XXVI. — Orientis partibus. 

— XXVII. — Nostrae quod previderat. 

— XXVIII. — Dies festacolitur. 

— XXIX. — Super onines alias creaturas. 

Notation musicale blanche et très imparfaite, avec fréquentes altéra- 
tions de la mélodie. 

Quant aux copies distribuées aux chanteurs lors de l'audition donnée 
à Sens, en 1894, elles sont, sous le rapport de la transcription musicale, 
plus défectueuses encore. Faites d'après les principes de l'école mcnsu- 
raliste, ces copies ne donnent guère l'idée du texte original. Quelques 
exemples suffiront à montrer où l'on en arrive quand on obéit, 
même à son insu, à un système préconçu. 

Voici d'abord le Deiis in adjutoriuin. 



Version du ms. fol. i ""' : 



S 



i^^îv 



Pe- us in ad- iu- to ri- um. 



Transcription de F. Clément : fe — o — &— s o 



:ë=ii_jcA_,_^z^ 



De- us in ad-jii- to- ri- um. 



Version de la copie de 1894 : fo — g- 



-• — * o I I -*■ 



t-T ' :=^ 



De- us in ad-ju- to- ri- um. 



Et pourquoi ces différences ? Pour décharger la pénultièiîie atone ri 
de ses trois notes. Heureusement nous n'en sommes plus là I C'était si 
facile pourtant de copier le manusciit tout simplement ! 

Rappelons à ce propos que si la Commission de Reims et Cambrai 
en a agi de la sorte dans son édition, elle ne l'a fait qu'avec grande hési- 
tation, déclarant que c'était là un préjugé, et que ce préjugé finirait bien- 
tôt par disparaître. Elle ne s'était pas trompée. 

Mais encore un exemple, celui-ci plus extraordinaire encore. Nous 
mettons en regard trois versions du gracieux répons bref : Verbum 
caro : 



BIliLIOGItAlMIlK 



33 



Version du ms., fol. i.| ">: 



^E^^±^l 



L'cihum carolactum esl. El habi laiiii in no bis. 
Supf-Umcnt 3u\ Vivres de chant ( IZ 



11=:; .-"^B-^-Z Z-T' 1— .- ? -?, : 



Verbumcavo factum est. Et habi-tavit in no- bis. 




du diocèse de Sens, p. K5 : 



Copie de 1*^9 (: 



La première transcription .s'était contentée de briser l'avant-dcrnicr 
groupe f« {sol-fa) sur tuiii, pour en reporter la première note sur /irt". 
Elle est fidèle, du moins comme mélodie, dans J-'t habitaril in nabis. 
Mais, franchement, que penser de la version de icS(.)4? N'insistons pas. 



C. — Auditions. 

Sous peine de rester incomplète, la bibliographie d'une pièce drama- 
tique, par exemple, doit relater au moins ses principales représentations. 
Ne faut-il pas en dire autant d'une œuvre musicale ? Signaler ses audi- 
tions, c'est donc parfaire sa bibliographie. Disons par conséquent un 
mot de certaines exécutions partielles et modernes de notre célèbre 
ofiice. 

En publiant un choix des chants les plus remarquables du xin" siècle, 
F. Clément n'avait pas en vue seulement une restitution archéologique, 
il visait de plus un but pratique. Aussi s'est-il empressé, dès 1847, '^'^^ 
faire entendre quelques spécimens. Ce fut, cette même année, le 29 avril, 
au collège Stanislas que fut inaugurée la série des auditions dites des 
Cliants de la, Sainte-Chapelle. Mais le succès fut surtout éclatant lors 
de l'exécution de cette ancienne musique religieuse, dans la Sainte-Cha- 
pelle elle-même, le 3 novembre 1849, à l'occasion de l'institution de la 
magistrature. Depuis cette date, ces chants ont retenti plusieurs fois dans 
les principales églises de Paris, à Londres, à Moscou, à Rome. Par- 
tout, on les accueillit avec enthousiasme. Le 22 juillet 1875, quatre mille 
personnes se pressaient dans les nefs de l'église Saint-Eustache de Paris 
pour assister à la quinzième audition de ces vieilles mélodies. 

Rien ne pouvait mieux que ces auditions, qui obtinrent un retentisse- 
ment universel, faire goûter les beautés musicales du moyen âge et favo- 
riser par conséquent la restauration, la résurrection des mélodies gré- 
goriennes. Félix Clément a donc bien mérité de l'art sacré, et, malgré 
les très justes sévérités de la critique à son égard, une part lui revient, 
dans cette renaissance liturgico-inusicale qui s'épanouit actuellement 
sous nos yeux. 

OFFICE DE P. DE CÛRBEIL. 3 



H 



L OFFICE DF, PIKRUE DE CORBEIL 



Par suite, notre manuscrit lui aussi y a été pour quelque chose. De 
sorte que, grâce à lui, l'illustre Église de Sens, qui, on se le rappelle, a 
jadis favorisé l'adoption, en France, de la liturgie et de la cantilène 
romaines, ne sera pas restée jusqu'ici tout à fait étrangère au glorieux 
mouvement de réforme du chant religieux. 

Elle y aura même positivement contribué, quoique de loin, par l'au- 
dition déjà signalée de 1894. Certes, une meilleure traduction de la 
notation eût produit des résultats autrement satisfaisants. Mais telle est 
la nature, tel est le caractère intrinsèque de nos chants sacrés, qu'en 
dépit des mutilations et des interprétations défectueuses, ils conservent 
toujours une grande puissance d'intérêt, et que de leur exécution, fùt-elle 
imparfaite, se dégage quand même un charme d'une saveur particuliè- 
rement pénétrante. 



D. — Bibliographie proprement dite. 

Nous n'avons nullement la prétention de composer ici une liste com- 
plète de tous les ouvrages où il est parlé de notre office. Pareil cata- 
logue serait interminable. Du reste, il convient de grouper en diverses 
catégories les livres contenant des dissertations ou des études relatives 
à cette question. 

D'abord, ily a les Iiisto)'icus,\es 7-l'ciu'iIs, dicliutiiiaires, qui ont envisagé 
cette même question sous un aspect général. Ils ne traitent donc de 
l'office que d'une façon accidentelle. Dès lors, on ne saurait les faire 
rentrer dans la bibliographie de notre manuscrit. Toutefois, pour la 
commodité du lecteur désireux de se documenter amplement, nous men- 
tionnerons ces ouvrages généraux, mais seulement d'une manière suc- 
cincte. 

Ensuite, se présentent les travaux spécialement écrits pour le manus- 
crit de Sens. Nous les énumérerons avec quelques détails. Ce sont eux, 
en effet, qui constituent la véritable bibliographie que nous avons h établir. 

Il reste encore une abondante série d'études, de notes et d'articles 
parus sur le même sujet, dans les revues et publications de tous genres. 
Il suffira d'en mentionner un certain nombre. S'astreindre, en effet, à en 
faire le relevé ne serait qu'une pure curiosité de notre part, d'autant plus 
que ces articles le plus souvent se copient les uns les autres. Ecrits 
d'ailleurs dans un but de vulgarisation, ils sont h peu près de nulle utilité 
pour l'érudition. 

Nous nous en tiendrons donc, après une courte énumération des 
ouvrages généraux, aux seules publications offrant un caractère histo- 
liqLie. 



BIBLIOGRAPHIE 35 

1° Ouvrages généraux. 

MoRERi, Dictionnaire historique, au mot : Fête des fous, Fête des ânes. 

DucANGE, Glossarium, etc., ., au mot : Festum fatuorum. 

Du TiLLioT, Mémoires pour servir à l'histoire de la fête des fous qui se fai- 
sait autre/ois dans plusieurs églises. Lausanne, 1741, in-S". 

Fl.-egel, Histoire du comique grotesque, suivie de V Histoire des Fous en 
titre d'office. 1788. 

Pkudhomhe, Histoire des religions, des mœurs et coutumes religieuses, 
superstitions, etc.. 1810. 

Rigollot et Leber, Monnaies inconnues des évêques des Innocents et Jei 
Fous. Paris, Merlin, 1837, in-8°. 

Leber, Recueil de mémoires et de dissertations, t. IX. 

Du Méril (Edelestand), Origines latines du théâtre moderne. Paris, 1849. 

BussEROLES (J. de), Notice sur les Jetés des ânes et des fous, etc. Tours, 
iSSg. 

Leroy Onksime, Etudes sur les mystères. 

Il faut, de plus, consulter les historiens, comme Dulaufc, Millin, 
Michelet, etc. 

Il existe une foule d'ouvrages particuliers traitant des fêtes des Fous, 
des ânes, etc., qui se célébraient dans bon nombre d'églises, au moyen 
âge, notamment à Beauvais, à Rouen, à Autun, Chartres, Auxerre, Pro- 
vins, Avallon, Chablis, etc. On trouvera une suite de notices bibliogra- 
phiques relatives à ces offices particuliers, dans les deux mémoires sui- 
vants : Les études d'histoire liturgique en France au XIX" siècle, par 
l'abbé Marcel, à la fin de son excellent ouvrage : Les livres liturgiques 
du diocèse de Langr es. Paris, Picard, 1892. 

Travail analogue et fait par diocèses, dans U. Chevalier : La renais- 
sance des éludes liturgiques, 2^ mémoire. Lyon, 1898. Extrait de l'Uni- 
rersilé catholique. 

2° Ouvrages relatifs au manuscrit de Sens. 

Nous les présenterons par ordre chronologique, en marquant d'un 
astérisque les plus importants. 

1715. — Fenel (L'abbé C. -H.), Lettre à l'abbé Lebeuf,d\x 3 lévrier. Citée par 
Bourquelot, op. cit., p. 141. 

* 1726. — Lebeuf (L'abbé), Lettre ou dissertation sur quelques singularités 
de l'office des Fous et de l'alleluya, dans Mercure, décembre. 

17S0. — Laborde (J.-B.), Essai sur la musique ancienne et moderne, i II. 

p. 232-33z| . 

1800. — Laire (Le Père\ Dissertation manuscrite. 

Cette étude du savant bibliographe existe- t-elle toujours ? Nous ne 
saurions l'affirmer. Voici à son sujet tout ce qu'il nous a été possible 
de recueillir. Dans la lettre du P. Laire. du i'''' nivôse (an IX) (21 déc. 



36 l'office de PlIlKItE DE COIUSFII. 

1800), datée d'Auxcrre et adressée à Pasumot (Cf. Bull. Suc. arc/i. de 
Sens, t. XX, p. 75, et Bull. Soc. des sc.de l'Yonne, t. VIII), nous relevons 
ce passage : « Fournier va m'imprimer des recherches sur un manuscrit 
de Sens sur la fête de l'àne et un office des fous. » Ce travail, très pro- 
bablement, ne fut pas imprimé. On n'en connaît, à Auxerre, aucun 
exemplaire. 

Dès l'année suivante, 1802 (4 ventôse an X), Coste, bibliothécaire de 
Besançon, demandait par lettre à Th. Tarbé si l'on avait imprimé la 
dissertation du P. Laire sur la fête des Fous. (Cf. Lettre de Coste à Th. 
Tarbé, dans Bull. Soc. arch. de Sens, t. XIX, p. 228, en note.) 

Millin a eu cette copie entre les mains, car c'est par elle qu'il a connu 
le sentiment du P. Laire concernant le quatrain du feuillet de garde, et 
que nous avons relaté plus haut. Cette dissertation existait donc encore 
en 1804. A. Chérest, op. cit., dit qu'il n'a pu retrouver le travail du 
P. Laire. C'est une perte regrettable. Souhaitons qu'on le puisse décou- 
vrir un jour. 

1804. — MiLLiN, Monuments antiques inédits, t. II. 

* 1807. — Voyage dans les départ, du midi de la France, i'^'' vol., 

60 et suiv. 

i838. — Garinet, La fc te de l'âne célébrée dans la cathédrale de Sens, le 
I"' janvier de chaque année. Reims, in-8", 6 p. (extrait). 

1847. — Danjou, Revue de musique religieuse, 3'" année, p. 287. 

— Clément (Félix), Le Drame liturgique, dans Annales archéologiques 
de Didron, t. VII et suivants. 

1840. — Clément (F.), Citants de la Sainte-Chapelle. 

— Didron, Introduction des chants de la Sainte-Chapelle. 

i85o. — NisARD (Th.), Examen critique des chants de la Sainte-Chapelle . 

— Carlier (L'abbé), Mémoire lu au congrès archéologique de Sens. 
Ce travail n'a pas été imprimé. Seules, les conclusions en ont été publiées par 
Nisard dans l'étude suivante. 

i85i. — Nisard (Th.), Archives des missions scientifiques et littéraires, 
(avril, p. i8g). Rapport adressé au ministre de l'instruciion publique, le 24 
février i85 i . 

* 1853. — Chérest (Aimé), Nouvelles recherches sur la fête des Linocents 
et des Fous, dans Bull. Soc. scienc. de lYonne, t. VII, p. 7-82. 

— Prfnier (L'abbé). Résumé d'une lecture faite en séance, le 4 décembre, 
dans Bull. Soc. archéol. de Sens, t. IV, p. 202. 

* 1854. — Boi rquelot (Félix), Office de la fête des Fous à Sens. Introduc- 
tion, texte et noies, dans Bull. Soc. archéol. de Sens, t. V, p. 87- 1 86. L'auteur 
fait suivre son travail de larges extraits de l'office de la Circoncision à l'usage 
de Beauvais, empruntés à la copie de Dom Grenier, actuellement à la Bibl. 
nationale (Picardie, i58, fol. 3 2 et suivants) ( i). 

(i; L'office de Beauvais offrant beaucoup d'analogie avec celui de Sen.s, nous croyons utile de lui 
consacrer ici quelques lignes. Le ms. original est aujourd'hui au Musée Britannique, Egerton, 
2615. Format in-8». Avant la Révolution, il appartenait au chapitre cathédral de Beauvais. Dom 
Grenier en a relevé l'ollice presqu'en entier. Disparu à la Révolution, on le retrouve en Italie vers 
1840, En 184^, Danjou l'étudié à Padoue et en extrait le Liuius Dcinidis (Cf. Revue de 'mus . rel., 



BIBLIOGKAPHIE 37 

* i858. — CARLiliR (L'abbé), Sur railleur du missel appelé le missel des Fous 
dans le même bulletin, t. VI, p . 56-68. L'abbé Carlier soutient dans cette étude 
que Pierre de Corbeil n'est pas et ne peut pas être l'auteur de l'office de la 
Circoncision contenu dans le missel. Par contre, il prétend que c'est lui qui a 
établi dans l'église de Sens la fête elle-même de la Circoncision. 

1861. — CoussEMAKER (de), Drames liturgiques, Paris, Didron, in-4°, 33o 
pages. 

* — Ci-KUEtiT (F., )OJpce de la Circoncision à l'usage de la ville de Sens, texte, 
annoté dans Hist. gén. de la musique religieuse, p. 1 18-187. 

1890. — Heure {Pa^vA), L'Office de la fête des Fous et sou diptyque d'ivoire d 
la bibliothèque de Sens, dans Curiosité universelle, oct. 27, et Revue de Cham- 

va gne, 2" sér., t. II, p. 956-960. 

1891. — Dans la séance du 4 mai de la Société arch. de Sens, M. labbé 
Chartraire, à propos de l'article paru dans la Reviiede Champagne (déc. 1890), 
affirme le caractère absolument correct et religieux de l'office appelé vulgaire- 
ment Office des Fous, et proteste contre les interprétations malveillantes, ou 
du moins erronées, données trop souvent à quelques passages de cet office. 

» — JuLLiOT (G.). A la même Société, séance du !"■ juin, l'auteur donne 
lecture de son étude sur le diptyque d'ivoire publiée dans le Bull, de 1897, 
t. XVIII, et l'accompagne de quelques commentaires sur le texte et spécia- 
lement sur la prose de l'âne. 

*i8o4. — Chartraire (E.), Office de Pierre de Corbeil. Notice et programme, 
à l'occasion des noces d'or de la Société arch. de Sens, Duchemin , Sens. 

» — Dreves (le P.), Article sur l'office de Pierre de Corbeil, da.ns Stim- 
men aus Maria Laach, tome X, p. 375 et suiv. L'auteur, ayant remarqué dans 
cet office un certain nombre de pièces antérieures à Pierre de Corbeil, encon- 
dut que celui-ci ne peut être que le re\/<.jc^ei/r de l'olfice de Sens. Il reconnaît 
toutefois qu'il a pu composer plusieurs des morceaux qui s'y trouvent contenus. 

1895. — Reproduction, dans le i?M//e/(n Soc. archéol. de Scns\ des pièces 
parues dans la notice-livret mentionnée ci-dessus. 

1903. — BoN\ccoRSi (\), De /esto asinurum, dans Ephemerides liliirgicae, 
avril-mai, Romœ, p. 3o2-3o6. 

Dans la liste qui précède figurent des publications dcjii énuméfées au 
cours de la description du manuscrit. Mais nous avons tenu à être aussi 
co.rnplet que possible, et pour cela à présenter, dans une vue d'ensemble 
et par ordre chronologique, la série de ces diverses études. 

Evidemment, nous le savons, il en existe d'autres, mais du moins 
trouvera-t-on groupées ici les principales. Nous ne pouvions mieux ter- 
miner cette première partie de notre introduction que par l'exposé mé- 
thodique de ces notes bibliographiques. 

1848, p 65-78, et suppl, musicall. Description du ins. : « Ce ms. se compose de 109 folios coté; 
le ig' est colé 3 fois La i'» page est mutilée. Il commence par les mots : Incipit cantor : Llx 
itoDiE, i.vx LETiTiE, suivis de la fameuse prose Oricntis partibus i 5 parties, et intitulée conductus. 
Tous les morceaux qui s'y trouvent ont rapport à l'octave de Noél, à l'exception de deux pièces 
qui terminent le ms. et qui sont relatives à l'olfice de Pâques et à la fête de saint Pierre, patron 
de la cathédrale de Beauvais. » Cf. Coussemaker (de). Drames liturgiques, p. 322. 

Il en est encore question, Bibl. nat., fonds Picardie 14, fiche 41 et suiv. Ce manuscrit a été 
écrit entre les années 1227 et 1234. Voyez ; Appendices, à la fin de ce volume. 



DEUXIÈME PARTIE 



L'OFFICE 



SA NATURE. SA COMPOSITION. 

D'où vient que le manuscrit sénonais est généralement désigne sous 
le nom de Missel des Fous ou de Missel de l'âne ? 

D'abord, pourquoi Alissel? Ce titre ne donne qu'une idée incomplète 
de son contenu. Pourquoi ensuite Missel des Fous ? — Le quatrain et 
les deux vers copiés sur le feuillet de garde font, il est vrai, positivement 
allusion à la Fe^c'tfc's Fo«s, mais c'est là, nous l'avons vu, une addition 
postérieure de deux cents ans au corps de l'ouvrage, absolument dis- 
tincte, par conséquent, de la composition primitive. Pas un mot, dans 
tout le manuscrit, qui soit relatif à ce genre de fête ; l'expression même 
ne s'y trouve pas une seule fois. « L'Office dont s'est servi jadis l'Eglise 
de Sens, au jour de la Circoncision, écrivait Taveau, en 1608, et que le 
peuple appelait l'Office des Fous, a mérité ce titre, non pas pour ce qu'on 
y chantait, mais à cause des scènes de désordre et des réjouissances 
folles dont cette fête était l'occasion. » « Ainsi, dit à son tour A. Chérest, 
lorsqu'on appelle ce livre le Missel des Fous, on envisage moins son 
caractère intrinsèque que les singulières coutumes auxquelles il se rat- 
tache... Le nom de Missel de l' dite n'est guère mieux justifié, puisque 
les vers où il est question de l'âne n'en forment que l'introduction, la 
64* partie. Son véritable titre est celui que l'auteur a lui-même inscrit 
en tète de son œuvre : Circumcisio Domini. » 

Que contient donc au juste ce fameux manuscrit? — Tout simplement 
l'office ordinaire et en partie tropé delà Circoncision, avec adjonction 



40 L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 

de nombreuses pièces qui lui sont étrangères. A peine s'il s'y trouve 
quelques morceaux dépourvus de tout caractère liturgique. Notre office 
n'est donc, ainsi qu'on l'a trop souvent répété, ni un mystère, ni un 
drame religieux. Tout au plus en est-il une vague et lointaine ébauche. 

Voici en quels termes le décrit l'abbé Lebeuf, dans \t Mercure de 1726: 
c< On voit [dans l'office de Sens] un invitatoire au commencement de 
chaque nocturne : ce qui peut servir àprouver que ce jour-là on séparait 
les trois nocturnes en trois veilles, d'autant plus aisément que les 
longues nuits, telles que celles de l'hiver, étaient plus propres à cette 
séparation; ou plutôt, il faut dire que cet usage était pour singulariser et 
privilégier la fête. Cet office est une véritable rapsodie de tout ce qui se 
chante durant le cours de l'année. Toutes les pièces des autres offices, 

au moins les principales, y passent en revue, les chants de Pâques 

comme ceux du Carême ; le gai est mêlé indifféremment avec le triste, 
le lugubie avec le joyeux ; c'est un assemblage le plus hétéroclite que 
vous puissiezvous imaginer « 

Cette dernière appréciation nous paraît quelque peu forcée (i). L'as- 
semblage n'est pas si hétéroclite que se l'est imaginé le savant abbé. 
Un examen attentif montre, au contraire, que l'auteur, pour son œuvre 
de compilation ou de centonisation, a de préférence emprunté les chants 
qui se rattachent au cycle liturgique de Noèl. 

Mais rien ne saurait mieux donner une idée de la nature et de l'or- 
donnance de cet office que dégrouper, en un tableau s^'noptique, les 
incipil de toutes les pièces qui le composent. 

Les voici donc répartis en trois colonnes : 

D'abord les pièces strictement liturgiques. . . Colonne A . 

Ensuite les tropes et autres morceaux étrangers, quoique liturgiques. Colonne H. 
Enfin les pièces d"un genre spécial Colonne C. 



(i) Toutefois, disons que si la rétlexion de l'abbc Lebeuf n'est pas juste relativement à l'ensem- 
ble de l'office, elle s'applique parfaitement aux pièces /arci'es, telles que le Pater, le Credo, VèpUre 
de la messe, le grand Credo, le Gloria. Le tableau que nous dresserons, à la fin de ce volume, des 
principales réminiscences ou centons, le démontrera d'une façon saisissante. Ces morceaux farcis 
sont de véritables mosaïques musicales et littéraires, toutes faites de bribes de mélodies qui chan- 
taient dans la mémoire, chevilles harmonieuses habilement adaptées. 



L OKI-ICK 



4' 





Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 


TITRES 

des 

I>IKCES 


OFFICE PROPF<EMENT DIT 


TROP ES 

ET PIÈCES LITURGIQUES 

étrangères à Toffice 


PIÈCES 

P.\RTICULIÊRES 

(extra- 

lilurgiqucs) 




PREMIÈRES VEPRES 




Lux hodie. lux 


clesiiTe. 






letitiae. 
Orieniis parii- 
bus. 


bu la m. 




Iniende laborantium|(i). 
Aile resonent] 
llaec est clara dies. 
Salve, festa dies. 
(Laeteinur gaudiisj. 

y. Christus mancns 

ITrinitas, Dcitas]. 

1 Corde Palris]. 
[Super omnes alias j 
[bencdictas fcminasj. 








Ant. 
Capituhnn . 


Virgo hoclie fidelis, Ps. Dixit. 
Virgo vcrbo conccpit. — Cou/itchor. 
Nesciens mater. — Bejiux vir. 
Virgo Oei geniirix. — De profundi^. 
Hodie intacta. — Mcmento. 
Populus gentium. 
Descendit, cum prosa . 




Ant. 
Oijtio. 


Qui de lerra est. /'s. Mi.ii;nijical. 

Deus qui salutis. 

Benedicamus 
















Ant. 

llyiiiiius. 

Versictilus . 
Ant. 


COMPLIES 

Magnum numen Ijornini. 

(^itm iin'ocarem — In le — /Tcccr iitiiic. 

Te kicis 

Con\'ertimini. 






Media viia. 

Kyrie 

Pater 

In pacc. 

Credo. . 


1 Pater cimcta]. 
|l'"ideni augej. 

Solus qui lueiur]. 
Patrem paritj. 










InviUil. 


MATINES 

Domine, ladia mea. 

Deus in adjulorium. 

Natum snb lege. Ps. Veiiite. 

— Quoniam ûfiis. 

— (Muiia. 


Saliis aeterna 

[Dextera Dei|. 

O Nazarene 
Caeleste organum. 




Ant. 


\' NOCTURNE 

Dominns dixit. P.'i. Quaix frcninernnt. 
In sole — Cadi cnarrant. 
Elevamini. — Domini est tt-Tm. 




^- 


Ouem vidistis. 
O magnum. 
Styrps Jesse. 

Il'' NOCTURNE 




Ps. 
Hymnus 


Quoniitin. — Hodic. — Cturi.i. 






(l) L'incifit des tropes est p 


lac ceutre crochets. 



42 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



TITRE 
des 

PIÈCES 



.-1 lit. 
Versiadus , 



Invitât. 
Ps. 

HynifiHS. 
Ant. 



Versicuhis . 



Condiict. ad 
ludos. 



Atit. 



Capit. 
Hyiutîus. 
Vcrsiculus 
Ant. 



Hymnus. 

Ant. 

Capit. 

Versi>:ulus . 



Hym)iiis. 

Ant. 

Capit. 

Versiculua 



Conductus 
Conduct. ad 
preshytcr. 



Colonne A 



OFFICE PROPREMENT DIT 



Spccinsiis. Ps. Eructavit. 

Homo natus. — Fundamcnta. 
Exiiltahunt. ^ Cantate. 



regem caeli. 
Ecce agnus Dei. 
In principio. 

III" NOCTURNE 

Chi'istus natus est. 
Ouadrai^inta annis. — Gloria. 



In principio. Ps. Dominus regnavit I. 

Ante luciferum. — Cantate II. 

Nato Domino. — Dominus rci:navit II. 



Sancta et immaculata. 
Verbum caro. 
Te laudant. 



Te Deum, 



LAUDES 



O admirahile. Ps. 
Quando natus est. — 
Rubum quem. — 

Germinavit. — 

Ecce Maria. — 

Apparuit. 



Dominus regnavit. 

Jubilatc. 

DeuSy Deus mena. 

Benedicite. 

Laudate Domiiuim 



Mirabile. 
Benedicamus 
Deo gratias. 



Ps. Benedictus. 



PRIME 



Deus in adjutnrium. 



Jam lucis. 

b admirabile. Ps. Deus in nominc. 

Régi autcm. 

Jesu Christc. y. Tu Patris. . Gloria 



Kyrie. . . 

Pater 

Credo . . . . 
Benedicamus. 
Deo gratias . 



TIERCE 

Nunc sancte. 

Quando natus es. Ps. Legem. 

Virgo vcrbo. 

Verbum caro. y. Et habita\ il. Gloria. 



Benedicamus. 



Colonne B 



TROPES 

ET PIÈCES LITURGIQUES 

étrangères à 1 office 



Qui carnem sumpsisti. 



Ave Maria. 



Alacntate multa. 



Hac Clara die turma. 
[Benedictus sil hodie. 

[Lux omni festa]. 
|0 matris aima]. 



Veni, sancte Spiritus. 



Exurge, Domine. 
I Pater cuncta]. 
(Fidem auge]. 
fSolus qui tuetur]. 
[Castitatis lilium]. 
[incorrupta virgo]. 



Colonne C 



PIECES 

P.-VKTICLLIÈRES 

(extra- 
liturgiques). 



Natus est, Na ■ 
tus est. 



[Sedenlem in supernae. 
[Parentis primij. 
Nostrac quod previderat. 
Dies festa colitur. 



L OIKICE 





Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 


TITRE 
des 

PIÈCES 


OFFICE PROPREMENT DIT 


TROPES 

ET PIÈCES LITURGIQUES 

étrangères à l'office 


PIÈCES 

PAIITICULIÉRES 

(extra- 
liturgiques! 


Iiitroitiis. 


MESSE 

Puer iintus est. Ps. Cantate. 

Kyrie 


[Clemens rector]. 

Cujus rcboatj. 

^ux optata claruit. 
[Laudem Deo dicam|, 
[. , . Emmanuel|. 






Gloria. . . . . . 










I,\ G. 
>•• 

PlOS^I. 


Epistiila 

Videriiiu 




Notum fecit. 
Alléluia, Muliifaric. 
Lactabundus. 


QuanKi dccct honore. 

[Unum Dcumin Trinitalc] 

[Perpetuo numincl. 
[Qui sedes]. 






Evangelium. 




Offert. 


Tui sunt caeli. 
Sanetus . 




Coin. 


Açnus 

Vidcrunt omncs. 
Itc, missa est. 




llrmiiiis 

A'nt. 

Capit. 

X^ersiculus. 


SE.XTE 

Rectiu- potcns. 

Rubumquem. Ps. Defccit. 

Apparuit. 

Ipseinvocavit me. j-. Patcrmcus. — Gloria. 


Quos florigero. 
[Régis natalitia]. 






Benedicamus . . . 










Hymnus. 
Ant. 
Cap il. 
\i. 
i'crsicul. 


NONE 

Rerum Dcus. 

Ecce Maria. /',•;. Mirabilia. 

Virgo verbo. 

Notum fecit. f. Salutarc — Gloria. 


[Oui scis infirma]. 
jVerbum Patris hodie). 






Benedicamus 












VÊPRES 

Deus in adjutorium. 


[Alle-rcsonent|. 

Descendit, f. T;inqiiain. 

Iti principio. j.Quod fao • 
tu m est. 

Styrps Jesse. y. Virgo Dci. 

Te laudant y. Ipsum ge- 
nuisti. 

[Sancla Dei genitri.v.] 




H y m. 
A'ut. 

Ant. 

Ant. 

^■ 
Ant. 

^■ 

A nt. 
Capit. 

Veraicul. 
Ant. 


A solis ortu cardine. 

admirabile. Ps. Dixit. 




Quando natus es. Ps. Confitehor. 




Rubum quem. Ps. V,catiis. 




V.CCC Maria. Ps. De piofundis. 




Mirabile. l's. Mémento. 
Populus genliiim. 
Gaude Maria, eum prosa. 

beata infantia. Ps. Magnificat. 
gratissimi. — Et exultavit. 
lelices. — Ç,"''' 'espexif. 
praescpe. — Çkiii fecit. 
beata. — Et misericordia. 





-14 



L OFFICE DE PIERRE DE CORnEIL 





Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 


TITRE 

des 

PIÈCES 


OFFICE PROPRE.MENT DIT 


TROPES 

ET PIÈCES LITURGIQUES 

étrangères à l'ofKce 


PIÈCES 

P.ARTtCULlÈRES 

(e.\tra- 
liturgiques) 


A II t. 


gialissimi Ps. Fecit potcntiaiu. 
O lelices. — Dcposuit. 
O praesepe. — Esurientcs. 
O beata. — Siiscepit Israël. 
O gralissimi. — Sicut locutus est. 
O telices. — Gloria. 
O praesepe. — Sicut erat. 
Alléluia. 

Benedicamus 

Deo gratias .... 


Super omnes alias]. 
Virgo gemma]. 


No\us annus. 








Calendas janua- 


Versus. 




rias- 
crucifcr. 


Epistold. 


De bcato Slephano, 
De saiiclo Joanne, 
De Innocentibus. 


Vcrnant fortia] 
.■\d laudem régis]. 
[Laus, honor, virtus]. 





Étudions un peu ce tableau. 



Colonne A : 

Un simple coup d'œil sur cette première colonne suffit pour convain- 
cre que nous sommes en face d'un office réel, d'ailleurs parfaitement 
régulier, comprenant : Premières Vêpres, Compiles, Matines, Laudes, 
Prime, Tierce, Messe, Sexte, None et Vêpres. Donc, rien n'y manque. 
Observons en outre que c'est un office séculier et non monastique, de 
tout point conforme aux habitudes liturgiques de cette époque. 

Examinons successivement chacune de ses parties, en faisant ressor- 
tir quelques-unes des particularités qui s'y présentent. 

Cl) Vêpres. — Deux choses à remarquer seulement : le répons qui suit 
le capitule, et l'absence d'hymne après ce même capitule. 

La liturgie ancienne plaçait après les lectures un chant responsorial 
ou répons. De là, dans nos oftices actuels, les grands répons de Mati- 
nes, les répons brefs après les lectures ou capitules des petites heures, 
et le Graduel (Répons-Graduel) après l'épître, à la messe. Il en était 
de même aux vêpres, mais pour celles-ci cet usage a disparu. Seule, la 
liturgie monastique l'a maintenu, en substituant toutefois un répons 
bref au répons prolixe chanté anciennement. Ici, l'auteur a fait choix 
du beau répons de Noël Descendit., avec ses prosiiles, répons très connu 
au moyen âge sous le nom de Fabricae miiitdi. Pour les secondes 
Vêpres, il a pris le répons non inoins célèbre Gaitde Maria. 

Quant à l'absence d'hvmne, elle s'explique facilement. On sait, en 
eflet, que l'ordo romain, du moins d'une façon officielle, n'accueillit les 



r. oi'FicF. 43 

lu'innes qu'à une épiKjUi-' assez taidive, vraiseaiLIableuieni veis la se- 
conde moitié du xn" siècle. Il est en outre bien probable que leur intro- 
duction ne se fit pas, dans toutes les heures canoniales, dans le même 
temps. Ainsi s'expliquerait pourquoi notre oflïce en possède par exem- 
ple aux petites heures, alors qu'elles font défaut dans les autres parties 
de l'office. Même aujourd'hui, nous n'avons pas d'hymnes, aux derniers 
jours delà Semaine sainte, pas plus que durant l'octave de Pâques. 
C'est le répons-graduel Hacc dies c[ui en tient lieu. 

b) Compiles. — Cette partie de l'office se présente avec quelques mo- 
difications. Rien d'étonnant, si on se rappelle que très longtemps les 
Gomplies furent considérées comme un exercice purement spirituel, ne 
rentrant pas dans le cmsus proprement dit. Même si l'on adopte l'opi- 
nion qui attribue les compiles à l'ensemble de l'office et en place l'ori- 
gine bien avant saint Benoit, il faut admettre que cette heure a subi 
de nombreuses variations, avant de parvenir à sa forme définitive (i). 

La leçon brève du début manque ainsi que la confession, sans doute 
parce que le copiste s'est borné à ne reproduire que les seules pièces 
chantées. Nous verrons plus loin qu'il a de même omis les leçons de 
Matines. L'antienne si gracieuse Magnum nomen, empruntée à la 
fête de Noël, est suivie de trois psaumes seulement. A la place du Salra 
nos ne trouve l'antienne : Rcsponsiun accepit, tirée de l'office de la Puii- 
fication et que vient compléter le cantique : Niinc dimillis, qui en est la 
suite naturelle. 

Nous maintenons dans cette colonne l'antienne Media j'ita, et le 
répons In pace, parce que ces deux pièces, anciennement et au temps 
du Carême, figuraient à cette même place, sinon dans le même ordre, 
ainsi qu'on le dira plus loin (2). Encore aujourd'hui, elles existent dans 
l'office des Dominicains qui les chantent, à Complies, en Carême et au 
temps de la Passion. 

c) Matines. — Il convient de remarquer, avec l'abbé Lcbeuf, que cha- 
que nocturne a son invitatoire spécial auquel on répond par un ou deux 
versets du psaume Venile et parle Gloria à la fin. Cette particularité, 
bien qu'elle ne prouve pas absolument que les nocturnes étaient séparés 
en trois veilles, le laisse pourtant supposer, d'autant plus que c'était 
l'habitude, dans la primitive Église, selon Durand de Mende, de réciter 
ou de chanter inaliues à trois reprises différentes (3). En tout cas, ce pro- 
cédé ne pouvait donner à la fête que plus d'importance et de solennité. 

A l'exception de quelques répons, cette partie de l'ottice est e.xacte- 



(') Cf. R. P. Parcoire, clans Revue ii'hist. et de lift, religieuses, i8g8, t. 111. p. .(56-467. 

(2) Cf. noire article à ce sujet dans Tievuc du chant grégorien, mars-avril 1905. intitulé: 
Un lipons di Comf lies pour le temps du Carême. » Le ^. In pace y est publié d'après le ms 29 
de la Bibl. de Sens, xiv siècle. 

(5) Cf. Do.M Baûmer, liist. du Bréviaire, irad Biron, t I, p. 263, note. 



aS l'office df. pierre de corbeil 

ment celle du bréviaire actuel. Chacune des pièces qui la composent 
devant plus loin faire l'objet de notes particulières, nous n'entrerons ici 
dans aucun détail. 

d) Laudes. — A part l'hymne, les Laudes sont celles du bréviaire. 

e) Prime. — Rien de particulier à noter. 

/■) Tierce. — Le copiste a jugé inutile de répéter, ici comme plus loin 
à Sexte et à None, le Deus in adjiiloriiim. 

g) Messe. — Elle est la même qu'aujourd'hui, avec en plus naturelle- 
ment la prose Laetabundiis, la paraphrase littéraire et musicale du 
répons-graduel, et les tropes des chants communs : Kyrie, Gloria, etc. 

h) Vêpres. — Une particularité digne de remarque, c'est la division 
de l'antienne O beata infanlia en quatre phrases successivement inter- 
calées entre les versets du Magnificat. Cette façon de chanter une an- 
tienne en alternant ainsi ses fragments était très en vogue au moyen 
âge. « Il ne faut pas y voir, écrit le docteur Wagner, un effet de certaine 
licence liturgique qui parfois s'introduisait au déclin du moyen âge; 
mais nous avons là une manière de faire apparentée à l'antiphonie pri- 
mitive dont elle est sûrement un des plus anciens témoignages. Cela 
ressort non seulement du fait que nous trouvons quelque chose de sem- 
blable dans laliturgiegrecqueet que précisément les plus anciens manus- 
crits de l'Office en renferment de nombreux exemples, mais encore du 
nom qu'on donnait à cette pratique ; aiitiphonare. « Aujourd'hui, 
nous antiphonons » est une rubrique courante dans les manuscrits. Un 
livre de chant (x'^ siècle) de la bibliothèque Vaticane marque les cinq 
antiennes suivantes pour le Magnificat des Vêpres de Noël : 

Anl. : Gloria in excelsis Dec. 
Virgo verbo concepit. 
Nesciens mater virgo. 
Nato Domino angelorum. 
Natus est nobis. » 

Le même auteur signale encore un entrelacement analogue et non 
moins curieux pour les vêpres à\i Samedi saint. (Cf. P. Wagner, Origine 
et développement du chant liturgique, trad. Bour, p. i5i et suiv.) Une 
trace de la reprise totale ou partielle de l'antienne a subsisté dans 
notre manière de réciter l'invitatoirc à Matines (i). 

Sauf donc ces quelques détails qui nous surprennent aujourd'hui, 
mais qui étaient jadis fréquents, c'est bien l'office et l'office complet de 
la Circoncision que nous offre cette première colonne (2). 

(i) Cf. dans Uassegna gregoriana, 4' année, 1905, col. 334, les judicieuses observations de 
R. Baralli. 

(2) La fête de la Circoncision est très ancienne dans 1 Église, sans être pour cela d"origine 
romaine. Elle apparaît déjà dans le canon 17= du Concile de Tours, en 567 ; dans la recension 
auxerroise du martyrologe hiéronymien .vers 595); dans les livres liturgiques du vu'' et du 
vni' siècle. (Cf. Duchesne, Origines du culte chrétien, p. 27^) Il en est encore fait mention dans 



L OFI-ICE 

Passons maintenant à l'examen de la seconde colonne. 



47 



Colonne B : 

Nous avons dit plus haut qu'un choix judicieux avait préside à cette 
compilation et que l'auteur avait puisé la plupart de ses morceaux 
parmi ceux qui appartiennent au temps de Noël, c'est-à-dire à la période 
qui s'étend du premier dimanche de l'Avent au 2 février. Un simple 
tableau va nous en fournir la preuve. 

Si on excepte les quatre répons intercalés entre les psaumes des se- 
condes Vêpres et qui sont empruntés à Matines (particularité propre à 
notre office), et de plus quelques pièces répétées, la colonne B contient 
cinquante et un iticipit. Voici comment, pour notre démonstration, il 
convient de les répartir. Nous les donnons dans leur ordre naturel et 
numérotés. 







l'IÉCES EMPRUNTÉES 


PIÈCES 


PIECES 


TROPES COMMUNS 




ou se rapportant au 


étrangères 








CYCLE DE NOei. 


AU CVCLE DE NOél- 


Jl D I 1 1 É E s 


I 


Intcnclc laboi'anlium] 


5 


Laetemur gaudii»| 


19 Ave Maria 


3 Haec est clara 


j 


AUe-resonent] 


7 


Corde i^atris| 


21 Hac Clara die 


4 Salve, festa dies 


6 


Trinilas, Deitas] 


8 


Super omnesj 


25 Veni, sancte 




9 


.... Altissime) 


'3 


Patrem parit] 






10 


Pater cuncta] 


14 


Salus aeierna 






1 1 


Fidem auge] 


", 


Dextera Dei| 






12 


Solus qui luetur] 


16 


Nazarene 






33 


Clemens rector] 


'7 


Caeleste organum 






34 


Cujus reboaij 


iS 


Qui carneui sumpsisti 






39 


Unum Deuni| 


20 


Alacritate 






40 


Perpétue numine] 


22 


Benediclus sil| 






4' 


Qui sedcsl 


^3 


Lux omni festa) 








24 


matris aima] 








26 


Exurge 








^7 


Castiiatis liliuml 








2« 


Incorrupla virgo| 








29 


Sedentem] 








30 


Parentis primi] 








3" 


Nostrae quod previdcrat 








32 


Oies festa colitur 








35 


-ux optata 








30 


Laudem Deo| 








II 


'... Emmanuel) 








Juanto decet 








42 


3uos florigero 








43 


Régis natalitia] 








44 


Qui sois infirma] 








45 


Verbum Patris] 








4'' 


Sancta Dei genitrix] 








47 


Super omnes] 








48 


Virgû gemma] 








49 


Vernant fortiaj 








5" 


Ad laudem] 








5' 


Laus, honor] 







le Liber sacramentorum, Migne, P. L , t. LXXVIII, col 37. ;Cf. aussi Mabillun, De Ut. g ail., 
lib. II, p 1 12 et seq. Ibid., lib. III, p. 200.) 

L'office de la Circoncision, autrefois OcUn\is Domini, n'est qu'une compilation. La plupart des 
pièces dont il se compose sont empruntées à l'Office de Noël. (Cf. Liber responsaUs, ix= siècle, 
dans MiGSE, loc. cit., et AntiphonaU Hartkeri, \'^ siècle.) En outre, l'office de la Circoncision, 
comme celui de la Purification, a une couleur grecque très prononcée. La série des antiennes : 
O admirabiU commercium, etc., n'est qu'une série de tropaires grecs. iCf Dict. J'arJi. chrét. 
et de liturgie, art. Antienne; Rassegna gregoriana, 1902, p. 130. 



48 l'oFIICE de pierre de CORBEIL 

La conclusion n'est-ellc pas évidente ? Les pièces a3'ant positi\'ement 
rapport au temps de Noël sont, en effet, de beaucoup les plus nombreuses. 
L'abbé Lebeuf a donc exagéré en qualifiant, comme il l'a fait, la com- 
position de cet office. 

Parmi les tropes communs, remarquons le petit et le grand C)-edo 
(nos J2 et 3c)), tous deux farcis. « Les tropes, écrit encore le docteur 
Wagner, se répandirent à fiots dans tous les chants de la Messe et de 
l'Office; seul le Credo ne paraît nulle part avec des tropes; on n'osait 
évideminent pas toucher h la formule sacrée du Symbole. » Cette 
remarque, si elle n'est plus rigoureusement exacte, démontre du moins 
la valeur et le réel intérêt de nos deux Credo farcis qui sont ici publiés 
pour la première fois. Nous verrons, à propos du texte de ces deux 
pièces, ce qu'il faut en penser. 

Quant au nom d'/iyiniie donné aux séquences, il est à propos de se 
rappeler que celles-ci étaient désignées par des noms différents. On les 
appelait avec plus ou moins de précision : cantileuae, cantica^ odae, hymui, 
carmina, laudes. Un fait assez curieux, c'est que le recueil lui-même des 
séquences de Notker porte ce titre : lu uoiniue Domiui iucipit liber 
Ymnorum Notkeri. (Cf. Pal. mus.., t. IV, p. <S, note, et pi. 436.) 

Encore une observation au sujet des deux pièces modifiées Haec est 
clara dies et Salve, festa dies. Le texte original de la première porte au 
second vers : Ha.'c est saucta dies, sauctarum saucla dicrum. C'était un 
versus qui se chantait, à Pâques et durant l'octave, /;/ reditu foulium. 
Le mot saucta convenant plus particulièrement à la fête pascale, au jour 
saint Ç3.V excellence, il suffisait d'y substituer le mox. [esta pour que ce 
versus pût s'appliquer à n'importe quelle solennité (i). 

Il en était de même pour le distique célèbre de Fortunat : 

Salve, festa d'es, tvto veucrabilis aevo, 
Qiia Deiis infcrniim vicit et astra tenet, 

dont le deuxième vers était fréquemment modifié, dans le but de mieux 
retracer l'objet de la fête. On en trouve un grand nombre de variantes 
au Répertoire hymnologique. A la Pentecôte, on chantait par exemple : 

Qua nova de caelo gratia fiilsil humo ; 

à l'Ascension : 

Qua Deiis ad caelos scandit et astra tenet. 

Pour la Circoncision, ce même vers est devenu : 
Qua Deus est ortus virginis ex ulero. 

I Voir plus loin la noie du tcxle liujraiie. Cf. aussi notre étude de ce versus, dans R,issegna 
gregoriana, mai-juin 1905. 



L OFFICE 49 

Quantité d'autres réflexions trouveraient ici leur place; nous préfé- 
rons, afin d'éviter des redites, les réserver pour les notes qui accompa- 
gneront le double texte littéraire et musical. 

Colonne C. 

Les deux premières pièces de cette colonne sont les seules qui, à pro- 
prement parler, n'appartiennent pas à l'ensemble de l'office. Placées 
tout à fait au début, elles n'en forment que le préambule ou l'annonce. 

Les quatre premiers vers, en effet, ne sont qu'une simple invitatior. 
à la joie et une préparation au chant qui suit de VOrienlis partibiis. 
Elles constituent, dit F. Clément, comme une sorte de précaution ora- 
toire prise par Pierre de Corbeil, pour prémunir les partisans de la fête 
de l'àne contre la crainte de se voir privés de leurs réjouissances accou- 
tumées. 

Suit immédiatement le Conductus ad labulam, beaucoup plus connu 
sous le nom de Prose de l'âne. Avec les vers précédents, c'est Tunique 
passage de tout le manuscrit où il soit fait allusion à une fête de l'àne. 
Ce morceau, du reste, n'était pas chanté dans l'église, mais, comme le 
prouve la rubrique, devant les portes de la cathédrale, soit au retour de 
la procession, si procession il y avait, soit plus probablement pendant 
que la foule se pressait vers l'entrée de l'église. S'il faut en croire cer- 
tains historiens, c'était l'usage qu'une jeune fille vêtue de blanc et por- 
tant un enfant dans ses bras montât sur l'âne, pour mieux représenter la 
Vierge Marie partant pour l'Egypte. Rien n'autorise pareille supposition, 
du moins dans la cérémonie de Sens. II n'est même pas démontré que 
l'âne ait réellement figuré dans ces préparatifs de la fête, comme cela se 
pratiquait dans d'autres églises, en particulier à Beauvais et à Autun. 
Il semble, au contraire, qu'on se soit contenté de rappeler son souvenir, 
en exécutant la prose fameuse qui fait tout au long l'éloge de ses pré- 
cieuses qualités (i). 

Ce chant terminé, lecture était faite du tableau [tabula) ou affiche 
désignant à chacun son emploi pendant l'office. Nous transcrivons ici 
une ancienne traduction de cette pièce célèbre. Elle est empruntée au 
Recueil de Mémoires relatifs à l'Hist. de France, de Leber, t. IX, 
p. 368. Cf. BouRQUELOT, of. cit., p. I bt). 

Des confins de l'Orient, 
En ces lieux arrivant. 
Un âne beau, gras, luisant. 
Portant fardeau lestement. 

I. BoNACCORSi, of. cit., p. 304: H Nec asinus tamen nec ciusdem imago ibidem liabcbatur, 
scd memoria tantummodo illius fiebat in versiculis nonnuUis, qui ante ianuas Ecclesiae canc- 
bantur : 

Lacta volunt, 

Qiiiciimque colunt 

Asinaria lesta, 

pi'aescnim vero in Sequentia illa celebcrrima... Oiicnlis p.Trlihiis. » 

OFFICE DE p. DE CORBEIL. A 



5o I. OFFICE DE PIERRE DE CORCFIL 

Sur les coteaux de Sichem, 
11 fut nourri par Ruben, 
Il passa par Jordanem, 
Et sauta dans Bethléem. 

Sa marche vive et légère 
Effleure à peine la terre ; 
Il vaincrait dans la carrière 
La biche et le dromadaire. 

Des trésors de l'Arabie, 
Des parfums d'Ethiopie, 
L'Église s'est enrichie, 
Par la vertu d'ânerie. 

Sous le faix le plus pesant, 
Jamais il n'est mécontent. 
Et broyé patiemment. 
Le plus grossier aliment. 

D'un chardon il fait ripaille, 
Et c'est en vain qu'on le raille ; 
Si dans la grange il travaille, 
11 démêle et grain et paille. 

Bel âne, répète An:en ; 
Maintenant ta panse est pleine ; 
Bel âne répète Amen, 
Ne songe plus à ta peine. 

Le morceau suivant Natiis est est encore un co!iducttis,c'esi:-h.-dire une 
sorte de marche ou de chant processionnel. La répétition de certains 
mots, celle des voyelles et A, mais plus encore sa mélodie au tour 
vif et gracieux, fait de ce chant un /VoéY charmaiu et plein d'entrain. 

On Texécutait sans doute en venant se grouper auprès du préchantre, 
Baciilai-iiis. Celui-ci entonnait alors le Te Deinn, après lequel tous 
quittaient le chœur et l'église, pour aller se récréer quelques instants : 
Conduclns adliiios. Ainsi se terminait joyeusement cette longue partie 
d'e l'office de nuit. 

Le rôle prépondérant du préchantre est de nouveau mis en lumière 
par le conductus : Noms annus hodie. La fête finie, chacun revenait 
près du préchantre pour se rendre, sous sa conduite, à la salle du festin : 
Conductus ad poculum ; Versus ad piwidium. 

Telles sont les six pièces que nous avons appelées extra-liturgiques. 
Bien que ne faisant pas partie intégrante de l'office, elles lui restent 
étroitement unies. Pour la forme comme pour le fond, elles méritaient 
cet honneur. Toujours appropriées au sujet, elles sont, de plus, toutes 
remplies de salutaires enseignements et de délicates pensées. 

La conclusion, c'est que notre manuscrit ne renferme rien autre chose 
qu'un office véritable, l'office ordinaire de la Circoncision considéra- 
blement développé à l'aide de tropes variés et de pièces farcies. Donc, 



SON AlITICUR 



sont absolument fausses toutes ces dénominations fantaisistes trop sou- 
vent attribuées au manuscrit de Sens. Avec son titre réel, n'cst-il pas 
temps de lui restituer son véritable caractère ? Rien, en effet, à relever, 
dans cette vaste composition, qui soit de nature à choquer le goût le 
plus exigeant. L'ouvrage, dans son ensemble, est incompatible avec 
ridée du plus léger désordre. 



II 



SON AUTEUR. 

Plusieurs fois déjà, nous avons eu l'occasion de citer le nom de Pierre 
de Corbeil ; c'est qu'en effet une tradition constante attribue à cet ar- 
chevêque la composition ou plutôt la compilation ou ccntonisation de 
l'office que l'on vient d'étudier. Cherchons donc maintenant à établir 
le bien-fondé de cette opinion. Il nous suffira pour cela de reproduire, 
en les résumant, les principaux arguments présentés par A. Chérest, 
dans ses Recheixhcs sur la fête des Fous. 

Jusqu'à Victor Leclerc qui, le premier, a émis des doutes à ce sujet, 
cette attribution fut admise sans conteste par tous les historiens. L'abbé 
Lebeuf lui-même, qui pourtant, comme on le sait, ne s'est pas fait faute 
de critiquer le Missel des Fous, n'éleva nulle difficulté sur ce point. Plus 
tard, l'abbé Carlier, op. cit., reprenant, pour les préciser, les idées de 
Leclerc, a soutenu que Pierre de Corbeil n'a composé ni le texte ni le 
chant de cet office. 

On peut déjà facilement, par ce qui précède, voir dans quelle mesure 
cette proposition est vraie. Les diverses propositions du savant cha- 
noine adoptées par Th. Nisard ont été publiées par ce dernier, dans les 
Archives des Missions scientifiques. 

Une chose dont on n'a pas suffisamment tenu compte et dont la re- 
marque, dans une discussion de cette nature, aurait du, semble-t-il, 
s'imposer, c'est la différence profonde qui existe entre Voffice, tel qu'il 
nous est parvenu, et la fête des Fous, qui évidemment avait lieu, à Sens, 
comme dans quantité d'églises, bien avant l'archevêque Pierre de Cor- 
beil. Nous aurons plus loin à traiter amplement de cette confusion re- 
grettable, quand il s'agira du rôle de notre office. Ce qui importe, ]30ur 
le moment, c'est de nous deinander si Pierre de Corbeil est bien l'au- 
teur de l'office que nous a conservé le manuscrit. Il va de soi qu'à ce 
terme d auteur nous n'attachons qu'un sens restreint, celui de com- 
pilateur, de rédacteur. 

Faute de documents anciens, presque tous détruits par la Révolution, 



D2 L OFFICE DE PIERRE DE CORBICIL 

nous sommes oblige de nous en rapporter au seul témoignage des 
historiens séiionais. 

Le premier acte qui fasse mention de cette attribution est une décision 
capitulaire, du 3i décembre i 524, ainsi conçue : 

« Ad requestum vicarioram requirentium facultatem celebrandi festum Cir- 
cumc'is'ionis a de/uncto Corbolioinsiittitiim, quod vulgariter dicitur festum 
stultorum, pro hoc anno rationibus quibusdam moveniibus, non consense- 
runt Domini. » 

Donc, au début du x\f siècle, le Chapitre était convaincu que la fête 
des Fous avait eu pour fondateur Pierre de Corbeil. C'était là une 
erreur. Pierre de Corbeil avait trouvé cette coutume établie depuis long- 
temps dans son diocèse. Les chanoines sénonais, c'est vrai, confon- 
daient la composition du missel avec l'institution de la fête, mais du 
moins il n'y avait aucun doute pour eux : c'était bien P. de Corbeil 
l'auteur de l'office. 

Ajoutons à ce premier témoignage celui de Taveau. A^oici ce que pu- 
bliait cet historien, en 1608, dans Seiioiiensimu archicpiscoporitm l'itae : 

« Ofticium quo utitur Senonensis Ecclesia in festo Assumptionis beatae 
Mariae digessisse fertur ^P. de Corbolio] et versus qui pro responsoriis, ut 
vocant, cantantur, composuisse ; Ofticium eiiam quo aliquando die Circumci- 
sionis Chrisli ea usa est Ecclesia (quod fatuorum festum vulgo dictum est, non 
ob ea quae cantabantur, sed ob muha incondita et stultitiam sapientia, quae 
tieri lum solebant et peniius obsolverunt ) ; ex quibus, velut ex ungue leo- 
nem, de ingénie et doctrina illius licet judicare. » 

Ainsi s'exprime, au sujet de notre office, un des plus vieux historiens 
du Sénonais. 

D'autres détails nous sont fournis par Baluze, dans les annotations 
écrites de sa main, à la suite de la copie, n" i35i, delà Bibliothèque 
nationale (Cf. s«jcra, p. 25). Au premier folio se trouve la note suivante, 
où il résume ses études : 

« Officiumistud composiium fuita Petro de Corbolio Senonum archiepis- 
copo,tempore quo sedebat Roma summus Pontifex Honorius tertius, decana- 
tum senonensem implebat Phiiippus de Gravia et precentoriam dignitatem 
Guillelmus dictas Venerabilis... » 

Il est plus que probable que c'est à Sens que Baluze trouva les docu- 
ments les f)lus curieux. Personne n'oserait dire qu'il se fait, dans cette 
note, l'écho d'une tradition plus ou moins vague. Non, il affirme; il 
précise même l'époque où se fit la composition. 

Dans un opuscule, continue Chérest, que Baluze ne destinait pas à 
la publicité, et où par conséquent il n'avait pas intérêt à se targuerd'un 
faux savoir, il n'a certes pas inventé que le Missel des Fous appartenait 



SON AlTF.fR 



>-• 



à telles années de la vie de son auteur plutôt qu'à telles autres. Nous 
croyons mille fois plus probable qu'il a recueilli sur ce point des rensei- 
gnements aujourd'hui perdus. 

On objecte que les chroniqueurs du moyen âge ne lui ont jamais 
attribué une production de cette nature. En particulier, on trouve 
étrange que Geoffroy de Gourion, dans le portrait qu'il a tracé de lui, 
n'en dise pas un mot. Outre que le silence en pareille matière est assez 
fréquent chez les biographes, peut-être ont-ils par scrupule évité de 
mêler le souvenir d'un prélat au souvenir de fêtes souvent condamnées 
par l'Église. 

Quoi qu'il en soit de cette réticence, ce que nous savons par ailleurs 
de cet archevêque coïncide parfaitement avec l'attribution dont il 
s'agit. Disons donc ici quelques mots de sa vie et de ses œuvres. 



SA VIE 

Pierre de Gorbeil descendait du fameux Bouchard, par sa petite-fille 
Alix, épouse de Hugues de Puiset « qui fit la guerre fort longtemps au 
roy Louis le Gros ». Ce Hugues transporte au roi tous ses droits sur 
le comté de Gorbeil, et celui-ci érige une vicomte du même nom, en 
faveur d'un cadet de la même maison, nommé aussi Hugues, dont voici 
la descendance. 



Simon II 

I 
Simon III 

Michel de Gorbeil, 
Archevêque de Se)is. 

t 1199- 



Simon I""', vicomte de Gorbeil, époux de Idc Je Roncv. 

[ 

Frédéric, époux de Béatrix 



Regnauld, 
cvcque de Paris. 



Pierre de Gorbeil, 
Archevêque de Se/is. 7 122 



Dès l'âge de dix ans, Pierre est envoyé par ses parents à l'Académie 
de Paris. « Il n'y fut pas neuf ans qu'il entra dans les secrets de toutes les 
sciences... Pierre donc, après avoir esté l'ornement et le chef de l'Aca- 
démie de Paris, fut choisi pour estre le chef des églises de Cambray, de 
laquelle ne pouvant soulïrir l'air ni le séjour, il fut pourveu de l'arche- 
vesché de Sens, après la mort de Michel de Gorbeil, son parent. >> 

(Voir Hist. généalogiqiie des Pais-Bas ou Hist. de Cambray et du 
Camhrésis, etc., par Jean Le Garpentier, Leide, chez l'autheur. 
M.DG.LXn". — Bibl. nat., L K'. i586.) L'extrait précédent est suivi 
des éloges de Pierre de Gorbeil tirés d'Albéric, de Rigord, de \'incent 
de Beauvais, de Henry de Gand, et d'autres. 



?4 L OH-ICE DE PIERRE DE CORBEIL 

» Pierre de Corbcil, maître en théologie, reçoit une prébende et un 
archidiaconé de l'évéque d'York, Geoffroy de Plantagenet. Le Cliapitre 
avant réclamé, Pierre de Corbeil implore l'autorité du Pape Innocent, 
son élève, qui le confirme dans sa nomination. 11 a plusieurs autres 
bénéfices (i). » 

Grâce à la protection de son élève devenu pape sous le nom d'Inno- 
cent III, « Pierre de Corbeil devint successivement archidiacre de 
l'église d'Évreux, coadjuteur de l'évéque de Lincoln, évèque de Cam- 
brai. Obligé de quitter ce siège, il court invoquer l'appui du Souverain 
Pontife, se fait admirer dans Rome par d'éloquentes prédications, 
obtient l'archevêché de Sens et s'installe, bon gré mal gré, dans son nou- 
veau diocèse. D'abord on le considère comme un intrus, puis bientôt 
il marche à la tète du clergé français, préside des conciles et prend part 
aux plus grands événements du siècle. Le roi Philippe-Auguste, dont il 
avait été chapelain, lui confie des ambassades, l'admet à l'honneur de son 
intimité... Quand un dissentiment s'élevait entre les deux puissances 
rivales du pape et du roi de France, Pierre de Corbeil s'efforçait d'apaiser 
la querelle, mais, dans l'occasion, il ne craignait pas de mécontenter le 
pape. En vain. Innocent III rappelait à son ancien professeur qu'il lui 
devait l'épiscopat : a Ego te episcopavi « ; le professeur, invoquant à son 
tour les titres qu'il avait gardés au respect du pontife, répliquait hardi- 
ment que, par ses leçons, il avait donné à son élève bien plus qu'un 
évêché : « Et ego te papavi{i). " 

Pierre de Corbeil mourut, le jour même de l'ouverture du sjmode 
diocésain, le 3 juin de l'année 1221, d'après Clarius, Geoffroy de Cour- 
Ion et du Boulay, op. cit. ; de l'année 1222, selon la Gallia christiaiia. 
Les chroniqueurs se sont surtout attachés à mettre en relief sa grande 
réputation comme professeur de théologie. Aussi est-ce sous ce titre de 
magisler qu'on le trouve partout désigné dans leurs écrits, témoin les 
passages suivants : 

— « Aichiepiscopus senonensis, ma^«/cv Petrus de Corbeyo, docior opi- 
natissimus, moritur (?). » 

— « Item Octavianus... posuit magistrum Petruni de Corbuilh episcopum 
in Cameraco.. » 7Z>/rf., p. 419. 

— « In curia Romana sermones fecit fecundissimos (4). » 

Voici d'autres textes que n'a pu connaître Chérest. 
Dans le Livre des reliques de ï abbaye de Saiiit-Pieri-e-le-Vif, du 
même Geoffroy de Courlon, on lit : 

(i) Du Boui-AY, ilist. Unw^'isitiitis IKvisieiisis, Paris, .M.DC.LW, l. Il, p. 527-530. 
{2) A. CnÉi!Esr, 0/). cit., p. 35-37. 

(3) Chronique d Alhiric des Trois Font^iines. 

(4) Geoikrov DE Courlon, Clironiquc de S.iint-Picrrc-U-ViJ\ cd.JuUini. p. 50] ; Sens, 1876. 



SON AUTKUlt 



« Corpus predicii mart) ris [Poteiniani' cum corpore beaii Aliini persapieii- 
lem viriun magistrum Felruin de Corbullio... honorifice positum fuit in cap- 
sam argenteam (i ). » 

— JbiJ., p. 07 ; « Obiii inagister Petrus de Corboillio, vir prudentissimus... 
magister optimus in thcologia... scpultus fuit in majori ecclesia. » 

Pierre de Corbeil. fut en efl'et, inhumé dans le chœur de la cathédrale, 
devant la stalle du préchantre. Sur sa tombe, une lame de cuivre portait 
gravée l'épitaphe suivante : 

Flos et honor cleri, Pelrus huic qui jacet acri, 

De Cameracensi datus est sedi Scnonensi. 

Moribus et vita vere fuit Israelita, 

Et pro more viae, sacra novit theologiae. 

Lux erat anaalis synodi, cœtus synodalis 

Non sine laniento patris ossa dédit monumento. 

Doctori fidei sit cognitio speciei, 

Quodque spci certae suberat modo, cernit aperte. 

Cette épitaphe en vers léonins a été publiée par Jean Le Carpen- 
TiER, op. cit., t. 1, 2'' partie, p. 372 ; Gallia christiana, t. XII, col. bc, ; 
G. JuLLioT, Epilaphcs des archevêques de Sens, dans Bttll. Soc. arcli. de 
Sens, p. 275, t. XVI ; Quesverset Stein, Inscriptions de l'ancien diocèse 
de Sens., t. I, p. 41 i, où on trouvera d'autres références. 

La tombe de Pierre de Corbeil fut ouverte en 171 5. Lire à ce sujet 
l'intéressante lettre du doyen C.-H. Fenel à Lebeuf, du 7 décembre 
1715, dans Lettres de Lebeuf., t. I, p. 41. 



SES ŒUVRES 

Malheureusement aucun des écrits de Pierre de Corbeil n'est parvenu 
jusqu'à nous. On ne possède que quelques fragments de ses ordon- 
nances synodales. 

Voici la liste des ouvrages qui lui sont attribués : 

1° Satires contre les maris et les tribulations du mariage. Le manus- 
crit qui les contient porte comme titre : « Pet)-i de Corbolio satyrae 
adversus eos qui u.xorem ducunt. » C'est, dit-on, un ouvrage de jeunesse. 
Il n'est même pas certain que l'auteur de ces satires soit le même per- 
sonnage qui devint archevêque de Sens. 

2° Sermons et opuscules. 

En 1 722, l'abbé Lebeuf, écrivantà Fenel, lui pose cette question : « Où 
trouve-t-on le commentaire de votre archevêque, Pierre de Corbeil, sur 
saint Paul et ses sermons ? » Fenel répond (20 juillet 1722) : « On 

(i) Edition JuUiol et l'rou, Sens, 1887 p. 5). 



56 l'office de piERiîE DU conniciL 

sçait seulement ici que Pierre de Corbeil a écrit sur saint Paul, et c'est 
moy seul qui le sçay. » 

Comme on le voit, pas plus ses sermons que son commentaire 
n'étaient connus, même à Sens, au xvin" siècle. 

3" Commentaire de saint Paul. 

Ce traité, que lui attribuent Trithème et d'autres auteurs, était divisé 

en quatorze livres. Henry de Grand s'exprime ainsi à son sujet : 

« Totumapostolum sive omnes apostoli Pauli epistolas exposait subtillter 
et copiose, appositis sanctorum Patrum senteniiis locis singulis convenien- 
tibus. » 

4° Qiiaestiones scholares magistri Pétri Senonensis archiepiscopi. 

Jean de Launo}', docteur en Sorbonne, au xyii"" siècle, en possédait 
une copie dans sa bibliothèque. Il en parle dans son livre : De scholis 
celebrioribus pcr Occidenlem inslaiiralis, Paris, 1672, cap. Sq, art. 6, 
p. 229. Ce manuscrit a passé ensuite avec ceux de Launoy dans la 
bibliothèque du séminaire de Laon. 

5" In psalteriuin Commentarium. 

Ce commentaire existait, au début du xyin"^ siècle, dans la biblio- 
thèque du Mont-Saint-Michel, sous la cote E. 29, et avec ce titre : Pétri 
de Corbolio Senonensis archiepiscopi inpsalterium (Cf. Casimir Oudin, 
De scriploribns Ecclesiaeantiqiiis^ Leipzig, 1722, t. III, p. 33). Au témoi- 
gnage de Henry de Grand, plusieurs bibliothèques, en France, possé- 
daient ces deux derniers ouvrages. (Cf. Fabricius Albertus, Biblio- 
tlieca latina, réédition Mansi, Florence, i8b8.) 

On sait aujourd'hui, et c'est prouvé d'une façon absolue, que le Com- 
mentaire sur les Psaumes, longtemps attribué à saint Bonaventure, est 
l'œuvre de Michel de Corbeil, parent, coinme on l'a vu, et prédécesseur 
immédiat de Pierre de Corbeil sur le siège de Sens. Il y a dès lors tout 
lieu de croire qu'une confusion, d'ailleurs facile, se sera produite entre 
les deux noms et qu'il s'agit bien ici du même commentaire. (Cf. Ratio 
novae collectionis operumS. Bonai'enturae, auctore P. Fidélisa Fanna. 
Taurini, 1874, p. 179 et seq. (i). 

6° Officium Assumplionis. 

Grand amateur de littérature et, de plus, musicien, Pierre de Corbeil 
passe aussi pour avoir composé un office de l'Assomption qui était 

(i) Nous devons la connaissance de cet .ouvrage à M. Tabbé Ji'lessager, archiprétrc de Tonnerre, 
qui collabora à la réédition des œuvres de saint Bonaventure. Cette question du Commentaire des 
fsjumes offre trop d'intérêt pour l'histoire ecclésiastique sénonaise pour que nous ne citions pas, 
d'après cet ouvrage, au moins quelques-uns des manuscrits contenant le Commentaire de Michel 
de Corbeil. — Paris, B. N. reg. 446 iColbert 216), xtn« siècle, fol. 81 ; Ihid., ms. lat. 14424, olim 
Victorinus, xm" siècle, fol. 49 ; Ibid., Reg. ms. lat. 441, xnt'/.xin» siècle, fol. 5. — B. .Mazarinc, 
681, fol. 129, xni« siècle. — Londres, .1/iis. Brit., ms. 111, .\. 6, xui'- siècle. 



SON AUTEUR 57 

encore en usage dans l'Eglise de Sens au xvii'^ siècle. Nous avons rapporté 
plus haut le sentiment deTaveau à ce sujet. « C'est de lui [P.deCorbeii], 
écrit le chanoine Maçon, à la fin du xvn" siècle, que nous avons l'office 
admirable de l'Assomption de Notre-Dame. » Notes manuscrites, à la 
Bibl. d'AiLxerre. 

C'est là une opinion que viennent confirmer des documents positifs. 
Il existe, en effet, dans la liturgie de Sens, pour l'office de l'Assomption, 
un ensemble qu'on ne retrouve nulle part ailleurs, dans les livres plus 
anciens. (Cf. en particulier B. N. lat., 1028, fol. 232, et i533, n. acq. 
fol. 93; Antiphonaires de ibb2 et iSyi; Bréviaire de 1641.) 

Les répons, dont six ont été publiés, soit dans les Variae preces, 

soit dans le Processioîiale Monast., sont écrits en vers hexamètres 

presque tous léonins ; ce qui concorde parfaitement avec ces paroles de 

l'historien Taveau : «... et versus qui pro responsoriis, ut vocant, can- 

tantur, composuisse... » Cf. supra, p. 52. 

Comme échantillon, nous allons reproduire le 4*^ répons : 

Porta Sion clausi portam pénétrât paradisi : 
* Prima parens toti quam secum clauserat orbi. 
f. — Intactae matri reseratur janua caeli. * Prima. Gloria. * Prima. 

{Proc. mon., p. 268.) 

Mais il est temps de revenir à notre Office. Ce qu'on vient de lire ne 
peut que nous confirmer dans la pensée que Pierre de Corbeil, un des 
docteurs les plus fameux de l'Université, une des plus nobles figures du 
xin'= siècle, est bien le véritable rédacteur du curieux office de la Circon- 
cision. Du reste, dans l'article qui va suivre, un argument d'un autre 
genre, mais d'une grande force, achèvera de nous en convaincre. 

Peut-être certains esprits gardent-ils encore quelque doute sur 
cette attribution, sous prétexte qu'un prélat savant et pieux, comme 
le fut Pierre de Corbeil, n'a pas pu consentir à faire figurer dans son 
recueil cette foule de détails et d'expressions matérielles, ces images 
apparemment réalistes qui froissent notre susceptibilité. Pauvre objec- 
tion en vérité ! — Déjà démodée alors qu'on était moins fixé qu'aujour- 
d'hui sur la provenance des pièces ou passages incriminés, cette objec- 
tion, si tant est qu'on ose encore la produire, n'est pas sérieuse, sans 
compter que c'est sur l'Église elle-même que retombe l'accusation. 

Il ne faut pas oublier en effet qu'il n'est pas une de ces expressions 
soi-disant choquantes qui ne se rencontre dans les offices approuvés 
par l'Église et dans le langage ordinaire des saints Pères et des Doc- 
teurs (1). 

il Citons-cn un exemple pour n'avoir plus à y revenir. Nous choisissons l'exemple peut-ctrc 
le plus connu: le répons DescoiJit. On y rencontre celte expression: Introivit per aurem. Tom- 
masi a cru à une erreur de transcription. Vczzosi, son éditeur, ne le croit pas, et il a raison, car 
ce passage se trouve plusieurs fois clans rancicnni' liiuît:ic. Un jour, ce répons a blessé certaines 



?8 L OKI'ICIC DE PlhldîK OlC CORRRIL 

A toutes les époques, il s'est trouvé des esprits qui, se bornant au 
terre à terre d'un réalisme grossier, n'ont jamais su s'élever, dans leurs 
interprétations, au-dessus des images vulgaires. 

Pour se scandaliser de certaines paroles de notre office, « il faut, 
comme l'observe avec raison l'abbé Chartraire, ne pas avoir l'intelli- 
gence des naïves, mais toujours pieuses et chastes manifestations de 
foi et d'amour qu'aimait à prodiguer l'Église à l'Enfant-Dieu et à sa 
Mère. Il faudrait condamner les délicieuses poésies de saint Bernard et 
de saint Bonaventure, poésies que l'Eglise n'a pas hésité à adopter dans 
sa liturgie officielle et qui retentissent encore dans nos sanctuaires ». 

Ce n'est pas qu'il faille nier les abus. Certes, il en a existé sous ce 
rapport, mais seulement dans des poésies que l'Eglise était la première 
à condamner sévèrement. On sait que, sous prétexte de chanter des 
vers sur le Saiictiis et VAgiiiis, des clercs vagabonds, des truands et 
goliards se glissaient partout, dans le but de colporter des chansons 
obscènes. Le concile de Trêves, en 1227, lança un anathème contre les 
écoliers errants. Bien avant cette date, et c'est le cas de le mentionner, 
une des ordonnances de Gautier, archevêque de Sens {■]■ 923), réprou- 
vait ces scandaleux abus. 

En voici la teneur : * 

« StatLiimus quod clerici rihaldi, maxime qui vulgo dicunturde famiiia Go- 
liae, per episcopos, archidiaconos, officiales et decanos chrisiianitatis, londeri 
praecipiantur, vel etiani radi ; lia quod eis non remaneat lonsura clericalis : 
ista tamen quod sine periculo et scandalo ita fiant. » 

(Cf. Dlru, Bibl. Histor. de l'Yonne, t. II, p. 26g. — L. Gautier, Tropes, 
p. 190.) 

Terminons par cette observation judicieuse faite à propos du Caii- 

susceptibilités et délicatesses peut-ùtre excessives, dit L. Gautier ( Tra^ci, p. 167, note;. Oui, 
e.icessives, comme va nous le prouver Dom Pothier [Revue du Ch. grégorien, 1902, p. 701 : « Les 
paroles de ce dernier répons Descendit sont très belles, d'une noble et touchante poésie. Mais 
cette poésie na pas toujours été comprise. Un mot surtout, entendu de travers, interprété à la 
lettre, dans un sens tout matériel, a trompé certains esprits et offusqué les autres: l'envoyé du 
Père, descendu du ciel, est entré dans notre région per aurem Virgin, s. La figure est très poétique 
et se comprend facilement. La Vierge, parce qu'elle a prêté une oreille docile à l'annonce de 
lange, a, par cette foi venue de l'ouïe, fides ex auditu, et par \e Jiat de son obéissance, Ecce 
ancillj Domini,fiat mihi secundum verbum tuum, mérité de concevoir et d'enfanter le Fils de 
Dieu : Gaude, Virgo, mater Cliristi, quac per anrem concepisti, chantait-on au moyen âge dans 
une des séquences sur les sept joies de la bienheureuse Vierge Marie (Mone, 554 et 555). La 
même expression se trouve, du reste, dans un document plus digne encore d'attention. Il s'agit 
de 1 hymne : Quem terra, pontus, aethera, généralement attribuée à Venance Fortunat, et insérée 
presque tout entière par l'Église dans sa liturgie... « Les siècles, y est-il dit, sont dans l'admira- 
tion de voir une vierge concevoir en ouvrant l'oreille, et en croyant du fond du cœur .. : Miraiitur 
ergo saeciila — Quod \va^ Virgo concepit, — Et corde credens parturit. (Tommcisii opéra, éd- 
Vezzosi, t. II, p. 383.) 

Ajoutons que la même expression: Concepisti per aurem, se trouve dans le répons Te laudant, 
indiqué seulement dans notre manuscrit, mais que nous publierons en entier, car nous le croyons 
inédit. Voir plus loin, au texte musical, les deu.x mélodies de ce répons. 



SON AUTlit U 59 

tique des Cantiques Ci qui trouve ici son application parfaite :« Comme 
il est une délicatesse qui n'est pas de la pudeur, il est une simplicité 
de paroles qui n'est pas de la licence. Un peuple simple porte sa sim- 
plicité dans son langage; et cette simplicité dont notre délicatesse 
s'offense aujourd'hui ne scandalisait pas les anciens. Omnia muiida 
mundis. » 

Il est à propos maintenant de rechercher quelle part revient à Pierre 
de Corbeil dans la composition de l'Office, en d'autres termes quels sont 
les morceaux qu'on peut avec quelque probabilité lui attribuer. On 
comprendra que, sur ce point, nous usions d'une extrême réserve, ne 
voulant pas renouveler pour notre propre compte la méprise de ces 
auteurs qui, et cela sans la moindre hésitation, lui firent honneur de 
pièces des xf et xn° siècles, voire même de certaines poésies de Fortunat 
et de Prudence! S'il est un terrain sur lequel, en effet, on ne doive 
s'avancer qu'avec précaution, c'est bien celui de la poésie liturgique. 
C'est là un domaine nouvellement découvert et qui est encore loin 
d'avoir livré tous ses secrets. Il en a toutefois suffisamment révélé pour 
ruiner à tout jamais nombre de préjugés et d'hypothèses Nous n'au- 
rons garde de l'oublier. 

Reprenons notre tableau d'ensemble. 

La colonne A, est-il besoin de le dire ? ne saurait ici entrer en ligne 
de compte, puisqu'elle présente l'office de la Circoncision tel qu'il était 
depuis longtemps en usage dans l'Eglise. 

C'est surtout la colonne B qui doit retenir notre attention. Elle se 
compose de 5i pièces, en excluant, comme on l'a fait plus haut, les pas- 
sages répétés. Joignons-y les 6 de la colonne C; soit un total de b-j 
pièces. Sur ce nombre, il y en a 24 que, malgré nos recherches, il nous 
a été impossible d'identifier, c'est-à-dire que jusqu'ici nous ne les 
avons trouvées nulle part, pas plus dans les manuscrits antérieurs que 
dans les documents contemporains. Elles figurent, il est vrai, presque 
toutes dans le Répertoire lijmnologique du chanoine U. Chevalier, mais 
sans autres références que celle du manuscrit sénonais. Avant d'en 
rien conclure, dressons-en la liste d'après leur titre. 



Lux hodie. 

fSolus qui tuetur] 

[Unum Deum m triniiate] 

[Corde PatrisJ 

[Lux omni festaj 

[Castitatis lilium] 

[Parentis primi] 

[Régis natalitiaj 

[Super omnes alias... beiicdictas) 

[Super omnes alias... crcauiras] 



1 . 

2. 

3. 

4- 


In jamiis. 
Crc.io 

» 
lienedica'nus . 


5. 
6. 


» 
» 


7 ■ 

8. 


» 
» 


9- 
0. 


» 
Deo grattas 



1 1. 


Deo gralias 


12. 


» 


i3. 


Ft';\yjc"î//HS 


14. 


» 


i5. 


» 


16. 


» 


'7- 


» 


18. 


)} 


19. 


Conductus 


20. 


» 


21. 


» 


22. 


» 


23. 


» 


24. 


» 



60 l'oKKICE de PIERRIC DlC COICilClI. 

[O matris aima] 
[Virgo gemma] 
Custodi nos [altissime] 
Qui carnem sumpsisci. 
Alacritate multa. 
Exurge, Domine. 
Incorrupta virgo. 
Quos florigero. 
Lux optata claruit. 
Quanto decet lionore. 
Natus est, Natus est. 
Novus annus. 
Calendas januarias. 
Nostrae quod previderat. 



De ce que la provenance de ces pièces nous est inconnue, faut-il en 
tirer cette conclusion qu'elles sont de Pierre de Corbeil ? — Assurément 
non. Une telle affirmation serait plus que téméraire. Tenons-nous-en 
aux probabilités. C'est plus sage. 

11 y a tout lieu de croire pourtant qu'il a rédigé lui-même la formule 
d'invitation placée en tête du manuscrit : Lux hodie, etc. Peut-être en- 
core, en raison du jour 011 se célébrait la fête, et faute de pièce spéciale, 
a-t-il du résumer, dans le conductus A^o; ;/s ainttis et dans le suivant : 
Calendas januarias^ les pieux conseils que son cœur de pasteur tenait à 
adresser au clergé et aux chantres, soit à l'occasion du renouvellement 
de l'année, soit au sujet de l'office ou rôle qu'ils avaient à remplir. 
Témoin ce remarquable passage qui est même un refrain : 

Qui vult vere psallere 
Trino psallat munere : 
Corde, ore, opère 
Débet laborare, 
Ut sic Deum colère 
Possit et placare. 

On leur rappelle ainsi qu'ils ont besoin à la fois d'intelligence, de 
voix, de cœur et de travail. Leçon excellente et particulièrement bonne 
à méditer, de nos jours, par tous les musiciens d'Église. La présence 
de pareils conseils laisse supposer que ce conductus se chantait encore 
avant le départ du cortège pour la cathédrale, alors que près du pré- 
chantre venaient se grouper clercs, choristes et enfants. 

Quant aux tropes nombreux du Bencdicamus, ce qui autorise à dou- 
ter de leur composition par Pierre de Corbeil, c'est que depuis fort 
longtemps ces interpolations ou développements poétiques avaient 
acquis une importance considérable et s'étaient répandus partout. Les 



SON RÔLE, SON HISTOIRE 6l 

tropaires en sont envahis. Quand sera terminé le dépouillement com- 
plet de ces sortes de recueils, il y a grande probabilité pour qu'on y 
relève ceux qui nous intéressent. 

D'autre part, plus de la inoitié des W'rsiculi^ par leur facture, se 
rattachent au genre des proses. On y retrouve la période et la strophe. 
Par exemple le Vosiailiis : Qui cariunii simipsisli, appelé Prose dans 
l'office de Beauvais,et surtout le Sancla Dei geiiitrix^ prosuie de répons, 
dont la mélodie reproduit note pour note d'abord celle de V Alléluia du 
vevset Posuisli {Liber fi-radiialis, éd. iSgS.p. [17]), et puis celle du verset 
alleluiatique Jiistiis [Ibid., p. [47]). Preuve nouvelle et incontestable 
qu'on ne peut, dans ce genre de recherches, user de trop de prudence. 

De plus, il est à présumer que le choix n'a pas toujours porté sur le 
début des pièces. L'auteur se sera parfois contenté d'emprunter un 
refrain, comme c'est le cas probablement, pour le Palrem parit iilia. 
D'où, autre et sérieuse difficulté d'identification. Que de fragments 
doivent appartenir à des compositions dont on ne connaît guère que 
Vincipit ! 

La seule conclusion à tirer de ce qui précède, c'est que si jamais on 
parvient à démontrer que Pierre de Corbeil a pris une part réelle à la 
composition de notre office, son œuvre personnelle ne saurait être bien 
considérable, et que plus probablement elle se réduit à fort peu de 
chose. Par contre, se trouve de la sorte justifié le titre de rédacteur, de 
compilateur^ le seul auquel il ait d(,oit et que d'ailleurs tous les auteurs 
s'accordent à lui reconnaître. 



III 

SON RÔLE, SON HISTOIRE. 



Il importe, pour se faire une juste idée du rôle de cet office, de reve- 
nir en arrière et de dire un mot de l'entreprise à laquelle Pierre de 
Corbeil collabora, dans le diocèse de Paris, alors qu'il y était chanoine 
de Notre-Dame. 

On sait les efforts tentés par Févèque de Paris, Eudes de Sully, 
pour abolir, dans son Église, la fête des Fous. Dans la lettre qu'il 
publia dans ce but, en i 198, figure, avec ceux d'autres dignitaires, le 
nom de Pierre de Corbeil. 

Bien que ce document épiscopal soit très connu, nous n'hésitons pas 
à le reproduire presque intégralement, tant il a d'importance pour la 
question qui nous occupe. 



02 1,'OFKICE nr PIERRK DE CORBEIL 

« Odo, Dei graiia episcopus..., et magister Petrus de Corbolio, canonicus 
Parisiensis... » (i) 

Eudes transcrit ensuite le mandement lancé autrefois par un cardinal 
légat (Pierre de Capoue) pour réprouver les excès qui se commettaient 
dans le diocèse de Paris, le jour de la Circoncision. En voici un passage : 

« ... Sane cum in partibus Gallicanis legationis officium e.Kequentes... ex 
fideli relationequam plurium didicimus, quod, in festo Gircumcisionis Domi- 
nice, in eadem ecclesia tôt consueverunt enormitates et opéra flagitiosa com- 
mitti,quod locumsanctum,inquo gloriosa Virgo gratam sibi mansionem elegii, 
non solum fœditate verborum, verum etiam sanguinis effusione pieriimque 
contingit Inquinari; et eatenus adinventio tam pernitiose temeritatis invaluit, 
ut sacratissima dies, in qua mundi redemptor voluit circumcidi, festum 
fatuorum nec immerito generaliter consueverit apellari... » 

Suivent des ordres pour que cessent de si criants abus. 

Viennent ensuite les mesures prises par Eudes et son clergé pour 
réglementer la fête h partir de cette date. On }- défend d'aller chercher 
\q Doiniiins fcsli pour le conduire de sa maison à l'église et vice versa. 

« Statuimus etiam ne domimis festi cum processione, vel cantu ad ecclesiam 
adducatur, vel ad domum suam ab ecclesia reducatur. In choro autem induet 
cappam suam, assistentibus duobus canonicis subdiaconis, et tenens baculum 
cantoris, antequam incipiantur vespere, incipiet prosam Lelemur gaudii^: qua 
tînita, episcopus si presens fuerit, vel decanus, absente episcopo, vel capellanus 
episcopi, utroque absente, incipiet vesperas ordinate et solemniter celebran- 
das : hoc addito quod Responwriiiinet Benedicamus in triplo, vel quadruple, 
vel organo poterunt decantari... Matuiini... ordine débite consummandl ; 
hoc adiecto q od tercium et VI rcsponsorium in organo, vel triplo, vel quadru- 
ple cantabuntur. Ganter matutinorum (2) respensoria ordinabit. Missasimiliter 
cum ccteris horis ordinate celebrabitur ab aliquo predictorum, hoc addiio 
quod epistola cum /lzr.s/ij dicitur a duobus in cappis sericeis, et postmodum 
asubdiacono ; nihilominus perlegctur Responsoriiim (3) et AUcluia [^) in tri- 
plo, vel quadruple, vel organo in cappis sericeis cantabitur, et erunt in missa 
quatuor précédentes (5). Vespere sequentes, sicut priores, a Z,e/(?m;/r g-^i/iif/w 
habebunt initium, c\ c&niàhixur Letabundus \o<:o hymm. Deposuit quinquics 
ad plus dicetur loco suo, et sicaptus fuerit baculus, finito Te Deiini, consum- 
mabunfar vespere ab ce a que fuerint inchoate. » 

Ainsi donc, la fête des Fous n'est pas abolie, mais réglementée, et l'au- 
torité ecclésiastique espère par ces concessions tarir la source des désor- 
dres. Elle ne considère pas comme mauvaise en soi l'institution de la 

(i) Cf. DiBois, Hist. eccics. p.nisicnsis, t. Il, p. 216 ; CintuLiiic di N.-D. de /'ans, éd. GucrarcI, 
1, 72 ; A.CiiÉREST, op.cit., p. ^o et s. 

(2) Ce personnage était le chef des clercs de Matines qui étaient chargés du déchant et de l'or- 
ganiim. (Cf. Lebelt, Traité hist. sur le Cli. /Tcc/t-x., p 74 et s.) 

(■3} VidcruiU omncs. 

(4) Mtdtifaue. 

(5) Quatre organistes ou clercs de matines, en chapes de soie, chargés de l'organum. 



SON RÔLE, SON HISTOIRU 63 

(ètc dos Fous, mais, respectant ce que cette coutume populaire avait 
de respectable, elle se borne à la dégager des pratiques impies qui la 
déshonorent. Aussi lit-on cette très juste observation dans la Somme 
de Guillaume d'Auxerre, du xni^ siècle : 

« Et si ista die ab ecclesia quadam fiant praeter fidem, nulla tamen contra 
fidem. Et ideo ludos qui sont contra tidem permutavit in ludos qui non sunt 
contra tidem. Et hoc fecit (ecclesiaj permittendo (i). » 

En I 199, Eudes de Sully va même, dans un avertissement nouveau, 
jusqu'à promettre des récompenses si le règlement est fidèlement 
observé. 

Voilà quelles étaient, à Paris, Église suffragante de Sens, les réformes 
auxquelles avait coopéré Pierre de Corbeil avant son élévation au 
siège de la métropole. Dès lors rien de plus vraisemblable que, se trou- 
vant à Sens en présence des mêmes abus qu'il avait réprirnés à Paris, 
le savant archevêque ait emploj'é le même remède. Il avait d'autant 
moins à hésiter que s'offrait à lui, dans les goûts artistiques de son 
peuple, un élément de succès, un sîtr et puissant moj'en de réforme 
Nous n'avons pas à redire ici de quelle réputation jouissait alors l'Eglise 
de Sens. Les elTorts de saint Eudes, d'Hildeman, d'Odoranne, avaient, 
nous l'avons vu, depuis longtemps préparé le jeune clergé aux études et 
à la pratique du chant religieux. 

Aussi voyons-nous Pierre de Corbeil s'empresser d'utiliser des apti- 
tudes si favorables à son projet. Il rédige alors son volumineux office 
de la Circoncision, à l'exécution duquel prennent part tout le clergé de 
sa cathédrale, le bas-chœur et les enfants eux-mêmes. 11 obtient ainsi 
un double but. D'une part, il soustrait une grande partie de son peuple 
à la tentation d'aller se mêler aux fêtes de la rue dont les calendes de 
janvier étaient l'occasion : de l'autre, il substitue, dans l'église, à des 
habitudes pouvant facilement dégénérer en excès, une fête que rendent 
si attrayante les chants et les cérémonies. 

Mais un office d'une telle longueur, il est à propos d'en faire ici la 
remarque, n'était pas chose rare, au moyen âge, et on aurait tort de 
s'en étonner. Il ne faut pas oublier en effet qu'à cette époque l'église 
était la maison du peuple. « C'était alors, écrit Michelet, l'asile univer- 
sel ; la vie sociale s'y était réfugiée tout entière. L'homme y priait, la 
commune y délibérait, la cloche était la voix de la cité. » 

-Les fidèles étaient plus intimement qu'aujourd'hui liés avec la litur- 
gie ; ils vivaient pour ainsi dire du culte et des offices de l'Église. 
« Si pompeuses que soient encore les cérémonies catholiques, elles 

i) De officiis ccclesiaslicis, Bibl. Xal., fonds lat., i.) i.\^. 



64 L OFFICE DE PIERRE DE CORIiEIL 

ont singulièrement dégénéré de leur magnificence d'autrefois. L'in- 
Huence de la Réforme qui inaugura, au seizième siècle, un culte réduit à 
sa plus simple expression, contribua h appauvrir le culte même qui la 
repoussait, et persistait à admettre un élément esthétique, qui s'adres- 
sât à Tàme par l'entremise des sens... Au mo3'en âge, tout le monde 
croyait humblement..., tout le monde comprenait et aimait les cérémo- 
nies religieuses, qu'on ne trouvait jamais ni trop longues, ni trop ma- 
gnifiques... Les jours de fêtes, beaucoup plus nombreux qu'aujourd'hui, 
étaient, au iTio3'en âge, pour les soullVants de la terre... autant de jours 
de repos, dont ils saluaient avec enthousiasme la bienvenue... Quel 
bonheur d'aller dans l'abbaye voisine, tout un long jour de loisir, con- 
templer les utiles splendeurs d'un culte, tout à la fois prière, enseigne- 
ment et spectacle ! Comme on devait souhaiter que ces fêtes fussent 
fréquentes, que ces offices fussent longs ! (1) » 

C'est précisément cet amour du peuple pour les longues cérémonies, 
et que ne satisfaisaient pas entièrement les formes officielles de la litur- 
gie, qui donna naissance aux tropes et favorisa leur extraordinaire déve- 
loppement. Le pieux archevêque de Sens, quoi qu'en aient écrit ou dit 
nos modernes censeurs, n'a donc fait, en les multipliant dans son office, 
que se conformer aux traditions alors en usage. Tant il est vrai, pour 
citer une belle pensée de Montalembert, que : « Pour juger du passé, il 
faudrait le mieux connaître, et pour le condamner, il faudrait ne rien 
lui devoir. » 

Mais les heureux résultats que Pierre de Corbeil attendait de son 
innovation hardie, et que sûrement il obtint de son vivant, se sont-ils 
maintenus? C'est ce qu'il convient maintenant de nous demander. 

Un document de première importance, et postérieur de vingt-cinq 
ans seulement à la mort de Pierre de Corbeil, va nous l'apprendre. Il 
s'agit du mandement publié, en 1246, par Odon (Eudes), cardinal de 
Tusculum, légat du Saint-Siège. Il est ainsi conçu : 

« Venerabili in Christo patri, Dei gratia archiepiscopo, et dilecto in Christo 
decano et capitule senonensi, Odo, miseratione divine, Tusculanus episcopus, 
apostolicae sedis legatus, salutem et sinceram in Domino charitatem. Rationis 
reddendae nécessitas de villicatione suscepta nos invitât et urget, ut de regno 
Dei suborientia tollamus scandala, illa precipue quae divinum cultum offus- 
care seu dehonestare noscuntur ; ideoque ad ecclesiam vestram personaliter 
accedentes, quacdani licet pauca reperimus quae propter honestatem et deco- 
rem tantae ecclesiae opportuit omnino amoveri, alia veto in melius refor- 
mari.In primis igiturlegationis quafungimur authoritate districte praecipiendo 
mandamus, quatenus illa festorum antiqua ludibria, quae in contemptum Dei, 
opprobrium cleri et derisum populi, non est dubium exerceri, videlicet in 
festo sancti Johannis Evangelistae, Innocentium et Circumcisionis Domini, 

(i) Marrs Sei'Et, Ls Driimc chrétien au moyen âge, Paris, Didier, 187s, p. 21 et suiv. 



SON RÔLE, SON IlISTOIRn: G5 

JLixta pristinuin nioduin nuUatciuis faciatis aut licri permittaiis, sed juxia for- 
mam et culuim aliarum festiviiatum quae per anni circulum celcbrantur, ita 
volumus et praecipimus celebrari. Ita quod ipso facto sententiam suspensionis 
incLirrat quicumque in mutatione habitus aut in sertis de floribus seu aliis 
dissolutionibus juxta praedictiim ritum reprobatum a Deo in pracdictis fcs- 
tivitatibus seu aliis a modo praesumpserit se habere... Datum Scnonis, 4 idus 
novembris anno Domini MCCXLV (1). » 

Cette condamnation est loin d'avoir la portée qu'on lui attribue 
d'ordinaire. Ce n'est pas, en effet, l'ofiice écrit qu'a voulu prohiber cet 
arrêt, mais seulement les excès auxquels la fête donnait lieu. Que 
prouve alors ce mandement? — Simplement que les anciens abus, un 
instant supprimes, avaient peu à peu repris leur empire. Si, malgré les 
efforts de Pierre de Corbeil, les désordres se sont glissés de nouveau 
dans les détails de la cérémonie et en ont motivé la suppression ou 
plutôt la condamnation, le savant prélat n'en saurait être rendu res- 
ponsable. Nulle part, en effet, dans notre oftice, on ne voit trace des 
guirlandes de fleurs et des déguisements profanes condamnés ici. Le 
légat les signale d'ailleurs comme une antique coutume, anliqiia 
liidibria, ce qui suppose évidemment qu'ils étaient bien antérieurs à 
Pierre de Corbeil, mort depuis vingt-cinq ans à peine. 

De plus, le légat connaissait l'office de la Circoncision. S'il ne l'avait 
pas juge convenable, c'était l'occasion de le proscrire radicalement. Or, 
il n'en parle pas. C'est donc qu'il n'avait pas à le condamner. Comme 
on l'a vu plus haut, pour Paris, il s'est borné à transiger, dans l'espoir 
de faire disparaître des désordres qui déshonoraient l'Église. 

Mais poursuivons cette enquête, toujours guidé par Chérest, dont 
nous ne faisons, dans cet article, que résumer les curieuses recherches. 
Il est important de savoir, en effet, si les réformes de Pierre de Corbeil 
ont pu se maintenir, et quelles furent les suites de la condamnation 
prononcée par le cardinal de Tusculum. 

Si, pour la fin du xm° siècle, les documents font totalement défaut, 
nous possédons en revanche, à partir de cette époque, une source 
abondante de renseignements précieux, dans les comptes du Chapitre. 
C'est une riche collection, remontant à i-iqb, et qui, sauf quelques 
lacunes, se continue jusqu'en 177!). 

Comme la Circoncision, la fête des Innocents et celle de saint Jean 
étaient solennisécs d'une façon particulière, ainsi qu'en témoignent le 
mandement que nous venons de rapporter et notre manuscrit qui 
en a conservé les épîtres farcies ainsi que celle de saint Etienne. Les 
enfants de chœur avaient donc, eax aussi, leur jour d'indépendance et 
de fête. C'était le jour des saints Innocents. Ils élisent un archevêque 

(ij Cl. A. Ciit:K7.ST,iip.cit., p. 46. — L'original esta la BihI. de Sens. 

OFFICE DE PIERRF. DE CORBEIL 5 



66 



I. OrFICE DF. PIKRlîF DE coniiFir. 



et ne reconnaissent d'autorité que celle qu'ils se donnent. Non seule- 
ment le Chapitre tolère cet usage, mais il l'encourage en offrant au 
dignitaire choisi quelques setiers de vin. A la suite des présents 
faits par les chanoines sénonais aux prélats, aux seigneurs et autres 
personnages, on trouve, dans les comptes de iSSy-iSSS, cette mention : 

(c Pro vino presentato archiepiscnpo piieroritm, die Innoceutiiim, 6 s. t. 
9 d. » 

et jusqu'à la fin du xvr siècle, cette même mention se retrouve dans les 
registres. Preuve, remarquons-le en passant, que la fête des Innocents 
n'avait pas été supprimée par le mandement de liq?; pas plus du reste 
que celle de la Circoncision. 

Ap-irès les enfants, les vicaires. C'était aux vicaires, en effet, ainsi 
qu'aux clercs et autres habitués de l'église métropolitaine qu'avait été 
réservé le soin de célébrer la fête de la Circoncision. Le compte de 
1344-1:145 porte : 

« [Pro] vino presentato \\cx\ii\s ecclesic, die Circmncisionis Domini, 6 s. t. » 

Celui de 1348- 1349 s'exprime ainsi : 

« Item [prd] vino presentato vicariis et clericis ecclesie, die festi fatuorum, 
de gratia capituU, 12 s. t. » 

C'est la première fois que se rencontre l'expression : Fêle des Fous, 
qu'on appelait encore : P^cte des Sots. Malgré cette appellation gro- 
tesque, on le voit, le Chapitre ne dédaignait pas d'encourager cette 
fête, au même titre et de la même façon que la fête des Innocents. 

Au compte de i3ri-i352, on lit : 

« Pro vino presentato conuniinitaii clericnnun, die Jesti fatuorum, 10 s. t., 
8 d. » 

Dans ces formules, nous voyons bien figurer les clercs, les vicaires, 
mais nulle part il n'est question d'un chef élu par eux, à l'instar de 
l'archevêque des Innocents. Ce n'est qu'en iSyG qu'il en est fait 
mention sous ce titre : Precentor et provisor festi stiiltorum. Pourquoi 
ce silence? Est-ce un oubli du chanoine chambrier, chargé de la tenue 
des comptes? C'est peu probable. 

Rappelons-nous, en effet, un passage de l'ordonnance d'Eudes de 
Sully portant interdiction formelle d'aller chercher ou de reconduire 
à sa maison le Domiuus festi. Dans le même but de restreindre le rôle 
du Domiiius festi, Pierre de Corbeil n'aurait-il pas défendu toute rétri- 
bution en faveur de ce personnage déjà fort important dans la fête? 

A Sens, on élisait comme chef ou proviseur de la fête un préchantre, 



SON MÔl.l'. SON HISTOIIUC 6/ 

et non un abbé, un cvcque ou même un pape, comme dans les autres 
Eglises de France, ce qui contribue à mettre hors de doute le caractère 
exclusivement musical et artistique de ces joyeuses cérémonies. Mais 
nous parlerons plus au long de cette particularité lorsque, dans l'ar- 
ticle suivant, il sera question du préchantre. 

Quoi qu'il en soit, à partir de cette date de iSyG, le préchantre est 
régulièrement inscrit au livre des comptes, où il occupe une place égale, 
sinon supérieure, à celle de l'archevêque des enfants. Souvent se 
présente cette formule : 

'< Ilem pra MXGt^o vhesexto facto precenlori stultoriim, prima die Janiia- 
rii. » 

Il y a plus : aux cadeaux en nature, le Chapitre ajoute un don en 
argent, équivalent à la pension annuelle du maitre de chapelle ou du 
maitre d'école, soit jb sols tournois. 

On lit d'une part : 

« Magistro puerorum m F.ccLKSi\,prn pensionc sua, j5 sol. t. » 
« Magistro puerorum IN scHOLis, pro pensioiie sua, 76 sol. t. » 

et d'autre part ". 

« Pro pecunia Iradita de mandata capituli vicariis ecclcsie, pro festo fatuo- 
rum, 75 sol. t. ». 

Plusieurs passages des comptes établissent même qu'une quote-part 
dans les revenus des bois du Chapitre, une véritable prébende, était 
attribuée aux Innocents et aux Fous. 

Il parait en outre, d'après certaines citations, que ceux qui étaient 
revêtus de la dignité d'archevêque des enfants et de préchantre jouis- 
saient de prérogatives particulières, et cela probablement pendant tout 
le cours de l'année, jusqu'à ce qu'une élection nouvelle leur donnât un 
successeur. 

Puisque pareille fête ne se faisait qu'avec l'assentiment et sous le 
contrôle du Chapitre, comment admettre sans réserve le jugement de 
ces historiens qui n'y ont vu que désordres et honteux excès ? N'ont- 
ils pas confondu deux époques tout à fait dilTérentes et attribué par 
ignorance ou mauvaise foi aux âges précédents les abus commis seu- 
lement aux xv" et xvi" siècles? 

Est-ce possible qu'un Chapitre respectable ait donné à des vicaires et 
à des clercs une grosse indemnité pour convertir l'église en un lieu de 
risées? — Personne ne voudra le croire. — Non, mais c'était pour que 
le jour de la Circoncision fût célébré par un service solennel et extra- 
ordinaire. 



68 l'office de pierre de cormeil 

" //cm, dit un des TC^\i.Ucs, die Jexli JatiKirinii, pro scrvicio facicndo die 
dicti fesfi, quatemis langit canoiiicos subdiaconos in ecclesia, -jb sol. t. » 

Dans un statut du Chapitre d'Avallon, de 1453, relatif à la fête des 
Innocents, permission est accordée à ceux-ci de célébrer l'office, « salleni 
circa ea que sine sacris ordinibiis licite possunt exerceri. » 

De telles mesures restrictives ne démontrent-elles pas qu'on avait 
à cœur de sauvegarder les convenances et d'empêcher toute profanation 
du culte. On maintient, il est vrai, ce que les vieilles traditions ont 
consacré, on laisse aux sous-diacres et aux enfants les honneurs de la 
cérémonie, mais on leur interdit d'usurper, dans Toflrce divin, des 
fonctions pour lesquelles ils n'ont reçu aucun pouvoir. 

Telle fut, jusqu'au xv'^ siècle, la manière dont se célébrait l'office de 
la Circoncision. Bien mieux que de vagues généralités, des documents 
précis — et que peut-on trouver de plus précis que des comptes? — 
nous ont révélé avec quelle sollicitude, avec quelle judicieuse condes- 
cendance, le Chapitre veillait à ce que rien d'irrégulier ne se glissât 
dans les réjouissances de cette cérémonie populaire. 

Il nous reste à voir maintenant d'où sont venus les abus qui 
ont déterminé la suppression définitive de cette fête. Au début du 
xv^ siècle, la fête des Fous conserve encore son ancienne splendeur. 
Mais bientôt apparaissent des symptômes de décadence. Le temps 
n'est plus, du reste, aux jo3'euses solennités. La guerre atroce qui 
sévissait alors répand partout une affreuse misère. Une telle détresse 
naturellement force le Chapitre à supprimer la plupart de ses dépenses. 
Aussi, les registres ne mentionnent-ils plus de prébendes en faveur des 
enfants et des Fous. La dépense relative à la fête des Innocents est biffée. 

Ne pouvant plus subventionner les cérémonies des Innocents et des 
Fous, le clergé perd par là même une partie des droits qu'il avait de 
les réglementer. On conçoit dès lors que de regrettables désordres 
n'aient pas tardé à se produire. Ajoutons à cela les tristes fruits de la 
guerre, comme la licence, l'esprit d'indépendance, l'affaiblissement du 
sentiment religieux. Qu'attendre, en pareil cas, de jeunes clercs ou 
d'enfants autorisés par la coutume et dégagés de tout frein? Il n'y 
avait plus qu'à sévir et à prendre de radicales décisions; et c'est ce 
qu'on fit, en France comme à l'étranger. On le voit, le mal était 
devenu général. 

Les décisions les plus connues sont un décret du concile de Bàle, en 
date du 9 juin 1435, et une lettre circulaire de la Faculté de théologie 
de Paris, du 10 mars 1444. Le décret, lui, s'attaque particulièrement 
aux représentations théâtrales, dans certaines églises. La lettre circu- 
laire traite exclusivement de la fête des Fous et est adressée auxévêques 
et aux Chapitres de France. Citons seulement quelques-uns des excès 
énumérés dans ce dernier document : 



SON nÔLE, SON HISTOIRE 69 

« Divini ipsius officii tempore larvatos monstruosis vultibus, aut in vestibus 
mulieruni aut lenonum vel histrionum choreas duccrc in choro. 
Cantilenas inhonestas cantare. 

Otfas pingues supra cornu altaris juxia celebranttni missam comedere. 
Ludum taxillorum ibidem exarare. 
Thurificare de fumo foetido ex corio veterum sotularium... » 

C'est surtout dans cette lettre qu'ont puisé les historiens pour stig- 
matiser CCS abus. Ces mêmes passages ont inspiré des gravures plus 
ou moins fantaisistes qui ont la prétention de reproduire ces scènes et 
diverses autres mascarades. (Cf. Gravures représentant la fctc des 
Fous, à Viviers (Ardèche), et dans la cathédrale de Rouen, dans 
Histoire des religions, iu<eurs et coiilinues religieuses, superstitions^ 
éditée par Prudhomme, t. Yl, n" 52.) 

Le but d'une semblable circulaire, — et on ne l'a pas, croyons-nous, 
suffisamment remarqué, — étant de signaler en même temps tous les 
genres d'extravagances, il a bien fallu en produire une énumération 
complète. 11 serait par suite, comme on l'a fait trop souvent, souve- 
rainement injuste de généraliser. Les mêmes scènes n'ont évidemment 
pas eu lieu partout, et rien ne fait supposer qu'à Sens on soit tombé 
dans de tels désordres. « Les folies qui s'y pratiquaient tenaient plus 
de renfantilhige que de la profanation. C'étaient des déguisements, des 
danses, des cris : quelques moqueries adressées aux membres du clergé : 
quelque châtiment burlesque imposé aux héros mêmes de la fête. » 

On en peut juger par une délibération capitulaire, conservée dans les 
copies du manuscrit, de la Bibl. Nat.. n°* i35i et io52o ("anc. Suppl. 
lat. , 1018) : 

« Extrait d'un registre capitulairede l'église de Sens, du vendredi après Saint- 
André, 4 décembre 1444. — De servitio dominicae Circumcisionis, viso super 
hoc siaïuto par quemdam legaium edito, et consideratis aliis circa hoc consi- 
derandis, et ad evitandum scandala, quae super hoc possent exoriri, ordina- 
tuni fuit unanimiter et concorditer, nemine discrepante, quod de caetero 
dictum servitiumjiel, prout jacet in libro ipsius servitii, dévote et cum reve- 
rentia ; absque aliqua derisione, tumultu aut turpitudine, prout fiunt alla ser- 
vitia in aliis festis, inhabitibus per dictum statJtum ordinatis, et non alias, et 
voce modulosa, absque dissonantia, et assistant in hujusmodi servitio omnes 
qui tenentur in eo interesse, et faciant debitum suum absque discursu aut tur- 
batione servitii, potissime in ecclesia ; nec projiclatur aqua in vesperis super 
praecentorem stultorum ultra quantitatem trium sitularum ad plus ; nec addu- 
centur nudi in crastino festi dominicae Nativitatis, sine brachis verenda 
tegentibus, nec etiam adducantur in ecclesia, sed ducantur ad puteum claustri, 
non hora servitii sed alla, et ibirigantur sola siiula aquae sine lesione. Qui 
contrarium fecerit occurrit ipso facto suspensionis censurani per dictum 
statutum latam ; attamen extra ecclesiam permissum est quod stulii faciant 
alias ccremonias sine damno aut injuria cujusquam. » 

On voit, dit Chérest. que le Chapitre de Sens n'accepta sans réserve, 



70 L OFFICE DE PIEIînE DF. CORIÎEIL 

ni les exhortations de la Faculté de Paris, ni les ordres du concile de 
Bàle. Pensant qu'après tant d'années de tolérance et d'encouragements 
une brusque et absolue sévérité était chose impraticable, il prit pour 
modèle de sa conduite les sages efforts tentés au xiu" siècle. Au lieu de 
supprimer, il réglementa ; et, pour atteindre son but, il n'eut qu'à 
remettre en vigueur le mandement de 1245, ou à prescrire l'exécution 
sci'upuleuse du fameux Missel des Fous. De là ces mots : Viso super 
lioc slatiito per qiici!idai)i lcL;-alii})i edito. Le légat dont il est ici question 
est évidemment Odon, cardinal de Tusculum. De là encore cette 
phrase : Diclum scrvilium fiel, prouljacel in libro ipsitis serritii ; c'est- 
à-dire l'oftice de la Circoncision sera célébré, comme il est écrit dans le 
livre composé spécialement pour cette fête ; et l'on ne connaît d'autre 
livre, en ce genre, que le manuscrit de Pierre de Corbeil. 

Quant aux cérémonies qui se pratiquaient hors de l'église, pourvu 
que personne n'en soit blessé, le Chapitre les autorise. Il semble qu'elles 
échappent à son indulgente juridiction, ou, du moins, qu il n'ait le 
droit d'y intervenir que dans les cas les plus graves, lorsqu'elles dégé- 
néraient en excès nuisibles. On s'explique plus difficilement pourquoi 
il tolère la singulière aspersion que le préchantre des Fous devait subir 
à l'heure des vêpres. Trois seaux d'eau, le premier janvier ! Triste bap- 
tême à recevoir ! Sans doute les vicaires voulaient rappeler à leur chef 
que sa trompeuse dignité ne leur inspirait pas un respect absolu ; et 
quelque préchant; e jaloux, un vrai prêchantre, s'entend, aura laissé 
consacrer cette humiliation de son rival. 

L'archevêque de Sens, Louis de Melun, montra plus de rigorisme. Le 
24 novembre 1443, il prescrit l'abolition complète de la fête des Fous, 
ordonnant même de rayer, dans les livres, tout ce qui pourrait s'y rap- 
porter. Le Chapitre se contenta de retirer aux Fous les subventions et 
cadeaux accordés jusque-là et s'est bien gardé de toucher au manus- 
crit de Pierre de Corbeil. Du reste, est-il besoin de le redire ? ce fameux 
recueil ne contenait rien qui ait trait à l'office incriminé de la fête des 
Fous. 

Mais tous ces eflbrts demeurèrent inutiles, tant ces coutumes étaient 
invétérées. En 1460, nouvelle défense, à son tour bientôt méconnue. Le 
concile de Sens, en 1485, sévit de nouveau, et voilà qu'aux comptes 
de i48(), on lit : 

« Item, 'baillé] aux compaignoiu de la eommiinauté pour don fait p-ir mes- 
seigiieiirs pour faire la fesle du premier jintr de l'an, payé 5o s. t. » 

Le nom de fête des Fous a disparu, après l'ordonnance de Louis de 
Melun, mais en revanche les dons supprimés reparaissent. 

Comment concilier tout cela? — Comment donner de la conduite 



SON" ROI.K, SON HISTOlnE 7I 

du Chapiire une explication satisfaisante ? — Kn nous rappelant ici la 
distinction plusieurs fois déjà signalée. 

(^e que les conciles avaient réprouvé, c'étaient les danses, les jeux, le 
tumulte et autres profanations. Jamais on n'avait prétendu interdire aux 
vicaires, pas plus qu'aux enfants, de s'organiser en compagnie pour 
célébrer une fétc spéciale et jouir, ce jour-là, de certains privilèges par 
eux-mêmes inoffensifs. 

Mais de plus en plus il devenait dillicile au (Chapitre de maintenir 
ces réjouissances dans de justes limites. La faute en était surtout aux 
malheurs et aux troubles du moment. Les habitudes de licence s'étaient 
tellement développées que force fut, pour les extirper entièrement, de 
faire appel aux mesures les plus rigoureuses. 

En i5ii, intervient une décision capitulaire fort curieuse que nous a 
conservée Baluze, dans la copie i35i. 

« Veneris 5 decembris i5ii. — Conclusum fuit in capitulo festum quod 
diciiur siultofLim, die Circumcisionis Domiiii fieri soiitum, pro hoc anno 
omnino praetermiiti, et domino Tallino Bissart presbitero, praeceniori dic- 
torum stultorum, exhibitiones fieri, sub pœna excommunicaiionis et priva- 
tionis sui beneticii et jurium et pannoruni ecclesiae, ac cuilibet eiiam vica- 
riorum, ne a caeiero habeat facerequovis modo aliquas insolentias, tam de die 
quam de nocie, faciendo tondere barbam parte, ut fieri consuevit, in theatio... 
ac iudere personagia, die scilicet Circumcisionis Domini. Qui quidem Bis- 
sait in praesentia dominorum viva voce monitus fuit per D. Decanuni de 
oinnibuspraescriptis, presenteTussano Depineau et Aegidio Bergier clericis. » 

« Mercurii ultima decembris. 

« Permissiun est vicariis et habiiuaiis ecclesiae celebrare et facere serviiiLim 
diviniimin festo Circumcisionis Domini, prout et queniadmodum andquitus 
incadem ecclesia tieri et decantari consuerit. » 

S'il fallait une preuve nouvelle que l'Office de Pierre deCorbeil n'avait 
rien à démêler avec les excès de la fête des Fous, on la trouverait ici. 
Le Chapitre, en même teinps qu'il condamne ces excès, autorise les 
vicaires et habitués à célébrer le service divin : Prout etquetnadmodiim 
antiquilus in eadem ecclesia fieri et decantari consuerit. C'est la répé- 
tition, mais en d'autres termes, de ce qu'il avait déjà formulé en 1444: 
Diclum servitium fiet, prout Jacet in libro ipsius servilii. 

A remarquer aussi le terme decantari qui vient rappeler l'importance 
musicale de la fête. 

En outre, le Chapitre ne condamne expressément que deux abus : les 
représentations dramatiques et l'habitude qu'avaient prise les vicaires 
de se faire la barbe sur un théâtre dressé devant les portes de l'église. 

Nous n'avons pas à parler de la première de ces coutumes, elle aussi 
très louable à l'origine, mais que l'Eglise fut obligée un jour de suppri- 
mer, après l'avoir maintes fois condamnée. 



■J 1 L OFFICE DlC rlElUŒ DE COUHEIL 

Pour ce qui est de la seconde, on se demande vraiment quelle a 
bien pu être son origine, et ce qu'elle signifiait. Une telle bizarrerie ne 
viendrait-elle pas de ce qu'autrefois la tonsure de la barbe et des che- 
veux était le signe de la folie (i)? — Il est donc probable que les vicaires 
se rasaient publiquement, aux portes de l'église, pour joindre l'appa- 
rence de la folie au nom dont ils s'affublaient ce jour-là. Ils rasaient 
aussi leur préchantre, soit complètement, soit sur un seul coté du visage. 

D'autres permissions sont accordées par les chanoines, en i5i4, 
iDiôet i5i7. Enfin le 24 décembre i52i, défense absolue de célébrer 
l'office et de procédera l'élection du préchantre : « FA uc ad dcctionem 
dicli p?-aecL'uturis, die fcslo sancli Ju/iaiiiiis Frangclistac, siib p(Ciiis 
L'xconniiiiuicalioiiis. » 

C'était donc le jour de saint Jean l'Evangéliste qu'avait lieu l'élec- 
tion du préchantre. Aucun texte jusqu'ici ne nous l'avait appris. 

Mènie interdiction en i522. 

Mais les vicaires tenaient malgré tout à leurs anciennes réjouissances. 
Le 3o décembre i323, ils obtiennent une autorisation ainsi conçue : 

« ... Domini permiseï tint })7oJo célèbrent honcsle ac dévote, sine laternis, sine 
precenture, sine delatione baciili domini preeentoris, nec poterunt facere rasu- 
ram in theatro ante ecclesiam. » 

On trouve ensuite, en 1524, la délibération citée déjà à propos de 
Pierre de Corbeil : 

« Ad reqiiestiim vicariorum requirentium facultatem celebrandi feslum Cir- 
cunicisionis a defuncto Corbolio instiliitum, qiiod vulgariler dicilur festiim 
stultorum,pro hue anno rationibus quibiisdam moventibus, non eonsenseriint 
Domini. » 

mots : /To //oc anuo rationibus quibiisdam moventibus, indiquent 
assez que la fête a dû continuer ; et de fait, malgré la formelle prohibi- 
tion d'un concile provincial de i 528, le manuscrit de BaluzeoiVre encore, 
entre autres mentions, celle-ci : 

« Permissum, i53g. Sine seandalo, sine delatione magnorum grossoriim 
candelabrorum per vicarios. » 

Dans une compilation des registres capitulaires faite parle préchantre 
Paul Leriche (2), on lit, à la date du vendredi 23 décernbre 1547 : 

<( l,es années précédentes, on avait permis aux enfants de cha;ur et aux 
vicaires de faire les fêtes de saint Jean et des Innocents, pourvu que ce fût sans 

[\) Mais l'egarck'Z quel aposlol 

Il est tondu comme ungibl 
(MyslC-rcs iiu-Jils du .juimiùine siècle, t. 1, p. 78, publiés par A. Jucin.il, Paris, .Mbccc.\.x.\\ 11 ) 
2; Paul Leriche fut prcchanire, de 1694 a 171.). H est mort, le 5 lévrier 171-I. 



RUiiiiiQriis 73 



vacarme et sans scandale. Mais parce que le Chapitre reconnut qu'il était dif- 
ficile de l'empêcher, pour l'éviter, il ordonna qu'à l'avenir on ne célébrerait 
plus ces fêtes que comme les autres fêtes doubles. » Chérest, op. cit., p. 79. 

Cette fois, ce fut définitif. 

Des cérémonies de cette nature avaient fait jadis les délices de nos 
dévots ancêtres. Elles avaient, aux belles époques de la foi, séduit leur 
esprit na'if et crédule, mais pouvaient-elles désormais ne pas provoquer 
des désordres et ensuite des railleries ? Déjà se propageaient les idées 
funestes de la Réforme. Il fallait craindre de donner pris eà d'ardentes 
critiques. On sait d'ailleurs que les docteurs du protestantisme n'y ont 
pas manqué. 

Ainsi s'éteignirent pour toujours, au milieu des troubles et des 
guerres du xvi'= siècle, les vieilles solennités religieuses de Sens ; et 
l'historien Tavcau pouvait écrire, en 1608, en parlant de ces coutumes 
singulières du Sénonais : « Qitae fieri lum sokbant et PENrrus orsole- 

RUNT. » 

Désormais inutile, le célèbre manuscrit de Pierre de Corbeil demeura 
déposé et précieusement gardé dans le trésor de l'église métropolitaine, 
d'oint il n'est sorti qu'à la Révolution. 



IV 

RUBRIQUES 

Certaines rubriques de notre Office ayant donné lieu à de regrettables 
méprises, nous tenons à leur consacrer une étude spéciale, pour 
laquelle, du reste, nous avons réservé quelques remarques qui n'ont pu 
trouver place plus haut. 

Parlons d'abord des rubriques plus particulières à ce genre de céré- 
monies. Après viendront celles qui ont trait à la musique. 

§ 1. — Rubriques relatives à la fêle. 

I" Conductus ad Tabulam. Lecta Tabula, incipiat sacerdos. 

Nous avons déjà dit ce qu'il fallait entendre par cette expression : 
tabula. Cette tablette, dit F. Clément, « au sujet de laquelle on a 
écrit des choses si divertissantes, n'est autre chose que la règle et 
l'indication du cérémonial de la fête, un ordo dirinorum of/icioruni que 
le célébrant lisait à haute voix à l'assemblée et au chieur, afin que 
chacun sût ce qu'il avait à faire. » 



74 L OFFICE DE PIERRK DE COKBEIL 

20 Bacularius. 

Ce nom figure deux fois dans tout le cours de l'oiîice. 11 désigne le 
Préc/iaiitre, c'est-à-dire celui qui porte le bâton cantoral. D'après Du- 
cange, « Bacularius. apparitor ecclesiasticus, bedellus qui baculum manu 
gestat, in signum suae functionis. » 

Il n'y avait pas à se méprendre à ce sujet. Pourtant, ce terme a reçu 
une bien étonnante interprétation, mais ce fut par suite d'une lecture 
défectueuse. Les premiers éditeurs, en effet, imitant en cela quelques 
copistes du XVII"-' siècle, n'ont pas pris garde aux signes d'abréviation 
dont ce mot est affecté, et l'ont traduit par Ludarius, expression qui 
ne signifie rien, et qu'on chercherait en vain, même dans Ducange. 

Quand il s'est agi de trouver à ce mot une signification, l'idée de jeu, 
ludus, \'im naturellement à l'esprit. De sorte que, au lieu de la leçon 
du manuscrit : Bacularius : Te Deum, les éditions nous donnent : Te 
Deum, Ludarius. II est vrai que Bacularius se trouve inscrit à la fin de 
la ligne, par conséquent après Te Deum, mais c'était l'usage de repor- 
ter ainsi à droite les rubriques. (Cf. pi. I, II et IV.) 

Le préchantre élu pour la fétc de la Circoncision devait apparemment 
jouir de toutes les prérogatives concédées à celui dont il usurpait, ce 
jour-là, les hautes fonctions. A lui donc l'honneur d'entonner le Te 
DeuDi, puisque, comme le disent les anciens documents, le préchantre 
de l'Eglise de Sens « clait eu possessiuu de co)uiucucer IcTe Deum, <.7;/.v 
solcuuilés cxlraordiuaircs. » (Arch. de lYonne, G. io8) (i). 

Nous retrouvons le nom du préchantre en tête de la pièce : Nuvus 
annus intitulée : Conductus ad Baciilariuiii. Si on fait attention que c'est 
précisément à ce conductus qu'appartient le refrain rapporté plus haut 
et contenant de si excellents conseils à l'adresse des chantres : Qui mil 
j'cre psallerc, etc., on conviendra que le rôle musical du préchantre se 
trouve ainsi pleinement confirmé. 

N'avons-nous pas déjà observé que Pierre de Corbeil, cherchant à 
concilier l'amour de Fart avec le respect dû au culte, avait eu pour but 
surtout d'établir une fête musicale, une solennité artistique ? Pourquoi, 
à Sens, élit-on un préchantre plutôt qu'un abbé ou un évêque, pour être 
le héros du jour, sinon parce que cette fête était avant tout une occasion 
de chants, de chteurs, et qu'aux mains qui les dirigeaient le bâton du 



II* Voici du reste ce qu'on lit au livre du Picchantre, Noiina precentoyis, XIII/XIV s. Bibl. de 
Sens, n" 6, fol. 267. 

De precentore ecclesie senonensis. 

« ... Piecentor quarlus est post Archiepiscopum. et débet ordinare scrvitium ecclesie. et 
specialiiei- in festis duplicibus et annualibus. Ad Primam, Tertiam. Se.xlam. Nonam et Comple- 
torium hymnos, antiphonas Ad Ma^nijicat, Bcne.iictus et Nunc dimittis débet incipere, et Te 
DiiUM LAUD.\Mus: Si vero Poniife.\ in festo annuali faciat officium, débet antiphonas aJ IJencdictus, 
ad Magnificat et Te Deum laudamus incipere. » 



RUBRrOL'ES 



prcchantre convenait mieux que la crosse d'un archevêque ? sinon 
parce que les vicaires tenaient à honneur d'exécuter dignement les 
admirables mélodies de ce superbe Office et voulaient maintenir, en 
cette occasion, la réputation devenue proverbiale des chantcor de Sens} 

3» Conductus. 

L'Office en contient sept : 

CoiiLiiictiis ad tahulam. 



« 



ad iuifos. 



» ad presbyierum. 

» ad subdiaconum. 



» ad evangelium. 

» ad bacularium. 

» ad poculuin. 

A une époque où il était de mode de tourner en dérision ces sortes 
de cérémonies, on devait fatalement tomber, h propos de cette rubri- 
que, dans une interprétation fantaisiste et ridicule. Les auteurs ont 
naturellement considéré ce mot conductus comme un participe se rap- 
portant à l'àne. Jugez dès lors de l'importance que prenait ce dernier 
dans la fête! Et puis, quel accueil ne devait-on pas faire à une sem- 
blable interprétation? — Il n'y a qu'un malheur, c'est que, dans la cir- 
constance, le terme conductus a une signification toute différente, et ne 
se rapporte en rien à l'àne, dont il n'est fait nulle part mention, eu 
imbrique, dans le manuscrit. Conductus désigne un morceau de musique 
ou plutôt de chant qu'on exécutait en marchant. C'est une hymne 
processionnelle chantée pendant un cortège, soit que le sous-diacre 
allât lire l'épitre sur les marches du jubé, soit que le diacre s'}^ rendit 
en portant le livre de l'Évangile, soit encore que les chantres et le 
clergé allassent prendre leur repas ( i ). 

On appelle encore conductus des pièces à mouvement cadencé, 
utilisées dans les rondes pieuses et populaires. Citons l'exemple du 
rythme Era riruni, publié par Dom Pothicr sous le titre de « Ronde 
pieuse du XI" siècle » dans la Revue du Chant grégorien (XI, n° 4) et 
qu'il a depuis repiroduit dans ses Canlus mariâtes, p. 12. Ce curieux 
morceau, en partie du moins, se retrouve avec le titre de conductus 
dans l'office de la Circoncision de Beauvais, fol. 3i ^'". 



il) Le mot conductus appariiem aussi à la terminologie miisicologique. Le coiiJuclus est, aux 
xif et XIII'-' siècles, une pièce extra-liturgique, sur un sujet moral ou icligieux. 

11 se chante à une, deux, trois et même quatre voix, et s'appelle, selon le cas, coiiduclus, 
siniplcx^ duplex, triplex, quadruf Icx. 

A la difi'érence des conductus de mure Office, leur mélodie est toujours originale et change a 
chaque strophe. En outre, elle est ordinairement continue, n offrant aucune disposition symétrique. 

Dans les manuscrits, les conductus sont toujours notés en partition et non, comme les motets, 
avec les parties séparées. 



76 l'okkice de pierre de corbeil 

Ceci nous amène naturellement à dire un mot des danses ou rondes 
pratiquées jadis dans les cérémonies religieuses, et particulièrement 
dans les fêtes du genre de celle qui nous occupe. 

Outre le proverbe Li chanleor de Sens, une expression fort usitée à 
Sens était celle-ci : Tel jour, le Préchanti-e baie, allusion évidente aux 
coutumes dont nous parlons. Sans nous arrêter aux abus criants juste- 
ment condamnés par les conciles, que sont donc les processioiîs qui se 
font aujourd'hui encore autour du chœur des églises, dans les nefs 
latérales avec des thuriféraires marchant en cadence, sinon comme le 
mot l'indique {c/iorea, d'où chorialis, c/io)-ista, choriste), des chœurs 
ambulants représentant, dans leurs gracieuses évolutions, des danses 
mystiques et sacrées ( i ) ? 

« Connoissez-vous, écrivait Fenel à Lebeuf en 1740, la danse ecclé- 
siastique qui se pratiquoit autrefois, ici, le jour de Pâques, au soir, 
et qu'on nommoit la Gazzole (2)? Elle se faisoit autour du puits du 
cloître, et les premiers du Chapitre (l'archevêque à la tête) avoient 
chacun à conduire par la main un des enfants de chœur (3). » 

Rappelons-nous du reste que la danse était considérée dans l'anti- 
cjuité comme un art sacré qu'on réservait le plus souvent aux céré- 
monies religieuses. 

« Le domaine de la danse, écrit le P. Lacouture, s'étend bien au 
delà des bals et des ballets. De tout temps on a vu, et l'on voit encore 
aujourd'hui, au moins en certaines régions, des danses religieuses ou 
belliqueuses, funèbres ou triomphales. La danse n'est pas nécessaire- 
ment une sauterie, elle peut être fort grave. Que sont nos processions 
solennelles avec les figures qu'y exécutent les enfants de chœur, sinon 
des danses religieuses?» » Elles sont particulièrement remar- 
quables en Espagne, surtout à Séville. A la Fête-Dieu et à l'Imma- 
culée-Conception, douze enfants de chœur exécutent des danses devant 
le Saint-Sacrement. Entre les strophes, ils jouent des castagnettes (4). j- 

Voilà comment, pour en revenir à la signification du mot condiictiis, 
l'ignorance et trop souvent la mauvaise foi ont contribué à répandre de 
grotesques légendes, légendes d'autant plus vivaces, semble-t-il, qu'elles 
ont pour base une erreur plus manifeste, et « qui poussent dans le 
champ des sciences historiques avec toute l'exubérante vigueur des mau- 
vaises herbes, jusqu'à ce qu'il devienne impossible de les déraciner (5). » 

Citons encore un échantillon de ces grossières méprises. Que dire 



fr' D'Ortigue. Dict. de pLiin-cImitt, an m<)t : BaUr. 

(2) DuCANGE, au mot Coro/.r ; Tu. Arbeau (Jehan Tabourot], Orc/icsoçirt/'A/e, rccd. Paris, 1888, 
p. VIII ; Revue des Soc. sav., 5" série, t. Ill(i!:i72), p. 654 : Rapport de A. de Barthélémy sur une 
communication d'A. de Jubainvitle. 

(3) Lettres de Lebeuf, t. Il, p. :;89. 

I4) Esthétique fondamentale, Paris, Retaux, 1900, p. 403. 
(5' LrriiY nr i.\ Marche. Le treizième siècle artistique, p. 33. 



luinRiQUF.s 77 

par exemple de CCS écrivains assez peu au courant des habitudes litur- 
giques pour avoir reconnu un refrain bachique : Evohé ! dans la 
formule mnémonique : Euouae'i Que de mal s'est donné l'érudition 
de certain savant pour tâcher de découvrir une origine m3'thologiquc 
à cette simple abréviation des mots : Seciilorum. Amen ! 

Une formule abréviative analogue va peut-être nous fournir l'expli- 
cation du fameux : Ht haii. Personne n'ignore que plusieurs savants (!) 
sont allés jusqu'à prétendre qu'à un moment donné, dans l'ofhce des 
Fous ou de l'âne, le célébrant chantait ces harmonieuses syllabes pour 
mieux imiter le cri de l'àne. 

Dans unoflice de Thomas Hecket extrait d'un manuscrit du xni" siècle 
et dont le texte a été publié par F. Clément {Hist. de la mus. reli- 
gieuse, p. 304), on trouve, au lieu de la terminaison Euouae, cette 
autre abréviation : /. .1;;;. suivie de //. Am.^ III. Am.., ce qui veut dire : 
Premier Amen, second AiMen, etc.. ou Amen dupremier Ion, etc.. Quand 
on est de force à faire dériver : Euouae des mots : Evohé, E-j, ii- 
'< Courage, mon fils », ne peut-on pas se permettre de lire : Hi han, 
dans l'abréviation : /. Am. ? 

s? II. — Rubriques musicales. 

1° Quatuor vel quinque in falso, rétro altare. 

De toutes les rubriques de l'office, celle-ci est assurément la plus 
curieuse, sous le rapport musical, à cause de l'expression : in falso (i). 
Peut-être même est-elle une des plus anciennes que l'on connaisse, en 
dehors des rubriques fréquentes relatives à l'harmonie, comme orga- 
num, diaphonia, discaiitus, etc.. L'abbé Lebeufn'apas peu contribué 
à la mettre en évidence par la plaisanterie qu'il s'est permise à son sujet. 

« Après Valleluia, dit-il, suivait une seconde annonce de la fête par 
quatre ou cinq chantres à grosse voix postés derrière l'autel. Là, ils 
devaient chanter in falso (c'est l'expression du manuscrit) les deux 
vers suivants : 

Haec est clara dies, clararum clara dierum. 
Haec est festa dies, festarum festa dierum. 

Vous jugez assez jusqu'à quel point on pouvait pousser sans grande 
dépense une poésie de cette sublimité, et si la rubrique qui ordonnait 
de chanter faux était bien observée, comme il n'en faut pas douter, je 
vous laisse à penser quel eflet devait produire une telle harmonie sur 
l'oreille des auditeurs {2). » 

(i) Cette même rubrique existe dans rOlHce de la Cii'ooacision de Reauvais. Au fol. 3 recto, 
du ms. lEgerton, 261 5, Brit. Mus.) on lit : Omiias aniiphonc psulmorum incifiuntur cum falsetO. 
(2) Mercure de France, 1726, p. 266!<. 



L OFFICE DE PIERRK DE COIîBEIL 



On s'explique difficilement cette étrange interprétation de la part 
d'un éiudit comme l'abbé Lebeuf et qui a, précisément sur ce même 
sujet, écrit de nombreuses et justes remarques, en particulier dans son 
Traité hisl. sur le C/iaiil Ecclési.islique, p. yS et suiv. Observons toutefois 
que ce traité a paru en 1741, alors que le passage que nous citons 
remonte à l'année 1726. 

Le P. Laire qui, lui aussi, nous l'avons dit, avait fait une étude 
approfondie du manuscrit de Sens, a bien compris l'erreur commise 
par l'abbé Lebeuf. Aussi, dans l'édition du Mercure de France que 
possède la bibliothèque d'Auxerre, a-t-il pris soin de mettre en marge, 
à côté de la traduction fautive des mots iii falso, cette rectification : 
« En Jaux-bourdou ». 

Tel est du moins le sens admis par tous ceux qui, depuis cette 
époque, ont eu à parler de cette curieuse rubrique. Il est pourtant à 
remarquer que le mot bourdon, burdo {bordone, en italien), ne s'y 
trouve pas. C'est peut-être ce qui a trompé Fabbé Lebeuf. Quant au 
tevmefalso (falseluin), on sait, malgré son étymologic douteuse, qu'il 
signifie : voix aiguë. Donc, in falso veut dire ici voix de fausset. 

Quelques détails sur les éléments dont se composait un faux-bourdon 
au xn' siècle (on n'en connaît point d'antérieur à cette époque) nous 
feront mieux saisir l'importance de cette rubrique et son véritable sens. 

Le faux-bourdon, tel du moins que le décrit un auteur du xiv" siècle, 
Guilhehnus Monachus, est une sorte à'organum ou de diaphonie à trois 
parties. On plaçait au-dessus du chant (cantus fîrmus ou lenor) une 
voix qui marchait parallèleinent, à la tierce supérieure (^contra-teno?-), 
mais commençait et finissait à la quinte, puis, au-desîous du même 
cantus Jîr mus, une troisième voix à la tierce inférieure [discautus], 
iiiais commençant et finissant à l'unisson. 

Notons, d'après ces données positives, la pièce elle-même dont il 
s'agit ou plutôt le deuxième vers, afin d'avoir une finale réelle. 



Nohriwn Ténor ^t^f nrf =^E§Hg^3:=g=^=g=î=Sz=S^=« 



Di^cantus 

Haec est fcs-ta di- es fcs- ta-rumfcsla di- e- rum 

Mais la partie du discantus, toujours confiée au soprano, à une voix 
aiguë, à une voix de fausset par conséquent, in falso, sonnait en réalité 
à l'octave supérieure, et l'eifet pour l'oreille était celui-ci : 

Effet ré..| g^^^ ^1^^^= Pi^l^^ g^^^ =]] 
Haec est fcs-ta di- es fes- ta- rum fes-ta di- e- rum 

Cette harmonie nous semble barbare. N'oublions pas toutefois que, 
le cantus Jirnius émnt d'ordinaire tenu (ténor) par un chœur bien fourni, 



RUBRIQUES 79 

alors que quelques voix seulement modulaient les antres parties, il 
en résultait un ensemble qui pouvait n'être pas sans charmes. Nous 
obtenons quelque chose d'analogue, encore actuellement, par les jeux 
de mixture, dans l'orgue. 

Dans le cas présent, en admettant cinq voix, il y en avait trois 
chargées du canins Jîrmits. Telle nous parait être la signification exacte 
de la rubrique /«/a/i'o. Terminons du reste par cette judicieuse remarque 
de Vincent d'Indv : « C'est très probablement de cette transposition 
de la basse éci-'Ue que vient le terme falso-boi-doirc, dont la traduction 
exacte est : basse en fausset, le mot italien bordone étant, à cette 
époque [xiv^-xv'^ siècle], synonyme de basse (i). » 

Le fait de chanter certains morceaux relro allarc n'a rien qui doive 
surprendre. Les rubriques de ce genre ne sont pas rares, surtout dans 
les offices rappelant des circonstances susceptibles d'être dramatisées, 
telles que les fêtes de Noël, des Rameaux, de Pâques. A la procession 
des palmes, de claires voix d'enfants ne lançaient-elles pas, du haut des 
galeries, les versets gracieux du Gloria, laiis ? — Au matin de Pâques, 
c'était, près du sépulcre, le dialogue entre l'ange et les trois Maries (2). 

Après le chant solennel des matines de Noël, avait lieu la procession 
ad praesepe. Des enfants placés sur le jubé ou dans le triforium du chœur 
entonnent le joyeux Gloria in excelsis, puis, comme autrefois les bergers, 
les prêtres se dirigent vers la crèche disposée dans Vahsidc, rétro altare. 
Telle fut, on le sait, l'origine première des drames liturgiques. 

C'est donc là, près de la crèche, rétro altare, qu'on aimait à venir chan- 
ter, durant la solennité de Noël et celles qui s'y rattachent, les tropes 
formant prologue à l'introït et qui, en temps ordinaire, s'exécutaient 
pendant la procession. Ainsi, pour la fête de saint Etienne, L. Gautier 
en cite un portant cette même rubrique : rétro altare (3). 

Pierre de Corbeil aura tenu, sans doute pour rester fidèle à cette cou- 
tume, à ce que l'annonce joj'euse de la fête, comme une autre bonne 
nouvelle, partit du fond de l'abside, de l'endroit même où dans sa crèche 
reposait l'Enfant Jésus. 

2" Versus cum organo. 

Après avoir parlé de Vorg-anisation, c'est-à-dire de V arrangement du 
chant à plusieurs parties, Lebeuf, dans son traité, énumère quelques 
textes qui s'y rapportent. « Dans un Ordinaire de Saint-Martin de Tours, 
qui a environ 5oo ans, on lit, au jour de la Circoncision : Et debent 
organi\ari Inritatorium, rersiculi Responsoriorum et Prosae. Dans le 



(i) Cours Je composition musicale, \" livre, p. 145. Dui'and. Paris 

(2) Dlband, /?ji/oH.7/, éd. Barthélémy, t. IV, p. j;6. 

(3) B- Nat , n.acq., 909. fol li v». 



8o l'office dk piFiiiîF nv. couiîi:il 

livi-c de la Cathédrale de Sens qui scrvoit à la Fête des Foux, au 
treizième siècle, il y a : Responsoritim citm orgaiio ». (P. 82.) 

Ce dernier détail est inexact. En fait de rubriques relatives à Vorga- 
iiiiin, on ne rencontre, dans notre office, que celle-ci: Versus cinnorgano. 
Est-ce à dire qu'il n'y avait que cette seule pièce d'organisée} — Évidem- 
ment non, surtout si on songe à la pratique fort répandue du chant sur 
le livre. En tout cas, rien ne l'indique. Tenons-nous-en aux seules 
rubi'iques exprimées. 

]Jorgaintm, appelé aussi dtiplui]i{iii ciuplo), consistait à faire entendre, 
sur un chant donné {cantus Jirmus), une succession de quintes au-des- 
sus — ou de quartes au-dessous, dont la marche parallèle n'était que 
rarement interrompue par quelque unisson ou par des octaves sur la 
linale. Ce n'était, en d'autres termes, que le redoublement de la mélodie 
à la quinte supérieure ou à la quarte inférieure. Comme plus haut, 
réalisons Voi-gaumn de l'exemple dont il est question. 

Unisson Unisson Octjve 

— ^_ *:_»^>_ ^~-N *■ *_ 

l\ la quinie Tontra-lenor g^=:*;|-i»=g^izg^=g =^ :f;''-zgzizQg: g-* a ,_• 1 

. Camus firmus t'W -s^-^^ °'= ^1_>^ y^ =pa^e-^5_3 '- i ts ,, ^ s-s-1 

/supérieure . V^ ■ — ' "■= "-= ■ s -" 

\ ^ ou lenor ^. . , , 

Chnstus ma- nens quotl e- rat, as-sumensquod non erat. 

Unisson Unii. Ocljve 
* ^ i}S ^ 

^A la quarte Camus firmus £ ;:I^,^, S^^''-'^'~'r r^ f~â'~^ \~''^'~7 7 ' "il 

I inférieure discantus '^''^^ZIS^ "=>—="—•-»-•-"—#—»— • — « ^: — "^-»~:zp- 

Christus ma- nens quod e- rat, assumens quod non e- rat 



L'abbé Lebeuf, toujours à propos de VorgiViim!. dit que l'on exécutait 
même des pièces presque entières à deux voix dilférentes. « J'en ai 
trouvé une d'une écriture du treizième siècle, dans un Manuscrit de 
l'Eglise de Sens. C'est le Credo de la Messe. La partie de dessous est 
celle du Chant Grégorien : les accords de la partie de dessus, lorsqu'il 
y en a, sont ou à la tierce, ou à la quinte, ou à l'octave ; et souvent les 
deux parties sont à l'unisson. Le Manuscrit ne donne point de nom à ce 
Chant ; mais on doit reconnoître que c'est une pièce mise iu organo, 
pour me servir du langage d'Eudes de Sully (i) ». 

Apparemment, il s'agit là d'une pièce en déclianl (discantus), autre 
forme d'harmonisation admettant, dans la marche des parties, des mou- 
vements contraires et non plus absolument parallèles, comme dans la 
diaphonie ou organum simple. Lebeuf le dit même ailleurs positive- 
ment, dans une de ses lettres à l'abbé Fenel. Il prend occasion de cet 
exemple pour démontrer que le déchant avait toujours été en grand 

(i) op. cit., p. 85. 



RIBUIQUES 8l 

honneur dans l'Eglise de Sens. « Le Credo, dit-il, que je vous ai fait voir 
noté àdeux partiesdans un des missels du xin' siècle conservé chez vous, 
en est une preuve manifeste (i) ». 

3° Chorales. 

On désignait par ce nom les chantres (Coria!, Coriaitlx) plus spécia- 
lement chargés des intonations et des parties d'accompagnement, quand 
la mélodie était organisée. Ils s'appelaient encore organistes. L'ordon- 
nance d'Eudes de Sully nous apprend qu'il y en avait quatre pour la 
messe, et qu'ils portaient des chapes de soie. Nul doute qu'il en ait été 
de même à Sens, où Pierre de Corbeil aura voulu mettre en vigueur 
ses propres instructions d'autrefois. Ces choristes sont évidemment les 
mêmes qui déjà avaient en faux-bourdon chanté VHaec est clara dies. 

40 Duo vel très in voce, ante altare. 

Il n'est plus ici question d'vrganum.Gest Vunisso)!, in voce, que pres- 
crit la rubrique. C'était donc au milieu du chœur, ante altare, que deux 
ou trois chantres, en quelque sorte délégués par l'assemblée, venaient 
moduler la superbe mélodie du Salve, festa dies, et saluer au nom de 
tous le jour à jamais vénérable de notre rédemption. 

Cette même expression duo vel très se lit un peu plus bas, en tête du 
chant si remarquable du Trinitas, Deitas, qui vraisemblablement était 
dit aussi à Vunisson. 

Une fois encore apparaît la légende : Ante altare ; c'est au début de 
Prime, immédiatement après le Deus in adjutorium : Duo, ante altare. 
Deux choristes chantaient le verset alleluiatique : Veni., sancte Spiritus, 
auquel le chœur {chorus) répondait par la longue vocalise placée sur 
les mots ignem accende, vocalise sur laquelle plus loin nous aurons à 
faire quelques observations. 

5° Duo. 

Cette rubrique ne se présentant qu'une seule fois, en cette forme laco- 
nique, avant le Gloria tropé ou plutôt farci de la messe, alors qu'en sept 
autres endroits elle est accompagnée d'un nom tel que clerici, canonici, 
etc., il est permis de supposer que le copiste aura oublié de la compléter. 

(i) Lettres, t. II, p. 14^. Il serait du plus haut intérêt de retrouver ce missel, mais existe-t-il 
encore ? — N'a-t-il pas disparu, en même temps que tant d'autres documents de la vieille litur- 
gie sénonaise ? Rappelons ce qu'écrivait Millin en 1807, dans son Voyag^e dans les départements 
du midi delà France, t I, p. 139 : « Nous allâmes ensuite à la Mairie examiner un tas énorme 
de manuscrits poudreux; il n'y avoit presque que des missels et des antiphonaires. Nous en reti- 
râmes seulement quelques manuscrits que nous envoyâmes à la Bibliothèque impériale ». 

( es quelques lignes en disent long, hélas ! — Et pourquoi Millin n'a-t-il pas tout expédié à 
Paris ? La bibliothèque de Sens n'en posséderait plus, c'est vrai, mais, du moins, aucun manus- 
crit n'aurait péri. 

OFFICE DE P. DE CORBEIL 6 



82 L OFFICE DF, PIERRE DE CORIiEIL 

En voici la liste : 

Duo siibdiaconi. (Pater farci de compiles) 

Duo presbyteri. (Credo « ) 

Duo clerici. (Paier de prime ) 

Duo canonici. (Credo » ) 

Duo (?). (Gloria de la messe ) 

Duo presbyteri vel diaconi. (Credo » ) 

Duo clerici. (Sanctus » ) 

Duo clericuli. (Agnus » ), 

Pourquoi duo} — Nous n'avons pas la ressource, le manuscrit n'of- 
frant qu'une seule mélodie, de supposer que ces différents morceaux 
étaient exécutés en déchant, ainsi que le Credo cité par Lebcuf. Toutes 
ces pièces étant ou tropées ou farcies, il est plus que probable que leur 
chant était alterné par ces deux voix. A l'une était réservé le texte litur- 
gique, pendant que l'autre se chargeait des paraphrases. C'est biep ainsi, 
du reste, qu'on doit interpréter un détail de l'ordonnance d'Eudes de 
Sully relatif aux épîtres farcies et qui trouve ici son application : « Hoc 
addiio, y est-il spécifié, qiiod epistola ciimfarsia dicitur a duobus in cap- 
pis scriceis ». (Cf. supra, p. 62.) 

Nous avons, en outre, un témoignage positif de l'emploi de cette 
méthode dans les paroles suivantes de l'abbé Lebeuf : 

" Il faut se ressouvenir que, les jours où il y avoit paraphrase ou com- 
mentaire à l'épître de la messe, ou étoil au jnoi)is deux pour l'exécution 
de cette pi'èce : c'est-à-dire que l'un chantoit le françois et l'autre le 
latin; ou bien, le sous-diacre se réservant le texte sacré, deux enfants 
de chœur chantoient l'explication ; et tous montoient au jubé ou à la 
tribune pour être mieux entendus. '>(Trai!é liisL, p. 121.) 

Cette paraphrase en langue vulgaire avait pour but d'expliquer le 
texte sacré à la foule ignorante. « Un ingénieux et subtil érudit, 
M. l'abbé Misset, en a même conclu que les épîtres farcies avaient 
été imaginées pour les couvents de femmes, pour les moniales qui 
n'entendent pas le latin. ». [Conférence de P. Aubry, dans Tribune de 
Saint-Gerrais, IV, p. 10-11.) 

Et puis quelle variété dans ces rubriques ! Deux prêtres ou deux dia- 
cres chantent le C)-(?rfo, deux clercs \e Sanctus. et deux enfants de chœur 
V Agiius. Personne n'est oublié. Tout le monde, depuis les petits en- 
fants jusqu'aux vénérables chanoines, prend part aux chants les plus 
solennels de l'Office. 

Preuve manifeste que le but de l'auteur était bien celui que nous avons 
signalé. Détail vraiment touchant, et qui montre une fois de plus quelle 
délicate attention, quelle aimable et judicieuse condescendance avaient 
présidé à l'ordonnance de cette fête artistique, religieuse et populaire I 



TEXTE 



PRINCIPES DE SON ÉTABLISSEMENT 



A. — Texte littéraire. 

Les indications données dans la première partie de l'Introduction, 
aussi bien à propos du texte littéraire que du texte musical, nous dis- 
pensent d'entrer ici dans de longs développements. 

Disons d'abord que, pas un instant, nous n'avons eu la pensée de 
publier une édition critique de l'Oflice de Pierre de Corbeil. Notre but 
est seulement d'en offrir une reproduction intégrale et fidèle. 

Les notes placées au bas des pages comprendront en première ligne 
l'indication des erreurs manifestes de copiste ou d'autres remarques 
relatives au texte ; puis, pour chaque pièce, le n° du Repertoriiiiu 
Hyviuologiciim du chanoine U. Chevalier (i), suivi de références sup- 
plémentaires, s'il y a lieu ; et enfin quelques notes bibliographiques, 
littéraires ou liturgiques, suivant le cas. 

Conformément à l'usage adopté dans ce genre d'édition, nous 
publions toujours en italique le texte liturgique officiel, afin de le dis- 
tinguer nettement des centons ou des tropes, lesquels seront imprimés 
en romain. Les capitales ou majuscules seront réservées pour les pas- 
sages répétés et les refrains. 

Il va sans dire que, le texte étant la reproduction absolument exacte 
du manuscrit, on conservera avec soin l'orthographe paléographique. 
Ainsi imprimerons-nous Xpistiis et non Christus. On ne trouvera ni le 
j ni les diphtongues oe, ae, qu'on n'employait pas au xui* siècle. Le 



(i) C'est donc à ce vaste répertoire qu'il faudra se reporter, si ron veut connaître la liste des 
manuscrits, missels ou impriniiés contenant la pièce étudiée. 



84 I.'OFIICK DF PIFKIÎE DF. CdUBFIL 

copiste a use indifl'éi-emnient des finales lia ou cia ; nous les respectons. 
L'ii consonne répondant à notre i^ fi'ançais est partout maintenu. En 
un mot, le lecteur aura sous les yeux minutieusement reproduit le texte 
original. 

Quant à la division intérieure des pièces versifiées, nous n avons eu, 
pour l'établir, qu'à nous conformer aux données très précises sur ce 
point de la phrase musicale. Soit pour la coupe des vers ou slichographie, 
soit pour la formation des strophes, il a fallu parfois nous éloigner des 
indications fournies par le Repeiioritnn Hj-iiiiioloificinu. Comme l'ont 
fait Weale et l'abbé Misset, nous publions en longues lignes, sans en 
séparer les clausules, les proses en A. 

Il eût été sans doute intéressant de relever, dans les annotations, l'o- 
rigine des nombreuses réminiscences, soit littéraires, soit musicales, qui 
abondent dans les tropes et les épitres farcies. Nous avons jugé plus 
pratique de les réserver pour en dresser, dans un appendice spécial, un 
tableau d'ensemble aussi complet que possible. On se fera de cette 
manière une idée plus nette du procédé employé pour la composition 
des morceaux farcis. 



B. — Texte musical. 

Nous nous sommes suffisamment expliqué sur ce point, à l'endroit 
où nous décrivons la notation musicale, pour n'avoirici que fort peu de 
choses h ajouter. 

Relativement aux formes du pinictinn et de la j'irga, il va de soi que, 
sous peine de repioduirece qui n'était que pure fantaisie de la part du 
copiste, nous avons dû les réduire à un type unique, c'est-à-dire à la 
figure du pimctum, nous conformant en cela d'ailleurs à la méthode 
logique et seule usitée dans les publications similaires. 

A l'exemple des récentes éditions en notation grégorienne qui accep- 
tent une représentation plus fidèle des neumes ou notes d'ornement, 
nous introduisons les formes du qiiilisma et de Voriscus. C'est là une 
amélioration heureuse, fort appréciée des spécialistes, et qui, du reste, 
a l'avantage, tout en respectant la notation traditionnelle, de lui resti- 
tuer son aspect primitif. 

A part ces quelques perfectionnements, nous respectons la graphie 
musicale de notre codex, ainsi qu'il sera aisé de s'en convaincre par la 
comparaison avec les fac-similés. 

Autant que possible, nous avons évité les changements de clef trop 
fréquents, surtout dans l'intérieur des morceaux. 

Nous avons dû, en outre, régulariser l'emploi des barres, en les dis- 
posant d'une façon plus logique, surtout dans les pièces poétiques. Dans 



TEXTE LITTERAIRE 



ces dernières, nous distinguons chaque membre de phrase par une 
demi-barre, chaque hémistrophe par une barre pleine et chaque fin de 
strophe par une double barre. 

On ne trouvera, à la base du texte musical, que des annotations ou 
références ayant trait à la musique. Nous avons cru inutile de répéter 
les corrections du texte littéraire. Ainsi dégagée de notes et de renvois, 
cette partie de notre travail aura l'avantage d'offrir à l'œil du lecteur, 
sous une apparence rajeunie, mais régulière et fidèle, la physionomie 
générale du codex lui-même. 



TEXTE LITTERAIRE 



CIRCUMCISIO DOMINI 



In ianuis ecclesie (a). 

Lux hodie, lux leticie ! me iudice, tristis 
quisquis erit, remouendus erit soUempnibus istis. 
Sint hodie procul inuidie, procul omnia mesta ; 
Leta uolunt quicumque colunt asinaria festa. 

Conductus ad tabulam (b). 

I . 2. 

Orientis partibus Hic in collibus Sichen 

aduentauit asinus, enutritus sub Ruben, 

pulcher et fortissimus, tr^siit per lordanem, 

sarcinis aptissimus. saliit in Bethléem. 

HEZ, SIR ASNE, HEZ I HEZ, [siR ASNE, HEZ 1] 

(a1 — [Repert. Hymn,, 10828]. — Cette première pièce, véritable annonce de la fête, est 
probablement de P. de Corbeil lui-même. Comme versiticalion, elle offre un particulier intérêt. 
Aux assonances du vers léonin dont il a été parlé à propos du quatrain delà feuille de garde, 
ces vers en ajoutent d'autres. La première césure de chaque vers finit par le même son que la 
deuxième (césure héphthémimère', et deux vers consécutifs riment également : 
Lux hodie, lux leticiel me iudice, tristis 
quisquis erit, removendus erit soUempnibus istis. 

Telle fut l'origine lointaine de la rime, et c'est ce genre de versification transformé encore par 
le mètre septeiurius trochaique qui a donné naissance à notre poésie moderne. 

(e) — [R. H., 14280]. — Dans ce fameux con^iiictus, surtout connu sous le nom de Prose Je 
l'âne et certainement antérieur à P. de Corbeil, se présente un nouveau genre de poésie appelée 
tonique, syntoni^ue ou rythmique. La presque totalité des pièces de notre office appartenant à ce 
genre, disons en quelques mots, pour n'avoir plus à y revenir, en quoi il consiste. Trois élé- 
ments constituent cette versification tonique : le syllabisme, l'accent et l'assonance ou la rime. 
Ici, on néglige la quantité pour ne s'occuper que du nombre des syllabes. On ne les pèse plus, 
on les compte. Donc : un nombre déterminé de syllabes, six, huit, dix ou douze, et, à la fin des 
vers, l'assonance ou la rime. C'est tout le système. 

Notre conductus est formé de sept strophes de quatre vers chacune. Les vers sont de sept syl- 
labes et terminés par de simples consonances. — liez, sir asne, liez, sont les seules paroles 
françaises qui soient dans le texte du manuscrit. — Sur le symbolisme de l'âne, lire une étude 
assez développée, dans F. Clément, Hist. Je la musique religieuse, p. 17J et suiv. Cf. Diction- 
naire d*arch. chrèt., au mot : âne. 

Pour l'étude de la poésie tonique, voir L. Gautiec, Les épopées françaises, t. I. ch. vu. — 
G. r'ARis, Lettre à M. L. Gautier sur la versification latine rythmique. — Ed. Bouvv, Etude sur 
les orii^ines Ju rythme tonique dans l'hymnographie grecque. — U. Chevalier, Poésie liturgique 
du moyen âge, — A. Dechevrcns, Du rythme Jans Vhymnographie latine. — Cél. Albin, La 
poésie du bréviaire, t. \, les Hymnes. — A. Dauin, La prose de saint Taurin. — P. Aubry, Le 
kylh„ie Ionique, etc.. 1903, Paris, \\'eUer. 



TKXTlî LITTERAIRE 



87 



3. 
Saitu uincit hinnulos, 
dagmas et capreolos, 
super dromedarios 
uclox Madianeos. iiez ! 

4- 
Aurum de Arabia, 
thus et myrram de Sabba 
tulit in ecclesia 
uirtus asinaria. hez ! 



Dum trahit uehicula, 
multa cum sarcinula, 
illius mandibula 
dura terit pabula. hkz ! 

6. 
Cum aristis ordeum 
comedit et carduum ;' 
triticum a palea 
segregat in area. hez ! 



Amen dicas, asine, 
iam satur ex gramine. 
Amen, amen itéra, 
aspernare uetera. hez I 

[l'o] Lecta tabula, incipiat sacerdos (a) 



Dl'us in adiutoriuiii 
inteiide laborantium ; 
Ad doloris remedium 
fcstina in auxilium. 



In Te, Xpiste, credentium 
miserearis omnium, 
qui es Deus in secula 
seculoruni, in gloria ; 



Ut chorus nostcr psalicro 
possit et laudes dicere 
Tibi, Xpiste, rex glorie : 
Gloria Tibi, Domine ! 

Prosa (b). 

Aile- I. Resonent omnes ecclesie 

cum dulci melo symplionie 

2. Filium Marie, 
Genitricis pie, 

3. Ut nos Septiformis gratie 
repleat donis et glorie, 

4. Unde Dec dicamus : liiya ! 

Quatuor (1) uel quinque (2) in falso, rétro altare (c). 

Hec est clara dies, clararum clara dierum. 
Mec est testa dies, festarum festa dierum, 
Nubile nobilium rutilans dvadema dierum. 



(i) a suscfit. — (2) i souscrit. 

(a) — |R. H., 4447|. — L'auteur, pour la composition de son irope, a dû supprimer, comme 
on le voit, quelques mots du texte liturgique. Le vers de huit syllabes était tout indiqué par le 
début du Dtus in tiJjitluriutn. Cf. Prusulanuin Aniciense {OiTiCQ en vers de la Circoncision dans 
l'Kglise du Puy, publié dans Bibl. lit., tome V). — Cousseaiaker (E. de), h' Art /liinnoiii.jue, etc. 
p. J I 7, pi. vu; Codex de Stuttgart, H B. i Asc. 95. xm° siècle (Tioparium Win^'.irteuser), où il 
se présente comme trope de BciieJic.iiuns ; — Coit-v Biimbirgensis, lit. 115, fol. 62'"', où il est 
noté à deux voix. 

(b) — [R. H., 804]. — Un certain nombre de proses débutent par le mot Alléluia. C'est tout 
naturel, si on songe à leur origine. Quelquefois, ce mot est bizarrement coupe en deux : « Alle- 
caeleste necnon et perhenne-/ui<j ». « Allc-noaira, pangant organa/ui.T 0. Notre exemple plus 
curieux encore intercale sept vers entre les deux parties du mot .{lleluia. Nous avons rencontré 
celte même prose (trope) dans un Ordo poiitific.ilis du xni" siècle (Ribl. de Sens, n» 12), fol. 96™, 
où elle sert de trope à l'antienne Alnict. Il y aura quelques remarques à faire à propos de sa 
mélodie. 

(c) — [R. H., 7569]. — Ces trois veis et surtout les particularités que rappelle la pièce d'où ils 



88 l'office de piEnRE de corbeil 

Duo uel très, in uoce, ante altare (a). 

Salue, festa dies, toto uenerabilis cuo, 
qua Deus est ortus uirginis ex utero. 

Chorales incipiant (b). 

Leiemur gaudiis quos redemit Uerbum Patris 

a [2"'''] reatus laqueo primi parentis Dei iussa spernentis, 

arte[m per] (i) hostis, heu! quando, paradysum deserens (2), 

exul uenit in exiciales inundi istius labores. 

Post humana proies omnis rueret, 

nisi hac in carne Xpistus natus leuaret, 

et primam coronam uestiret 

atque rursus in celum collocaret. 

Uersus cum organo (c). 

Xpistus manens quod erat, 
assumpsit quod non erat; 

sont tirés ont fait l'objet d'une étude plus développée (Cf. Rassegna gregorijiia, mai-juin 1905, 
col. 201). Bornons- nous au strict nécessaire. 

Ils sont empruntés ^texie et chant) à un versus qui se chantait iu reditu fontium, à la fête de 
Pâques et durant l'octave. Pierre de Corbeil n'en est donc pas l'auteur, comme le voudrait la 
tradition sénonaise. Nous transcrivons ce versus d'après un manuscrit du xii« siècle, provenant de 
Saint-Cyr de Nevers (église suffragante de Sens).(B. N. nouv. acq. 1235, fol. 76^».) Sur ce codex 
précieux entre tous et si souvent consulté par les musicologues, voir Revue du Chant grégorien, 
1903- 1904, p. 60. 

« In tota ebdomade pasche oportet ire ad fontes cantando cum psalmis banc anl. Alleluij. 
Ps. Ljudate pueri, Ps. In exitii. Ad magnificat... et dicebant ad invicem m reditu foneium : 
llcc est Clara dies clararum clara dierum, 
Hec est sancta dies sanctarum sancta dierum. 
jl". Nobile nobilius rutilans diadema dierum. 
y. Ecce dies toto rutilât festivior anno, 

qua Deus omnipotens, superata morte, resurgens 
tra.xit ab infernis captorum mille cavernis. 

(Cf. B. N. nouv. acq. 9449, fol. 34'", xi' s. venant aussi de Nevers, et Dreves, XLIII, n» 37.) 

Sur la substitution du mot /es/a à sctncta, voir ce que nous avons dit plus haut, dans l'intro- 
duction, page 48. Les trois derniers vers sont des léonins. A remarquer, en outre, que les deux 
vers Ecce dies et qua Deus sont visiblement inspirés du Salve, festa dies de Fortunat. 

On trouvera, à propos de la procession in reditu fontium, d'intéressants détails dans D. Guérangeb, 
Année liturgique (Temps pascal, I, p. 213 et seq., 2» édition) ; Dvb.ind, Rational, t. IV, p. 231, 
éd. Barthélémy. 

(1) Ici se présente un trou qui a enlevé: (m />i:r). LiVi.' .- arte[m per]. — (21 Ms : deserans. 

(a) — [R. H., l'3949J. — Ce numéro est celui de la pièce de Fortunat. Le Répertoire, qui 
signale vingt-neuf imitations de ce versus fameux, ne mentionne pas la variante de notre office. 
Voir dans l'intioduction quelques remarques à ce sujet, p. 48. 

(b) — [R. H., 10087]. — A Paris, d'après l'ordonnance d'Eudes de Sully, cette prose était 
placée au début des premières et des secondes vêpres et de plus entonnée par le Dominus festi, 
tenant à la main le bâton cantoral. On voit qu'il en était de même à Sens, du moins aux premières 
vêpres. Fort célèbre au moyen âge, le Letemur gaudiis est un trope d'offertoire. Le dernier 
verset Mirabilis de l'offertoire Deus enim firmavil (2' messe de Noël) se termine par une longue 
vocalise sur la voyelle e de dierum [longitudinem dierum). A Saint-Gall, le B. NotUer adapta à 
ce mélisme ou sequentia les paroles de la prosuie : Letemur gaudiis. 

C'est par erreur que le R. H. marque comme division celledu n" [55G4]. — (Cf. Gautier, 
Tropes, p. 162; dans Paléographie raHs/cj/e : Saint-Gall, codex 33g, p. 1 i ; Einsiedeln, 121, 
p. 29 ; Montpellier, antiphonaire, fol. 148'» ; — et Graduel de Notre-Dame de Paris, xiv' siècle. 
Arsenal, 1 10, toi. 24.) 

(c) — [R. H., 3326]. - Ce Versus cum organo dont il a déjà été question fait suite au Lete- 



v 



TEXTE LITTÉRAIRE 89 

sine fine principium, 
finem sumpsit spontaneum, 
ut per mortem mortis regnum 
terminarct in eternum 
et ereptos iago mortis 
nos ad dcxtram Dei patris 
Reprise, collocaret in celum. 

Ant. Uirgo hodie fidelis. 

Ps. Dixitdo [minus]... E u o u a e. 
Ant. Uirgo uerbo concepit. 

Ps. Confitebor... E u o u a e. 
Ant. Nesciens mater. 

Ps. Beatus uir(i)... E u o u a e. 
Ant. Uirgo Dei genitrix. 

Ps. De profundis... E u o u a e. 
Ant. Hodie intacta Uirgo De [um]. 

[2vo] Ps. Mémento... K u o u a e. 

Capituluni (a). 

Populus gentium, qui ambulabat in tenebris, uidit lucem magnam : 
Habit[an]tibus (2) in regione umbre mortis, lux orta est eis. — Deo gratias ! 

RespoDsoriam (e). 

Descendit de celis missus ab arce Patris : 

introiuit per aurem Uirginis in regionem nostram. 

mur gaudiis, ainsi que le prouve la reprise coUocarel. C'esl une gracieuse paraphrase de l'an lien ne 
du Benediclus: Mirabile mystcrium. Cf. Sermo 7, S" Leonis, de Nativitate Domini.) 

il) A/s : ur. — (2) Le trou signalé au recto a enlevé ici les lettres : an. Lire : Habit [an] tibus. 

(a) — Le te.\te actuel de ce passage Isaïe, ix, 2; ne porte plus gentium. C'est un reste de 
l'ancienne Vulgale. Plus loin, nous aurons l'occasion d'y revenir. — A l'origine, il y a eu pro- 
bablement transposition de mots. A remarquer, en effet, que gentium termine le verset ou phrase 
précédente. On l'aura d'abord rattaché à Populus, après lequel il aura passé ensuite Le fait sui 
vant confirme cette hypothèse. Dom Sabatier, dans Bibliorum sanctorum versiunes antiquae, etc .., 
Paris, 1739-1749. t. II, p. 534, cite, précisément à propos de ce même verset d'Isaïe, plusieurs 
passages des sermons de saint Léon, où se trouve gentium populus, entre autres celui-ci, du 
sermon 32, p. 91 : Gentium populus qui scJebjt in tenebris. De plus, on lit : Populus _gentiuni, 
dans le 21^ sermon de saint Augustin pour l'Epiphanie. Cette dernière variante e.xiste encore dans 
les manuscrits liturgiques sénonais des xiv" et xv" siècles (Cf. Bibl. de Sens, ms. 2g, Bréviaire, 
xiv' siècle, fol. 186 ; Bibl. d'Auxerre, ms. 51, fol. 35'°). On la trouve même dans le Bréviaire de 
1641. 

(li) .— Dans celte longue pièce, l'abbé Chartraire, op. cit., a vu cinq répons entremêlés de 
strophes rythmées. C est une distraction. 11 n'y a que le seul répons Descendit avec ses trois 
prosuies jadis si populaires. Voici les numéros que leur assigne le R. H. : 
Fac, Deus, |R. H., suppl., 26442] 
Familiam, [R. H., 5960] 
Facinora nostra, |R. H., 5940] 

Notre manuscrit offre quelques variantes, mais de peu d'importance. Consulter à propos de ce 
répons : Gautier, Les Tropes, p 166 ; Revue du Chant grégorien, xi, p. 65 ; P. Wag.ver, 
Origine et développement du chant liturgique, trad. Bour, pp. 286-287 ; Dictionnaire d'archéo- 
logie et de liturgie, art. Agobard, col. 974, et ce que nous en avons dit plus haut, p. 57, note. 
On trouve ce répons dans tous les documents liturgiques sénonais. Citons en particulier: 
B. N. 1028, fol. 50'° ; nouv. acq. 1535. fol. ig™; B d'.\uxerre 51, fol 29" ; B. de Sens, 29 ; 
6, fol. 32'». U est encore conservé dans r.\ntiphonaire imprimé (1552] que Ion garde dans le 
trésor métropolitain (Cf. I'abbé Chartraire, Inventaire du Trésor de Sens, n" 395^ ainsi que dans 
l'Antiphonaire de 1571 et même dans le Bréviaire de 1641. 



Ç)0 L OFFICE DE PIERRE DE CORIiEIL 

Uersus. Tanquam sponsus. 
Resp. Indutus stolam purpuream. 

Uers. Dominus procedens. 
^. — Et exiuit per auream portam. 

^. — De thalamo suo. 
F^'. — Lux et decus uniuerse. 

Cum prosa. 

Fac, Deus, munda corpora nostra et animas, die ista, ut tua protecti dextra 

collaudemus auctorem Fabrice mundi. 
Gloria Patri et Filio et Spiritui sancto. 

F^. — Lux et decus uniuerse. 

Cum prosa. 

F"amiliam custodi, Xpiste, tuam, quam natus aima de Maria redemisti morte tua, 
ut [3'"] cognoscant Te conditorem Fabrice mundi. 
v[. — Descendit. 

Cum prosa. 

Facinora nostra relaxari, mundi Domina, 

petimus mente deuota, Dauid régis proies inclita, 

Uirgo quem casta, sancta Maria protulit summi Patris Filium, 

cuius ortus saluât omnes cuncta per secula, 

et die hac nobis dignanter faueas atque omni Fabrice mundi. 

Uersiculus : Duo uel très (a). 

I. 2. 

Trinitas, Sol, lumen 

Deitas, et numen, 

Unitas cacumen, 

eterna; semita; 

Maiestas, Lapis, nions, 

Potestas, petra, fons, 

Pietas flumen, pons 

superna. et uita. 



(a) _ [R. H., 205671. — Cette prose d'un si beau lyrisme mérite à tout point de vue sa 
réputation. U n'est plus permis aujourd'hui de l'attribuera Pierre de Corbeil. Autrefois, on ne 
la connaissait que par le manuscrit de Sens ; mais depuis, on l'a trouvée dans de nombreux 
documents des .\ii" et .xiii" siècles où elle figure comme trope à Vllosanna du Sjnctus. Telle 
semble bien être sa véritable origine. Le mot Saitcfiis trois fois répété rend hommage à la Tri- 
nité. Or, notre prose débute par le mot Trinitiis et n est qu'une longue et superbe énumération 
des noms divins. El puis, comme cette suite d invocations hardies répond admirablement au 
chant triomphal du S.inclus I A notre avis, cette prose a été conçue originairement pour servir 
de développement au Sanctui. Cf. Prosariuîn eccUsîae remcnsis^ publié d'après le ms. d'.Assise 
(vers 1280), dans Bibl. Uturs;., t. 'Vil, p. 365 ; Revue du Chant grégorien, .\i, p. 25, où notre 
prose {texte et chant) est donnée d'après un fragment de ms. du xiii' siècle, conservé dans 
l'église d'Apt. Voir A. Gastoué, Inventaire des manuscrits liturgiques de l'église d'Apt, Avignon, 
1900, p. 7.) Références pour les .\!i« et xm" siècles : Paris, B. N. 778 ; 10508 ; — Assise. 695 ; 
— Turin, F, iv, 18 (tropaire de Bobbio' ; — Plaisance (chapitre), 61, circa annum 1200 ; — 
Munich, 17JIJ ; Monza, D/114. Publié par Bannisler, comme irope dV/osiiHiiii, dans Dreves, 
XLvii, n» s-15> d'après 12 manuscrits, y compris ceu.x de Sens et de Beauvais. Nous y renvoyons 
le lecteur pour les variantes. 



TEXTE LITTERAIRE 



9' 



Tu sator, 

Creator, 

amator, 

redemptor, 

saluator 

luxque perpétua ; 
Tu nitor 
et décor, 
Tu candor, 
Tu splendor 
et odor, 

quo uiuunt mortua. 



Tu uertex 
et apex, 
regum rex, 
legum lex 
et uindex. 

Tu lux angelica ; 
Quem clamant, 
adorant, 
quem laudant, 
quem cantant, 
quem [3''°] amant 

agmina celica. 



Tu theos 
et héros, 
diues flos, 
uiuens ros, 
rege nos, 
salua nos, 
perdue nos 
ad thronos (i) 
superos 

et uera gaudia; 
Tu decus 
et uirtus. 
Tu iustus 
et uerus. 
Tu sanctus 
et bonus, 
Tu rectus 
et summus 
Dominus, 

Tibi sit gloria ! 

Ant. (a) Qui de terra est. 
Ps. Magnificat... E u o u a e. 
Oratio : Devis qui salutis. 

Benedicamus (n). 

a. Corde Patris genitus, manens in principio, 
querens quod perierat parentis imperio, 
uenit ad nos humilis, ah axe syderco. 



(i) Le premier o est suscril. 

(a) — Celte antienne ;'" evaiijidio ne figure plus à l'office actuel, mais on la retrouve dans les 
manuscrits anciens. (Cf. Antiphonale Ju B. ILirlker, p. 71 ; B. de Sens, 6, fol. 40.) 

(h) — (R. H., 3903|. — DiiEVES, XX, p. 220 ; — B. N lut. 1139, xii/xiii= s., fol. 38. (Manu- 
scrit de St-iMariial de Limoges); — Prosohrium ceci. Anicieiisis. — La coupe et la division que 
nous adoptons nous ont été indiquées moins par l'assonance que par la disposition de la phrase 
musicale. I''. Clément a publié ce irope, ainsi que le suivant, dans ses Clitints Je la SaintcClupelIc, 
n»' 1 5 et 15 /'/.■>', mais en en supprimant la troisième strophe. C'est là probablement que les Bénédic- 
tins l'ont copié pour leurs Varias hrcces qui donnent le même texte écourté, page 70, 3" édition. 



92 I. OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 

/'. Quem caslis uisceribus, nunciante angelo, 
Uirgo mater edidit uirginali utero, 
medicinam proferens pereunti seculo. 

c. Ipsi laus et honor atque iubilatio, 

tempore perpétue, 

quem pro mundi remedio, 

carnis opertum pallio 

aduenisse nunciat angelorum concio. 

Benedicamus Domino ! 



Deo gratias (a). 

Super omnes alias benedicta feminas, 

Tu precellis [4™] ceterasut sol stellas lucidas; 

Ad te cuncti proprias deferunt miserias ; 

Imperatrix, placidouultu nos reficias ; 
Uultus tui radio pelle nostras tenebras ; 
Aures tuas, quesumus, miseris fac patulas. 

Suscipe nunc pia uota nostra, Domina, 
clementer exaudias, 
felix inter puerperas, 
que uirgo parium baiulas ; 
tibi laudes débitas atque leti congruas 
referamiis gratias. 



AD COMPLETORIUM. 

Antiphona (b). 

Magnum nomen Domini Emmanuhel ; 
quod annunciatum est per Gabrihcl, 
hodie apparuit in Israël : 
per IVlariam Uirginem rex natus est. 

Ps. Cum inuocarem. 

Ps. In Te Domine. 

Ps. Eccc nunc... E u o u a e. 

Ynnus (c). Te lucis ante terminum. 
Capit. Conuertimini. 

Uersiculus (ii). 

Cuslodi nos. Altissime, 
ut pupillam lucerne, 
sub alariim tegmine 
protège nos. Domine. 

(a) — [R. H.., 19800]. — Mêmes remarques que pour la pièce précédente. 

(d) — [R. H., 11024]. — La plus ancienne mention que nous connaissions de cette antienne 
remonte au i.\« siècle. On la trouve, en efl'et, comme antienne de Magnificat {iii evangelio), aux 
2<'s vêpres de Noël, dans \e RcsponsaU de Compiêgne (Patr. lat., t LX.WIII). Les Variae pmces, 
p. 68, la reproduisent avec ce début: Ecce nomen Domiiti. 

ic — |R. H., 20138]. 

(d) — Cette courte et gracieuse paraphrase du verset de Complies ne ligure pas au R. H. 



TKXTE LITTKRAIUF. g3 

Ant. (a). Responsum accepit Symeon a Spiritu sancto, non uisurum f4v<'; se mor- 
tem, nisi uideret Xpistum Domini : et cum inducerent puerum in tem- 
plum, accepit eum in ulnas suas, et benedixit Oeurn, et dixil : 
Ps. Nuncdi [mittis]... Euoiiae. 
Ant. (b). Media uita in morte sumus: quem querimus adiutorem, nisi Te, Domine, 

qui pro peccatis nostris iuste irasceris ? 
Uersus. Ne proicias nos in tempore senectutis ; cum defecerit uirtus nostra, ne 

derelinquas nos, Domine. 
Reprise, (i) Sancte Deus, Sancte fortis, Sancte misericors Saluator, amare morti 
ne tradas nos. 

Kyriel [eison|: l'ater cuncta (c). 

Duo subdiaconi (i>). 

Pjtcr na.ster, 

Fidcm auge his qui credunt in Te ; 
Qui es in celis. 

Et abyssos intueris ; 
Siï)ic7///c'<?/Hr nomeii liiiini. 

In bonitate electorum tuorum ; 
AJueiiiat regniim tuuw, 

Cuius regni non erit finis; 
Fiat uoluntas tua, 

Par (5'°] quam nostri generis reparata est uita, 
Sicut in celo et in terra 

Regens gubernansque, continens et saluans ; 
Panem nostrum cotidianum, 

Panem angelorum 



(i) Cette rubrique entrançais ne se uouve que deux fois. Cf. supra. Letemm- gjuJiis. 

(a1 — Comme nous l'avons déjà remarqué, cette antienne est empruntée à la fête de la Purifi- 
cation. C'est une antienne de procession. Son choix était tout indiqué par le sens des paroles. 

Aussi, l'auteur a-t-il supprimé celles-ci : Nunc dimittis qui sont ici remplacées par le cantique 

lui-même. (Cf. Processioncile monasticum, Solesmes, 1893, p. 135, et surtout l'élude que 
D. Pothier a consacrée à cette antienne, dans Revue du Chant grèg., i893-i89.:|, p. 83 et s.) 

(b) — [R. H , 11419]. — Ce répons fameux attribué au B. Notker et désigné quelquefois, 
comme ici, sous le nom d'antienne, passe justement pour une des plus belles compositions laites 
à l'abbaye de Saint-Gall. Dans sa forme primitive, il se chantait avec trois versets. On l'a depuis 
transformé de diverses manières. Le voici dans sa teneur originale : 

Media vita juste irasceris. 

}■ . In te speraverunt patres nostri. speraverunt, et liberasti eos, il Sancte 

Deus. 
y. Ad te clamaverunt patres nostri, clamaveiunt et non sunt confusi, 

%. Sancte fortis. 
^. Ne projicias (despicias) nos in tempore senectutis ne derelinquas nos. 

Domine, ft. Sancte et misericors Salvator, amarae morti ne tradas nos. 

Spécialement composé pour des jours de tribulation et de mortalité, ce répons convient aussi 
au temps de la Septuag-ésime et aux jours de pénitence. Aussi, est-ce à cette époque de l'année 
liturgique qu il se présente dans les manuscrits, à l'office de Complies. (Cf. B. de Sens, ms. 6. 
fol. 55. Sabbato ante i""' domititLjtn XL (Quadragesimae) ; ms. 2g, p. 305, au même jour ; Trésor 
de la cathédrale d'Auxerre, ms. 7, aniiph. de Troyes, fol. 315; Wiriae preces, p. 102 ; Revue Ju 
ch. grég., iSgs-iSgô, p. 97 et s.) 

(c) — [R. H., 146551 — Voir plusieurs références dans Gautier, Tiofes. p. 242, et pour le 
texte, MoNE, I, 299-302. Cf. Édition 'Vaticane, n^XII. 

(d) — [R. H., 6312]. — On trouve ce irope, d'après le R. H., dans un ms. du .xii' siècle. 
(B. N., 1. 9508, 98'"). Dreves l'a publié après le Corde Patris. (XX, p. 220.) 



QA l'office de pierre de corbeil 

Da nobis, 

Incorruptibili ueste circumamictans nos 

Hodie, 

Nostra ut pura pectora sint et corpora ; 
Et dimitte nobis débita nostra. 

Potes enim cuncta, 
Sicut et nos dimiltiimis debitoribiis tiostris. 

Ad redimenda peccata et saluandas animas 
Et ne nos inducjs in tetnptationem. 

Ne serpens ille callidus 

intrandi temptet aditus ; 
Sed libéra nos 

Et salua nos 
A malo, 

In perhenni seculorum tempore. 

(a) bJ. In pace. f. Si dedero. Dormiam. 

Duo presbyteri (n). 

Credo in Dcum, Patrem omnipotentem ; 

Solus qui tuetur omnia, 

Solus qui gubernat omnia. 
[5^"] Creatorem celi et terre. 

Sine quo nichil est creatum. 
El in Iliesum Xpistum, Filium eius iinicum, 

Natum ante secula ; 
Dominiim nostrum, 

Pro mundi remédie. 

Garnis opertum pallie, 
Qui conceptiis est de Spiritu sancio, A'atiis 

inelTabiliter 
Ex Maria uirgine, 

Sol de Stella ; 
Passas sub Pontio Pilato, 

Ipsi potestate tradita ; 
Crucifixiis, mortuus, et sepultus, 

Quinulla perpetrarat facinora: 
Descendit ad inferna ; 

Gémit capta pestis antiqua ; 
Tercia die, resii-rexit a mortiiis 

Tyrannum trudens uinculo ; 
Ascendit ad celos, 

Unde descenderat, 



(a) — D'après l'abbé Lebeut, qui le publie dans son TrailC- hist. du chant ecclésiastique, p. i^o, 
ce répons était usité aux petites heures du Carême. Nous l'avons trouvé, dans plusieurs manuscrits, 
au samedi d'avant le Carême, où il figure dans les prières de Complies, tantôt avant, tantôt après 
l'antienne ou répons Media vita. C'est évidemment à ce dernier office qu'il se rattache par le sens 
de ses paroles : In pace, du psaume 4, de Complies, et: Si dedero. {Ps. 131.) — (Cf. Trésor de la 
cathédrale d'Auxerre, ms. 7 déjà cité, fol. -^ti, ; Bibl. Sens, ms. 29, p. 305, où on lit : Aiit. Me- 
dia vila. Kyriel. cum precibus ,posiea Pater noster dicitur ^. In pace. Et à la fin : In pace, et cetera 
que dici soient. Voir notre note à ce sujet, dans Revue du Chant grégorien, mars avril 1905. 

(b) — [R. H., 19199]. — Nous avons remarqué déjà combien un trope de Credo était chose 
rare. Nous ne pensons pas qu'on en connaisse d'autres que les deux que nous offre notre ma- 
nuscrit. Ils existent encore dans le manuscrit suivant : Muséum Brilannicum, Egenon, 2615, 
fol. 14. Ce codex a été écrit entre 1227 et 1234. Il est donc postérieur à celui de Sens. 



TEXTE LITTÉRAIRE 9^ 

Sedet jd dexteram Dci Pains OmnipoteiUis, 

Régna cuius disponit iure perhenni ; 
Inde uenturiis iudicare iiitios et mortiios, 

Reddens uicem pro abditis 

iustisquc regnum pro bonis. 
Credo in Spiritutn sanctum. 

Sine quo preces om [6i'o] nés quasse creduntur 

[et indigne Dei auribus, 
Sanctam Ecclesiam cathoUcam ; 

Que construitur in celis 

uiuis ex lapidibus, 
Sancloruiu communionem, 

Angeli quorum sempcr uident faciem Patris ; 
Remissionem peccatoruin, (i) 

Quibus Deum oflendimus 

corde, uerbis, operibus; 
Carnis resurrectionenu 

Immortalitatem cum Xpisto ; 
Uitam eternam, 

Quam (2) repromisit Deus diligentibus se. 
Aincn. 

Benedicamus (a). 

I. 2. 

Patrem parit filia, Uerbum instar seminis 

patrem ex qao omnia ; partum format Uirginis ; 

Partus hic ex gratia. Nichil ibi criminis. 

Per gratiam Per gratiam 

traditur trad1tur 

ET REDDITUR [eT REDDITUr] 

AD PATRIAM. [ad PATRIAm]. 

(i) Entre r et u, e exponctué. — (2) a snscn't. 

(a) — [R. H., 14695|. — Tel qu'il se présente ici, le refrain Pur ffrjliaw, etc est abso- 
lument incompréhensible. Même si on rattache à la strophe ses premiers mots Per grjtiam, 
comme on l'a fait jusqu'ici, après F. Clément, il reste inexplicable. 

Frappé par ce remarquable non-sens, étonné qu'on se soit si longtemps édilié en chantant un 
texte qui ne signifie rien, nous avons demandé au savant abbé Misset son sentiment à ce sujet. 
Voici la lumineuse réponse qu'il a eu la bonté de nous faire, (i Le refrain sur lequel vous me 
consultez se chantait, à ma connaissance, dans deux pièces à incipit différent. Voici le début de 

la première : 

Virgo parit tilium, 
Deum et non alium, 
Sicut rosa lilium. 

Cette pièce se lit dans Mone, U, n" ^77, d'où elle est passée dans Daniel, V, n» 498, et dans 
Kehrein, n» 197. Elle est un coiniuijliis aJ evaiigdium. car elle se termine par cette strophe : 

Ergo, lector optime, 
Hoc de Rege glorie 
Evangelium incipe. 

Ce dernier vers est faux ; il a une syllabe de trop : ce qui semble indiquer une adaptation 
maladroite. 

La seconde pièce où nous trouvons ce refrain a un incivil tout diftérent ; c est celui du 
manuscrit de Sens : 

Patrem parit lilia, 

Patrem ex quo omnia, elc. 

Elle a été reproduite par Félix Clément et par Dreves, I, n» 176. Or, cette seconde pièce n'est 
pas un conductus, mais un' Benedicamus farci. La preuve en est qu'elle se termine par la strophe : 



96 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



3. 

Latet sol in sydere, 
oriens in viespere, 
artifex in opère. 

Per gratiam 

traditur. 

4- 
Celsusestin humili, 
solidus in fragili, 
tigulus in fictili. 

Pkr gratiam [6™] 

traditur. 



Uenit ad nos humilis 
lucifer mirabilis, 
pro nobis passibilis. 

Per gratiam 

traditur. 

6. 

Ergo nostra concio 

omni plana gaudio 

benedicat Domino. 

Per GRATIAM 
TRADITUR 
ET REDDITUR 
AD PATRIAM. 



AD MATUTINUM. 



Domine, labia mea aperies ; 

et os meum annunciabit laudem tuam (i). 

Deus, in adiutorium meum intmde ; 
Domine, ad adiuuandum me, festina. 

Gloria Patri et Filio et Spiritui sancto ; Sicut erat in 
principio, et nunc et semper, et in secula seculorum. 
Amen. Alleluya. 

Ergo nostra concio 
Omni plena gaudio 
BejicJicjt Dumino. 

|Cf. plus loin le Bencdiccimus de Sexte, p. 1 1 7.] 

Ceci posé, discutons le refrain : 

Le Bànidicamus de Dreves nous donne un texte compréhensible : 

Redditus 
est aditus 
ad palriam : 

c'est-à-dire : l'accès de la patrie nous est rendu. 

Je ne pense pas néanmoins que ce soit sur ce texte que le manuscrit de Sens doive être 
corrigé. La différence en effet, est trop grande. Votre copiste a eu autre chose sous les yeux. 

Il a eu le refrain du conductus de Mone. Le voici : 

Per gratiam 

Traditus 

est reditus 

Ad patriam, 
c'est-à-dire : 

« La grâce nous donne la possibilité de revenir à la patrie >'. La tournure n'est pas latine, elle 
est allemande; cela n'a rien qui doive nous surprendre, caria pièce provient d'un manuscrit de 
Graiz. » 

De son côté, le Rév. Bannister nous dit avoir copié celte même pièce, à Prague, dans le Codex 
Pragen. VI, G, 10, ce qui vient confirmer l'origine allemande du Palieiu p.iiit film. 
Quant à la pensée exprimée dans ce refrain, on la rencontre fréquemment, témoin ces vers : 

Per quam nobis aditus 
datur ad celestia, 

dans le Deo ^^latias farci, des secondes vêpres. 

(i) C'est l'antienne Domine /.i/'ij, etc.. texte et chant. Cl. Anl. moiuisl. p. 259. Dominica II in 
Quadragesima, ad laudes. 



TEXTE LITTERAIRE 97 

In I" nocturno. Inuitatorium (a). 

Natum sub lege Xpistum uenite cuncti ad coUauJandum, 
Quos (i) eius incarnatio redemit et passio. 

Ps. Uenite, exultemus Domino, iubilemus Deo salutari nostro : 

preocupemus facicm eius inconfessione, et in psalmis iubilemus ei. 
Natum. 

Ps. Quoni (2) |7i"J am Deus magnus. 
Natum. 

Gloria Patri. 
Quos eius incarna [tio], 

Ynnus (b). 

1. Salus eterna, indeficiens mundi uita. 
Lux sempiterna et redemptio uere nostra, 

2. Condolens humana perire secla per temptantis numina (3), 
Non linquens excelsa adisti ima propria clementia. 

3. Mox tua spontanea gratia assumens humana, 
Que fuerant perdita omnia saluasti terrea, 

4. Ferens mundo gaudia; tu animas et corpora, [ ] 

Nostra, Xpiste, expia, ut possideas lucida nosmet hahitacula. 

5. Aduentu primo iustifica, 
In secundo nosque libéra. 

6. Ut, cum facta luce magna iudicabis omnia, 
Compti stola incorrupta nosmet tua subsequamur 

7. Mox uestigia quocumque uisa. 

Ant, (4) Dominus dixit ad me. 

Ps. Quare (5) fre[muerunt]... Euouae. 
[7"] Ant. In sole posuit. 

Ps. Celi enarrant... Euouae. 
Ant. Eleuamini porte. 

Ps. Domini est terra... Euouae. 

Uersiculus (c). 

Dextera Dei, cum Pâtre sempiterna sine tempore, terris hodie apparens de gloriosa 
Uirgine, sancta(6) semper, hanc (7) serua plebem, benedicens sancta dextera tua. 
Domine. 

(1)0 snscril. — (j) o enlevé par un trou du parchemin. — (3) Ms. : lumina. — (.() En marge, 
à l'encre noire et d'une main postérieure : i î n û ^ In primo nocturno, ctntipiioniie. — (5) a 
suscrit. — (6) Ms. : sancte. — (7) abréviation de con ou pre grattée. Il y avait donc : Conserua 
ou Préserva. 

(a) — A l'office de la Circoncision, dans le ms. 6, fol. 40, B. de Sens, on lit : Inuit. Xpistus 
natus est. Aîiud inuitatorium : Natum sub lege Xpistum. 

(n) — [R. H., 17777]. — Cette séquence, comme celles qui suivent, est désignée sous le nom 
d'Hymne ; on en a vu plus haut la raison, p. 48. Pour la lacune de la clausule ^», voir plus loin, 
p. 113, la note relative au conduclus ad cvangeliuni. 

heSalus eterna et les autres proses en a qui se trouvent dans 1 Office {Céleste organum, Ave 
Maria, Hac dara die, turma) ne sont pas, comme on l'a cru longtemps, des proses NotUériennes. 
Elles sont françaises et antérieures à Nolker, qui les a imitées. ^Cf. P. Aubry, Les Proses, dans 
Tribune de Saint-Gemais, V, p. 336.) 

(c) — [R. H., 4555]- — Ce Versiculus n'est autre qu'un trope d'offertoire, celui qu'on trouve 
sur la vocalise du mot Dextera (fin du verset Tu humiliasti, de l'offertoire Tui sunt caeli, de 

OFKICK LiK 1'. DE COllBEIL. 7 



9» L OFFICF. DK PIEPRK DE CORBEIL 

1^. (^uem uidistis. 

*. Dicite quidnam uidistis? et annunciate Xpisti natiuitatem. 
Natum uidimus. 

i<. O magnum mysterium. 

f. Domine, audiui auditum tuum et timui; consideraui opéra 
tua et expaui, in medio duum animalium. 
Iacentem in prescpio. 

F^. Styrps lesse. 

f. Uirgo Dei genitrix uirga est, flos Filius eius(A); 
Et super hune florem. 

Gloria. 
Spiritus. 

In ir nocturne (i) Inuitatorium (b). 

O Nazarene, dux Betlilem, Uerbum Patris, 
[8"] quem partus aluiuirginalis protulit ; 

Adesto nostris, Xpiste, iam sollempniis 
festumque nostrum, rex serenus, aspice. 

Ps. Quoniam ipsius est mare, et ipse fecit illud, et aridam fundauerunt manus eius : 
Uenite, adoremus, et procidamus ante Deum : ploremus coram Domino, qui fecit 

nos ; 
quia ipse est Dominus Deus noster : nos autem populus eius, et eues pascue eius. 
O Nazarene. 

Ps. Hodie si uocem. 
O Nazarene. 

Gloria Patri. Adesto nostris. 

Ynnus (c). 

1. Céleste organum hodie sonuit in terra. 

Ad partum Uirginis superum cecinit caterua. 

2. Quid facis, humana turba, cur nongaudes cum supera ? 
Uigilat pastorum cura,uox auditur angelica. 

3. Cantabant inclita carmina, plena pace et gloria. 
[8^°] Ad Xpistum référant propria, nobis canunt ex gratia. 

Noël). Il se présente, dans les manuscrits, avec des variantes comme texte et comme chant ; par 
exemple : 

Apparens... perVirginem, (B. X. n. acq. 1. i-^JJ, fol. iS'°). 
Apparens semper ex Virgine, / 

Ac serva votis 

Celle dernière variante est celledu rro/.Tir^-Pjosisr de Moniauriol (de Moissac, d'après M. Ban- 
nister), fol. 173™ (édition C. Daux, p. 192, dans Bibl. lit. d'U. Chevalier). (Cf. aussi Bourquelot, 
op. cit., p. 183 (office de Beauvais). 

(1) En marge : fi îi = [/"] secundo nocturno, d'une main postéricuie. 

(a) — Le verset Virgo Dci genitrix porte, dans le R. H., le n" [21768]. Parmi les ténors ou 
mélodies populaires servant de thème principal, dans les contrepoints du moyen âge, il n'y en a 
pas qui ait eu plus de succès que le Fhs filius cjus qui termine ce beau répons. (Cf. d'Ortigle, 
Dictionnaire de plain-chant, col. 432.) Lire aussi le curieux article « Les origines d'un Benedica 
mus Domino », dans Revue duChant grégorien, 1895-1896, p. 6. 

(u) — [R. H., 13304|. — Pour composer son second invilatoire, Pierre de Corbeil a emprunié 
quatre vers au recueil cathcmerinon du prince des poètes chrétiens, Prudence. Ces vers 
Oambiques triinèlres) appartiennent à VHymnus Jejunantium. [Calhem. VII). (Cf. P. L., t. LIX 
col. 8-1 1 S56.) Ces mêmes vers figurent, comme antienne, au début des premières vêpres, dans 
l'Office de la Circoncision du Puy. (Cf. Bibl. lit. t. V.i 

(c) — [R. H., 3413]. — Mêmes remarques que pour le Sains eturna. 



TEXTE LITTERAIRE 99 

4. Nec cunctorum sunt hec dona, scd mens quoram erit bona. 
Non sunt absolute data, differenter sunt prolata. 

5. Affectus doserai uicia, et sic nobis pas est illa, quia bonis est promissa. 
lunguntur superis terrea, ob hoc quidem laus est iuncta, sed decenter sunt diuisa. 

6. Gaude, homo, cum perpendis talia; 
Gaude, caro, facta Uerbi socia. 

7. Nuntiant eius ortum sydera nati per indicia ; 
Ineunt duces gregum lumina Bethlem (i) usque prcuia. 

S. Inucnitur rex celorum inter animalia, 

Arto iacet in presepi rex qui fecit omnia. 
9. Stella maris, quem tu paris colit hec ecclesia ; 

Ipsi nostra, per te, pia placeant seruitia. 
10. Resonent cuncta Amen redempta. 

Ant (2). Speciosus forma. 

Ps. (3) [9™] Eructauit... Euouae. 
Ant. Homo natus est. 

Ps. Fundamenta... Euouae. 
Ant. Exultabunt omnia. 

Ps. Cantate... I... Euouae. 

Uersiculus (a). 

1. Qui carnem sumpsisti de Uirgine 
Accinctus celsi zona Abrahe, 

2. Te flagitamus deuote, 
Te deprecamiir obnixe, 

3. Nostre cerne, o Pater aime, [ ^^-^~v.»vs~n~<. ] famina (4) lingue ; 
Ecce inclite et gloriose caterue tue, Fiex, miserere. 

F^. O regem celi. 

f. Qui celum terramque régit per secula solus (k). 
I.\CET in presepio. 



(i) A/s. : Bethléem. — ;'_*) En marge, d'une main postérieure : î u n à = iii sccttndo noclurtio^ 
antiphonae. — (3) Au bas du verso, réclame : Eructauit, précédée du chiffre 1. C'est la fin du 
I"' cahier. — (4) Dans les extraits de l'office de Beauvais donnés par F. Bourquelot, op. cit., 
p. 179, on lit cette variante: FLimiiui. 

Ta) — Cette pièce ne figure pas au R. H. Dans l'office de Beauvais, où elle est plus développée, 
elle porte le nom de Prosa. Sauf la première clausule : Qui cainem, etc., que Pierre de Corbeil 
pourrait bien avoir remaniée, ce Versiculus est textuellement emprunté à une séquence de l'As- 
cension, dont voici la 1'° strophe : 

Qui scandis astra super hodie 
Accinctus celsi ;^oiia Abrahe, 

Publiée dans Dreves, XLII, n» 24, d'après le ms. de Nevers, .xir-' sii^cle, B. N. nouv. acq. 1235, 
fol. 164» et 218''. Nous y renvoyons le lecteur, pour tous autres détails. 

(b) — Ce verset: Qui celum, etc., qu'on retrouve dans l'introït: Salve, saiicta parens, est un 
vers de Sedulius. Voici, du reste, le passage d'où il est tiré : 

Salve, sancta parens, enixa puerpera regem ; 

Qui celum terramque régit (tenet) per secula, cujus 

Numen et eterno complectens omnia gyro. 

(Carmen paschale, vers 63-65.) 
(Cf. Revue d'histoire et de littérature relii^'ieuses, iSgg, p. 93.) 



100 L OFFICE DE PIERRE DE CORISKIL 

[^. Ecce Agnus Dei. 

f. Qui de terra est de terra loquitur ; qui de celo uenit super 
omnes est. 
Cuius non sum. 

}\. In principio erat. 

f. Quod factum est in ipso uita erat, et uita erat lux hominuni. 
Omnia. 

Gloria. 
Et sine ipso factum est [Q^o] nichil. 

In 111° nocturno. Inuitatorium. 

Xpistus nalus est nobis ; Uenite, adoremus. 

Ps. Quadraginta annis proximus fui generationi huic, et dixi: 
Semper hii errant corde : 
Ipsi uero non cognouerunt uias meas, quibus iuraui in ira 
mea, si introibunt in requiem meam. 
Xpistus. 

Gloria. 
Uenite, ado[remus]. 

Hynnus (a). 

1. Ane Maria, grati.i plena : 
Dominits tecitm, Uirgo serena. 

2. Benedicta tu in mulieribus : que peperisti pacem hominibus, et angelis gloriam. 
Et benedictus fructus iieiilris tui, Qui coheredes ut essemus sui, nos fecit per 

gratiam. 

3. Per hoc autem aue, mundo tam suaue, contra carnis iura : 
Genuisti prolem, nouum Stella solem, noua genitura. 

4. Tu parui et magni, leonis et agni, saluatoris Xpisti templum extitisti, sed uirgo in- 

tac [lO'"] ta. 
Tu floris et roris, ouis et pastoris, uirginum regina, rosa sine spina, genitrix es 
facta. 

5. Tu ciuitas régis iusticie, tu mater es misericordie ; de lacu fecis et miserie, 

theophilum reformans glorie. 
Te coUaudat celestis curia, tu mater es régis et filia ; per te iustis confertur 
gratia, per te reis donatur uenia. 

f). Ergo maris Stella, Uerbi Dei cella, et solis aurora , 

Paradysi porta, per quam lux est orta, natum tuum ora : 

7. Ut nos soluat a peccatis, et in regno claritalis, 
Quo lux lucet sedula, collocet per secula. Amen. 

Ant In principio. 

Ps. Dominus regnauit... I... Euouae. (b). 

(a) — [R. H., 1879]. — Cette gracieuse mélodie a plus d'une fois servi de thème aux com- 
positeurs palestriniens. (Cf. Ave Maria de Josquin de Prés, dans Aiith. des Maîtres religieux pi i- 
iiiitifs, n» 20.) C'est une preuve, observe justement Ch. Bordes, que la musique figurée tire son 
origine du chant grégorien et que, dans bien des cas, elle n'est en quelque sorte qu'un chœur 
de voix grégoriennes. 

(b) — Pour éviter toute confusion, on distinguait par des numéros d'ordre les psaumes à iiici- 
pit semblable. Au second nocturne, on a pu remarquer déjà : Cantate I. (Cf. Aiitiphoitale li. liart- 
keri, p. 70, précisément à l'Office de la Circoncision [/" oct. Domiiii], 



TEXTE LITTERAIRE 10 I 

Ant. Ante lucil'crum. 

Ps. Cantate... II.... E u o u a e. 
Ant. N;iti) Domino. 

Ps. Dominus regnauit II....Euouae. 

Uersiculus (a). 

Alacritate multa Tibi nunc psallendo, rexXpistc, in tua |10^"J natiuitate, cclum, terra, 
mare cantant : AUeluya ! 

fj. Sancta et immaculata. 

f. Quem tremit infernus, collaudat et ordo supernus ; 
Ad nutum cuius gaudet spiramine limus. 

Tuo GREMIO. 

ly. Uerbumcaro. 

f. Inprincipioerat Uerbum,et UerbumeratapudDeum, et Dcuserat Uerbum. 
Cuius gloriam. 

i^. Te laudant angeli (n). 

^. Ipsum genuisti et in presepe posuisti. 
ij. Concepisti per aurem. 

t. Quem adorât multitude angelorum. 
n-. Per quem. 
Gloria. 

jl'. Super omnes mulieres. 

Conductus ad ludos {c). 

I. Natus est ! 
Natus est! 
Natus esthodie Dominus, 
qui mundi diluit facinus ; 

2. Quem pater, factor omnium, 
in boc misit exilium, 
ut facturam redimeret 
et paradyso redderet. 

[Il"] 3. Nec ! 
Nec I 
Nec minuit quod erat, 
assumens quod non erat ; 



(a) — Ce versiculiis, pas plus que le précédent, n'est signalé clans le R. H. 

(b) — Le Bj. Te laudant peu connu se trouve déjà dans l'office de Noël, au i.\"> siècle. Cf. Rts- 
ponsale de Compiègne, dans Migne, P. /-., t. LXXVIII, col. 755. .\utres références : Mazarina 
384, fol. 166, début du xi» siècle ; B. N. ly-'ij'i, xn" s. ; ioj8 (Bréviaire de Sens, xiv' siècle), 

ol. 62''" ; B. de Sens, ms. 2g ; nis. d, p. 2.>5 ; B. d'Auxerre, ms. 51, fol. 1,2". 

(c) — [R. H., 11906]. Sur ce Noël charmanl, voir ce qui a été dit plus haut, dans l'intro- 
duction, p. 50. .\ rapprocher les vers: 

Nec minuit quod erat, 

Assumens quod 7iun erat; 
des paroles : 

Xpistus manens quud eiat 

A:<isumpsit ,juud non erat, 
du Versus cum organo (Letemur gaudiis). 



I02 l'office de pierre de corbeil 

4. Sed carnis sumpto pallio 
in Uirginis palatio, o, 

5. Ut sponsus e thalamo, o, 
processit ex utero, o, 

Flos de lesse uirgula, a, 
fmctu replet secula, a. 

6. Hune predixit prophetia 
nasciturum ex Maria. 

7. Quando flos iste nascitur, 
Diabolus confunditur 

8. Et moritur mors, 
et moritur mors, 
et moritur mors. 

Bacularius (a) : Te Deum lau [damus). 
IN LAUDIBUS. 

Ant. O ammirabile commercium. 

Ps. Dominus regnauit... E u o u a e. 
Ant. Quando ( 1) natus [es]. 

Ps. lubilate... E u o u ae. 
Ant. Rubum quem uiderat. 

Ps. Deus, Deus meus... E u o u a e. 
Ant. Gcrminauit radix. 

Ps. Benedicite... E u o u a e. 
Ant. Ecce Maria. 

Ps. Laudate [Dominum]... E u o u a e. 

Capitulum : Apparuit. 

Ynnus (b). 

1. Hac clara die, turma festiua datpreconia; 
Mariam [llvo] concrepando symphonia nectarea : 

2. Mundi domina, que est sola castissima, uirginum regina; 
Salutis causa, uite porta atque celi referta gratia. 

}. Nam ad illam sic nuncia olim facta angelica : 
Ane Maria, gratia Dei plena per secula, 

4. Mulierum pia agmina intra semper benedicta; 
Uirgo et grauida, mater intacta, proie gloriosa. 

5. Gui contra Maria hec reddit famina : 
In me quomodo tua iam fient nuncia? 

6. Uiri noui nullam certe copulam, 
Ex quo atque nata sum incorrupta. 

(1) a suscril. 

(a) — Inutile de revenir sur l'extraordinaire méprise de certains copistes et des premiers édi- 
teurs au sujet de cette rubrique. Voir Ylniroduction, p. 74. 

(d) — [R. H., 7494|. — Prose d'origine française, comme on l'a déjà observé. (Cf Variae 
prcces, ■5'' éd., p. ] 27, où elle porte ce litie : SL\]uciitia Notkerijiia.) A remarquer, à la clausule 
3'', le début de l'Ave Maria. On aimait ainsi à enchâsser dans le texte des séquences de Beala les 
paroles, tout ou partie, de l'.4i'i; Ma:ia. Il en e.\iste de très nombreu.\ e.xemples. 



TEXTE LITTÉRAIRE I0-'> 

7. Diua missus ita reddit affala : 
Flatu sacro plena fies, Maria, 

8. Noua efferens gaudia celo, terre, Nati per exordia ; 
Intra lui uteri claustra portas qui gubernat (1) eterna, 

9. Omnia qui dat tempora pacifica. 

Uersiculus (a). 

[12'°] r. Benedictus sit hodic 
Deus misericordie, 

2. Qui Dec de pâtre 
Deus sine matre, 

Uirgine de matre 
home sine pâtre 

3. Régnât solus donator gratie 
et largitor eterne glorie; 

4. Quam nobis pius dignetur donare, 
ut eum leti possimus laudare, 

5. Cum Sun génitrice beata. 

Ant. Mirabile misterium. Ps. Benedictus... E u o u a e. 

Benedicamus (p.). 

I. 2. 

Lux omni festa populo Dum omnia silentio 

recurrit anni circulo, conlinerentur medio, 

qiio, nunciante angelo, et nox iter altissimo 

exorta est redemptio perageret curriculo, 

nostraque liberatio sermo tuus, o genitor, 

serpentis ex aculeo. regali uenit solio. 

3. 

Sponsus uti de thalamo, 
pre ceteris formosior, 
ita de matris utero 
processit orbis conditor. 

(i) Ms. : Gubernant. 

(.4)— [R. H., suppl., 24158]. Publié par Dreves, XX, p. 222. Ce Versiculus, paroles et 
musique, figure comme y prosuie clans le \{. Virgiititas caeliiin, composé par P. de Corbeil pour 
son office de l'Assomption dont nous avons déjà parlé (cf. p. 57). Voici les premiers mots des deu.\ 
autres prosuies qu'on trouve, dans tous les documents de la vieille liturgie sénonaise, depuis le 
ms. 1535, B. N 11. iicq., .xuiii s., jusqu'au bréviaire de i6.|i : 

Benedic nobis^ Jesu Christe 

Bcnedicat omnis chorus cehstis patriac , ., 

Ce r] Virginit^TS a été publié, mais sans ses prosuies, dans Variae preces, 3» éd., p. ig^. C'est 
toute une étude qu'il faudrait consacrer a ce bel office de l'Assomption. Nous pourrons y songer 
un jour. — Nous ne croyons pas cependant que ces trois prosuies soient de P. de Corbeil. 11 se 
sera contenté de les adapter à son répons. 

(b) — [R. H., 10859]. Ce trope de Benedic.mius assonance invariablement en o, — et il faut 
en dire autant du Deo gratias qui suit, — non seulement est un curieux échantillon de la sou- 
plesse de la poésie latine populaire, mais il nous révèle, en outre, jusqu'à quel point on était, au 
moyen âge, pénétré des grandes pensées et familiarisé avec les nobles images renfermées dans les 
pièces strictement liturgiques. Qui n admirerait ici, dans celte seconde strophe: Dm» omiiii?, 
avec quel art a été paraphrasé le te.xte si beau dtjà de lintroil : Dum médium silentium du diman- 
che dans l'octave de Noël .- 



104 



T, OFFICE I>E IMEItRE DE CORDlilL 

Pro seculi re [12"'] raedio, 
Deus elTectus est homo ; 
Quocirca nos in iubilo 
Benedicamus Domino ! 



Deo gratias (a) 



O matris aime uiscera, 
repleta Dei gratia, 
que genucrunt talia 
tamque sacrata pignora ! 

Beata quoque ubera 
que puer ille suxerat, 



Cui tota celi curia 
tremens in laude consonat! 
Cui talis est potentia 
ut illi que sunt omnia 

celestia, terrestria, 
flectantur (i) nutu subdita ; 



Cuius misericordia 
et ammiranda bonitas 
a morte nos perpétua, 
aduentu primo, libérât; 

Secundo nos eripiat 
ab infernali fouea. 

Ut in polorum regia, 
Deo dicamus gratiiis ! 



AD PRIMAM. 



Deus, in adiutorium meum intende ; 
Domine, ad adiuuandum me, festina. 

Gloria Patri, et Filio, et Spiritui sancto ; 

Sicut eratin [IS'"] principio, et nunc et semper, 
et in secula seculorum. Amen. Alleluya. 

Duo, ante altare. 

Ueni, Sancte [SpiritusJ. Chorus ; Ignem accende. 



Ynnus (b). 
lam lucis orto sydere, 

FULGET DIES ! 

Deum precemur supplices ; 

FULGKT DIES ISTA ! 

Ant. O ammirabile. Ps. Deus in nomine. 
Capituluiu: Régi autem. 



E u o u a e. 



{i ) Ms. : Flectunlur. 

(a) — [R. H., 13258J. — La deuxième strophe de ce Deo gratias n'est-elle pas, elle aussi, un 
charmant commentaire de l'introït In noniinc Jesti} (Cf. Hym., Conditor aime siJerum.) 

(il) — ■ [R. H., 9276]. — Nous n'avons ici que les deux premiers vers de l'hymne de Prime, voici 
pourquoi : les paroles Fulgei dics et Fnlget dics isla formant refrain et s'intercalant successi- 
vement après chaque vers, il suffisait de reproduire les deux premiers. Voir un refrain pareil 
dansl e Benedicamus suivant. JVIais il y a mieux. Nous connaissons, grâce à l'obligeance de Dom 
Beyssac, un des savants paléographes de Solesmes, une hymne offrant exactement la même dis- 
position que celle de notre Jam lucis, ayant, en outre, une mélodie semblable. C'est un chant en 



TEXTE LITTÉRAIRE I05 

h). Iliesu Xpiste, Fili Dei uiiii, miserere nobis. 
Qui sedes ad dextram Patris. 

f. (a) Tu Patris uerbigena factus caro, Deum nobis, 
homo, plaça, Deus et da ueniam. 
Qui sedes. 

Gloria Patri, et Filio, et Spiritui sancto ; 
Sicut erat in principio. 

Uersiculus (b). 

1. Exurge, Domine, nostra redemptio, 
Cor nostrum uisita celesti radio ; 

2, Qui carnem induens pro carnis uicio, 
Nouo contemptus es nature stu [13™] dio. 

Kyrielfeison] : Pater cuncta qui guber[nas]. 

Duo clerici. 

Pater noster, Fidem auge. 

Duo canonici. 

Credo in Deum, [Palrem]... Solus qui tuctur [omnia]. 

Benedicamus (c). 

1. 4. 

Castitatis lilium effloruit. Ad uidendum monent ire protinus 

quia Dei Filius apparuit ; Stella magos, et pastores angélus; 

FULGET DIES ISTA CELEBRIS. FuLGET. 

2. 5. 

Uirgo mater sacro lactat ubere Uagit infans (i) paruus in cunabulis, 

quem concepit sine uiri semine; Deum prodit signum noui syderis; 

FuLGET [dIES ISTA CELEBRIs]. FuLGET. 

3. 6. 

Rege nato, exultât in laudibus Saluatorem pastores annuntiant, 

multitude celestis exercitus; Deum natum Magi donis predicant. 

FuLGET. FuLGET. 

l'honneur de saint Vulstan, extrait de l'antiphonaire monastique de Worcester ^Worcester, i6o, 
xiii« s., fol. 165^"). 

En voici la i'« strophe: Uulstane, presul inclite, 

Fulgct dies ! 

Oues tua nos protège, 

Fiiîgetdies ista ! 

Tuisque pronus laudibus, 

Fulget dies ! 

Adiungeceli ciuibus, 

Fulget dies ista ! 

(i) Cf. Hym. Pange lingu.i gloriosi froeliuin, strophe 5 : Vagit in/aiis, etc. 

(a) — [R. H., ex numéro 16277]. — Paroles empruntées à un Gloria tropé et se rapportant 
précisément à Qui sedes ad dextcrain Patris. Cf. Gautier, Tropes, a6^ ; Bibl, Lit., IX, p. 74 ; 
Dreves, XLVII, n» 176, où Bannister l'a publié, sous ce titre: Laus « .Mulla laude », De 
SS. Trinitate, d'après 3 mss. (w" et .xii" siècle). 

(b) — [R. H., suppl., 264341. — Dreves, XX, p. 225. 

fc) — [R. H., 2673J. — B. N. lat. 113g, fol. .13. Fin du xn' siècle. 



10(j L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 

7- 

Uirgo mater seruat hec in animo 
et per cuncta hencdicit Domino. 

Sequitur (i) lectio de capitulo, et preces, et oratio. 
Deo gratias (a). 



I. 



3. 



114ro] Incorrupta Uirgo et puerpera, Odor tuus sicut odor balsami, 

uia uite, pietatis ianua ; quo curantur te poscentes languidi. 

MuNDA PIE NOSTRA PECTORA. MuNDA PIE. 

2. 4- 

Tu de spinis uua recens pullulas, Lumen uite sensibus irradia, 

benedicta super omnes feminas. Deo digna Stella maris fulgida. 

MuNDA PIE [nOSTRA PECTORa]. MuNDA. 

5. 
Preces nostras, quesumus, exaudias 
ut dicamus per te Deo gratias ! 

AD TERCIAM. 

Hynnus (b). 

Nunc, sancte nobis Spiritus. 

Ânt. Quando natus. Ps. Legem pone... E u o u a e. 

Gapitulum: Uirgo uerbo concepit. 

i^. Uerbumcaro factum est; 
Alleluya, Alleluya. 

y. Et habitauit in nobis. 
Alleluya. 

Gloria Patri, et Filio, et Spiritui sancto. 

Uersiculus (c). 

1. Sedentem in super [14»"] ne maiestatis arce 
Adorant humillime proclamantes ad Te ; 

2. Cumque illis undeuiginti quinque : 
Sanctus, Sanctus, Saiictus, Sabaoth rex, 

3. Plena sunt omnia glorie tue 
Atque cum innocentissimo grege, 



(i) i suscnt. 

(a) — [R. H., 8854J. — B. N.,IbiJ., à la suite du BcneJiccimus. Ces deux pièces ont chacune 
six versets. 

(li) — [R. H., 1258GJ. 

(c) — [R. H., 18776]. — C'est une prosuie de Regnum, en l'honneur des saints Innocents. 

Publiée dans Diœves, XLVII, n" 245, d'après 9 mss,, non compris celui de Sens, avec cette 

variante : 

Laus iibi sity Domine 

Rex atterne glorie ! 

Comme le nôtre, le ms. de Beauvais, Eg. 2615, porte: Gloria Iibi sil, Xf^iste! Sur les prosuies 

ou tropes de Regnum, voir Gautier, Tropes, p. 26g. Elle est encore publiée dans Dreves, X, 

n» 68, îous le titre de Prosci Dominiealis, d après des mss. de Reims [\\\' et xv'^ s ). 



TEXTE LITTERAIRE 



107 



4. Qui sine uUa sunt (i) labe, 
Dicentes excelsa uoce : 

5. Gloria tibi sit, Xpiste! 

Benedicamus (a) 



Parentis primi nouum facinus, 
quod suggessit hostis nequissimus 
inuidendo nostris successibus, 
noster fuit grauis interitus. 
Ue miseris, 

quos tam dire i.egis 

trahit impetus ! 



Sed Deus Pater misit l'"ilium 
per Uirginis intacte [ISr^J gremium, 
ut uisitaret mundum languidum, 
donans reis uite remedium. 

Félix culpa, 

quam deleuit 

TAM BEATA UICTIMa! 



Paradisi cultores fuimus, 
sed patris culpa exulauimus : 
exulaturi morte grauius, 
nisi Deus esset propicius. 
Ue miseris 
quos tam dire legis 



TRAHIT IMPETUS 



Iste fuit nostra redemptio ; 
Is reduxit nos ab exilio 
ruptoque dire mortis laqueo 
restituit in uite solio ; 
Unde letus 

NOSTER chorus 

Benedicat Domino ! 



[Ici, absence de rubrique, dans le manuscrit, et de l'N capital du premier mot] (2). 



[Conductus] (b). 



[NJ ostre quod prouiderat 
salutis altitude, 
temporis attulerat 
instantis plenitudo ; 
condescendens aderat 
de celis fortitudo, 
Gabrihel ad Uiiginem, • 
quia pulchritudinem (3) 
rex eius cupierat , 
thronum hanc ut poneret 
atque fructus fieret, 
quod Dauid iurauerat. 

2. 

Gabrihele nuncio 
Maria salutatur ; 
que sit salutatio 



Uirgo pauens miratur 
et credens [15™] consilio 
per aurem impregnatur. 
Beata que credidit, 
concepit et edidit 
summi Patris Filium ! 
Nec pudor amissus est, 
nec dolor admissus est 
per hoc puerperium. 

3. 
In terris qui natus est, 
in celis adoratur ; 
qui sanctorum decus est, 
pannis circumligatur ; 
quique panis uiuus est, 
in cunis ablactatur. 
Aaron uirtia floruit, 



(ij Entre * et /, c exponclué. — {2] Ce qui laisse, dans le ms., un espace blanc de deux lignes 
et de deux portées. Cette pièce est un con.luctus et non une hymne, comme l'a écrit Dreves, XX, 
p. 224. Tel est, du moins, le titre qu'elle porte, dans l'office de Beauvais d'après lequel nous 
le restituons, et que Dreves n'a pas consulté. — (3) Entre d et t, o exponctué. 

(a) — [R. H., 11578]. — F. Clément a mal divisé le refrain de la 3= strophe. C'est ce qui a 
causé la petite erreur du R. H., qui donne j X 7,, 6, au lieu de 4 X 7. 

(d) — [R. H., 12280]. — A rapprocher cette expression (2« strophe): 

Et credens consilio 
Per cturem impregnatur, 
de ce qui a été dit, dans l'Introduction, p. 57, en note, à propos du 1^. Descendit et du passage : 
Per aurem concepisti. Cf. encore \\. Suscipe rerbtim où on lit: Coni:ipies per aurem, Deum paries. 
Signalons enlin la 3*^ strophe comme résumant plusieurs pensées des antiennes de la circoncision. 
Pour le début de la i '" strophe. Cf. Hym. Pan^^e lin^'ua proelium (strophe 4). 



io8 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



uellus rore maduit, 
Maria cum peperit ; 
rubus inflammatus est, 
nec tamen combustus est, 
nani Uirgo non dépérit. 

4- 

Misticis umbraculis 
olim pretîguratum 
et multis oraculis 



fuit prenunciatum, 
quod nostris in seculis 
gaudemus deolaratum. 
Res miranda geritur : 
uagit et non loquitur 
Dei sapientia ; 
Uix Creator omnium 
habet diuersorium, 
inter animalia. 



[16'"] Conductus ad 



presbyterum (a). 



Dies festa colitur, 

tange symphoniam, 
nam puer qui nascitur 

iuxta prophetiam, 
ut gygas egreditur 

ad currendam uiam. 
Félix est egressio, 

per quam fit remissio ! 



Diem hanc leticie 
fecit homo Deus, 

dono cuius gratie 
suscitatur reus, 

cum de domo uidue 
exit Helyseus. 

Félix est.... 

[ ] 



Diei sollempnitas 

ita celebretur, 
ut prudens simplicitas 

bonum operetur, 
et non cesset caritas, 

que nos comitetur. 
Félix est [egressio] 

[pER QUAM kit REMISSIO !] 

3. 
Diei det gloriam 

homo iam renatus, 
qui, per negligentiam 

olim exulatus, 
per misericordiam 

redit liberatus. 
Félix est 



[• 



.] 



Dies O tam celebris, 

quam es ammiranda ! 
Tu luces in tenebris 

lux glorificanda, 
per quam uita funebris 

nobis est uitanda. 
Félix est... 

[ ] 

6. 
Die ista claruit 

lumen istud clarum, 
quod nobis innotu (16"' 

uoce prophetarum, 
splendor cuius diluit 

noctem tenebrarum. 
Félix est... 

[ ] 



(a) — [R. H., 4G16]. — Cette pièce est la même que : Dies ista colitur [n» 4629]. 

Une particularité fort intéressante de ce conductus, remarquée déjà par Dreves, XX, p. io8, 
c'est la déclinaison du mot Dies. Chacune des six strophes, en effet, débute par un des cas de la 
déclinaison. Évidemment, il y a là une intention. Comme dans les pièces abécédaires et acro- 
stiches, le compositeur aura voulu, par ce procédé mnémotechnique, faciliter le travail de la 
mémoire. 

Il existe encore d'autres moyens du même genre employés dans la poésie liturgique. Nous au- 
rons à les signaler à l'occasion. Disons cependant que notre exemple n'est pas le seul. Dans 
une prose farcie en l'honneur de saint Nicolas, le mot Nicholaus est aussi complètement décliné. 
Cf. P. AuDRY, Les plus anciens monuments de la Musique française, p. 7, Paris, Welter, 1905. 

Dans une étude présentée au Congrès grégorien de Rome (1904), nous avons énuméré lesprin- 
cipaux procédés mnémoniques utilisés aussi bien dans la poésie que dans le chant liturgique. 
Signalons 1 hymne alphabétique Auxilium Domine (Pal. music, t. III, pi 182. Al. Elle est 
extrêmement curieuse. On la trouvera, avec d'autres du même genre, dans Oheves, XLVHI, 
p. 17. 



TEXTE LITTKHAIKE lOQ 



OFFICIUM AD MISSAM 

[Intr.] Puer natus est (i). Ps. Cantate E u o u a e. 

Kyriel [eison I (a). 

Clemens rector, eterne Pater immense. 

Duo (b). 

Gloria iii excelsis Deo, 

Cuius reboat in omni 
gloria mundo. 
Et i)i terra pax, 

Pax perhennis, 
Hominibus bone uoluntatis. 

Qui Deum Jiligunt in ueritate. 
Laïuiainus Te, 

Te decet laus. 
Benedicimus Te, 

De die in diem. 
Adoramus Te, 

Gumprece, uoto, hynnis assumus qccq Tibi. 
Glorificamus Te, 

Qui in celis gloriosus es. 
Gratias agiinus Tibi, 

De beneficiis tuis. 
Propter magnam gloriam tuam, 

Ammirabilem gloriam. 
Domine Deiis, 

Rex super omnes unus. 
Rex ce lest is, 

Rex sine fine manens. 
[17'"] Deus l'aler omnipoiois, 

Imperans celo et terre, et regens maria. 
Domine, Fili unigenite, 

Spes nosîra, salus nostra. 
Ihesu Xpiste, 

Uenturum quem longe cecinere propliete. 
Domine Deus, Agniis Dci, 

Tu uictima et hostia factus es crucis ara. 
Filins Pairis, 

A Pâtre genitus ante secula. 

(i) Voir plus loin la note sur 1 épUre. 

(a) — [R. H., 3393]. — Ce Kyrie, dit L. Gautier [Les Tropes, p. 233', est celui que Ton 
retrouve dans le plus grand nombre de manuscrits et qui est qualifié, dans un manuscrit de Saint- 
Martial (887, fol. 47"), de pulcher par excellence. (Cf. B. N. n. a. t., 1235, fol. 146'».) Il est le 
premier des Kvbie, ad libitum, de l'édition vaticane. 

(b) — [R. H., 4046]. — Cf. Prosarium eccl. Remeiisis, dans Bibli. litur., de Chevalier, t. VII, 
p. 360. Bien que nous réservions pour la fin de ce travail un tableau d'ensemble où seront 
signalées les sources des tropes ou mieux des farcitures, remarquons toutefois la phrase qui suit 
Adoiamus ï'e. C'est un vers pentamètre emprunté, texte et mélodie, au fameux chant du Gloria, 
laus, etc., et qui s'adapte merveilleusement à ce qui précède. 

La liste aussi complète que possible de ces réminiscences ne manquera pas d'oftVir un réel 
intérêt. 



I 10 



L OFFICIÎ DE PIERRE DE CORBEIL 



Qui tollis peccata }}iuiidl, 

Quod perhibuit lohannes. 
Miserere iiobis, 

Quia uenit tempus miserenji. 
Qui tollis peccata mundi, 

(Jui nostram antiquam leuiasti sarcinam. 
Suscipe deprecationem nostram, 

Preces intende seruorum 

ad te deuote clamantum. 
Qui sedes, 

In superne maiestatis arce. 
Ad dexteram (i) Patris, 

Ubi ad dextram Patris almam sedes, conregnans, 

[coeternus per omnia. 
Mise [17™] rere nobis, 

Ne dampnemur cum impiis in aduentu iudicis. 
Quoniam Tu solus sanctus, 

Sanctus sanctorum Deus. 
Tu solus Dominus, 

Dominus dominantium. 
Tu solus Altissimus, 

Supra celigenas etheris omnes. 
Ihesu Xpiste, 

Qui mânes ineternum cum Pâtre. 
Cuti: sancto Spiritu, 

Potenter cuncta disponendo cum eo secla. 
Jn gloria Dci Patris. Aiiieu. 

Conductus ad subdiaconum (a). 



Lux optata claruit, 
Gaude Syon filia; 
uirga que iam aruit, 
uirga succi nescia, 
uirga lesse floruit 
iuxta uaticinia 
cum gloria. 



Gignitur, 

nascitur 
Xpistus, sicut uoluit 
diuina clementia. 

Hoc IN HOC ! HOC IN HOC 
HOC IN HOC SOLLEMPNIO 
CONCINAT HEC CONCIO ! 



(i) Ms. : dextram. 

(a) — [R. H., 10860]. — Les trois premières strophes de ce conJuctus sont reproduiies dans 
les Variae preces, avec un refrain différent, p. 71, 3« éd... En plusieurs endroits, dans cet office, 
il est fait mention des Juifs. On ne craignait pas autrefois de leur reprocher, comme ici, leur 
incrédulité et de stigmatiser la perfidie judaïque. C'est le cas de rappeler la strophe supprimée 
du Victiiitac past/uli : 

Credendum est magis soli 

Mariae veraci, 

Quam Judeorum 

Turbae fallaci. 

(Cf. plus loin le i^\ Gaude M.im'.i et, dans la Revue du Chant grégorien. 6= année, p i8g, un 
article de D. Pothier sur ce dernier répons ) 

On voit qu'il n'y a plus de symétrie entre les strophes 3 et ^ de ce conductus. Une erreur de 
copiste en a brisé le parallélisme. Rétablissons-le d'après le ms. Egerton, 2615, fol. 29. M. B. 

C'est facile pour la 3= strophe. Il suffit en effet, de supprimer le i"'' Hoc in hoc. lequel ne figure 
pas au ms. de Beauvais, pour que tout se retrouve en ordre. Le sens, comme l'alternance des 



Nascendi primordia 
su [18'°] biit eternitas, 
induit seruitia 
superna regalitas, 
lactat patrem filia, 
quem parit uirginitas 
cum gloria. 

Angitur, 

frangitur 
hostilis proteruia 
et eius potentia. 

Hoc IN hoc!... 



Quicquid fuit mysticum 
testamento ueteri, 
quicquid fuit typicum, 
Moyses et ceteri, 
fructum per Dauiticum 
decet patefieri 



TEXTn LITTKRAIPF. 

cum gloria. 
Hoc IN hoc! |?| 
ludea, 
Gens rea, 
regem crede celicum, 
per quem sumus liberi. 
Hoc IN hoc!... 

4- 
Gens digna supplicio, 
Danielem legitis, 
quod defecit unctio 
pridem intelligitis, 
missum celi nuntio 
Messyam non creditis 
cum gloria. 

[..:...] 

[ ] 

[ j 

[ ] 

Hoc IN HOC !... 



Epystola (.\). 

Laudem Deo dicam per secula, 

Qui me plasmauit in manu dextera 

et reformauit cruce purpurea, 

sanguine Nati qui cunctos rede [18*°] mit. 

Ab ortu solis, orbis per climata, 

usque ad mundi partes occiduas, 

in eius laude clamores excitât 

Lectio Ysaie prophète, 

In qua Xpisti lucida uaticinatur natiuitas (b). 
Hec dicit Dominus 



rimes [ictim, eri), exige évidemment que les vers ludu.., etc., soient rattachés à ce qui précède. 
Quant à la ^'= strophe, la lacune est non moins évidente. Voici ce que porte le ms. de Beauvais, 
entre cum gloria et Hue in hoc ; 

Oritur, 

Morilur 

pro mundi revicdio. 

Le copiste de Beauvais, lui aussi, a fait un oubli, c'est plus que probable. Il faudrait encore, en 
eftet, un vers de sept syllabes, rimant en tis, comme celui-ci par exemple : Hominumque dclictis, 
pour que la restitution fût parfaite. Toutefois il n'y a pas de lacune, dans le ms., après remé- 
dia. Dreves (XX, p. 225) ne connaissant pas le ms. du M. B. s'est contenté de reproduire le 
refrain Gignitur, de la i''" strophe. 

En conséquence, il faut modifier, comme suit, les indications du B. H. : -i X 10, [i 1] rep. 5. 
Notons seulement ici que Egert. porte ; 

Subiit humanitas 2" strophe. 

Missum celi îo/i'o \' « 

(a) — [R. H., 10281]. — Celte épitre farcie, avec prologue en vers assonances, entièremen 
publiée par L. Gautier [Les Trafics, p. 151), ne ligure plus à la messe de Noël. Elle est empruntée 
au même chapitre d'Isaïe (ix«) d'où sont tirées les paroles de l'introit Puer n.itus esl, mais pas à 
la même traduction. 

(b) - [R. H., 28110]. 



I 12 



L OFFICE DE PIF.RRE DR CORBF.IL 



Pater, Filius, (i) sanctus Spiritus, Deus unus : 
l'opiilus i^entiitm qui ambidabat in tenebris, 

Quem creasti, quem fraude subJola hostis expulit paradyso, (2) 
Uidit liiceiit magnam. 

Fulserunt et immania, nocie média, pastoribus lumina, 
Habitanùbus in regione timbre mortis ; 

Lux sempiterna et redemptio uere nostra 
Orta est eis. 

O stupenda natiuitas ! 
Paruulus enim natus est nobis, 

Magnus hic erit Ihesus Filius Dei. 
Et Filius 

Patris summi 
Datus est nobis, 

Ab arce summa. 
Et faclus est principatus eius (3) super humerum eius, 

|19'"| Ut celos regat atque arua, necnon refrenet maria, 
El uocabitur nomen eius : 

Messyas, Sotlier, Emmanuliel, Sabaoth, Adonay, 
Ammirabilis , 

Radis Dauid, 
Consiliarius 

Dei Patris qui creauit omnia, 
Deus fortis, 

Pulchre demonum castra perimens teterrima, 
Pater Julut i seculi, 

Rex omnipotens, 
Princeps pacis. 

Per secla sempiterna 
Multiplicabitur eius imperium. 

In Iherusalem, ludea, siue Samaria ; 
Et pacis non erit finis 

Hic et in euum. 
Super soliuni Dauid et super regnum eius sedebit, 

Et regni meta ipsius non erit aliqua, 
Ut confirmet illud, 



introït. 

( Vulgala anliqua) 
Puer natus est nobis et Fi- 
lius datus est nobis : cujus im- 
perium super humerum ejus : 
et vocabitur nomen ejus, magni 
cojtsilii AtiPt-'lus 



ÉPITRE. 

( Vulgata nova) 
Parvulus cnim natus est no- 
bis et FiHus datus est nobis ; 
et faclus est principatus super 
humerum ejus ; et vocabitur 
nomen ejus Admirabilis, Consi- 
liarius, Deus fortis, pater futuri 
saeculi 



VULGATE ACTUELLE. 
Parvulus enim natus est 
nobis et Filius datus est 
nobis; et factus est principatus 
super humerum ejus ; et voca- 
bitur nomen ejus Admirabilis, 
Consiliarius, Deus fortis, pater 
futuri saeculi 



ut corrigat illud et auxilietur 
in judicio et justitia, ex hoc 
nunc et usque in saeculum. 

(D. Sabatier, op. cit., t. II, 
P- 535 ) 



ut confirmet illud et 
corroboret in judicio et justitia, 
amodo et usque in sevjpiter- 
num. 



Ut confirmet illud et corro- 
boret in judicio et justitia, 
amodo et usque in sempi- 
ternum. 

(Vulgate, Isaïe, c. ix, f. 6-7.) 

On sait d'ailleurs qu'il est resté dans la liturgie d'assez nombreux passages de l'ancienne 
Vulgate et des autres versions de l'Ecriture sainte. Les Souverains Pontifes par plusieurs déci- 
sions en ont autorisé le maintien. Comparer par exemple avec le texte de la 'Vulgate les pièces 
suivantes : Introït de saint Etienne, ps. 1 18. f. 23 ; Introït de saint Jean, Eccl., c. xv, f. 5. 

Les mêmes remarques s'imposeront, à la fin de cet oflîce, à propos des trois épitres qui le 
terminent. 

(i) Sp. exponctués. — (2) u minuscule gratté. — (3) Eius est ici par erreur. Il aurait dO 
être exponclué. 



TEXTi; LITTERAIRE 1 I 

In fidei pignore, 
Et corrobore! in iudicio et iusticia, 

ludex cum uenerit iudicare seculum. 
Amodo 

lUi dcbetur gloria, laus et iubi [19vo] latio, 
Et iisque in sempiternum. 

In medio choro (a). 

IV. Uiderunl — Emmanuel, Patris unigenitum, 
in ruinam Israhel et salutem positum ; 

Hominem in tempore, uerbum in principio, 
urbis, quam fundauerat, natum in palatio, 
Omnes fines terre salutare Dei nostri: lubilale Deo omnis terra. 
j>. Notum fecit — quod profuit, 
cum uirga lesse floruit, 
quod protulit, quod docuit (i) 
et quod Pater consuluit, 
deite socia, 
nascitur de filia 
Qui manet in gloria, 
Dominus salutare suum : Ante conspectum gentium reuetauit iusticiani suam. 

In pulpito. Allcluya. *. Multipharie. 
Prosa. Lctabundus (b). 

Conductus ad euangelium (2) (c). 



Quanto decet honore, 
quanta ualet leticia, 
[20''<'] lubilet ecclesia 

corde simul et ore, 
sunimi Patris Filium 
summum decet gaudium. 



A uoce ioconda 
non dissonet mens munda 
dies est letabunda, 

DiES HEC, Dies hec 

MERITOS CORONAT 

ET CRIMINA CONDONAT. 



(i) A/s.; decuit. — (2) a du mot Euangelium suscrit. 

(a) — [R. H., 21547]. — Iniuile de faire ressortir la beauté de cet admirable Répons-Gra- 
duel. Il se présente ici avec des tropes particulièrement remarquables, comme paroles et comme 
chant. On a composé, pour le répons proprement dit, un développement littéraire et musical, 
tandis qu'il suffisait, dans le }., d'appliquer, selon l'usage, une seule syllabe du texte à chacune 
des notes de la vocalise. 

Cette pièce, une des plus belles de tout l'Office, fut longtemps regardée comme une compo- 
sition de Pierre de Corbeil. Assurément, elle n'eût pas été indigne du savant archevêque, mais 
c'est là encore une attribution fausse. Nous trouvons, en effet, ce i^. dans un recueil de tropes 
et de déchants, de Saint-Martial de Limoges, du xii= siècle (B. N. Lit. 3719, fol. 68 ™), où il est 
noté à deux parties, sur lignes à pointe sèche. Sur ce ms. et le ms. •5549, voir Dreves, xx et xxi. 

Ce ms. renferme une série de déchaiits du même genre. Sur le i" plat (intérieur) du recueil 
une main récente a écrit : «... De 26 à gi [folios], Cantus Je nativ. Dîîi quorum quid.im omnino 
ridiculi et festo fatuorum di^nti. » Cette note est probablement trop sévère. En tout cas, 1 appré- 
ciation ne saurait s'appliquer au R.-G. : Videruni. 

(b) — [R. H., 10012]. — Cette prose qui ne figure ici que par son incipit, est peut-être la 
plus célèbre de tout le moyen âge. Elle a été faussement attribuée à saint Bernard. (Cf. Revue 
du Chant grégorien, 10' année, n» 5.) Sur les nombreuses imitations et traductions en langue 
vulgaire qu'on en a faites, lire un article de P. Aubry, dans Tribune de Saint-Gerv.iis, IX, p. 276. 

(c) — (R. H., 16207]. — Comme dans le conductus: Calendes Januarias, à remarquer 1 invi- 
tation à chanter sa joie : corde simul et ore. L'allusion faite au baptême de Notre-Seigneur laisse- 
rait supposer que ce conductus se rapporte à l'Epiphanie, fête que pour ce motif (Baptême de 
J.-C.) la Légende dorée appelle l'héophcinie. — Pour qu'il y ait parfaite symétrie entre les deux 

OFFICE DE l>. DE CORBEIL. 8 



"4 



L OFFICE DF. PIKIÎRF. DK CORRFII. 



Ista dies sacrata, 
in qua liber a crimine, 
lordanis in flumine, 
nostra lauit peccata; 
Horum tamen uenia 
sola datur gratia ; 



homo non merelur 
quod Deus miseretur. 

Al.ITF.R, ALITER 

MERITUM HUMANUM, 
INEFFICAX ET UANUM. 



Dominus uohiscum. 
Et cum spiritu tuo. 



Sequentia sancti Euangelii secundum Lucam. 
Gloria Tibi, Domine. 

Euangelium. 

In illo tempère : Postquam consummati sunt dies octo, ut circumcidere- 
tur puer ; uocatum est [20™] nomen eius Ihesus, quod uocatum est ab angelo 
priusquam in utero conciperetur. 

Duo presbyteri uel diaconi (a). 

Credo in iinum Deiiin, 

Unum Deum in trinitate, 
Patrcm Omnipotenicm, 

Qui poli summa residet in arce, 
trinus et unus, 
Factorem celi et terre, 

Conditorem fabrice mundi, 
Uisibilium omnium et inuisibilium, 

Que celi ambitu continentur. 
Fa in unum Dominum, 

Qui Dominus est omnium, 
lliesum Xpistum, 

Regem seculorum, 
Filium Dei unigenitum, 

Uerbum Patris. 
Et ex Pâtre natum, 

Priusquam (i) mundus fieret, 



strophes, il faudrait encore un vers de sept syllabe; rimant en rctin-, à la tin de la seconde, avant 
aliter. Ce vers manque aussi dans l'office de Beau vais. Dueves le restitue ainsi : Aliter {ccnseretit}^ 
et le place immédiatement avant Meritum humanum. Il a de même imprime : 

Dies haeCj dies haec, 

Dies est laetabundct, 

La mélodie n'autorise pas cette interversion. On le verra plus loin. — Il reste quelque! lacunes 

de ce genre, dans certaines pièces liturgiques. Pourra-t-on les combler, un jour, parla découverte 

de documents plus anciens, sinon originaux.^ En voici un échantillon emprunté à la séquence 

SjIus aeterna. (Cf. su/ru, p. gy.) La strophe ^ est composée de deux clausules inégales: 

4!» Feiensmundo gaudij ; .}'' \ùslra, Cfiriste, expia. 

Tu atîinias et corpora. Ut possidcas lucîda. 

[ ^^w^%/*^] Nosiuet habitaciila. 

On trouve celte clausule complétée ainsi : Oinnia virifica, dans Dreves, VU. n" 4. 
A moins, et ce cas se présente, qu'on n'ait détruit le parallélisme par des additions maladroites. 
Nous en verrons un e.vemple dans VInviolata. Voir plus loin, p. 119. 
( I ) a suscrit. 

(a} Comme le petit Credo de Compiles, celui-ci n'a encore été signalé, à notre connaissance, 
que d après le codex : 261 5, M. B. Eg. 



TEXTE LITTERAIRE I I 3 

Anic omnia seciila, 

Cuius generatio non habet finem. 
Deum de Deo, 

Dcitate socia, 
Lumen de lumine, 

[21 '"l Quod olim nostris reluisît in tenebris, 
Deuiii uerum de Deo uero, 

Patris (i) etcrni gcnitum ab ore. 
Genilum, non factum, 

Factum sub lege, 
Consubstantialem Patri, 

Cocternum per omnia, 
Pcr qiiem omnia facta siint, 

Ualde bona. 
Qui propter nos Iwmines, 
P"lorigero 
pulsos solio, 

primi patris pro delicto, 
El propter nostram salutem descendit de celis, 

Sicut pluuia in uellus. 
Et incarnatus est de Spiritu sancto, ex Maria Uirgine, 

Quod enim in ea natum est de Spiritu sancto est 
Et Homo factiis est, 

Ut saluum faceret genus humanum, 
Crucijîxus etiam pro nobis, 
Mitis hostia 

factus nostra, ob remédia : 
Sub Pontio Pi lato, 

Cum Pilatus haberet presidium, 
[21 vu] Passas et scpultus est. 

Ut expiatos sordibus 

reddat polorum sedibus. 
Et resurrexit tercia die, 

Uicto rege sceleris, rediit ab inferis, 

[cum summa uictoria, 
Secundum scripturas. 

Tune impiété sunt scripture. 
Et ascendit in celum, 

Ante conspectum gentium, 
Sedet ad dexteram Patris, 

Sceptrum tenens impériale. 
Et iterum uenturus est cum gloria, 

Caterua septus angelica, 
ludicare uiuos et mortuos, 

Digna rependens mérita : 
Cuius regni non erit finis, 

In eternum Dominas regnabit et ultra. 
El in Spiritum sanctum, Dominum, et uiuificantem. 

Qui animabusuiuificandis aquas fecundat ; 
Qui ex Pâtre (2) Filioque procedil, 

Amborum sacrum spiramen, nexus amorque, 
Qui cum Pâtre et Filio [22'»] simul adoratur, 

Una permanens in usya. 



(i) Ms. : Patri. — (2) Conjonction et exponctuée et barrée à l'encre rouge. 



ii6 l'ofkick ni-: pierre de corbeil 

Et conplorificatiir, 

Gum quibus régnât Deus nnte secula 
Qui loquutus est per prophetas, 

Uerbisut essent protlui 

et caritate feruidi. 
Et tinam, sanctam, catholicam et apostolicarii ecclesiam, 

Angelis coronatam 

ut sponsata comité. 
Confiteor unum baptisina, 

Crismate uero genus ut creetur 
Xpisticolarum, 
In reiuissiotiem peccatorum, 

Quod sanauit lesionem multorum peccaminum 

[in Maria. 
Et expecto resurrectionem mortuonim, 

In districti aduentu iudicis. 
Et iiitam uenturi secuti, 

In tempore retributionis. 
Amen. 

Offertorium. 

Tui sunt celi. 

Duo clerici (a), 
Sancttis. t. Perpétue numine cuncta rc [22'^"] gens. 
Sancliis. t. Régna cuius disponens iure perhenni. 
Sancttis. f. Consimilis qui bona cuncta nutris. 
Dominiis Deus Sabaoth. Pleni suiit celi et terra, gloria tua. 
Osanna in exceisis ! 
i'. O Deitas clemens, seruorum suscipe laudes. 
Benediclus Marie Filius qui uenit in nomine Domini. 

f. Plebs Tibi, mente pia, genitor, dictante sophya, 

lubilet : Osanna ! 
jlf. Laudibus intenta Tibi plebs quoque, Xpiste redemptor, 

Geminet : Osanna ! 
f. Carminis in meta sit, Spiritus et Tibi, leta 

Triplicet : Osanna in e.rcelsis ! 
t. O quanta, qualis, quam suauis, quam beata gloria ! 
Qua complentur, continentur, gubernantur omnia. 

Duo clericuli (b). 
[23'"] Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, 

f. Qui sedes ad dexteram Patris, soius inuisibilis, Deus, 
Miserere nobis. 

(a) — [R. H., suppl. 31616]. — Ce Sjncius tiopé se rencomi-e dans la plupart deslropaires- 
prosiers, avec quelques variantes, comm&fonens à la place de regens, paiili pour perhenni, iteret 
pour geminet, etc.. Pour le Benedictus, on rencontre parfois cette variante : Benedictus, Mahiae 
NATus, Patri cratus, qid venit (Dreves, XLVII, p. 369). Rien de plus gracieux que son développe- 
ment poétique, avec son heureu.x mélange de vers hexamètres, pentamclrcs. son triple Ilosanna 
et son harmonieuse conclusion. Quelques-uns de ces vers sont léonins. Pour l'hexamètre: Lju- 
dibiis intenta., il est bon d'observer qu'une brève en césure était considérée comme longue (Cf. 
Galtier, Tropes, p. 1741. Entre autres références, citons: Prosarium eccl. Reincnsis, loc. cit., 
p. 365 ; B. N. lat., 17318, fol. 374, xiv= siècle. Cf. Dreves, XL'VII, n» 286, où il est publié d'après 
27 mss., non compris le nôtre, ni le 173 18. Quant au ^. qui suit in exceisis, et qu'on a ajouté ici, 
c'est un trope à'Hosjnn.i, complet et indépendant. Ou le trouve dans Dreves, XL'VII, n" 379, 
sous ce titre: IloSiinna « Qttnnta ijualis », publié d'après 15 mss, 

(b) — [R. H., 16506] et [17504]. — (Cf. Prosarium remense, p. 366, et Tropaire Je Montciu- 



TEXTK Ll ITIOIIAIHE 



I I- 



Agnus Dci, qui tollis peccJla iniiiiJi, 

f. Rex rcgum, gaudium angclorum, Dijus, 
Miserere nobis. 
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, 

y. Lux indeficiens, pax perpétua, redemptio, Deus, 
Dona nobis pacem. 

Communio. Uiderunt omnes. 

Ite, Missa est. 
Deo gratias. 



AD SEXTAM. 

Hynnus (a). 

Rectal' potens. 

Ant. Rubum quem. Ps. Dofocit... Euouac. 
Capitulum. Apparuit. 
!^. Ipsc inuocauit me, Ai-i.ki.uva, Ali.eluya. 
f. Pater meus es tu. Ali.eluya. 
Gloria. 



Uersiculus (b) 



Quos florigero 
pulsos solio, 
primi patris pro delicto, 
conturbabat miseros 
fletus in exilio ; 



lam prospi [23>"|cios 
ad se superos 
reducet ; donanti regno ( i ) 

exuheniiiS Domino ! 



Benedicamus (c). 



Régis natalicia 
qui gubernat omnia, 
sumnia cum leticia 
iubilet Ecclesia ; 
quia Dei gratia 

miseros 
reduxit ad superos. 



Ergo nostra concio 
omni plena gaudio 
psallat Dei Filio, 
propulsato uicio, 
et cum honore pio 

débitas 
Deo dicat gratias ! 



riol [Moissac] p. 60.) Dans ce dernier tropaire, les deux premiers versets appartiennent à l'-ljinis 
Dei : In uie ISatalis ; le U'oisiéme, Lux iiiJe/icicus, à celui ûu .S. Stcph^uw. Cf. Dreves, xlvm, n»s.(2 7 

(i) Pour regnum. Regno a pu être toléré pour raison d'assonance, quoique la licence soit un 
peu forie. 
(a) - [R. H., 17061J. 

(u) — Ce versiculus n'est pas mentionné au R. H. C est très probablement une prosuie de 
répons, peut-être un Iropc de Dciicjic^imus. Ses derniers mots: Exullmius Domino ont, en eft'et, 
une mélodie plus ornée et semblable à la finale du Refais natalicia qui suit. Voilà pourquoi nous 
les imprimons en italique. L'auteur du Credo de la Messe lui a emprunté son début qu'il a ainsi 
utilisé : 

Qei puoPTER NOS H0.MINES. — Jlorigeio 
pulsos solio 
primi patris pro delicto, 

c) - [R. H., 17228). - Dreves, XX, p. 226. 



llS l'office de pierre de CORlîEIL 



AD NONAM. 

Hynnus (a). 

Rerum Deus. 

Ant. Ecce Maria. Ps. Mirabilia Euouae. 

Capitulum. Uirgo Uerbo. 
vl. Notum fecit Dominus, Alleluya, Alleluya. 
y. Saliitare suum. Alleluya. 

Gloria. • 

Uersiculus (e). 

Qui scis infirma carnis nostre 
et quanta uiciorum aggrauemur mole, 

succurre nobis, o piissime, 
in isto salo uite tam fragilissime. 

Beuedicamus (c). 

I. 2. 

Uerbum Patris hodie Pacem nobis omnibus 

processit de Uirgine ; nunciauit angélus ; 

Uirtutes angelice, refulsit pastoribus 

cum ca (i) [24'"°] noro iubilo, ueri solis radius, 

Venedicamiis Domino ! Deo grattas dicamus ! 



AD UESPERAS. 

Deus in adiutorium. 
Prosa. Alle-resonent. 
Ynnus. A solis ortus cardine (d). 

(i) Au bas du verso : [Ca]itorryiuhi!o, réclame du 2" cahier. 
(a) — (R. H., 17328]. 

(n) — (R. H., 16505]. — A ce numéro figure, dans le R. H., une prose en l'honneur de saint 
Etienne. Notre veisicule se trouve, en effet, à l'étal de prosuie, à la suite du i^\ O inartyrum 
gemma, de saint Etienne, dans le ms. 1535. B. N. n. a. LU. Dans le ms. 2g, Bibl. de Sens, p. 234, 
il possède, en plus, les paroles suivantes, sans notation : 

Martyiis htiitis sancti prcce, 
Uenijin delictorum nobis impartite. 

(c) — [R. H., 21374], — Ce trope de Benedicamus se retrouve dans le codex, 904, B. N. 
{xiii« siècle), que F. Clément a utilisé, avec celui de Sens, pour la publication de ses Citants delà 
Sainte-Chapelle. Il y est un peu plus développé. (Cf. Hist. de hi mus. religieuse p. 103, et Chants 
de la Sainte-Chapelle, p. 17, n" 7.) Le R. H. le signale au n° [21373]. Cf. A. Gasté : Les drames 
liturgiques de la cathédrale de Rouen. II. Offlcium Pastnrum, dans Revue catholique de Norman- 
die, mars 1893, p. 484. Ce même Benedicamus se lit également dans le ms. 903, B. N, fol 10'", 
XII" siècle, avec variantes comme texte et chant. 'Voici celles du texte: e.v Uirgine; Reddunt laudes 
Domino; Pacem bonis; Solis claritas ; dicunl umnes gratias. 

(d) — [R. H , 26 j. — Cette hymne, comme celle de l'Epiphanie : CniJelis Uerodes, est em- 
pruntée à la pièce abécédaire de Sedulius sur la vie et les miracles de Notre- Seigneur (dans le 
Carmen paschale). Chaque strophe commence donc par une des lettres de l'alphabet. 11 est regret- 
table que les correcteurs del'hymnaire n'aient pas respecte l'alphabétisme. Témoin la substitu- 
tion de ce vers: Crudelis Uerodes, Deum, à celui du poète : Hostis Uerodes impie. (Cf. D. Pothiei!, 
Uymne de Sedulius, dans Revue du Chant grégorien, 3'' année, p. 67. Pour le texte, voir Edel. 
DU MÉRiL, Poésies latines popul. ant. au XU" siècle, p. 142 et suiv.) 



TEXTE LITTÉRAIRE IIQ 

Ant. O ammirabile. Fs. Dixit Domiims... Euouae. 

f^. Descendit. 

f. Tanquam. 
Ant. Quando natus es. Ps. Confitebor... Euouae. 

f{. In principio. 

y. Quod factum est. 
Ant. Rubum quem. Ps. Bc;>tus uir... Euouae. 

t^. Styrps lesse. 

f. Uirgo Dei. 
Ant. Ecce Maria. Ps. De profundis... E u o u ae. 

1^. Te laudant. 

f. Ipsum genuisti. 
Ant. iMirabile. Ps. Mémento... Euouae. 

Capitulum. Populus gen[tium]. 

(a) i^. Gaude, Maria Uirgo, cunctas hereses sola interemisti. 

f. Gabrihelem Archangelum scimus diuinitus te [24^»] esse atTatum. 
ï^. Que Gabrielis Archangeli dictis credidisti. 

f. Uterum tuuni de Spiritu sancto credimus impregnatum. 
îf. Dum uirgo Deum et hominem genuisti. 

f. Erubescat iudeus infelix, qui dicit Xpistum ex loseph semine 
esse natum. 
^. Et post partum uirgo inuiolata permansisti. 

Gloria Patri, et Filio, et Spiritui sancto. 
1^. Gaude, Maria. 

Cum prosa (n) : 

I. Inuiolata, intacta et casta es Maria : 

()ue es etîecta fulgida régis porta. 

2. O mater aima Xpisti carissima : 
Suscipe pia laudum precamina. 

3. Nostra ut pura pectora sint et corpora : 

que nunc flagitant deuota corda et ora. 

4. Tu, da per precata dulcisona ; 
nobis concédas ueniam per secula. 

3. O benigna I 
O benigna I 
O be [25''°] nigna, 

6. que sola inuiolata permansisti ! 

Uersiculus (c). 

I. Sancta Dei genitrix Uirgoque Maria 
Deum nobis protulit, fiatu sacro plena ; 

(a) a remarquer que les phrases de ce répons sont rimées. Lire sur celle pièce l'article de 
D. Pothier, Revue du Chant grégorien, 6" année, p. 189. 

(b) — [R. H., 9093]. — Ceue prose, étant la suiie du R!. Gaude Maria, se irouve étudiée dans 
le même article (Cf. aussi même revue, 2= année, p. 20) ; Wagner, op. cit , p. 28g. .\ remarquer 
les variantes intacta, régis porta. Les deu.x clausules de la strophe 4 sont inégales. On trouve 
pour la première tua, tu da, tu des ; assiJua au lieu de diilcissima ou dulcisona, ce qui ne change 
en rien la quantité des syllabes ^10). Il n'en est pas de même de Nohis concédas. C'est là une mo- 
dification regrettable. Combien était meilleure et plus compréhensible la version primitive: 

Tu, da, per precata dulcisona, (10) 
Nobis perpétua frui vita ! (10) 
(cl — Nous ignorons la provenance des deu.\ premiers vers. Citons cependant le début tropé 
du [{. Sancta et immaculata, d'après Eg. 2615, -M. B. : 



120 L OFFICE DE PIERRE D li CORBEIL 

2. Et, honore uirginali integro permanente, filium generauit, 

Que superno paranimpho credula ac de tanto nuncio leta dixit : 

3. Fiat ut prolem deicam 
mater et uirgo proferam 

4. Et hominent. 

Ant. (a) O beata infantia, per quam nostri gencris reparata est uita ! 

Ps. Magnificat... Euouae. 
Ant. Ogratissimi delectabilesque uagitus,perquos eternosploratus euasimus! 

Ps. Et exultauit... Euouae. 
Ant. O felicespanni, quibus peccatorum sordes extersimus ! 

Ps. Quia respexit... Euouae. 
Ant. O presepe splendidum, in quo non solum iacuit fenum animalium, sed 
cibus [25^°] inuentus est angelorum ! 
Ps. Quia fecit. 
Ant. O beata infantia... Ps. Et misericordia. 

Ant. O gratissimi... Ps. Fecit potentiam. 

Ant. O felices panni... Ps. Deposuit. 

Ant. O presepe... Ps. Esurientes. 

Ant. O beata infantia... Ps. Suscepit Israël. 

Ant. O gratissimi... Ps. Sicut locutus. 

Ant. O felicespanni... Ps. Gloria Patri. 

Ant. O presepe... Ps. Sicut erat. AUeluya ! 

Benedicamus (b). 
I. 

Super omnes alias creaturas, Domino 
laudes homo référât, pro maiori debito ; 

Nam nunc ineffabili restaurans consilio, 
Deus homo factus est homine pro perdito, 

Xpistus Dei Filius, a celorum solio, 
missus ad ima soli, ordine mirifico. 

2. 

Nasciturum puerum semine de regio, 
sessurumque Dauidis in paterne solio, 

Regnaturum pariterullo sine termine, 
pagine prophetico mon 126'"] strarunt oraculo. 

Post prophetas, Uirgini dictum est ab angelo : 
Aue, plena gralia, paries ex utero 

Saitcta Dei geiutiix virgoque Mariei atque gloiiosissima, pro nobis Filium dignaie precari, 

Sancta. Chorus: Et immacuLita. 

Daim nohis piotiilit Du rj. lui-même Confirmatum dont nous allons parler. 

Pour Flatu sacj'O plciia, cf. supra^ p. 102, Hymnus : llac elara die tiirnia^ 7''. 

Au texte musical, nous aurons à y revenir. 

Le reste de ce versicule n'est autre chose que la prosuie du \i Confirmatum est de l'office de 
Noël. Au point de vue musical surtout, cette prosuie est intéressante. Cf. Wagner, op. cit., p. 288. 
On la trouve, en particulier, dans le ms. i 2o^.:|, B. N. /ii/., doii le docteur Wagner a e.xtrait 
l'ancienne prose: Inviolata nos juva, et dans celui de Beauvais, fol. 4. Voir Appendice. 

(,\) — |R. H. 12677]. — B. N. lat.n. acq. 1235, fol. 122"; 1535; Variae pièces, t,' éd., 
p. H,|. Cf. supra, p, .|6, ce que nous avons dit de cette façon de chanter une antienne 

(n) — [R. H., 19801]. — Dreves, Analecta,\X. p. 227 ; Clément, C/mh(s de la Saiiite-Clia- 
pelle, p. 36, n* 16. Nous nous éloignons, dans la disposition de ce texte, des indications du R, H., 
qui, ainsi que Dreves, n'a tenu aucun compte de la mélodie. Mêmes observations naturellement 
pour le Deo grattas. 



TEXTE LITTERAIRK 



3. 



121 



Filium Altissimi, per quem in principio 
Pater cuncta condidit queque sunt in seculo. 

Uirgo, fêta Spiritu, celi crcdens nuntio, 
ut predictum fucrat, (i) grauida fit puero. 

Quem, dccursis mensibus, uentre de uirgineo, 
mortis merso tenebris lucem dédit seculo. 

Unde mundus iubilans hoc redemptus puero, 
per quem cuncta facta sunt, benedtcit Domino. 

Deo gratias (a). 



Uirgo gemma uirginum, Stella maris fulgid^, 
lucem solis superans, margarita splendida, 
Filia Iberusalem, prudens et castissima, 
sponsa materquc régis qui gubernat omnia. 

Pâtre Deo geniti ante cuncta secula 

cuius uera boni [26™] tas nostras mundet maculas 



Aue, Dei genitrix, nostra spes et gloria, 
per quam nobis aditus datur ad celestia ; 

Perdita que fuerant uite reddens gaudia, 
nostra fuga scelera per te data gratia ; 

O inestimabilis sanctitatis pietas, 

tuo sacro germine Eue lapsum repara. 



Te chorus angelicus laudat super ethera ; 
omnes sancti iubilant, Tibi dantes cantica. 

Namque tui filii astas in presentia, 
Qui (2) te terris eleuans transuexit ad supera. 

Ergo, Uirgo, poscimus nos precantes audias 
atque nostras precibus munda mentes sordidas 

Ut intrantes celicas emundati ianuas, 
per te, Deo débitas refcramus gratias ! 

Conductus ad bacularium (b). 



Nouus annus hodie (3) 
monet nos leticie 

laudes inchoare. 
Félix est principi [27ri'] um 
finem cuius gaudium 

solet terminare. 



Celebremus igitur 
festum annuale, 

quo peccati soluitur 
uinculum mortale 

et infirmis propinatur 
poculum uitale ; 



(1) Fit p. krrré. — (2) Ms. : que. — (3) A/s. : hdclie. 

(a^ — [R. H., 21794]. — Dreves, XX, p. 227 ; Clément, Ch,ints de la SainU Clial^clU, p 37, 
n^ 16 bis. 

(b) — [R. H., 12388]. — Dreves, AnaUchi, XX p. 228. 



122 L OKKICE DE PIERRE DE COUBEIL 

Adhuc sanat egrotantes Cui creare placuit 

hoc médicinale, celum, terram, mare, 

unde psallimus letantes sic in uerbo uoluit 

ad memoriale : mundum ordinare, 

HA ! HA ! HE ! et sic fuit ei cure 

Qui uult uere psallere hominem ditare ; 

TRiNO PSALLAT MUNERE ; ^t subiecte Créature 

CORDE, ORE, OPERE p^^^jj imperare, 

DEBET LABORARE, gj^ ^j ^^H^j^ immortalis 

UT SIC Deum COLERE potuisset stare. 

POSSIT ET PLACARE. 

^ Ha ! [27v°]... 

Dignus est memoria, [ ] 

finem cuius gaudia [ ] 

soient terminare ; [ ] 

Dignus est preconiis, [....] 

quam tôt beneficiis [ ] 

scimus habundare. [....] 

Conductus ad poculum (a). 

I. ô. 

Kalendas ianuarias Clausa mater concipiens 

sollempnes, Xpiste, facias clausa fuit et pariens, 

et nos ad tuas nuptias et Tu, Deus ingrediens, 

uocatos, rex, suscipias. ingressus et egrediens. 

2. 7. 

Suscipe tuum populum Egressus autem, ardua 

ad nuptiarum epulum, mortis fregisti cornua ; 

Qui multiplex es ferculum, quin ipsa mors est mortua, 

cuius sanguis est poculum. occisa uite ianua. 

3. 8. 
Poculum tui sanguinis Ianua uite congrua, 
sumptique carnem hominis, immo uita perpétua, 

ad laudem tui norninis, nos, Xpiste, per bec omnia, (i) 
da nobis, proies uirginis. [28™] duc ad festa continua ; 

4. 9. 
Uirginis quidem proprius Continua festa Syon, 
et Creator et filius, quo repertum topazion 
extra quem non est alius, tulisti homo in Syon [î] (2) 
et quid hoc mirabilius ! Patri presentans Elyon. 

5. 10. 
Miranda res per secula, Ely Patri sit gloria, 
quod sine uiri copula Tibi, Xpiste, uictoria, 
Te concepit iuuencula, Neupmati sint(3) equalia 
in uirginali clausula. per seculorum secula. 



(1) Le mot omnia écrit d'une main postérieure à 1672. Il manque, en effet, clans la copie Sciritr 
faite celle année-là. Cf. mpia, p. 26. DniiVES a imprimé: aiuum. — (_', On lit : llomousion, clans 
Dbeves. — (5) Ms. : sunt. 

(a) — [R. H., 2541 1. — Dkeves, .\X, p. 228. 

Le dernier mot de chaque strophe commence la strophe suivanle. h Cette particularité, observe 
F. Clément, avait sans doute dans l'esprit de l'auteur l'avantage de lier les strophes les unes aux 



TKXIK LiTTKBAIRE 



Uersus ad prandium (a). 



3. 



O crucifer, bone lucis (i) sator, 

Omnipnrens, pie, ucrbigena, 

édite corpore uirgineo, 

sed prius in genitore potens, 

Astra, solum, mare quam (2) fièrent. 

2. 

Hue nitido, precor, intuitu, 
flecte salutitreram faciem, 
fronte serenus et irradia, 
nominis ut sub honore tui, 
has epulas liceat capere, 

5. 



Te sine, dulce nichil, Domine, 
nec iuuat ore quid appetere, 
pocula ni prius atque cibos, 
Xpiste, tuus fauor imbuerit 
omnia, sanctificante fide. 

4- 
Fercula nostra Deum sapiant, 
Xpiste, et influât in pateras, 
séria, ludicra, uerba, iocos; 
deniquequodsumus autagimus(3), 
[28™] Trina superna regat pietas. 



Ipse homini quia cuncta dédit 
que capimus dominante manu, 
que polus aut humus aut pelagus 
aère, gurgite, rure créant, 
hec michi subdidit, et sibi me. 

De beato Stephano epystola (t.). ^ 

Lectio actuum aposlolorum. 

Uernant fortia iam quorum trophea in celi regia. 
In diebtis illis. 

Pûst acta Ascensionis sancla sollempnia. 
Stepbanus plenus gratia et fortitiidine. 

Lumine uultus tui. Domine, insignitus. 
Faciebat prodigia et signa magna m populo. 

Optatum infirmis robur cedendo catheruis (4). 
Surrexerunt autein quidam de Synagoga, 

Uiri mendaces, 
Que appellatur Liberlinorum et Cirenensium et Alexaiidrinorum, et eorum qui erant 
a Cilicia et Asya, disputantes cum Stephano, 

De Ihesu [29'°] Nazareno qui fuit uir propheta, potens in opère et sermone. 
Et non poterant resistere sapientie : 

Impleuit enini eum Dominus spiritu sapientie et intellectus. 



autres et d'en graver facilemeiii la suite dans la mémoire. » Si le mot change de forme, il 
appartient toujours au même radical ou au même verbe : Mirjbilius — Mir^juJa ; Clausula — 
Clausa ; Suscipicis — Suscipe. 

Pour simple que soit ce procédé, il n'en est pas moins avantageu.\, et c'est un moyen mnémo- 
nique à ajouter à ceu.\ déjà signalés plus haut. 

(i) La P. L. a imprimé Lucisator. — (2) a susciil. — (3) C'est au bas de ce leclo que se trouve 
reproduit le quatrain du xv siècle. — (4) Ms. : cathenis. 

(a) — |R H., 12838]. — Hymnus ante cibum, de Prudence iCathcmerinôn, III vers 1 à 20, 
et pour la dernière strophe, 36 à 40'). Cf. P. L., tome LIX, col. 796-81 1. 

Le vers est un létramètre catalectique, se composant de trois dactyles plus une syllabe. Cette 
dernière formerait césure hephthémimère dans un he.vamètre. 

(b) — |B. H., suppl., 34469] — Voir cette même épitre farcie dans Piosariuin eccl. rciii. 
(Bibl. Lit., t. VII, p. 361.) Son te.\te est extrait, comme celui de l'épitre de Noél, d'une des an- 
ciennes versions. Il offre quelques variantes avec celui de notre Vulgate, mais, en revanche, il est 
absolument conforme à celui qui a été maintenu pour les te.xtes chantés de la messe. 

A propos de cette épitre et de celles qui suivent, lire Ledeuf, Traité Iti^t. sur le Chant eccl.. 



124 



L OFFICE DF PIFURK DE COHBEIL 



Et spiritui, qui loquehatiir, 

Nam Spiritus sanctus erat in eo. 
Aiidientes autem hec, 

Cogitauerunt interficere eum. 
Dissecabantur cordibus suis : 

Quidam enim ludei dicebant quia bonus est, alii autcm dicebant : 

non, sed seducit turhas. 
Et stridebant dentihus m eum, 

Paratum ad omnia pro Saluatoris nomine sustinenda. 
Cuin autem esset Stephanus plenus Spiriiu sanclo, 

Spe fruendi uictoria diuinitus subnixus, 
Inteiuiens in celum uidil gloriam Dei, 

Quem terra, pontus, ethera 

colunt, adorant, predicant, 
Et Ihesum stantcm a dextris Dei, 

In [29^°] sede maiestatis sue; 
Et ait : 

Ecce quod cupiui iam uideo, 
Ecce uideo celos apertos, 

Beatus homo cui celi patebunt ! 
Et Filium hominis stantem a dextris uirlutis (i) Dei, 

Cuius caritas uera celo (2) subleuat Stephanum de terra. 
Exclamantes autem uoce magna, 

Aduersus eum, 
Continuerunt aures suas, 

Insipientes et maligni oderunt sapientiam, 
Et impetum fecerunt unanimiter in eum 

Uiri iniqui absque misericordia, 
Et eicientes eum extra ciuitatem, lapidabant, 

Sed statfortiter patiens martyr, et orat ; 
Et testes deposuerunt uestimenta sua secus pedes adolescentis 

[qui uocabatur Saulus, 

Uas electionis futurus ; 
Et lapidabant Stephanum, inuocanlem et dicentem : 

Domine, suscipe me, ut eum fratribus meis sim; 
Domine Ihesu, 

Saluator mundi, [SO'o] 
Accipe (3) spiritum meum. 

Et perdue me ad conuiuium epularum tuarum. 
Positis autem genibus, 

Sinite me, inquit, celum uidere.ut spiritus dirigatur 

[ad Dominum, 
Exclamauit (4) uoce viagua, dicens : 

Nunc dimittis, Domine, seruum tuum in pace, 

p. 120 et s., et surtout les savants articles de P. Auukv, dans la Tribune de Saiiit-Genniis, sur 
les épitres farcies, année 1897. Cf. D'Ortigue, Dict. de plain-chant, art. I^pilrcs farcies. 

Cette même épître existe dans le codex sangall., 382, p. 88-89, en neumes sangaUiens, 
xni>-,\ni« s , et précédée du prologue suivant: 

Lux re/ulget kodienia 

Stephani martyriv, 

Cui datur lux eterna 

felici comniertio. 

Ad honorem cuitis sonat 

SoleitDii preeonio. Lcctio, etc. 

(1) Ce mot virtutis manque dans la Vulgate. On le trouve par contre dans le Graduel et dans 
la Communion de saint Etienne. — (2) Ms. : celos. — (3) Vulgate : Suscipe. — (4) Vulgate : Cta- 
mavil. 



TIJXTF. LITTKRAIRl'. 123 

Domine, ne statuas illis hoc peccatum. 

Ne lua dainpnetur, Ihesu, l'aclura, bénigne ; 
El cum hoc dixisset, 

Sanguine laureatus, 
Obdormiiiil in Domino, 

Cum quo gaudet et regnabit pcr omnia seculorum sccula. 

De sancto lohanne epystola (a). 

Ad laudem régis glorie, 

uox intonet ecclesie, 

propter lohannis mérita, 

hec recitans (i) preconia : 
Lectio lihri sapienlie 

Proclamet saluberrime, 

Spiritus sancti carminé 

quam fidèles perpendite : 
Qui timet Deum faciet [30'>'°1 bona, 

Ut percipiat gaudia 

conditoris perhennia, 
Et qui continens est iusticie, apprchendet illam, 
et obuiabit illi quasi mater honorificata, 

Quia dulcis est gratia, 

suauis misericordia, 

mirabilis in gloria. 
Cibaiiit illum pane uiteet iiitellectus, 

Dum supra pectus Domini 

recumberet altissimi, 
Et aqua sapientie (2) salutaris potauit illum. 

Ut paradysi fluuius 

totum orbem celestibus 

irrigaret dogmatibus, 
Et firmabitur in illo, et non flectetur : et continelnt 
illum (3) et non confundetur, 

Ut arce Syon positus 

premineat uirtutibus, 
Et exaltahit illum apud proximos siios, 

Cum equo mundi iudice 

throno sedentem glorie. 
In medio ecclesie aperuit (4) os eius, 

In uoce euangelica 

ad diuina preconia, 
Et impleuit (5) illum spiriiu sapientie et intellectus, 

Ut, more uolans aqui [Sir»] le, 

spectet solem iustitie. 
Et slolam glorie induit eum (6), 

Inter sanctorum agmina 

(a) — [R. H., 187]. — Cette épitre tropée ou farcie de vers octosyllabiques assonances se 
trouve, comme la précédente, dans le Prosarium Remeitse, p. 361. Son texte présente aussi des 
différences avec celui de la Vulgate. Autres références: Codex sangall., 382, déjà cité, p. 83-8-1 ; 
B. N. liit. 904, xm" siècle. Graduel-prosaire provenant de la cathédrale de Rouen. 

(1) Ms. : recita. La P. L., t. LX.K.XVII, col. 52, offre: recitans. Le texte qu'elle donne 
est souvent fautif, comme dans cette variante: Perfecta immorialiit pour Perfesta immortalia. — 
(2) Ms. : Sapientia. — (3) Ms. : 1'///. — U) Vulgate: Aferiet. — (5) Vulgate : Adimflebit. — 
(6) Vulgate : Slola vesiiet illum. 



120 l'office de pif.rre de corbfil 

coronis rutilantia 

et luce solis candida. 
locitnditatem et exiiltationem thesauri^auit (i) 

[super eum. 

In angelorum curia, 

per festa immortalia. 
Et nomine eterno heredttabit iltuin, 

Quem dilexit pre omnibus 

unicus Dei filius, 
Dominus Deiis noster. 

O lohannes theologe, 

O Xpisto dilectissime, 

tuis letos sollempniis 

celi coniunge gaudiis. 

De Innocentibus epystola (a). 

Laus, honor, uirtus Deo nostro, 

decus et imperium régi nostro 

de sanctorum Innocentum tripudio, 
qui quanto prepolleant honoris titulo, 

presens nobis ostendit 
Lectio libri ApocJilipsis lohannis apostoli, 

Qui testimonium perhibet de liis. 
7)1 diebus ilUs, 

Ecce ego [31^"^ lohannes 
Uidi supra montent Syon Agnum stantem, 

Qui tollit peccata mundi, 
Et cum eo centum quadraginta quatuor milia, 

Quos trucidauit frendens (2) insania, herodiane 

[fraudis ob nulla crimina, 
Habentes nome» eius. 

Hec est enim Innocentum gloriosa concio, 
Et nomen Patris eius, 

In sancti Spiritus clementia, 
Scriplum in frontibus suis, 

De quo (3) scriptum est : erit nomen meum ibi, 

[dicit Dominus; 
Et audiui uocem de celo, 

De sublimibus, 
Tanquam uocem aquarum multarum 

Que fluunt impetu de Lybano, 
Et tanquam uocem tonitrui magni, 

Cum mera symphonia ; 
Et uocem quam audiui, 

Intentus in superna, 
Sicut cilharedorum cythari:;anlium in cylharis suis, 

Dulciter in uoce modula ; 
Et cantabant quasi canlicum nouum, 

[32i'"] Mira uictoria, 

(i) Vulgate : Thesauriz.ibit super illum. A comparer avec YinlroU de saint Jean : In medio 
Ecdesiae, qui a conservé ce texte des anciennes versions. — (2) Ms. : fredens. — (3) A/s. : Qua. 

(a) — [R. H., suppl. 29109] Cf. Prosarium Ranense, p. 362;— B. N. ht., 90^. .xm' s., 
mais avec une version musicale différente. On la trouvera dans la curieuse étude de P. Aubby, 
sur La Musique et les Musiciens d'église en Normandie au XIII' siècle, p. ^o. — Paris, Cham- 
pion, 190Ô. 



TI:XTF: LITTERAIRE 12^ 

Ante sedem, et aille quatuor animalia, et seniores, 

Ante sedem sedentis super thronum, 
Et ucmo poterat dicere canticum, 

In laude consona, 
Nisi l'ila centum quadraginla quatuor inilia, 

Quos infans Xpistus hodie uexit ad astra, 
Hii (i) eiiipti siint de terra, 

A bimatu et infra ; 
Hi .suiit qui cum mulieribus non sunt coinquinati, 

Propter hoc emicat uelut Stella firmamcnti clara, 
Uirgines enim sunt, 

Casta generaiio ; 
Hi secuntur As^num, 

Sedentem in superne maiestatis arce, 
Quocumque ierit, 

Amicti stolis albis. 
Hi empti sunt ex hominibus (2) primicie Deo et Agno, 

Sine macula ; 
Et in are ipsorum (3) non est inucntum mendatiuni, 

Qui necdum potuerunt lingua. 
Sine o et o macula (4) sunt ante thronum Dei. 

Et Agni. 



(i) Vulgate: qui. — (3) Ms. : omnibus. — (^) Vulgate : Eorum. — (5) Vulgate : Sine macula 
ENIM sunt. 

Quant aux deux voyelles o qui se trouvent entre sine et macula, à la fin de cette épitre, nous 
ne saurions dire au juste ce qu'elles signifient. 

On trouve bien, dans les chants populaires, cette même voyelle, isolément employée en guise 
de refrain. Par exemple, dans une épitre farcie des saints Innocents, chantée autrefois à Chartres 
(Cf. Clerval, Ancienne maîtrise de Chartres, p. 353), chaque phrase se termine par une courte 
vocalise modulée sur la voyelle o. Ce n'est qu'une simple formule admirative, comme il y en a, 
en maint endroit, dans l'office de la Circoncision de Beauvais (Cf. Bourqiielot, op. cit., p. 173I. 
Même dans notre office, nous avons rencontré, à la fin de Matines, cette voyelle répétée, dans le 
gracieu.\ conductus : Natus est hodie Dominus, mais là, elle se présente comme l'écho, la pro- 
longation de la voyelle précédente. 

Tout cela est donc insuffisant. 

Est-ce que cette voyelle ne pourrait pas être considérée comme l'abréviation du mot: Osanna} 
Les Saints Innocents se tiennent, sine muirii/c;, devant le trône de Dieu, mais privés de la parole, 
cjui nedum potuerunt lingua, ils ne prennent aucune part à l'éternel Sanclus ni à VOsanna des 
élus. Ils sont donc sine macula, et de plus sine o (Osanna). 

Voici d'ailleurs une preuve que la voyelle o peut avoir, cl a quelquefois cette signification. 
C'est l'hymne ou plutôt le trope : In Bethléem Ilerodes [R. H., 8538]. Cf. Dkeves, XLVII, n<'377, 
où cette pièce porte le titre: Hos.^nna « In Bethléem ». De SS. Innocenlibus. Nous en transcri- 
vons la fin d'après le ms. de Madrid, B. N. H. h., 167. 

O puritas Innocentium, 

pede gemino sequentium 
Agni vestig'ium 1 
rosa rubens ! 'Vox infancium 

O candoris lilium I laudes Deo dicentium 

Flos odoris ! cantancium 

o. o, o. osanna ! 

Il est vrai que, dans cette pièce, on prête une voix aux enfants pour chanter au Seigneur; 
mais tout ce qu'ils peuvent faire, c'est de balbutier, d'aiticuler : o o o !! 



TEXTE MUSICAL 



CIRCUMCISIO DOMINI 



In ianuis ecclesie (a) 



_î ._!_ 



t^ 



m _ ■ 



Lux hodi-e, lux le-li-ci- c ! me iudicc, tristis quisquis e-rit, rccnouendus e-rit soUempni- 



i ■ • ■ 


«,■■ »■,•■ •■ « 


. ■ 1 • ~, 


i ■ 


. ■ ■ 


. ■ ■ ' 









bus islis. Sint hoJi- e procul inuidi- e, procul omni- a mesta ; Leta uo-lunt qui-cumque 



Siî=z|= 



■ . ■ 



colunt a-sinari-a fesia. 



(a) — Pour celte première pièce, Pierre de Corbeil a emprunté la mélodie de la séquence : 
Prome, casta concio, qu'on chantait, dés le x« siècle au moins, et très probablement une des 
plus anciennes proses françaises en a (Feria ni Pascii.e). Nous en transcrivons le début, d'après 
le ms. 1105, Bibl. Nat. de Paris, en provenance de l'abbaye du Bec. (Cf. B. N. n. acq. lut. 1.; J5 ; 
9^49, fol. 40'", xi° s. ; 10508, fol. ôif, xii° s. Pour le texte, cf. Dkeves, vu, n" 47. 



5 



1. Prome, cas-la conci-o, carmina, organa subnectens hypi dori-ca. 
Re-gi claustra 



2. .Morte qui vicia, resurgens gaudi-a mundo gestat colenda; 
Ac in-so- li-ta 



Les mss. donnent toujours cet'e mélodie en 8"' mode. C'est évidemment pour éviter le triton 
final qu'on l'aura ici écrite en 7'. A cette époque, du reste, on abandonne de plus en plus l'an- 
cienne tonalité pour les modes plus agréables, tels que le i'', le v" et le vi«. Il est donc fort pro- 
bable que Pierre de Corbeil, en raison de celte tendance générale, a transposé un certain nombre 
de pièces dans les modes alors en faveur. Il a dû en être ainsi pour le Tritiilits, Deit.is. Nous le 
verrons plus loin. 

OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. Q 



I?0 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



Conductus ad tabulam (a). 



5 ^ 



1. firi-eiitis partibus aducnt'Uit a-sinus, pulchcr et furtUsiiiius, sarciiiis 



^ i— --i-^i— ■ i 



aptissimus. Hez, sir asne, Hez 1 



5 ,— «— ^=: I ' ' '^^z: 

■ ' ■ ' Z î ' 



2. Hic i colnlibus Sichen enutri-tus sub Ruben, transi- it pcr Inrdanem, 



sa-li-it in Betlile-cm. Hez ! 



3. Saitu uincit hiniiu-Ios, Jagmas et câpre- o- los, su-per dromeda-ri- os 



H w- 



ue-lox Ma- di- aiic-os. Hez 1 



=}=î^=i=^=^ 



4. Aurum de Arabi- a, thus et myrram de Sabba tu- lit in cccle-si- a 



H^ 



« Ë_ 



uirtus a- sinari a. Hez! 



(\) —Très sOLucnl repruduite avec les paroles : ConcorJi Lielilhi, cette mélodie Ta toujours été 
en 6' mode, comme il suit : 



H '^ ■ -^ 



Concordi lacii-ti- a, etc. ( l'iir. />r(;c., p 145). 

mais jamais en tctrardus, comme dans notre texte. 

C'est aussi en tritus qu'on la trouve, dans le ms. de Beauvais (fol. ^3'°), où elle se présente, 
en outre, avec quelques variantes et écrite à trois voix. 

La voici : 



<-^ir 



-i- 



Ori-entis partibus aduentauit a-sinus, pulclier et fortissimus sar-ci-nis aptissimus. 



<-__.- i=r=:: 

a ■ ■ ■ ■ 



liez, hcz^ sire asnes^ hez! 



TEXTE MUSICAL 



i3i 



5. Dum trahit ue-hicula, rnulta cum saixinula, illi-us mandibu-1 1 dura 



l-r 



terit pabula. Hnz ! 



i . ■ l ^-^-l 



_î 1 • 



6. Cuin a-ristis orde-um corne-dit et cardu-um ; tri-ticum a pa-le- a 



h^ 



sesrc-sat in are-a. Htz 1 



-,-i 



7. Amen dicas, asine, iam sa- tur ex grami-ne, Amen, amen i- te- ra, 



H^ 



asperna-re uetera. Hez! 



[1^0]. Lecta tabula, incipiat sacerdos (a). 



"♦. ■ I ■ 



:^tJ==i=Z 



^ 



^ 



1. De-us in ajiuto-ii- tan intende iaboranti- um; Ad doloris reme-di-um 



^- 



_i : i_ï_ 



festina in auxi-Ii-um. 



:^=3v 



J=^ 



2. In te, Xpistc, credenti- um mi-sere-aris omni- uni, qui es De-us in 



E£^^^ 



se-cula secu-loviim, in glori- a ; 



; 







— i ' 1». ' 

■ ■ ■ ♦ 


— -r~ 


■ 


i 


■ 


• V» ■ 


■ ■ ■ 


* 


• R , 


■ 


■ ■ ■ 




■ 




■ 



3. Ut chorus noster psalle- re possit et laudes dice- re Ti-bi, Xpiste, rex 



^"-1^=^^^=^ 



glû-ri-s: Glori-a Tibi, Domine! 



Prosa (b). 






Aile- 1. Resonent omnes ecclesi -e cum dulci me-lo symphoni-e 



,.\| — \'oir 1 Introductiun, p. 32. 

(«) — Cette fjosi ou trope de Valleluia pouvait s'adapter à différentes pièces ; il suffisait d'en 



l32 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



2. Fi-li-um Mari-e, Genitricis pi-e, 



3=^ 



:5=r 



3. 'Ut nos Septi-formis !;ra-li-e reple- at donis etglori-e, 

5 ■ ■ — 



4=^ 



4. Undc Dc-o dicamus : lu- yal 

Quatuor uel quinque in falso, rétro altare (a). 



• 










ïi; 


1 — ■ Si-« — j-»— t p • i i-»-« — 




— «*—- i— t i g i- 


_ 




Ë J — ( _■_, i_, — • 




\ ' ' ' *— 


h 


Hec est clara di-es, clararum clai-a di-erum, Hec est festa di-es festarum festa di-e-ruin 

• 


c , 




. • p. - 1 ■ - 








Nobi-lc nobi-li- uni ru-ti-lans dy-adema di-e-rum. 



modifier le début. Ici, il se rattache naturellement au sol qui précède par sa note si. Voici com- 
ment on le trouve dans un Pontifical de Sens du xui's. (Bibl. Sens, n" 12, fol. 96™.) 



S 



^^^^ 



!S=;=t.- 



Aima redempto-ris ma- ter. Cum prosa. Aile- Resonent omnes 

Cette mélodie n'est autre que la neume autrefois adoptée, à Sens, pour la terminaison des 
H". du vi" mode, mais transcrite en 8' mode. (Cf. Antiphonaire de Sens de 1765, partie d'été, 
p. s88.) 

(a) — 'Voir l'Introduction, p. 77 et s. — Le ms. i 235 offre, pour le second vers, la variante sui- 
vante : 



E 



-^ 



Hec est sancta di- es sanctcfrum saiicta di- erum 

(Cf. notre article dans Rassegna gtegoriana, mai-juin 1905.) 

Ce Versus était chanté pendant toute l'octave de Pâques, nous l'avons remarqué. « Les sept 
jours, écrit Durand, ne font pour ainsi dire qu'un seul dimanche, c'est pourquoi on chante pen- 
dant tous ces jours Ilaec dics ». Il est vraisemblable que le début du i^\ o. Haec Jies a inspiré la 
phrase mélodique de notre Versus. 

Si on néglige, en effet, le groupement des notes, dans le ^. c, on obtient : 





^^^^ 


-(T"-^) 


• • • Il 


■ ■ 


• . ■ . ' Il 


II 


Haec 




di- 


es 


. la» . 


, 


_ 


' 


■ • , « 


■ , ■ 


. • 


1 — 




1 





Haec est.... 

Il y a, on le voit, quelque analogie. — Les mêmes paroles ont une formule semblable, dans la 
séquence : Zima velus, de l'octave de Pâques : 



S 



:^ 



Haec est di- es quam fe-cit Dominus. 
(Cf. Les Proses J'.idam Je Saint-Victor, éd. Misset et Aubry, p. 258.) 



TEXTE MUSICAL 



i?3 



Duo uel très, in uoce, antealtare. 



h 



m 



la; 



^ — ha^ 



' ^^ .. 



i- 



:?= 



iM: 



Salue, festa cli-cs, to-to uenerabi- lis euo, qua De-us est ortus uirginis ex u-te-ro. 

Chorales incipiant. 



E 



■ ■ — ■- 



-b-i 



-fei 



Le-tcmur gaudi-is quoi redemit Lîerbum Patris a [2™] re-atus laquc-o primi pareniis 

(■) 



h 



5==[i]--=î=r4: 



-, . I i>-.zr;;zL_r:3 



Dc-i iussa spernentis, artem pcr hostis.licu! quando, paradysum dcserens,exul uenit in 



— -—■ j— « ■ ' ■ ■ ■ ■ — ■ 

« ■ . I . ■ — . . ' —*- ■ . I . ■ ■ 



exi-ci-ales inundi isti-us labores. Post humana proies omnis ru-eret, ni-si hac in carne 



f-'-*—. — ■ . • r ■ . 


— l-a 


— »— 1 — « ■— 1 • • 


— ■ n 


■ ■ * ■ 


' 


■ ■ ■ 


■ , • 






' 





Xpristus natus leuaret, et primam coronam uestiret atque rursus in cclum collocaret. 

Uersus cum organo (a). 



h 



±t^ 



i 



15=^ 



• ~ k • 



Xpristus manens quod e- rat, assumpsit quod non eral ; sine lîne principi-uni, fineni 



Mais c'est là, du reste, une incise musicale fréquente. L'exemple suivant, extrait de \'lnviuLita 
tel que le donne notre ms., est plus typique encore. 

Que es effecta fui- gida régis porta 

Sauf les trois notes que nous ajoutons entre crochets, c'est absolument la même mélodie. 

(i) Nous restituons sur /îer le so/ enlevé par un trou, dans le parchemin. C'est bien un sol, en 
effet, qu'indique le ms. de Montpellier dont la notation alphabétique permet de préciser. Les 
notes correspondantes aux mots : arUm per ko%lis sont désignées par: g [g] d g hg. (Cf. fol. 
148 ■•».) 

La notation neumatique porte une clivis au lieu des deux sols marqués par le double g. Cette 
clivis a pris ici la liquescence, à cause de la rencontre des lettres : r, t. Même indication dans un 
graduel parisien écrit sur lignes, (Arsenal, ms. iio, fol. 2^.) 

Nous employons les chiffres pour les corrections de la mélodie, réservant, comme dans le 
texte littéraire, les majuscules pour les observations générales sur chaque pièce. 

(a) — Voir l'Introduction, p. 79 et s. — La longue vocalise du mot collocaret n'est autre que 
le jubilus ou neume qu'or, aimait autrefois à moduler sur le dernier ou l'avant-dernier mot d'un 
répons ou d'une antienne, aux grandes solennités. Cette neume est celle du 8» mode. 

Sur cette coutume lire Durand, Rationali;, t. III, p. 23 et suiv ; Lebeuf, op. cil., p. 259 et s. ; 
D. PoTHiER, Revue du Chant grégorien, b' année, p. 192 ; P. Wagner, op. cit., p. 154. L'abbé 
Poisson dit qu'on a, à Sens, conservé ces neumes d'un ancien usage. (Cf. son Traité du plain- 
chant, Paris, 1750. p. 379 et seq.) L'abbé Poisson était curé de Marsangis, au diocèse de Sens. 
Ces différents neumes ou melismes sunt encore catalogués d'après les modes, dans V.lntiphoujire 



■?4 

S-.- 



L OFFICE DE PIERRE DK CORBEIL 

l » - ~H - I - 



sumpsit spontanc-um, ut pcr niortem rniutis regnum lerininarct in c-ternum e' ereptos 



S 



X^i=^^-- 



■♦■'♦1«.« 



^ 



i^e:!:^ 



iugo mor-tis nos ad dextram De- i patris Beprise. collocaret 



H-i; 



M= 



eEËS^^^Ï^^^Ë^n^ 



a-'v^ 



Ant. 



Ant. 



Ant. 



in ce- lu m. 





• 










i , 


. - - - - 1 


Ant. 


• **•**•■ 




- ■ 


- - . i . . 1 






- 1 




Uirgo hodi-e fide-lis. P.s. 

■ 


Oixit do [minus].. 


. E u u a e. 




* 




r - - 


Il 


Ant. 






.3 ' ' 


• . «. . 




» ' y X ^ , 


■ ".. "• Il 




■ * ' n ■ 






' 



Uirgo uerbo concepit. Ps. Confi-tebor... E u o u a e. 

S 



-§— ■ — ■ «- 



■ - - - »' 



Nesciens mater. Ps. Be-atus uir... E u o u a e. 



5 j 


, 




_ _ _ _ _ 1 


, ■ ' r- r. '-- ' 


■ 


— ■ 


——-'-^^ 



Uirgo De-i ge-nitrix. Ps. De profundis .. E u o u a e. 

S 



^ 



-.■=^=:^=:r- 



i! 

Hodi-e intacta Uirgo De [um] [2"'| Ps. Mémento... E u o u a e. 



Capitulum (a) 



:^ 



Populus genti-um, qui ambu- labat in te-nebris, uidit lucem magnam : Habitantibus in 



:g=;j= -t- V.--_»_^^ 



-*-s — r»-g- 



regi-one uinbrc mor-tis, lux or- ta est e-is. — Dc-o gra-ti- as! 



Je Sens, partie d'été. Sens, 1765, p cccLxxxvn et s .. 11 sera intéressant de s'y référer. Citons 
seulement les avis qui s'y trouvent formulés : Neumhs qui se font a la fis des Répons. 

« La Neume se fait à la fin des Répons, aux Vêpres des Fêtes Annuelles seulement. 

Elle se chante à la répétition des Répons, après le f. Gloria Patbi, sur une syllabe du der- 
nier, ou de l'avani-dernier, ou même de l'anlépéniiltième mot du Répons, suivant le ton de ce 
Répons 

La Neume ne se fait jamais sur la dernière syllabe d'un mot ou du Répons, ni sur une syllabe 
brève; elle se fait autant qu'il est possible, sur les voyelles a, e, et : et jamais, à moins qu'on 
ne puisse taire autrement, sur les voyelles 1 et u : elle se fait très bien sur un monosyllabe dont 
la voyelle soit ,1, t, ou 0. u 

(a' — Ce capitule est emprunté, texie et chant, à l'épitre de la messe [Voir plus loin). Trans- 
posée ici en 6« mode, sa mélodie était originairement du teirardus, ainsi que le prouvent les 
centons de l'épitre. 



TKXTlî MUSICAL 



i35 



Responsorium (a). 



i^-iT-Aî-»-) — ► 






:t-s- 



r 



Descendit de ce- lis tu issus ab ar- ce l'a- tris: intro- iuit per aurem Uir- 



s 



^ ,A_LZa :^gE^^?±J!: 






gi-nis in re- gi- o-iiem no- stran), ^, Tan- 



g 



E^E^E^^^^EE^TiE:^ 



^-^^^=^ 



-■-ri-i^-i- '^— 



r^ 



quam sponsus. û, Indutus slolam purpu-ic- am. i', Dominus proce-dei.s. ^ 



dei.s. d. Et e-xi- 



h 



^^-r=^:^^±tà^ 



^^^Ee3^5 



:î^3^-!^-.-^^l s-fjv 



:,7ïti=r:?=C- 



jit per aureatii porlam. ■ir. De tha- lanio su- o. ni. Lux et de- eus uiiiucise. 



Cum prosa. 



Fac, Deus, munda corpora nostra et animas, di-e ista, ut tu-a protccti 



■ ■ - . -^=t=?-^^^c 



dextra coUaudemus auctorcni Ft7- biice miiii-Ji. 



_ ii«i ji S— 



^=s= 



Glo- 



ri-a Patri et Fi- li-o et Spi-ri- lu- i 



liîsîia»- 



:f*v:_-:=!^: 



: l>,A-l-^.- ^i 



!-^ï^■ 



to. [J. 



Lux et de- eus uniuerse. 



Cum prosa. 



- ■ ■ • j - - ■— ;==-'rr4= 



Fami-li-am custodi, Xpiste, tuam, quam, natus aima de Ma-ri-a redeinisti 



-^ 



«!•-•— U ■ » M-t- 



Drte tu-a, ut [3™] cognoscant Te conditoreiu Fa- brice mun-di. j^. Descendit. 



Cum prosa. 



5 



-■ B- 



:{== ^' ■.- ! - |- J 



Facinora nostra rela-xari, mundi Domina, petimus mente deuota, Dauid 



ï ■ — • — 


■ = — ■ = a ■ ■ ■ — 

1 ■ ■ 


■ = — • — ■ 1 

■ .| al 


■ . ' ■ " 


1 ■ " • 


1 ■ • . 1 ' 




régis proies inclita, 


Uirgo quem casta, sancta Mari-a proiulit 


summi Patris F'i-li-um, 



{i) Ms. 



■ » .fl- 



Descendit. 
(a) — Cf. Revi:e du Chant gré^orUn, w" année, p. 65 ; Aiitiflwnjirt; de Sens, 1552 et 1571, 
foL X. 



i36 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



■ _ _ _ 


_ 


■ 










■ • ■ , • 


■ ■ ' ■ • 1 






' ■ . ' 


■ ■ J 


cuius ortus sal uat omnes cuncta per secula, 


et di-e hac nobis dignanter faue-as 


atque 


i , - 




■^ • .Si 




-.—=—* — ij'j:L.A-Ji 





omni h'a- biice miiiiJi. 



Uersiculus : duo uel très (a). 



S . — ; — 1 ^-i n 


■ ".N ■".P. 


■ "l^n.».» •'"•_■. 



1. Trini-tas, De-i-tas, U-nitas cterna ; Ma-icstas, Potestas, Pi- e-tas supcrna. 

c , — 



2. Sol, lumen et numen, cacumen, semita ; La-pis, nions, petra, fons, flumen, pons et uita. 
i . _ 



Us: 



■m — =-= — •- 



■ . ■ 



^=^ 



J: 



i 



3. Tu sator, cre- atcr, aiiator, redemptor, saluator luxque perpc-tu-a ; Tu nitor et décor, 



-ti 



Tu candor. Tu splendor et odor, quo ui-uunt niortu-a. 



6 


■ , 


■ . 


, • 








— : i 




■ • " 




■ • 




1 




m 




■ 






■ ■ ■ . 


' ■ 


. ■ ' . 


m 



4. Tu uertex et apex, rcguni rex, legum lex et uindex. Tu lux ange-lica; Qucin clamant, 
hï . , ■ î— : i- ■ ; 



adorant, quem laudant, quem cantant, quem [3"'] amant agmina ce-lica. 



5 




■ B 














(!) 






• 






■ 


' 




_ 


■ ■ 1 




















' 


a 


■ 


— — r- 


-Hi-fl 


■ 


-i 



5. Tu the-os et héros, diues tlos, uiuens ros, rege nos, salua nos, perdue nos ad thronos 
S r 



-• :: — »- 



-»-• — t-^ 



4=3 



superos et uera gaudi-a; Tu decus et uirtus, Tu iustus et uerus. Tu sanctus et bonus, 



S 



^^-s-i- 



Tu reclus et summus Dominus, Tibi sit glori-a! 



Ant. 



E 



r^ — — ^ ^- "-^ — '— r^ 



■w. 



Qui de terra est. Ps. Magni-ficat... E u o u a c. 



( I ) Ms. 



ad 



(a) — Voir l'Introduction, p. 31. — 11 est possible, comme on l'a insinué plus haut, que celte 
mélodie ait été changée de mode par Pierre de Corbeil. A. Gastoué l'a publiée en telurdus et 
avec quelques variantes, dans Revue du Chant grégorien , XI, p. 25, comme trope d'Hos.mna. 



TEXTE MUSICAL 



13; 



Oratio : Deus qui salutis. 
Benedicamus (a). 



:^ 



- r - 1. ■ ' j 



a. — Corde Patris geni-tus, manens in principi- o, querens quod pe-ri-erat parentis 



:fâ 



impe-ri- o, uenit ad nos humi-lis, ab axe sydere- o. 



h 



I p . ■ r- 



1 — ^"^-1 



b. — Quem castis uisce-ribus, nunci-ante ange-lo, Uirgo mater edidit uirgina-li 

5 



H^ 



I r — ï-«-«- 



u-tero, raedi-cinam pro-ferens pere-unti seculo. 



h 



-* — i *- 



c. — Ipsi laus et honor atque iubi-la-ti-o, tempore perpe-tu-o, quem pro mundi re- 



S rr-. 




1 " * f" • ■ 1 1 


• • 




■ ■ ■ ■ 


• . 1 


' ■ . ■ . • 


. •■ '.. J-! -i 



medi-0, carnis opertum palli-o aduenisse nunci-at ange-lorum conci-o, Benedicamus 
h 



^^ 



Domi- no! 



Deo gratias. 



f^ ■ ' P 



13 



a. — Super omnes a-li-as benedicta femi-nas, Tu precellis [4™] ce-teras ut sol stellas 



>- > ■ I . ■ ■ . — ^ I . ■ ' . ■ p . ■ 



luci-das ; Ad te cuncti propri-as de-ferunt mise-ri- as; 



s- 


' ■ , ■ 


■ ■ 


• , ■ • • ' ■ 


r. 


pi 






1 


r* ■ • ^ * 1 1 


r" ■ 


■ r. ■ 1 


1 ' ■ 1 



b. — Imperatrix, pla-cido uultu nos refi-ci- as; Uultus tu-i radi-o pelle nostras tenebras; 



f« — s *-*- 



Aures tu-as, quesumus, mise-ris fac patu-las. 



(a) — Voir p. 91, note. 

OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. 



i38 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



■ 








i 


, 1 ■ rii _. . _ , 




■ r . . - 1 ■ . ■ . 


' * • ■ . ' 


.... 1 . 1 ■ . • . . 


■ • ■ . ' 


c. — 
f 


Suscipe nunc pi- a uo-ta nostra, Domina, clementer exaudi-as, fe-lix intcr pu-erperas. 


i . 




1 ■ r« - _ 1 


■ ■ . 


■ ■ \ * . * m *n 


■ . ■ ■__ 


-^ • - . ■ ' . ' ' ■ ' ^. 



que uirgo partum baiulas: tibi laudes débitas atque leti congru-as re-feramus grati- as. 



AD COMPLETORIUM. 



Antiphona (a). 



1 




E * ■ 


■ - .-■! ■- ... 


■ . ■ 


E ■ . - - . - - ' -.--.._■. 




Magnum 


nomcn Domini Emmanuhel; quod annunci-a-tum est per Gabrihel, hodi-e ap- 


■ ■ . 


. N . 1 






! ^ 


■ ■ ■ ■ ■ ■ 


■ • • 


, « 


s ' 


' ■ S . ■ ■ 


■ ■ 


• ' 


paru-it 


1», ■ • , 

in Isra-el : per Mari- am Uirginem rex natus est. Ps. Cum inuocarem. Ps. In Te, 








■ • • • 


■ ■ • 




E 


■ " « ■ . 





Domine. Ps. Ecce nunc... E u o u a e. 



Ynnus. 



Te lucis an-te terminum. 

Gapitulum : Conuertimini. 
Uersicalus. 



' . i % 



î-i— ^N- 



.— S ; - I . . . =5= 

••— I!— • : % »— * 



:^s=;=tî: 



-P.- 



-a- 

Cus-to-di nos. Al- tis-si-me, ut pu-pillam In-cer- ne, sub a-la-ium leg-mi-ne 



S 



■ — M^ 



^^\ -f^- 



protège nos, Domi- ne. 



Ant. 



Jb ^rJ r. i^— r^^TT-l-i— tT'-^- s; -^Na- ' ' ^*' \ ^'"l 



Responsum acce-pit Syme-on a Spi- ritu sancto, non uisu- rum [4'"'] se 



-i 1.8%'% >' r.' . i 1-3— Xï 



.i-%^ 



mortem, ni-si uiderct Xpistum Domini : et cum indu-cerent pu- e-rum in templum, 



(a) — Cette antienne, publiée dans les Chants de la Sainte-Chapelle, offre quelques variantes 
avec celle que donnent les Varias preces, 3" éd., p. 68. Cf. aussi Hartker, p. 76. 



TEXTE MUSICAL 



iSg 



. . i» 



'ï=^ 



» i « T 



ïC 



t^ > ^8 '^V "^J^ 



II 



accepit e-um in ulnas su-as, et benedi-xit De- um, et dixit : Ps. Nuncdi [mittis]... 



^^ 



E u o u a e. 



h 



Ant. 



. • ' 1%-i 



T-^ >. p_Mv 



îzt 



Medi-a uita in morte su- mus: quem querimus adiu- to- rem, ni- si Te, Do- 



:3=P 



^zzzï^iiziizzi 



^--M-^^--— ^- y. r. ^' • • ^^ ^ 



ne, qui pro peccatis nostris iustc iras-ce- ris? "i^. Ne pro-i-ci- as nos in tem- 



:3=f; 



'-f^ ' i .. -B — . , ' ' ■ ■ 



-f^ 



-î— «-J-f.- 



:^ 



pore sene-ctu-tis ; cum de-fecerit uirtus nostta, ne dere- linquas nos, Domine. 



^ ■ i lV . I • a lV 



^K 



^i-^^ 



5^=^ 



^ 



-J*»-A- 



Reprise. Sancte De- us, Sancte for-tis, Sancte mise-ricors Salua- tor. 



h 



"p I ' ^'' ^ 



amare morti ne tra- das nos. 



Kyriel [elsoo] : 



^.-^^-r 



Pater cuncta. 



Duo subdiaconi (a) 



Hi 



4A-. — ^-S : 



f^ P.a . I 



ï^ 



=^'-=rr^K^ ^ 



-:— 1 



Pater nos- ter, Fi- dem auge his qui credunt in Te; Qui es in ce- tis, Et a- 



iil=^ 



J^ 



1=^pi=è 



7-r^^v!v-rr" ^' U- . r - ■ a. ' ■ -fc!=^ 



byssos intu-eris; Sancti- fi-ce- tiir nomen tu- um. In boni-ta-tc e-lecto-rum tu- 



«v-fr-u ' • ^ ' ^' z!J=-^- r.;f! J p. ,5 is's . . F^ i=P 



o- rum; Adueni-at regnum tu- um, Cuius re- gni non e- rit tînis ; t'i- at uo- 



' .,W ' .,. . I 



=?* 



^ 



rr a ^ . ■ — p- 



-■ F* — ^^-^ — ■— •■ 



-^ 



luntas tu- a, Per [5™] quam nostri gene-ris repara-ta est uita, Sicut in ce-lo 



l- 



->\ 8.,. ,^%,, ,' "- 



^ 



et in ter- ra, Regens gubernansque, continens et saluans ; f aiiem iJOiiriim co-ti- 



(a) — Voir Appendice i. — Nous consacrons, à cette place, une note toute spéciale à l'étude des 
pièces farcies de notre Office. 



140 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



t- 



- T-'^-ftr 



-IHHI • »*• 



•-1— -i«r 



^ 



-i- 



di-aiium, Panem an-gelo-rum Da no- bis, Incorruptibi-li ueste circumamictans nos 



S 



i^J > '^Jv'K I ' ' 



Ho- di- e, Nostra ut pura pectora sint et corpora; Et dimitte nobis débita 



h 



-« — ■ . 1 « . • — -•- 



nostra, Po-tes enim cuncta, Sicul et nos dimittimus debi-toribns nostris, Ad redimenda 



hr 



--i 



:^=}=B= 



-s- 



^ 



-P .— i !— ! ! »-î-F^ 



! Ë_ 



pecca-ta et saluandas animas, Et ne\nos inducas in tempta-ti-o-nem, Ne serpcns ille 



t^-^K^^^ 



lîm 



iTl;: 



i«ii — i"i-s-«- 



:ï3v 



-i-t— 1 



calli-dus intrandi temptet a-ditus; 5eii! li- bera nos Et sal- ua nos ^ ma- h, 



S 



■— s-P^^l^ l^^a . I . ' P'^^^^-j-T-; 



In perhen- 



ni seculo- rum tempore. 



s- 



3v 



Û. In pa-ce, "i^. Si dede- ro. Dormi- am. 



Duo presbyteri (a). 



g—-.—.— 


— _— ^ — pg-— 


1 , ■ ■ . ■ n 


1 . ■ ■ . 1 


• • 


' % 


, ■ " ■ 


■ ■ 


■ 







CVfdo iii Deiim,Pa-trem omnipo-tentem \ Solus qui tu-e-tur omni- a, Solus 


qui gubernat 


E ■ 


- ~ " 


• * • • * ■ 


■ 




■ * ■ ■ ! • 


■ ■ 1*. ■ 


• ■ 




«■ 







omni- a. [5">] Cie-a-torem celi et terre, Sine que nichil est cre-a- tum. Et in Ihesiim 



l 



-m — • ■ ■ « •-«- 



^ 



-i 



î- 



^ 



Xpistum, Fi-lium e-ius uni-cum, Natum ante secula ; Dominum nostriim, Pro muiidi re- 



-■ — ■ — ■ — • — •— ■- 



X 



-i 



t n^ >" '- --i 



m m 



medi- o. Garnis opertum palli-o, Qui conceptits est de Spiri-tu Sancto, Natus i-neffabi- 



6 



3 . 8 * =g=P 



^ 



U-tei Ex Mari-a uirgi-ne, Sol de Stella ; Passas stib Ponli-o Pi-la-to, Ipsi potesta-te 



(i) Ms. 



H— V 



omni- a. 
(a) — Voir Appendice i. 



TEXTE MUSICAL 



141 



-•— ■ ■ ■— •- 



■ . ■ 



=i- 



tradi-ta ; Cnici-fîxus, mortu-us, et sepiil-tus. Qui nuUa perpetrarat facinora : Descendit ad 



kzzZ 



:^ 



inferna; Gémit capta pestis antiqua ; Terci-a di-e, resunexit a moitu- is Tyrannum 



:^ 



J 



1% ■ ■ 



trudens uinculo; Ascendit ad ce-los, Unde descenderal, Sedet ad dexleram De-i Patris 



g ' ■ > 



-% 



-m — ■— • ■—•—•—•- 



^::^a 



-% 1^5-«- 



Omnipo-tentis, Régna cu-ius dispo- nit iu-re per-hcnni; Indeuentwus iudicare iihios 

(0 



6 1 


r— • 


• 


. . 1 . r^ 




1 — ' — ■ — 


— *^ 


■ 


! • • 




■ 


!%-.-% ■ ' ■ 




• ■ 


■■ 


, . , . 1 . - 





et mortu-os, Reddens uicem pro abditis iustisque regnum pro bonis. Credo in Spiritum 



H- 



-■ . . — »- 



1^=::: 



> . ^ 



sa«c/Hm, Sine quo preces om [G'»] nés quasse creduntur et indigne De- i auribus,Sa)ic(^m 



5— <-.- 



ï4- 



-^ 



H 



Ecclesi- am catho-li- cam ; Que constru-itur in ce-lis uiuis ex lapidibus, Sanctorum corn- 



t^±x 



m: 



^v:?: 



^ 



muni- o-nem, Ange-Ii quorum semper uident fa- ci-em Patris; Remissi-onem pecca-lo-rum, 



I- 



:^=d 



-a I ■ • . . ■ 



3v 



Quibus De- uni of-fendimus corde, uerbis, ope-ri-bus; Garnis resiirrecti-o-nem, Immorta- 



-i ^ ' ' T' a y ^ . ■ fi » « Il i^i 



^- 



lita-tem cum Xpisto ; Uitam eternam, Qudim repromi-sit De-us di-ligenti-bus se. A-men. 



Benedicamus. 



-« ■ — m- 



h 



-fi — ■ . ■ . y-r-^- 



1. Patrem parit fi-li-a, patrem ex quoomni-a; Partus hic ex gra-ti-a. 



1 I * ■ 


1 


Ë ■ ■ ■ ■ . 


• , 


1 


s ■ ■ , 1 ■ ■ 


• a ' 


1 


• • 

Per grati-am tradi-tur et redditur 


AD PATRI-AM. 



(i) Probablement pour : 



, comme plus haut pour mortuis. D'ailleurs, 



uiuos et mortii- os 
sauf ce cas, toutes les cadences sont uniformes. 



142 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



h 



-• E •- 



:X=^ 



-• — =— ■ — — •- 



2. Uerbum instar seminis partum format Uirginis ; Nichil i-bi criminis. 



hi^ 



PeR GRATI-AM THADITUR [ ] 



-■ »— •■ 



(■) 



t 



' I r- '- ^ • . I . ■ ■ '3 8=^ 



3. Latet sol in sydere, o-ri-ens in uespere, artifex in opère. Per ghati-a!« 



TRADITUR. 



s 



:^=--=t r- -^.-8^-1-.-;-^ ' ■ ■ . 



4. Celsus est in humi-li, so-lidus in fragi-li, figulus in ficti-li, Per gra- 



i= 



TI-AM [6'"] TRADITUR. 



h 



> ■ . ■ . I . -• ■ ' •-! =r= . _ N 



5. Uenit ad nos humi-lis, lucifer mirabilis, pro nobis passibilis. Pbr grati-am 



8—^ 



TRADITUR. 



h 



7»— T 



--^ 



6. Ergo nostra conci-o omni plena gaudi-o benedi-cat Domino. Per gra- 



ti-am TRADITUR ET REDDITUR AD PATBI-AM. 



AD MATUTINUM. 



Ë ■ ■ ■ ■ ■ " 


. • 9 


■ 




E * ■ ' ■ 




■ . - ■ ■ - . - 




• 


■ ■ ^ ' 


ri a ■ ■ ■ 




Domine, labi- a me- a 


ape-ri- es 


; et os me- um 


annunci-abit laudem tu-am. (a). 



(i) Ici et aux strophes suivantes, le ms. porte : I ^^ 

* ' P-« ^ - 

Per gra-ti-am. 
(a) — Voir p. 96, note. 



TEXTK MUSICAL 



14- 



Î^SB^ 



_f*L_L-i^^-Â:^i= -Hi-^>-^ 



U: 



De- us, in adiuto-ri-um me- um in- tende ; Domine, ad ad-iuuandum me. 



t^ 



fcs- ti-na. (a). 



■ __, ■■ ■ ■ 

^-3 



-fT'-^T^-- ^^ 



I ■ ■ • I ■ '^^1 . , .—^ 1 



Glori- a Patri et Fi-li-o et Spi-ritu- i sancto ; Sicuterat inprincipio, et nunc et 



3=!Î^ 



■ i i . i i V 



wt±5>ir*: 



._- — ' ' , • '■■%• - 

semper, et in secula seculo-runi. Amen. Aile- lu- ya. (b). 



In ±0 nocturno. Inuitatorium. 



jL,M^J= g L.v__a_3 ^* ' - ' ^Ji^^_^^.,^ J-ir. I ^^ .rrl i^i:^ 



Na-tum sub le-ge Xpistum ueni- te cun- 


cti 


ad coUaudandum, Quos 


e-ius incar- 


■E 3 ♦ ■ 1 • r/' u. 




% ■ r« . ,s N ' hJ ; ■ 




1 1 ■ s r« 1 • 





na- ti- o rede-mit et pas- si-o. 



!i=35 



i^:^ 



:3=î=;= 



PS. Ueni-te, exultemus Domi-no, iubi-lemus De-o salu-ta-ri nos-tro: pre-occupemus fa- 



V » i < 



ih 



V^-:^^=fr= Il 3 s . i 



X 



ci- em e-ius in confessi- one, et in psalmis iubi- le- mus e- i. Na- tum. Ps. Quoni- 



13: 



? N I I 3 >. . ■ ■ 1^ 



17'°] am De- us magnus. Na-tum. Glo- ri- a Patri. Quos e-ius incarna [tic]. 



Ynnus. 



(I) 








p ■ ■ - 


■ • 


a 


[- . — »-- 


. - ■ - • 


■ h 


■ ■ ■ ■ 


'• m 


■ • . . ■ . 


1 ■ 


1 ■ « ■ ■ • 


1. Salus eterna. 


inde-fici- ens mundi uita, Lux sempi-terna 


et redempti-o uere nosfra. 



(a) — Ce Deus in adjutorium est l'introït du \u' dimanche après la Pentecôte (l'o partie). Ct. 
Liber gradualis, p. 323 (1895). 

(b) — C'est la mélodie [6' mode) du psaume Venile, exultemus Domino, transposée en y» 
pour être adaptée à celui de l'introït. — Cf. Liber resfonsorialis, p. 21 (Toni Psalmi Invitatorii). 
— Solesmis, 1895. 

(I) Ms. ; h*^ ' f> .1^ 

Salus eterna, 



144 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



2. Condolens humana peri-re secla per temptantis numina, Non linquens ex-celsa adisti 



ima propria démenti- a. 



-• =— ■ i— »- 



-*-= ■- 



« — •- 



m ■ ■ 



3. Mox tu- a spontanea gra-ti-a assumens humana, Que fu- erant perdita omni-a 



saluasti terre-a. 



; 


■ 


■ * ■ 1 




i , 


. ■ ■ 


• . ■ ■ 


. ■ . . ■ 


1 


■ ■ 


■ ' ■ 


■ "il 


. • ' ■ • 1 ' 



4. Ferens mundo gaudi-a ; Tu animas et corpora, [ ] Nostra, Xpiste, expi-a, 



£-—=!- 



ut posside- as lucida nosmet habi-tacula. 



■ • 



5. Aduentu primo iusti-fica, In secundo nosque libéra. 



-■— i •- 



s-^ 



■ I ■ 



-^.-1 



6. Ut, cum facta luce magna iudicabis omni-a, Compti stola incorrupta nosmet tu- a 



^-^ r 



subsequamur 



e — '-i^ 



7. Mox uestigi-a quocumque uisa. 



« .5- 



Ant. P« ■ ' 



■ « . ■ 



-s- 



Ant. 



Ant. 



Domi-nus di-xit ad me. Ps. Quare fre [muerunt] E u o u a e. [7^»] 



In so-le posu- it. Ps. Ce-li enarrant E u o u a e. 

H-'-'-f . , , ■ ■ ' ' ■-« '- ■- 



Eleuamini porte. Ps. Domini est terra E u o u a e. 



( I ) Ms. : E » 



In secundo 



TEXTE MUSICAL 



«45 



Uersiculus (a). 



^— B - • ^U * i 



Daxtera De- i, cum Paire sempi-tcrna sine tempore, terris hodi-e apparcns de glori- o- 



h 



_î_ . i_ 



sa Uirgine, sancta semper, hanc serua plebem, benedicens sancta dexteia tu-a, Domi- ne. 



Responsorium. 



T^r^v. Il J ' ^'* . ^-H%-^^ 5 



^i' i , j 



Quem ui- disîis. S/, Dici-te quidnam uidis- tis ? et annunci- ate Xpisti 



h 



T^-r 



-f^l s 3 \s pjl 3 r. 



5^ 



na- ti- uita- tem. Na-tum uidi- mus. 



\v 



X3=p, 



T-^-^^ 



ri. O magnum myste- ri- um. '^. Domine, audiui audi-;um tu-um 



i 



l--"^ 



-4- 



^— 1v 



4=I^=i^=i=à=;^ 



J^ I ' ■ -'-rir ^:;: 



1 



et timu- i ; consideraui ope-ra lu- a et expaui, in medi- o du-um anima- li-um. 



g 



^=t 



H^vifl.: 



Iacentem in presepi- o. 



-> ^'%K; ii^l5;4_ 



-^i- 



^' a . i^^ T-^_a-> 



î= 



J^. (b.) Styrps les- se.i'. Uirgo De-i genitris uirga est, flos Fili- 



(a) — Voici la vocalise telle qu'elle se présente dans la plupart des mss. et qu'on a ici réduite 
en chant syllabique. On verra de la sorte qu'il y a quelques variâmes assez notables. 



1235, fol. ib'"J r* 1 — 

' Dex tera tu-a Domi- ne. 



Mo 
Code. 



r,^^l!,ÏL rZ ^'^''>'My^>-SK;i|.x.x^% t^: ^ . Si ■ r'r.'^^ =^ 



fol. I IQ". / „ 

^ [ Dex 



tera tu-a Domi- ne. 



(b) — Ce répons célèbre se trouve dans \e ProcessionaU munasticuiii, p. 186 (1893), et les deux 
précédents dans le Liber responsorialis. Solesmis (1895). 



OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. 



II 



I4G 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBRIL 



i^ I -liA r ^ X ^;,: JV^:| z:^^:^v=rî~^ iV-f4= ?^^= ^ l^-TrA 



ius. Et super hune flo- rem. Glo- ri-a. Spi-ri-tus. 



In IIo nocturno. Inuitalorium (a). 



jg^Z^^l!!,-' - ^ -^ ^ 



li-T-rfi 



i 



^ 



' — r 



p . ■ !• - ' p . '■ .- g-.- 



O Nazarene, dux Bethlem, Uerbuin Patris, [8"] quem partus alui uirgina- lis protulit ; 



^_^=^0=^ 



:^=B=iz-^ 



15=5: 



:S-'-ïr-ï 



■r^My-r- 



Adesto nos- tris, Xpiste, iamsollempni- is festumque nostrum, rex serenus, aspi- ce. 

! =— « ■ — »— « — ■ — « 1 I Hi — ■ " » - 3-V- 



Ps. Quoni-am ipsi-us est mare, et ipse fecit illud, et a-ridam funda- 



i Tt — 1 




.. «, ,■••■•« •■■•■,Ér> 


■ ■ ■ • 1 


__îi» s !_i_i_ï ! 


■ 



ue-runt ma-nus eius : Ueni-te, adoremus, et procidamus ante De-um : ploremus coram 
*-■-— i-^-f . ■ I — g— ■->-■ 



lî ^i-:— j^i-^ -î= ' — ^"^ s=^ 



Domino, qui fecit nos ; qui-a ipse est Dominus De- us noster : nos autem populus eius. 



6 


. a ■ . 






— •— 


■ • % 


Ta 


. r- . 





et oues pascu- e e-ius. O Naza-hene. 



5 



-■ — ■ — ■ -» ■ 



:^^=^ 



Ps. Hodi- e si uocem. O Nazare-ne. 



— —--^ 







la.l. . 




r-» 


" ■ 




■ 




!'♦♦ % 




■ 


_, 


.. 





Glo-ri-a Patri. Adesto nos- tris. 



Ynnus. 



!i==3=t: 



! ^ il 



-»-i »- 



1. Ce-leste organum hodi-e sonu-it in terra, Ad partum Uirgi-nis supe-rum cccinit 



51=;=^ 



-• — ■ •- 



:S=t=^ 



-^^-i- 



2. Quid facis, humana turba, car non gaudes cum supera? Uigi-lat pastorum cura, 



±7^-^ 



uox audi-tur anee-lica. 



(a) — Cf. Liber respoiisorialis, p 14. 



TEXTE MUSICAL 



'47 



m- 



3. Cantabant incli-ta car-mina, plena pace et glori- a. [8'»J Ad Xpistum rc-ferunt pro- 



S , — n 


■ ■ . 


■• ■• .■ 



pri-a, nobis canunt ex gra- ti-a. 



s- 



:j=^ 



-m ■- 



-■ ■- 



4. Nec cunctorum sunt hcc dona, sed mens quorum erit bona. Non sunt absolule data, 

E — 



differen-ter sunt prola-ta. 



h 



5. AfFectus de-serat uici-a, et sic nobis pax est illa, qui-a bonis est promissa. lunguntur 



h 



_1 L_i_ 



superis terrea, ob hoc quideni laus est iuncla, sed decenter sunt diuisa. 



S 



6. Gaude, homo, cum perpendis ta-li-a; Gaude, cafo, facta Uerbi so-ci-a. 



E 



4^ 



-■ — ' m- 



7. Nunii-ant e-ius ortum sydera na-ti per indici- a; Ine-unt duces grcgum lumina 

E 



Bethlem usque pre- ui-a. 



E- 



l3i!=:lï=^ 



:[ïJ: 



8. Inueni-tur rex celorum inter anima-li- a, Arto iacet in pre-sepi rsx qui fecit omni-a. 



S 



Vï — Î-' V 

9. Stella ma- ns, quem tu paris co-lit hec ecclesi-a ; Ipsi nostra, per te, pi- a 



A\-i s — : — V 



E n 








■ ■ ■ . > ■ ■ 




place- ant seruiti-a. 

■ 


E 












r-.-! P.-^ 


. . ■ r. . 





10. Resonent cuncta Amen redemp-ta. 



(i) Sur •jui nous rétablissons le poiatus enlevé par un trou du parchemin. 



148 



l'office de pierre de corbeil 



Ant. 



E- 



'-^ —Pi-Ar 



s- 



■a-m •— •- 



e^eI 



Ant. E-ft 



Speci- o- sus forma. Ps. [9™] Eructauit E u o u a e. 

a ■ a . 



-ï- 



Ho- mo natus est. Ps. Fundanienta E u o u a e. 



Ant. 



^^=^. »-^l 


■ 

■ 

■ 


■■'■•-] 



ExuUabunt omni- a. Ps. Canta-te... !.. .. E u o u a e. 



Uersiculus. 



■ ■ 1 ■ — j— • 

■ — i — — . — —' — • ■ ~—i r» 



1 . Qui carnem sumpsis-ti de Uirgine, Accinctus celsi zona Abrahe, 



■ ■ » 



• ■ » 



2. Te Hagi-tamus deuo-te, Te deprecamur obnixe, 



=ir=-. L_ ' ■ M 



3. Nostre cerne, o Pa-ter aime, [ ] famina lingue; Ecce incli-te et glo-ri- ose 



h 



caterue tu-c, Rex, mise-rere. 



Responsorium. 



l 



:r»=â: 



=1^^ 



ip 



r^^-r 



"i-Zl 



> > j J fV 



1 



o re-gemce- li,"i^.Qui celum terramque re-git per se- cu-Ia so-k 



H^^-1^ 



35;=:^ 



1a-cet in pre-se-pi- o. 

« — a '* » A . 1 ' — 



_! ! f, i ■ I ■ . 



Û. Ec- ce Agnus De- i. 'p'. Qui de terra est de terra loqui- tur; 



-!-. — 3- 



E-- ' ' V i ' V 



1^=1=:^ 



qui de celo uenit su- per omnes est. Cuius non sum. 



i % 3 -r' ~'' ***♦ '"T«~r''~t ~^ 



S 



3: 



a — i-r 



-^ 



ri. (a). In principi-o erat. '^ . Quod factum est in ipso ui-ta erat. 



(i) Il n'y a pas de note sur i de Dci, dans le 1115. 

(a) — Sur Factum est, même neume que sur coUocaret signalée plus haut, mais ici du 7' 
mode et avec légères différences dans le groupement de certaines notes. 



TEXTE MUSICAL 



149 



^l^ss: 



g . . . i _fl j, "^8^ , 3 S- ■ >^r x ~^ r . i> , . 



^ 



et uita crat 



lux homi- num. Om-ni- a. 



\Kl«:î-h i, ^' « ^\ 



P^»^^=^ , -7rKf-'2l^: '"-'♦T!iE ^ ^P=tT^^^K^; 



Glo- ri- a. Et sine ip- so faciuni est 



S » . I . K. W^ 



Szzii^z^*^^ 



^F=â= 



-» 



(9>°J ni- chil. 



In III» Nocturno. — Inuitatorium. 



— J l • 'I'^'~i " '^-p^S 



J=rlVt— îic^iW- 



--m 



Xpistus na- tus est no- bis ; Ue-nite, a-dore- mus. 



e — b- 



t 



Ps. Qua- dra-ginta annis proximus fu- i genera-ti- oni hu- ic, et dixi : 



' ' f, i ' i~^ — — yi ■— ■ ■ — *— — — — r-ï- — j-j— «— ■ p . I 



Semper hii errant corde : Ipsi ue-ro non cogriouerunt uias me- as. quibus iuraui in 
h 



-t7T3 



r— »- ■ I r^ï~^ ■ I - V"^ — r^ ^j^l — p=t=^ 



-ra me- a, si intro- ibunt in re-qui- cm me- am. Xpistus. Glo- ri-a. 



T^^V 



Ue- NiTE, ado [remus]. 



Hynnus {.*.). 



^ 



^ 



1. Ane Mai-i-a, gra-ti-a plena : Dominus tecum, Uirgo serena. 



£ . ■ - ■ . ■ .^^ 



• " «T « 



2. Benedicta tu in mu-li-eribiis : que pepe-risti pacem hominibus, et ange-lis glori-am. 



E i-- 




. ■ 1 


• ■ ■ ■ . TT— 










• ■ ■ ■ { 


■ ■ • ■ « 


■ a 


■ ■ 










■ .— 





Et benedtctus fructiis ueiitris tu-i. Qui cohereJes ut essemus su-i, nos fecit pcr grati- am. 



(a) — Voir p. 100, note. Dans Var. prec, cette séquence est en 6= ton. Les mss. la donnent 
tantôt en ô», tantôt en 8", admettant par conséquent ou supprimant le demi-ton au-dessous de la 
finale. 



I 5o 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



t:^=XX 



t=^ 



3^=1: 



3. Per hoc autem aue, mundo tam su-aue, contra çarnis iura : Genu-isti prolem, nouum 

(■) 



^-^. ' ■ I 1^ 



^ i ' l -f'i. 



■M: 



Stella so-Iem, noua ge-ni- tura. 



4. Tu parui et magni, le-onis et agni, saluato-ris Xpisti tcmplum exti- ti-sti. 



E-î 



va 

sed uir-go in- tac- [lO™] ta. Tu floris et roris, ouis et pastoris, uirginum regina, 



-— ■i-M^^ 



^^=i=; 



%;ri — 

rosa sine spina, genitrix es facta. 



i • -^ 



:rj=^ 



-« r — •- 



-^ 



5. Tu ciui-tas régis iusti-ci-e, tu mater es mi-sericordi-e; de lacu fe-cis et mise-ri- e. 



fe=0: 



iC- 



S 



^^-^ — î— 

the-ophilum re-formans glo-ri-e. Te collaudat celestis curi- a, tu mater es régis et fi-li-a ; 



1==^=^^!:^ 



t=i=^ 



:^ 



par te iustis confertur gra-ti-a, per te re-is dona-tur ueni-a. 



S 



:i5^^ 



-1 



-Ej=î-i- 



■_j ^ ,j ■ - .■ . î • r ■ ■ T-s-'^^ 



6. Ergo maris Stella, Uerbi De-i ccl-la, et so-lis aurora; Paradysi porta, per quam lux 



^ %- i"' ■ ■ - f 



est orta, na-tum tu-um ora : 

- T. s-: 



g^^-r 



^^r- •i<7rr^^ =^ 



:3ï 



7. Ut nos soluat a pecca-tis, et in regno clari-ta-iis, quo lux lucet sedu-la, collocet per 



h^ 



^-.-^^^ 



♦■-i-g- -i^^^i-r 



se- cula. A- men. 



Ant. 



-* — •— •— « ■ . »- 



In principi- o. Ps. Dominus regnauit.. I... E u o u a e. 



h 



(i) Sur la syllabe tu, il y avait primitivement : l . Le sol a été gratté. Il ne reste 

plus que le "II. tu 



TEXTE MUSICAL 



i5i 



Ant. 



: g— .^-jl^f! 



^ 



Ante luci- fcrum. Ps. Canta-te.. II... E u o u a e. 



S 



Ant. g_i , j_ 



-• • — »— • ■ » - ■ 



Nato Domino. Ps. Dominus rcgnauit.. H... E u o u a e. 



Uersiculus. 



• 








1 


i . b» , ... 


.a. 


■ ■ * ■ , . 


■ ■ ■ ■ ■ 


■ • 




■ ■ . 




1 • ■ 




■ ■ ■ 




Ala-cri-tate multa 


Tibi nunc psallendo 


, rex Xpiste, 


in tu-a [10^^ 


] nati- uita-te, 


• ■ • • 


1 • Vi 




■ • ■ 


■ . "J ♦ i! ■ 











ce-lum, terra, mare cantant : Aile- luya! 



Responsorium. 



U A^ ^ . ■ W i - 



t-f-v-— î 



X^VTil 



^ 



Sancta et immacula- ta. "^^ Qucm tre- mit in- fernus, collaudat 



:^ 



-'->J-^->-^^'^4^=H- 



a: 






et ordo su-per- nus; Ad nutum cuius gaudet spirami-nc li-mus. Tu- o gre- mi- o. 

■ • 5 ■ ~] 



h 



i.t: 



î r-£l— ^z-M-P- 



i-^T 



^ 



~£- 



s 



É. Ucr- bum caro. "i^. In princi-pi-o e- rat Uerbum, et Ucrbum erat 
:^4— a^-!-,-*^-* A 



~^ 



-t- fr 



-î^r-^ 



♦ « • r« 



apud De- um, et De- us e- rat Uerbum. Cuius glori- am. 



— « é- — • 



^EIT 



-^-^^*-a^ 



-*— !».-t:-^H-'' ■ I . ; 1 



l|. (a). Te laudant an- ge-li. '^ . Ipsum genu- is- ti et in 



(a) — Ce F{.,à notre connaissance, n'ayant nulle part été reproduit, ni comme texte ni comme 
chant, nous allons le donner entièrement. 

B. de Sens, ms. 6, page 225 (xm« siècle). Cf. Anliphon^iiie de Sens, imprimé, 1571, office de 
la Circoncision. 



■C • à* • 


1 9 ^3*1 ■ a 


T 1 


-Trî-f 




^' • ï». . ♦••k « • 


,.' 1^ '♦, ^ , , . ,! p. 




' • I 


. 3 . .- J 




1 ■ • ' s ■ ^ ■• 






* * ' \ * 


Te lau- dant an- ge-li, 

il ■ 


san-cta De- i geni- trix. 


que ui- rum non cogno- 


•E *'» a: % 1 ■ m* 


■ ». ■ •- k^.' 


i_. 


k , **...:, 


1«J'»">'"I" ■ '- I-I — 


. . .Ai .. 1 




" ♦>. s !" 1 1 


1 L j . ,. 1 







ti, Et De- um in tu-o uie-ro porta- sti. '^ . Conc 



pi- sti 



l52 



L OIFICE DE PIERRE DE CORliElL 



35 



r^=;zri±!=tl=^r"^l\"^=^=1= ^ 



--t^^K^ 



:P 



^=g=-z=i=Ji!igvt: j 



presepe posu-isti. l|. Conce- pisti perau-rem. ■^. Quem ado-rat multi-tudo 



Ê- 



-^ 



ange 



>3^ïs^=ta 



—ii-î-^ 



h 



- s*. ■ 8 



:t 



^%s=^m;î^:m^t' 



i 



o- rum. I^. Per quem. Glori- a. iJ. Su- per 



I'«_i I ^1 -> 



!ïV=t 



s:.^j- r- . L-i^a 



1 V . , -^,^1^: 



nés mu-li-e- res. 



Conductus ad ludos. 



6 ; 


■ - ~ 






■ — = — 


. , 




— • ' ■ . 


. ' ' ' . ■ . . 




■ !— 


• !— 


1 B 


-f^J 


[_. . P.J 





l.NatusestI Natus est! Natus esthodi-e Dominus, qui mundi dilu-it facinus; 
e ; : 



-• ■- 



-»— i •- 



2. Quem pater, factor omni-um, in hoc mi-sit exi-li-um, ut facturam redimeret et para- 



5- 



dyso redderet. [11™] 



S ; —z , 


. - Il 




1 - 


" • ■ 


■ . _ 


, ' ■ 


~ - Il 


. ' - - . 




' . . Il 



3. Nec! Nec! Nec minu-it quod erat, assumens quod non erat; 



1^=^ 



-V- 



4. Sed carnis sumpto, pal-li- o, in Uirginis pala- ti-o, O. 



h 



-• — i — •- 



4: 



_! ,■■ .-! — . ■,'■« !-« ! ^ 

5. Ut sponsus e thalamo, O, processit ex utero, O, Flos de lesse uirgula, A, fructu replet 



^-r' ^ ♦•^ -' -^ 



w 



:^: 



"^ % j .— î=^-r-;^%^ % T>^ 



¥^ 



^ 



per au-rem Dominum nos- trum. * Per quem be- ne-dic- ta di- ce-ris. 



=^ps r~'r^k-vi^^. .i ' ^ i s ^ 



3-.-A-.- 



-Unl 



t=P.=a 



-^ 



-fi-s-rf^pi 



su- per om- 



nes mu-li- e- res. '^. Ipsum genu-i-sti, et in 



-*-p^i-*- 



1^=^ 



-l 



. . i -«-8i 



"-f. 



presepe posu- isti quem a-dorat mul-ti-tudo Ang 



^?=^:Bïs^fcN=Fdh=^ 



lo- rum. * Per quem. 



^- 



Glori- a Pa-tri et Fi-li- o et Spiri- tu- i Sancto. 



TEXTE MUSICAL 



l5? 



h 








• • 




secu-la, A. 

• 


E 






_ 


^ 




■ . ■ . . 


• • ' - • 




6. Hune predi-xit prophc-ti- a Nasci-turum ex Ma-ri-a. 
Ë ■ ■ - • 


■ ■ > • 


_ 




■ ■ %, 


• ■ 1», 




' . 


' • ■ . 




7. Quando flos iste nascitur, Di- abolus confundi-tur. 


i 




- ■ ■ 




1 . . 1 





8. Et mo-ritur mors, et mo-ritur mors, et mori-tur mors. 



Bacularlus 



h 



:■— t 



Te Ds-um lau [damus]. 



IN LAUDIBUS. 



(I) 



Aat. 



Ant. 



Ant. 



Ant. 



Ant. 



-l- 



-ft'l»]- 



-m •— •- 



O ammirabi-le commerci- um. Ps. Dominus regnauit E u o u a e. 



6 



:3: 



-!— N- 



3 ■ • ' - ^=8=^ 



Quando na-tus [es]. Ps. lubi-late Euo u a e. 



S r 




— 


z ' . 


. . rt — 




■ • ■ ■ 


' 




■ ' • 


'■•■».. 




. i 


'- i 




Rubura quem uiderat. Ps. De- 


US 


De-us me-us.... 


. E u u a e. 


E 


■ ■ ■ ■ - . n. 




. • 






" ■ ■ '■ p. . 




S 


1- a 




Germinauit radix. Ps. Benedi-ci-te. 
P ■ ■ ■ 


.... 


E u u a e. 

- - • 




i - 3 ■ ■ 


_ - 




■ • ■ ' 






■ ■ 


" 










' 


■ 





Ecce Mari- a. Ps. Lauda-te Dominum E u o u a e. 

Gapitulum : Apparuit. 
Ynnus. 



-m »- 



1. Hac Clara di- e, turma festiua dat preconi-a ; Ma-ri-am [11*"] concrepando sympho- 



(i) Ce/a manque dans le ms. 

OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. 



12 



i54 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



ni-a nectare-a: 



2. Mundi Domina, que est sola castissima, uirginum regina ; Salutis causa, uite porta 



6 n 


- • - 


■- •■ ■•-• 



atque ce-li re-ferta grati- a. 



h 



-f^ 



^-i— ^i 



3. Nam ad illam sic nunci- a o-lim facta ange- li-ca : Aue Mari- a, gra-ti- a De- i 
l 



plena per secu-la. 

















(2) 


i 




• ■ - 


J 




■ " ■ 


, 


— . — *-î— ! — ._:_ 


^-.— ! 1 


« . ■ 


— î-^i^ 


. « ■ ■ 1 



4. Muli- erum pi-a agmina intra semper benedicta ; Uirgo et grauida mater intacta, 

E- 



proie glori- osa. 



■ ■■'"■' ■*■■ ■ ■ ■ * * ■ ' ■ ' ■ ■ 

• ■ 



5. Cu-i contra Ma-ri-a hec reddit famina : In me quomodo tu-a iam fi- ent nunci- a ? 



6 


II 


■ , 


■ " ■ , • 


■ 






• ■ « • 


• • . ■ . 






• ■ 


*— !— 





6. Ui-ri noui nuUam certe copulam, Ex que atque nata sum incorrupta. 



-■ »— ■ ■- 



7. Diua missus i-ïa reddit affa-ta : Fla-îu sacro plena li-es, Mari-; 

i . ■ ■ •'^' • ^ . 



8. Noua efferens gaudi-a ce-lo, terre, Na-ti per exordi- a ; Intra tu- : ute-ri claustra por- 
g 



tas qui gubernat e-terna, 
g 8 



:^=i: 



9. Omni- a qui dat tempora pa-ci-fica. 



5— S- 

(i) A/s. : -JZ (2) Ms. ! -Z 



(3) Pour rétablir la symétrie entre les deux clausules, 



,_ il faut lire: Nova ''crens (cf. Var. Prec, p. 128). 



TEXTE MUSICAL 



l55 



Uersicalus. 



lÈ M • j • a i-g 

J! a ■ ' « • ■ — -— • 



[12"'°] 1. Benedictus sit hodi-c De-us miseri-cordi-e. 



, - • • ■ l ^=r=-zi 



2. Qui- De-o de patre De-us sine matrc, Uirgine de matre homo sine pâtre 



— ■ • = ■ ; •— I • ■— J ■— = ; 

•I ï-f — — î-. î-1 t-i ! ■ !-■ 

JS — .a J ■ . — l 



3. Régnât so-lus donator gra-ti-e et largitor eterne glori- e ; 



■e -g- ' . — 1 — ' ■ ' . — ' 



4. Quam nohis pi- us dignetur donarc, ut e-um le-ti possimus lauda-re, 



;=w^=P^ 



5. Cum su- a génitrice be- a- ta. 



Ant 



!hi=^X:;=?=^iîî 



^^ 



Mirabile misteri- um. Ps. Bene-dictus.... E u o u a e. 



Benedicamus. 



-■ — ■ — ■- 



-• • — 1- 



t^ 



^==^^^Ffe^^ 



6 



^v=^ 



1. Lux omni festa popu-lo recurrit anni circulo, quo, nunci-ante angelo, exorta est 



6-i- 



-f , ' ■ ■ !♦ 



r . ■ 

redempti-o nostraque libera-ti-o serpentis ex acule-o. 



-■ ■— « ■ • «- 



h 



t' > '- .- 



--^ 



-i 



2. Dum omni-a si-lenti-o continerentur medi- o, et nox i-ter altissimo perageret cur- 



S 



. ■ . ' , ■>. ■ "%'•' V . • . .-r 



riculo, sermo tu- us, o genitor, rega-li ue-nit so- li- o. 



-■ — »-■ • • ■ ■ . • • ■- 



5 



-• ■ — I — •- 



-• h— •- 



-^- . - I . ■ • %■ - ^ 



3. Sponsus uti de thalamo, pre ceteris formosi- or, ita de matris utero processit or- bis 



^ 



r . ■ F" — ^ 

Pro secu-li re [12 ™] medi-o, De-us effec-tus est homo ; Quo-cir-ca 



■ a 

conditor. 



6 



4s 



nos in iu-bi-lo Denedica-mtis Domino ! 



i56 



l'office de pierre de corbeil 



Deo gratias. 



-• ■ »- 



S 



-. y—t- 



: r'~' 1.. — U- — .-^-j 



1. O matris aime uiscera, reple-ta De-i gra-ii-3, que genu-e-iunt ta- li-a tamque sa- 



E=Kj: 



-r. ' • • V 



cra- ta pigno-ra ! Be- a-ta quoque ubera que pu-er il- le suxerat. 



-»— • — ■ • • • •- 



6 



1^=1=!: 



-^=^v— i-^ 



2. Cui to-ta ce-li cu-ri- a tremens in laude consonat ! cui ta-lis est poten-ti- a ut illi 



?=îs: 



-■_^^ — ^H- .z!= L-4%--^— .- 



que sunt omni- a celesti-a, terrestri-a, flectantur nu- tusubdi-ta; 
_, «—il ■ ■ • »-! 1 ■ •— ■ 



^^=^=v^==t= 



3. Cuius mi-se-ricordi-a et ainmi-randa bonitas amorte nos perpe- tu-a, aduentu 



Uiv-Hr>-^L - ^r'~'~T^'""r . '^"^ =^=^^^^^-.-W^— ^ 



pri-mo, libérât ; 



Secundo nos eripi-at ab inferna- li fouea, Ut in polo- 



li T— *iv =bi r^V. ■ . .— 



rum régi- a, Dc-o dica-mus gra-ti- as ! 



AD PRIMAM(a). 



-J"-i-r-l-^>r-g 



-*i-*— <f- 



-f-J'-'''-'- 



Dc- us, in adiuto- ri-um me- uni, in- tende ; Domine, ad adiuuandum me, fes- 



iH-^ 



-•— s-= — ■-• i— •-• ■ »— •- 



-1-*-*-'- 



-• — ■ « ■ J 



tina. Glo-n-a Patri,et Fi-li-o, et Spi-ri-tu- i sancto ; Sicut erat in [ISr"] principi- o, 



< • - — t-^' 



-^M-^VT 






Na^^'Ti-r 



et nunc et semper, et in secula seculorum. Amen. Aile- luya. 



(a^ — Cf. supra : Dcus in adjutorium de Matines. Ici, l'auteur n'a emprunte que la première 
phrase de l'introït. 



TEXTE MUSICAL 



.57 



Duo, ante altare (a). 



EjE^S^^E^^a^ËEE 



Ue- ni, sancte [Spiritus]. Chorus : Ignera ac- 



^Ê^Ë^^ ^Mt^.^f•\ -^-, 



cen-de. 



Ynnus. 



\'' \i- 



:Et: 



-■- — T 



v±:î 



lam lucis orto sy- dere, fulget di- es! De-um precemur supplices ; Fulget di-es 



*v 



h 



Ant. 



■ÏZZ^ 



O ammirabi-le. Ps. De-us in nominc .. E u o u a e. 



Capitulum : Régi autem. 



13=^ 



U^ 



ri.(B). Ihesu Xpi-ste, Fi-li De-i uiui, miserere nobis. Qui sedes ad dextram Patris.'j/ .T\x Pa- 



(a) — La longue vocalise que chante le chœur sur: Ignem accenie, est la neume usitée autre- 
fols, à Sens, pourlafin desi^. des i" {mixte), ii« et \\' modes. (Cf. Antiph. de Sens, 1765, !oc. cil.) 
Ce gracieux mélisme se retrouve dans tous les documents liturgiques senonais. Déjà il figure 
dans l'office des SS. Savinien et Potentien, attribué à Odoranne (xi» siècle). (Cf. ms delà Vati- 
cane, 577, fol. 93 '" (notation complétée au xiii» siècle.) 

Nous le transcrivons d'après le ms. de Rome, où on le trouve sur le mot Serotinus, recopié 
avec cette neume, après le Gloria du dernier i\\ de Mâtines. 



h 



^ 



P 



Se- - ro-ti- nus 



Dans \' Antiphonaire de Sens de 155.;, cette vocalise est reproduite en maint endroit, en 
particulier fol. 179 »' (office de saint Loup) et fol. 217 ™ (office des saints Savinien et 
Potentien). 

Plus loin, nous la verrons utilisée d'une façon fort ingénieuse. 

(b) — A remarquer comment, dans ce r^\, la mélodie se modifie pour s'adapter parfai- 
tement aux paroles, quand les syllabes sont en nombre inégal. Par exemple, la syii^rèse qui 
suit : 



i58 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



■"-^ la ^ «V l« • 




■ ■ • ' . •■ • 1 ■ ■ ■ . 




- - • • . ' 11 . ■ ■ . 


_ 


tris uerbige-na factus caro, De- um nobis homo, plaça, De-us et da ueni-am. Qui sedes. 


• 1 ' ■ ^ . ^ 1 ■ !■ A 


_ _ 




• ■ '■'«. "■'■" 


. ■ . ' . 




Lf. 1 . . 


— . ' ■ ■ ■ 





Glori- a Patrie et Fi-li-Oy et Spi-ri-tu-i saucto ; Sicut erat in principi-o. 



Uersîculus. 



■ l 




. -■- 






». 


it- 


.-'.'■ ,.-■■« 1. 


■ * • 


1 s r« 1»- [ 


■ >• it . • ' . ■ 


■ r« i« i ■ 


a ' '. • 




1 • i»,_ j , > 1 


1. 

• 


E-xurge, Do- mine, nostra re-derapti- o, Cor nostrum ui- si-ta 


celesti ra-di- o; 


E 


. fi . . 




î ■ »a« ,- .. 1 , , . 


a r*» , ■■ 


. 


' ♦■ 1 . < ■ .. ! 


♦* 


■ ! ■ 1 


2. 


• - ' ■« 
Qui carnem indu- ens pro carnis ui- ci-o, Nouo con- temptus 


es na-ture stu- 


E 








8» - 





[I3™] di- o. 



Kyriel [eison 



y fc=ï 



w-:-P . - P = 



Pater cuncta qui guber [nas] 



Duo clerici. 



:^=^ 



T^Mn 



ju-.-n- 



Pa-ter nos- ter. Fi- dem ause, 



Duo canonici. 



Credo in De-um, [Patrem].... Solus qui tu-etur [omnia] 



bzr:^ 



Verbige-na factus caro. 



t:^^=t 



Patri et Fi-li- 0. 



et aussi le changement des divis en cephalicus et vice versa. (Cf. Pal. Mus., t. 111, p. 70 

et s.) 



TEXTE MUSICAL 



,59 



Benedicamus. 



s- 



-r*- 



1. Casti-ta-tis li-li- um cfflo-ru- it, qui- a De- i Fi-li-us apparu- it; Fulget di- es is-ta 



5nr 



S 



-V- 



2. Uirgo ma- ter sa-cro lac-tat u-be- re quem conce-pit si-ne ui-ri se-mine ; 



E— 



FULGET [DIE3ISTA CELEBRIs]. 



E- 



-V 



3. Rege nato, exultât in laudi-bus multi-ludo celestis exerci-tus; Fulget. 



■ 




• *. 


-î-s; — 














c 


. ■ ■ 


^ F. 


r* m 






■ « 




■ * 




• 








m ■ 




• • 


■ 







4. Ad uidendum monent i-re pro-ti-nus Stella magos, et pastores ange-lus; Fulget. 



-î- 



É- 



^-. 



5. Uagit infans paruus in cunabulis, De- um prodit signum noui syderis; Fulget. 



-î- 



E- 



-■•— • «- 



-V 



6. Saluatorem pasto-res annunti- ant, De-um natum Magi donis predicant. Fulget. 



-r- 



* 



7. Uirgo mater seruat hec in a-nimo et par cuncta benedi-cit Domino. 



Sequitur lectio de capitulo, et preces, et oratio. 
Deo gratias. 



-^ 



Ê= 



-N- 



-V 



rti 



[14"'»] 1. Incorrupta Uirgo et pu-erpe-ra,ui-a ui-te, pi-eta-tis ianu-a ; Munda pi- e iNos- 



S-T-î- 



TRA PECTORA. 



p 





■ * % a 


"M^; — 













i 




. ■ \ 


r» , 


, ■ ■ ■ ■ 


■ 


_ 




■ 






■ 






m ■ 




■ ■ 


■ ■ 


' 



2. Tu de spinis uua re-cens puUu-las, benedicta super omnes feminas. Munda 



i6o 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



:^=r 



PI- E [nostra pectora] 



h 



-^ 



:X^ 



3. OJor tu-us si-cut odor balsami, quo curantur te poscentes languidi. Munda pi- e. 



-:- 



j---=-p- 



-■ — ■ — «- 



4. Lumen ui-te sensi-bus irradi- a, De-o digna Stella maris fulgida. Munda. 



-:- 



^-î^ 



-F> 



5. Preces nostras, quesumus, exaudi- as ut dicamus per te De-o gra-ti-as ! 



AD TERCIAM. 



Hynnus. 



S 



Ant. 



Nunc, sancte nobis Spi-ri-tus. 



-f^- 



Quando natus. Ps. Legem pone... E u o u a e. 



Capitulum. 



S 



-■>,». 



r 

Uirgo ucrbo concepit. 



6 



:;: ^ > p, I " ^z:^^jz=tï=i=i^ 



• ■f*~i ■ i~'i 



i|.(a). Uerbumcaro factum est; allslu-ya, al-le-luya.^. Et habi-tauit in no-bis. allé- 



b 






■ 


J , !,_ 


i— 


—4 — î-Tt-.- 


zd 





LuvA. Glori-a Patri, et Fi-li-o, et Spi-ri-tu-i sancto. 

Uersiculus (b). 



£- 



* 



-^-H 



1. Sedentem in super [14"'] ne mai-esta-tis arce Ado-rant humillime proclamantes 
g 



ad te ; 



(a) _ On a vu, dans l'Introduction, p. 33, quelles mutilations avait subies la phrase char- 
mante de ce Répons-Bref. Elle est ainsi notée dans les mss. suivants : B. N. /.it., 1535, fol. 23™, 
avec trois alléluia ; B. de Sens, ms. 6 ; ms. 29, p. 19S. 

(b) — Sauf pour la clausule 4 et la finale, cette mélodie est exactement, en chant syllabique, 
la reproduction de la neume de Ignem accende, à Prime. 



TEXTE MHSICAL 



l6l 



^ . . ^- . ■ . . . 1 


1— L-'— s . i i 




! * ■ ' 


5 a ?— «-! 





3. Cumque illis unde- uiginti ijjuinque: Siii!cf»s, Sanctus, Sanctus Saba-oth rex. 



S — T": — • — 5 — ; n 


~; — ; ' ■ 




■■'■. • •■.■* 


•■. ■■■,■■ 










3. Pleita stint omn\- a. glo-ii-e tti-e Atquc cum inno-ccntissimo grege, 

• 


c -- , ,■ , -■ 






*■•..■ • 


■ ' ■ ■ _ ■ ■ 










4. Qui sine uUa sunt labe, Dicentes cxcelsa uoce : 

• 


E 




■ • . 3 ". 




^^ — 3% ' ^ ■- 





5. Glori- a tibi sit, Xpiste 1 



Benedicamus. 



j— ^ r- .- ■ ■ > \ '' r- .- 



-*—i 



1, Parentis primi nouum facinus, quod su^gessit liostis nequissimus inui- 



• _ -■.l.«- 




■ % . • ■ % s ^ . 


1 ■ 


• , 


i - ' * '1 • • . . 


■ ! 


■ 


dendo nostris successibus, nosier fu-it grauis inie-ritus. 


■ ■ ■ 
Ue miseris, quos tam 


• 

DIRE LE- 






— 




» ! ' ■ '»" S. 




g p, i»-.- 









GIS TRAHIT IM- PE- TUS ! 



;— i— ^■-;=i=' — ^r^j-^ — ==v:i;=î='-i=î=M=J==:X;=J 



2. Paradi-si cultures fu-imus, sed patris culpa exu-lauimus ; exulatu-ri 



*-i — ; *- 








e ■ ' M ' 


>. ■ . r—J 




-*— * î-r4-.-i 1 




! ■%■.'. ' i 




r-*-* r. ' V 



morte grauius, nisi De-us esset propi-ci-us. Ue mi-seris, quos tam dire legis trahit impe-tus! 

■ • ■ • = r— 

-i 



h 



^ - r» ■ = ' ■ Fî=t=j — > ■ 



^ 



3. Sed De-us Pa-ter nii-sit Fi-li-um per Uirginis intacte [15"] gremi-um, 



r^=^ 



r - i 1^ 



r . ' . ' . 



-i 



ut uisi-ta-ret munduin languidum, donans re-is uite reme-dium. Félix culpa, quam dele- 



S— ^-î- 



i • F . i 



fi 
uiT tam beata uicti- ma! 



i i J :-^ ^ ^ Mi > . '-*~-^ - 



-i • g ^ 



4. Is-te fu-it nostra redempti-o, is reduxit nos ab exi-li- o ruptoquc di-re 

OFFICK DE PIERRE DE CORBEIL. l3 



l62 



I. OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



--_-. 8,^^-|-j_E^_-. 



"ftr""~r • - i - r»^"T^ 

monislaquco reslitu-it in uite so- li-o ; Unde i.etus noster chorus Benedicat Domino 



[[ci, absence de rubrique, dans le manuscrit, et de l'N capital du premier mot.] 

[Conductus] (a). 



-1 1- 



-• ï-o h-»- 



-« ■ — = =— •- 



1. [NJostre quod prouiderat salu-tis altitude, temporis attulerat instan- 



-»— -n— -i — -^— i- 



:t=^ 



tis pleniludo ; condescendens aderat de ce-lis fortitudo, Gabrihcl ad Uirginem, qui-a 



M — ^^t4- ~TV.~~^ 



îï 



pulchritudinem rex e- ius cupi- e-rat, thronum hanc ut poneret atque fructus fi-eret, 



Sb > ' .-^^ 



^ 



quod Da- uid iura-ue-rat. 



1 *-* — 5 1 


1 • — 5 ■ j 


>. " '■.■.■'■. 


'•■'.' " 1 


ii9 1 1 ■ • 


' 



2. Gabrihe-le nunci-o Mari- a salutatur ; que sit salu-ta-ti- o Uirgo pauens 







■ 






■ 


■ ■ . 








El ■ " ■ 


■ 




■ ■ ■ 


■ ■ ' 


■ g 






• ■ , 


i 


îb ■ ■ 






■ , ■ 1 















mi-ra-tur et credens [15^"] consi-li- o per aurem impregnatv.r. I3e-a-ta que cre-didit, 

(0 



ib ' . ■ '~ ^ T^ 1 ^^^-i-'-^^-fi- 



'-i 



conce-pit et cdidit summi Patris Fi- li- um 1 Nec pudor amissus est, nec dolor admis- 



h-î— t ^-r^— ^-VH»- 



sus est per hoc pu-erpe- ri- um. 
■ • 1— =^ 



h- 



-a = — ■— 



="z=îz;z=i=^=;=t=^ 



3. In terris qui nalus est, in ce-lis adoratur ; qui sanctorum decus est, pan- 



. , 


• 


■ 


■ . , - , , 


E . • ■ 


' . ■ . • 


. " ■ . 


■ 


■ - . 1 


* 


Eu ■ ■ 








nis circumliga-tur; 


quique panis uiuus est, in 


cunis a-blacta-tur. Aaron uirga 


floru- it 





(a) — Mélodie reproduite par Dkeves, xx, Anhang n, n" xxvii, mais d'après une des copies de 
la B. N. 11 s'y présente quelques fautes, et le sit) est omis. 



(i)A/s. : g_l«._ 



Fi- li-uml 



TEXTE MUSICAL 



i63 



• l'a • 


1 ' ■ . 


Pi ■ ■ • • 1 !♦« ' !♦» ■ • 


. ■ • . J 


Ela • * . ' 1 ' • . ' • P. • 


■ . • ■ ' i 


uellus rore madu-it, Mari- a cum pepe-rit; rubus inflammatus est, nec tamen combus- 


1 ' ■ ■ 




!i ■ 1\ * \\ • • 




Sb . ■ 1 ' • ■ % 





tus est, nam Uirgo non de- pe-rit. 



Sv 



'■■ I .. . :.z1t:^z=:z: ^.. ■ . I 



-^TT-]-r— a 



4. Mis-ticis umbraculis o-Iim prc-figuratum et multis oraculis fu-it pre- 







■ 1 


, ■ 


.... ...^ ■ , ■■, 


El ■ ■ « 


■ 


■ - .1 


. . ■ ■ - 


. ■ . 


• 'il 


ib " * 


-, - 1 




■ 



nunci-atum, quod nostris inseculis gaudemus declaratum. Res miranda geritur : uagit 

(3) 



h ' ' ■ . ■ I ' > ' , ' -^^^ 



:=â=r=;=}zz^ 



tt non loqui-tur De- i sapi-en- ti-a; Uix crca-tor omni-um habct diucrsori-um, inter 



Ek .'~^ 



anima- li- a. 



[16'"] Conductus ad presbyterum. 



-* ■ ■ . « 



E 



-|-i— • i 



1. Dl-es festa co-li-tur, tangc symphoni- am, nam pu- er qui nasci-tur iuxta 



i_! , , ■ — !- 



-f.-!- 



^T 



^'-^^ i 



prophe-ti- am, ut gygas egreditur ad currendam ui-am. Félix est egressi-o per 



QUAM FIT REMISSl-O 1 



■ I . ■ ■ 



■ ■ 



2. Di-e-i sollempni-tas i-ta ce-lebre-tur, ut prudens simpli-ci-tas bonum o- 
(3) 



^^^^ÉE^E^^ 



t-ilTï 



V 



pere-tur, et non cesset cari- tas, que nos comi-tctur. Félix est [egressio] I 



{>)Ms.: fX=: 



Pe- périt. 



(^) Ms. : f^m^l 



Sapien-ti-a. 



^^) Ms. : g ■ ^ |- 

î 

Cari-tas. 



164 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



-• — a •- 



h 



^ 



i 



3. Di-e-i det glo-ri-am homo iam rena-tus, qui per negligcnti-am o-lim exu-la- 

(2) 



5-i i— '— ^ 



tus, per mise-ri-cordi-am redit liberatus. Félix est... 



■ 


— ■ — 


•- i- ;. ■ '. n; . 


-r— — r. , 


1 — = — ■ — = 


i 






L,_J 


k-S '-n-i 



4. Dl-em haiic le-ti-ci- e fecit homo De- us, dono cu-ius gra-ti-e susci-ta-tur 

(?) 



Le." Ë 



-f.- 



« « 



re- us, cum de domo uidu- e exit Hc-lyse-us. Félix est... 



h 



zr-^—Oi- 



-* -■ — ■- 



^ 



(4) 



» ■ «^ 



i 



5. Di- es o tam ce-lebris, quam es ammiranda ! Tu luces in te-nebris, lux glori-fi- 
(5) 



■^1 — ■-* ^— — r 



irîz-î: 



canda, per quam ui-ta funebris nobis est ui-tanda. Félix est... 



-■ — ■ — ■—=—■■ 



S 



^=4=^ 



I^Hï^t 



(6) 



6. Dl-e istaclaru-it lumen istud cla-rum, quod nobis inno-tu [16'°] it, uocc 

(7) 



h^ 



-fin-i- 



-f- 



• Hl- 

prophe-tarum, splcndor cu-ius di-lu-it noctem tenebrarum. Félix est.. 



(t)A/s. .• itH^ 



negligenti- am. 



(2) A/s. : 



misericordi- am. 



(3) Ms. : ;-■ , I 



uidu-e. 



(5)A/s. : g ■ , I 

a 
funebris. 



(4) ils. : g ' f- . I 
te-nebris. 

(6) .Us.: ; ^r»"r1~ 

inno- tu-it. 



(7) Ms. : p=: 



di-lu-it. 



TEXTE MUSICAL 



l65 



OFFIGIUM AD MISSAM. 



ll.tr,] L]' "- - 



X 



-i- 



^ 



Pu-er na- tus est. Ps. Canta-te... Eu o u a c. 

H. 



Kyrlel[elson] : ^_î_ 



t=z=zit=^z^ 



S=i 



3=;: 



Clemcns rcctor, e-ternc Pa- ter immense. 



Duo. 



nr^r-^ 



frS— a- 



J-^ 



r-r-'^:^ 



Glori- a in excelsis Deo, Cuius rebc-at in om-ni glori-a mundo. 



:Xr:X 



±ï ^-.-Ji^::\i 



Et in terra pa.\-, Fax per-hennis, Homiiiibus boue uoluntatis. Qui De- um di- 



1^ 



-M^ 



<_3_.!_{_|î_]_i ^ 



a r . . ■ — i— ^=^ 



^ 



li- gunt 111 ueri- tate. Laudamus Te, Te de- cet laus. Benedi-cimus Te, De di-e 



'^ 



t= ^—r\-r ^'--^ 



P "*' Ml ■ > 



i^zti 



-»— i-« — tt 



in di- em. Ado-ramus Te, Cum prece, uo-to, hyn-nis assumus ecce Tibi. Glori-fica- 



-!- 



!iiX± 



:X;: 



-^^^V^ 



mus Te, Qui in ce-lis glori-osus es. Gra-ti-as agimus Tibi, De bene-lici- is tu- is. 



:f*=r^ 



j-rH-K7 



-t- 



Propter magnant glo-ri-am tu-am, Ammira-bilem glo-ri-am. Domine De- us, Rex super 



ih'—'- ^ 



"-r^TT-T 



■ -^r« 



-r 



^-i 



omnes unus. Rex ce-les-tis, Rex sine fi-ne manens. \n">] De-us Pa-ter omni-po-tens. Ira- 



a ^v .. 



^^=^ 3 r» ' ^7-i^---r;^ =| 



perans celo et terre, et regens mari- a. Domi-ne, Fi- li unigenite, Spes nostra, 



ïH 



iS>^ 



to 



!^-A- 



sa- lus nostra. Ihesu Xpiste, Uenturum qucin longe cecinere prophe-te. Domi-ne 



i66 



L OFFICE DE IMERRE DE CORBEIL 



!li^=^ 



> ■ . — . 



-■ — • — = • — •- 



d 



De- us, Agiius De- i. Tu uictiraa et hosti-a factus es crucis ara. Fi- lius Patris, A Pa- 



dîzr: 



-^-'-T- 



:^M 



1^!=;=;: 



:^=!it=:1 



tre genitus ante secula. Qui tollis pcccata tnundi, Quod perhibu- it lohannes. Mise-rere 



% 



' ■ — fsT 



I^ 



-8- p. ' ■[! 



nobis, Quia uenit tempus mi- se- rendi. Qui tollis peccata tnundi. Qui nostram an- 



-^ 



-L-^-^-J V 



tiquam leui- asti sarcinam. Suscipe deprecati- onein nostram, Preces intende seruo-rum 



^i-g— n-J-^Hi— f-T— ■— — — J- 



îk^l»^ 



-r-l-f! »^ 



ad te deuo-te clamantum. Qui se- des. In superne maiesta-tis arce. Ad dexteram Pa- 



tris, Ubi ad dextram Patris almam sedes, conregnans, co-e-ternus per omni-a. Mise- 



X= rrfT-^ ^ . r. i ■ IT^' ^ r . ' :^:=3=M=Xl=:3 



[17"=] rere no-bis, Ne dampnemur cum impi- is in aduentu iudi-cis. Quoni- am Tu so- 



:X^ 



^^E^^ 



^— r 



9- 



lus sanclus, Sanctus sanctorum De- us. Tu solus Dominus, Dominus domi- nan- 



±V^=V 



i=:!=^ii?=S:i=iJ^!=i=r 



1^=1*: 



îî 



ti- uni. Tu so-lus Altissimus, Supra ce-ligenas etheris omnes. Ihesu A'/iis/e, Qui 



K 



' i i . ■ . 



H 



mânes in eternum cum Pâtre. Cum sancto Spiri-tu, Po-tenter cuncta disponendo cum e-o 



■" ^>. ilv^ ^viit^ 



secla. In glori- a De- i Pa- tris. A-men. 



Conductus ad subdiaconum {\). 



I . , 

' r-i-"H — • ■ i .. ■)—■ ■— 

-■ . ■ ' I ■ — -ri ■ . ■ ■ — I 1 



1. Lux opta-ta claru-it, gaude Sy-on fi-li-a ; uirga que iam aru- it, uirga suc- 



S i 


-« ■ ■ ' r* . ' 1 . . ■ . . 


. T-^-i ri 


« ■ . 


' • 1 ■ ■ ■ * ■ ■ 


■ 








■ ■ 


■ " ■ 


' ' ■ « - 


■ - ' ' 



ci nesci-a, uirga lesse tloru- it iuxta ua- ti-cini-a cum glo-ri-a. Gigni-tur, nasci-tur 



(a) — Cf. Variite preces, 3" éd., p. 71. 



TEXTK MfSICAL 



— — r-1 



Xpistus, sicut uo-lu- it diuina clcmcn-ti-a. Hoc in hoc ! noc in hoc ! iioc m noc sollemp- 



E- 



1^=7: 



NI-O CONCINAT IIEC CONCI- ol 



5 

■ 


■ ■ ■ ■' 1- 


•— 1 : 1 

— *— -i — ■ ., ■ — t 



2. Nasccndi priinorJi- a su [18"] bi-it e-ternitas, indu- it serui-ti-a su- 



•_, — , — — , — î 1 1 1 

ï— 1 : * « I * • — 



perna rega-Iitas, lactat patrem ti-li-a, quem parit uirgi-ni-tas cum glo-ri-a. An-gitur, 



6- 



-X 



t 



t- 



frangitur hosti-lis pro-terui-a et e-ius po-tentia. Hoc in hoc I... 

S — 



-• — \—t *- 



3. Quicquid fu- it mysticum testamento ue-teri, quicquid fu- it typicum, Mo- 



; a 


■ • ■ ■ . 










s ' . 


■ r» . 1 . . ■ . .1 


, 




. ■ . 


1 ■ ■ . ■ ■ . • . 


■ 




■ * • 


1 1 • • . 


• . 


i 


y-ses et ceteri, fructum per Daui-ticuin decet pate-fi-e-ri cum glori-a. Hoc in hocI .|.-J 


■ II. 'i' ^.1. ■ • 






■ ■ ». 






. - 1 1 1 ■ . . 


• . 





lude- a, Gens re-a, regem crede ce-licum, per quem sumus libe-ri. Hoc in hoc 1... 



6- 



. . * I » — • i 



4.Gensdigna suppli-ci-o, Dani-e-lem legi-tis, quod de-fecit uncti-o pridcm 



r; i 


I ' » 


__!_^^ . 


■ 








■ • . 




1 ■ ■ a ■ 




■ • • 1 • 






■ ' ■ 


1 


• -. 



intelligi-tis, missum ce-li nunti-o Messy-am non credi-tis cum glori-a. [...J Hoc in hoc! 



(i) A/s. : 



liberi. noc in hoc. 



[2) Voir p. iio, note. Nous reproduisons ici la dernière strophe du conductus de Beauvais. 
Elle complétera la nôtre et offrira en même temps les variantes mélodiques que présente le ms. 
Eg . 2615. 



1 . 




-*-^ 


■ ■ ■ 1 ■ " - ■ . 






• . . • 1 ■ ■ . 


■ . " 1 ■ ■ ■ 




Gens digna suppli-ci-o, Dani-e-Iem legi-tis, quod de-fecit uncti-o pridem intelligi-tis, Missum 
■ -■- - .-■-. 


i " • . ■ . - . B . , 


. 1 . ■ 1 ■ i 


■ ■ . ■ ' • - * ■ 


• 


..... 1 a 1 a . 





ce-li so-li-o Messy-am non credi-tis cum glori-a. 0-ri-tur, mo-ri- tur pro mundi rente- 



i68 



hï- 



L OFFICE I)F. PIERRE DE CORBEIL 

Epystola (a). 



-^^ 



-V 



Laudem De-o dicam per secula, Qui me plasma-uit in manu dextera et re-formauit 

5- 



r T~'~r^ 



4: 



t 



-V 



cruce purpu-re-a, sanguine Na-ti qui cunctos rede [18''°] mit. Ab ortu so-Iis, orbis per 



%. ' > 



-%■ 



-F. 



climata, usque ad mundi partes occiduas, in e-ius laudc clamores exci-tat 

S — — » . . ' ■ — r — s- 



-V. 



Lec-ti-o Ysa-i-e prophe-te, In qua Xpis-ti lucida ua-ticinatur na-ti-uitas.Wec dicit Do- 
t . ■ i> - . ■ . -, T 



minus, Pa-ter, Fi-li-us, sanctus Spi-ri-tus, De-us unus : Popii-lus gcnti-um qui ambulabat 
I— in 



1 ■- --t 



±ï-r—i 



!H ïeiiefcri's, Quem cre-asti, quera fraude subdola liostis expu-lit paradyso, Uidit lucem 



S 1 


■ ■ ■ " 


■ ■ • 


— ','*■. ■ 


— . . . . . . J 


■ ■ 


■ 1 1 


a 









magnam. Fulserunt et immani- a, nocte medi-a, pastoribus lumina, Habi-tantibus in re- 



l 



:p= 



^*-^ 



^K 



■ ■ " ■ I "« 



gi- one nmire woids ; i,!/.v sempi-terna et redempti-o uere nostra Or-ta est eis. O 
l ' * . — "-j 1 s— î •-; ï-i— : • S-^ 



stupenda na-ti-uitas! Paruulus enim iiatus est no-bis, Magnus hic e-rit Ihesus Fi-Ii-us De-i. 

J . î I 



-^ . ' • ' I . ■ ■ I 1 ' « -T— « ■ I 



Et Fi-li-us Patris summi da- tus est nobis, Ab arce summa. Etfactus est princi-pa- 

(2) 



■ ■ ■ 



« I ■ -, ■ . --t-L 



^ . I — • ■ . ...IJ 



tus [eius] super humerum e-ius, [19"] Ut celos regat atque arua, necnon refrenet maria, 



h f 


. , , . Il 


" ■ 




■ 


> , 




■ ■ 




■ ' ■ 


II 








■ ■ 


_, 




1 ■ 




- ■ Il 



di-J [ ] .- Hoc IN HOC 1 HOC IN HOC I HOC IN HOC SOLLEMPNI-Û CONCINAT llEC CONCI- I 

(a) — Voir Appendice i. 

(i)Ms.: 

Lux. 
(3) Il n'y a pas de notes sur dus, parce que, comine nous l'avons dit, ce mot est ici par erreur. 
Voir p. 112, note 



TEXTE MUSICAL 



i6g 



^. ■ •• '- ' P J ■ \ ~* ^^ 



■f—i 



Et uocabi-tur nomen e-ius : Mcssy-as, Sother, Emmanuhel, Saba-oth, Adona-y, Ammi- 



6-o-i: 



^s 5 . . I J 



ra-bi-lis, Radix Dauid, Consi-li-a-ri-tis De-i Patris qui cre-auit omni-a, £>e- iis fortis, 



g- 



— H 



.__l_>-j_^ — 'T^'-^' '-^^=^'=^'-'-'-t-i-ï=^:-=P 



Pulchre dcmonum castra pe-rimens te-tcrrima, Pa-ter fii-lu-ri se-cu-li, Rcx omnipotens, 



5^ 



*^ 



T- 



Princeps pacis. Per secla sempi-terna Multipli-cabi-tur e-iiis impe-ri-um. In Iheru-sa-lem, 



s- 



j-rd 



— ■— 1-: =^ 



^— iS- 



1-^ 



-♦ ■ ■ « rn^^ 



lude-a, siue Sama-ri-a; Et pa-cis non erit finis Hic et in eu-um. Super soli-um Dauid 



il ■ « « 



-i— i— i 



^— ^.»-M-^^-- ■^ . . ■ " 



et super reffKum eius sede-bit, Et regni meta ipsi-us non e-rit a-liqua, Utconflrmet 



±^=^ 



-j-j-!-| r . J -' • I %, ;- 



i7/ud, In tide-i pignore, Etcorroborct in iudi- ci- o tt iusti-ci-a, Index cum ne- 



s- 



J- 



ri=r=s: 



t 



t^ 



i "^ i ■ 



:^ 



±înn^ 



nerit iudicare seculum. .4moJo il- li de-betur glo- ri-a, laus et iubi [19™] la-ti- o, 

S — i— »-■ " ■ ■ ] 



£t usque in sempi-ternum. 



In medio choro (a). 



h 3 — ■ f^ . ■ I 



i&ï: 



ij. Uiderunt Emma- nu-el, Patris unige-nitum, in ru-inam Is-rahel et salutem positum; 



(a) — Il est impossible de ne pas être frappé de l'allure, de la tonalité toute moderne de ce r{. 
Jusqu'à la reprise: omnes, la mélodie, en effet, est écrite dans la pure gamme majeure de /■' et 
présente des cadences régulières en demi-ton. C'est rare, dans une pièce de cette époque, et peu 
conforme au genre grégorien. 

Si on se rappelle que cette tournure mélodique se trouve assez fréquemment dans le chant 
mozarabe, même ancien, peut-être sera-t-il permis de croire, pour ce irope musical, à une ori- 
gine espagnole ou au moins très méridionale. 

Lire sur les chants offrant des cadences de celte nature le curieux article de D. Pothier 
{Revue du Ch. grégorien, ly année, p. 5), à propos d'une mélodie espagnole du Tanium ergo. 

Quoi qu'il en soit, le trope musical intercalé entre les deux premiers mots du Bj. n'est pas 
indigne de la composition primitive. On reste charmé de sa symétrie, de sa fraîcheur et du 
mouvement si ondoyant de sa délicate finale. 



OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. 



H 



170 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



h- 



Hominem in terapore, uerbum in principi- o, urbis, quam fundauerat, natum in pala- 



^ ....a j^NN iN.r '^^" ' ' 1^^ ^ = ^^ ' --^^^^-Ttt^ 



o, Oin- nés fines ter- re salula- re De- 



^ 



ii^- =!;=M^^:^=^= ^i .g, , ,\ I , ^-'^ ^-\^u ^ } I }\^ ^ 



•% ■ ■ — ^ — Il 

i nostri : lubi-late De- om- nis 



terra. 



h 



-•— ■ 1— • — • — = — »- 



li^ 



T^ . Notum fecit quod profu-it, cum uirga lesse fioru-it, quod protu-lit, quod 



K-*^ 



•' . fernr^.'. -■■ I . .. . ,.,1 — — 1 =^ 

. A ■ ■ ■ S ■ ■ - " 



< a =— « ■ »- 



docu-it et quod Pa-ter consu-lu-it, de-i-tate so-cia, nascitur de fi-li-a Qui manet in 
glori-a, Do-minus saluta- re su- um : ante conspectum gen-ti- iim re- uela- 



^^^^^^ 



uit iusti- ci-am su-am. (i) 



In pulpito. 



g- 



I^^ffi 



-r^^i-^ 



Aile- lu- ya. "^ . Multi- pha- ri- e. 



Prosa (a) 



Leta-bun-dus. 



(i) Voir Introduction, p. 18. 

(a) — En raison même de sa très grande vogue, celte séquence eut plus que d'autres à souffrir 
de graves déformations. Déjà ici, elle s'éloigne du texte primitif : 



fee 



Laeta-bundus. 



Voici ce que ce début était devenu, au xv siècle: 

S ^ 



^s^ 



p— ^^^^=f^ 



Laeta-bun- dus. 



TEXTE MUSICAL 



[71 



Gonductus ad euangelium (a) 



E 



■ " ■ 



■ [ ■ ' ■ ■ ■ " -j- 



t 



1. Quanto decet honore, quanta ualet le-ti-ci-a [ZO"] lubilet eccle-si- a 



~K-.-r— T--— ~r^ 



corde simul et o- re, sumini Pairis Fi-li-um summum decet gaudi-um. A uoce iocon - 



■ . ■ 



■ ■ 



da non disso- net mens munda : di-es est letabunda, Di-es hec,Di-es hec mebitos coro- 



t=f: 



NAT ET CRIMINA CONDONAT. 



g ■ .-■- -■■ 



■ . « 



■ I ■ ■ ■ ■ 



2. Ista di-es sacra-ta, in qua liber a crimine, lordanis in flumine, nostra 



i 



:^ 



:X^ 



:^=^ 



t 



lauit pecca- ta; Horum tamen ue-ni-a sola datur grati- a ; homo non meretur quod 



ï ■• 




1 . - . - - -Il 


i ■ ■ 


■ ■ ■ ■ 


" • 


1 - " ■ ■ . Il 




■ ■ < m ' 


* ■ - 


' ■ ■ ■ ■ Il 



De-us misère- tur. [....] Aliter, aliter meritum humanum, inefficax et uanum. 



-r- 



:s=3î 



♦. ■ T* 



3» 



m.: 



i 



Dominus uobis-cum. Et cum spi-ri-tu tu- o. Sequen- ti- a sancti Euange- 



l=ir . I J . i K 



:s=3 



■ * ^^* 



li- i se-cun-dum Lu- cam. Glori-a Tibi, Do- mi-ne. 



Euangelium. 



!_Ë__S ! ^ ■ 



=3VT 



-^8-^-i 



In il- lo tempo- re : Postquam consumma-ti sunt di-es octo, ut circumcide-retur 



^8 \ - 



^izrzrd 



: r^-^r8-n ^===^ i^5-^^a '♦. i ^^ 



-t- 



pu-er ; uoca- tum est [20"] noinen e- ius Ihesus, Quod uocatum est ab an-ge- lo 



(a) — Ce conductus mérite vraiment de fixer l'attention. Texte et musique sont intéressants. — 
A remarquer surtout le chant du refrain dont les paroles finales : crimina conionat ; inefftcix 

et vanutn offrent déjà par elles-mêmes une cadence si harmonieuse. Celles-ci ne sont-elles pas, 

I . • • I • 

du reste, pour l'oreille, l'équivalent du cursus trispondatque : Illustrati-ONE do-cu- is-ti I" 

t . . . f . 

CRI-Ml-NA CONDO-.VAT. 



172 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



, i ^\ . -g 



LTLri .s |^==^=^=^ !;i r't^^^vï%=frLi^^=t^ 



:ft: 



pri- usquam in ute- ro concipe- 



re-tur. (i) 



Dno presbyteri uel diaconi (a) 



S ^ 




j\ . . — fi-*- 


^v 


'^j • 


. 


'" -*4 


■ 


■ - 


3 r^ 






" • . ■ . 


• ■ • 


■ ■ . ■ 


1 


> 


■ 



Credo in unum Deum, Unum De- um in tri-ni-tate, Patrem Omnipo-tentem, Qui poli 



h 



3v 



-1- 



;ss= 



-V-! — ! — r . . ' « ■ — i-î- 



summa re-sidet in arce, tri-nus et unus, Faclorem celi et terre, Conditorem fa-bri-ce 



S 



^ ^ * « 5 r . 3\ %, 



-p.- 



■^=3V^V,^zt?: 



.=.!<- 



mundi, Uisibili-um omiii-tnn et iiiuisibili- M»i,Quece-li ambi- tu conti- 













— 1 


. ' ■ ■ ■ 


• , 


• " 


9 ■■• , 


■ ■-! 


• ■ ■ • 


Lj — ■ . ■ . -1 


• ■ 


__.■ . 1 



nentur. Et in unum Dominum, Qui Dominus est omni-um, Iliestim Xpistum, Regem se- 



e 



3n=î?irî 



^ 



-■-»—■ ■— ■- 



-^ 



ii— ^ — --y 



-Ti— H 



eu- \orum, Fili-icm De- i tinigeni- (»m, Uerbum Pa-tris. El ex Fatre natum,Pù-\:isq\ia.m 



h 



:î==S; 



^^=g^n^^^— ^ 



s=N:: 



-Ts— .-^-. 



i ■■y .p. t--— p^ ">■■ j 



mundus fi-eret, i4i!(e OHiiii-a secu- la, Cu- ius gene-ra-ti- o non ha-bet 
\ n 1 ï n 1 »-*■ 



z^z^dhî; 



fi- neni. De- um Je De-o, De-itate soci-a, Lumen de lumme, [21''°] Quod o-lim nostris re- 



h 



rtî: 



J: 



ij-T— 3 



fulsit in tenebris, De-um uemm de De-o uero, Patris eterni gcnitum ab o-re. Geni-tum, 



5 



in r* 3 ..^' . ■ - 



non factum, Factum suh lege, Consubslanli-3-lem Patri, Co-eternum per omni-a, Per quem 



h 



-t 



J^i-z^TpH^. — ' ■ ■ -i-l— . . >- =^ 



' • 1 » . 



omni-a facta iioif, Ualde bo- na. Qui propter nos homines, Florigero pulsos solio, 



h 



-^ 



fg-^ g M 



primi patris pro de-licto, Et propter nostram salutem descendit de ce- lis, Si-cut pluui-a 



(i) Ms. : Concipereretur. 

(a) — Quoique un peu plus chargi de notes, ce Cndj est le même que le CreJo n°i des édi- 
tions de Solesmes, devenu le Credo 2 dans l'édition vaticane. 



TEXTE MUSICAL 



173 



r^^ j -^ r- "■ ' ' ' ' ■" 



-«H — ■ •- 



-•- ' 1 » , ■ r \ ^^ 



in uel- lus. Et incarnatus est de Spiri-tu sanclo, ex Mari-a Uirgi- ne, Qaod e-n\m 



i » v a 



I ■ « . ^ 1\ A 



■ ■ 



:^ 



«i ^ 



^^-r 



in e-a na- lum est de Spi-ritu sancto est: Et Homo factus est Ut saluum faceretge- 



r-*- > . — -*-T-^ 



« ■ 



nus humanum. Cruct-Jixus e-ti-am pto }wbis, Miiis hosti-a factus nostra, ob remedi-a : 



h 



-T 



f.-^ r- .—^ 






Sub Pontio Pila- to, Cum Pilatus habe-ret pre-sidi-um, [SI'"] Passus tt sepultus est. Ut 



h 



-:- 



'4 — « . « I • — » 



t 



r 



expi-a-tos sordibus rcddat polorum scdibus. Et resiirrexit terci-a di-e, Uicto rege sce- 



V-r-. : r 








-i- — J 


• ' 


■ ■ , 










■ ■ • 


. «. 


■ 




■ — 5 — ■ 


■ ■ 





■ ■ 


~^^ 


- '♦ ■ 





leris, redi-it ab infcris, cum summa uictori- a, Secundum scriplu- >as, Tune impiété 

J !— S. dj-l» 



:x 



- Ts— »- 



-t—- — i_ 



sunt scripture. Et ascendit in celum, Ante conspectum gentium, Sedet ad dexteram 



S 1 


- 


■■ 




a. 




■ 






• , 


1 " ■ 


• • • ■ 


• 


■ 


■ ■ 1 


"•♦ ■ 


■ 






■ 


L4C^ 


■ ■ 






■ 


—-î 3 



Pa-tris, Sceptrum tenens impe-ri-a- le. Et i-terum uenturus est cum glori-a, Ca-terua 



s- 



_-î « . — »_t* 



septus ange-lica, ludicare uiuos et mortti- os, Digna rependens me-ri- ta : Cuius re-gni 
l 



-t- 



non e-ritfi- nis, In eternum Dominus regnabit et ultra. Et in Spiritum sanctum, Domi- 



S , , 




' ■ . , . • 




■ .■■«■• 


• ■ ■ ■ ■ J 


p—. 


■ . 


■ ■ , ■ 1 ■ 


■ ■ ' 



)!um, et uiui-ficantem, Qui animabus uiui-hcandis aquas fecundat ; Qui ex Pâtre Fi-li-o- 

S — ^- 



n 



que procedit, Amborum sacrum spiramen, nexus amorque, Qh! cum Patie et Fili-o [22'°] 



6 n 




• • 




, • ■ 


• • • . . , 




• . i <. 


• - 1 . 


. • •-^.•. 


. 


"♦ ■ 




—w*- 


-j5-.-;-j 



simul adoratur, Una permanens in usy-a, Et conglori- fica- tur, Cum qui-bus régnât 

Ê- 



-r-a- 



t==^ 



4- 



^^ 



^ a • . ^ 



De-us anie se-cu-la : Qui loquutus est per prophetas, Uerbis ut essent protlu- i et ca-ri- 



'74 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



r 



r- ■ . ■ i n 



-• =-T«: 



^ V 

ta- te leruidi. £'f unam, sanctam, catho-licam et aposto-licam ecclesi- am, Ange- lis 



E 



\ — : ■ ' 1s " I ■ 



^-is-L, KT 



coronatam ut sponsata comité. Confite-or uiiiim baptisma, Crismate ue- ro genusutcre- 



h 



_a ■- 



:. -; --J 



-•— — ■ ■ 



■ ■ 

etur Xpisticolarum, In remissi-onem peccatorum, Quod sanauit lesi-onem multorum pec- 



. a ! 1 S— - ■ ■ ! g ■ , 

— ■-! j g-g-. I l ■ ■ ■ . ' I ■' ' _ P i p — ^— > 



-T 



caminum in Ma-ri-a. Et expecto reswrectionem morlu-otum, In districti aduentu iu- 

E— 



i- 



U. I "-stlNZ^jZ..^^^^ -^^ 



!- 



po-re re- tri- bu-ti- o- nis. 



dicis. Et iiitam nentiiri se-ciili, In tem- 



6 



E: 



A- meu. 



Offertorium. 



>i ■ ^ ^v Tv ing 



Tu- i sunt ce- li. 



Duo clerici (a). 



V 



^ 



Mv4 — l 



? — ^ 



:^ 



'♦ j » «~ ' •♦ 



:^^r^ 



1^ à ^^T 



San- ctus. ^. Perpetu- o numine cuncta re [32''"] gens. 5ane(us. "^ , Régna cuius dis- 



^ 



:î=?; 



j-P- \ f! 



--m=^ 



=F 



po-nens iure per- henni. San- ctus.i^, Consimi-lis qui bona cuncta nutris. Dominus De-us 



t 



-• =-•— i — = — ►- 



-^n-V 



-/^_^ l s-V4t^ 



-^ 



tsz 



Sa- ba- oth. Pleni sunt celi et terra, glo-ri- a tu- a, O-sanna in ex-cel- sis ! 



S r-1.. '-K 



-m- — = ■- 



^ 



y. O De- i- tas clemens, seruo- rum suscipe laudes. Benedictus Mari-e Fi- li- us qu 



:î5; 



^ 



r*^ 



iX:?^ 



-IÇ-^ 



ue- nitln nomine Do- mini. "^ . Plebs Tibi, mente pi- a, genitor, dictante sophy- a, 



(a) — Cf. Editions de Solesmcs et Vaticane, Sanctus n» 4. 



TEXTE MUSICAL 



.75 



Ê- 



^=^^m 



-^.-*^ 



:i=^=5= 



r^-"^^ 



-»— i 



lubilet: Osanna ! '^. Laudibus intenta Tibi plebs quoque, Xpisie re-demp-tor, Gémi- 



E- 



dî: 



-ï-8- 



'♦. ■ r-p. I ? 



^ 



y 



net : Osan/ia .' Carminis in me-ta sit, Spiri- tus et Tibi, le- ta Triplicet : Osaniia in 



fzV4-Ti»^ 



:^ 



i» ■ > 



i 



S4^ 



e.v-ce/- sisl'^.O quanta, qualis, quam su-a-uis, quam be-a-ta glori- al 



h-i- 



^ 



' r. . . I f! . ■ 1» , ^^ 



Qua complentur, continentur, gubernantur om- ni- a. 

Duo clericuli (a). 



h 



^T==i=i=M=\ 



ji i ly . I . i ■ i > « ■ ' 



[23''»] Agnus De- i, qui tollis peccata inundi, "f . Qui se- des ad dexteram Patris, solus 



h 



V. ■ i^' 



inui- sibi-lis, De-us, ili-se-re- re no- bis. 



Ê- 



3î 



- K P 1 > 



• ■_ 



^^:^=t- 



l 



Agnus De-i, qui toUis peccata mundi, "^ . Rex regum, gaudi- um ange- lorum. De- us, 

(■) 



' ■ V. ■ i\ 



Mi-sere- re no- bis. 



^ 



jdt 



A ' 1S, . Y 



Ak 



♦. . « ■ 



t^ 



Agnus De- i, qui tollis peccata mundi, '^. Lux inde- fici-ens, pax per- pe-tu-a, re- 



Ê- 



^^ 



dempti-o. De-us, Dona no- bis pa- cem. 

î- 



Communlo. ; p, ^ 



Uide- runt omnes. 



tïi 



A** ,, , _ J l^-N-.4— ' '^" - S . - ^ ^* * ^ -> 



f- 

I- te. Mis- sa est. De- o gra- ti- as. 



(a) — Ed. de Solesmes et Vaticane, Agnus n» 4, mais elles l'ont écrit en 6= mode. A. Gastoué 
l'a donné, en 8" mode, dans ses Principaux chants liturgiques, p. 33. 



(i) Ms. : - i^\ • 



no- bis. 



176 



L OFFICE DE PIERRE DU CORBEIL 



AD SEXTAM. 



Hynnus. 



Rector potens. 



Ant. 



■ • • • • ^ 


■ ■ ' ■ ' ■ p. . 


.s r- î 



Rubum quem. Ps. De-fe-cit E u o u a e. 



Capitulum : Apparuit. 



* 


, 














E »■ 


" 1. ■ 


1 ^it • 


■ 


• i 


J 


♦é ■■h • 


,S^V .'«h , 


■ • a. 9 




*' ■ P . " 






• ' % . * 




t^. Ipse inuo-cauit m 


e. Allé- lu- va, 


Allé- lu- ya. '^, 


Pater me- us es tu. Al- 


* 




• Il 






^ \ 








■ ■ ■ 





LE- LUYA. Glori- a. 



Uersiculus. 



p 


, 


- . ■ 




« '.1 "■.!"" . "■ 


, 


• ■• «I •' 


■ ■ ■ . ■ j 




' . . 1 . . i 


1. Quos florigero pulsos so-li-o, primi patris pro de-licto, conturbabat miseros fletus in 

P 


i , 




. . ■ 




■ 




exi-li- ; 

Ë ■ ■ • • ■ a 




■ ■■l« .■ • ••! .••%... 


1 1 ■ 1 M J 


2. lam prospi [23'»] ci-os ad se superos reducet; donanti regno [ ] exultemus Do- 

E 


S 








■ 





Beuedicamus. 



[ , 




■ ■ ■ «- 1 




1 ■ P ■ 1 


' ■'•. la ■.*■ "1 ' ■• • 


1 1 ■ . 1 ' 


, * « 1 . ' 


1. Régis natali-ci-a qui gubernat omni-a, summa cura le-ti-ci-a, 
î 


iubi-!ct Eccle-si-a ; 


* ■ * ■ 1 1 • 




■•. . .S".. 




■ ■ 1 ■ . ' ■ • NS . ■ 


1 


qui-a De-i gra-ti-a mise-ros rcduxit ad su-peros. 



[i]M$.: ZIîl 



:K 



TEXTE MUSICAL 



177 



S 



r-.. i. j 



-• — •- 



E^ -.^,_,-x.z :fE±!i|z_^^u-LA^1=!: 



2. Ergo nostra conci- o, omni plena gaudi- o psallat De- i Fili- o, propulsato ui-ci- o, et 

(0 



l 



^ ^- . . . , I — 4 5=^1: 



--}^r;^j=i 



cum honore pi-o debil-as l)e-o dicat gra- ti-as. 



AD NONAM. 



Hynnus, 



Rerum De-us. 



Ant. 



h — s-^- 


■-■— ■ 


■"•"m 




" 


■ Il 




• Il 



Ecce Mari-a. Ps. Mirabi-li-a E u o u a e. 



Capitulum : Uirgo Uerbo. 



6 



1^=^ 



— ■ F»-î • — , . M . — fi 



^s^iDzIZv 



Û. No-tum fc-cit Domi-nus, Alle-luya, Alle-lu-ya. 'jf , Salutarc su- um. Alliiluya. 



S 



Glo-ri-a. 



Uersiculus. 



t 



Qui scis infirma carnis nostre et quanta uici- orum aggrauemur mole, succune nobis. 



E 


— 1 




1 


• — 

— ■ — • — 


— -1— 5— 


..■'.■ 


..'^-^ 



o pi- issime, in isto salo uite tam fragilissime. 



De-o dicat gra- ti- as. 

OFFICE DE PIERRE DE CORBEII-. 



178 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



Benedicamus (a) 



t- 



1. Ucrbum Patris hodi- e processit de Uir-ginej Uirtutes angelicc, cum ca- 



:■ ^^^— ly— •- i^ 



[34™] noro iubilo, Benedica-mus Domino ! 



e 



-■ ■— «- 



-tr- 



-■ »- 



-■t 1 — ■ 1 



3. Pacem nobis omnibus nunci-auit angelas ; refulsit pasioribus ucri solis 



t 



^z^^^^T"^^ 



radi-us, De-o grali- as dicamus ! 



AD UESPERAS. 



S i- f -K^ 



-^ 



De- us in adiutori- um. Prosa. Aile- resonent. 



Ynnus. ■_ 



A solis ortus cardine. 



Ant. 



^î^ 



— ■ ■ — M ■ ■ 



-■ — =—=—■- 



O ammirabile. Ps. Dixit Dominus E u o u a e. 



îîiS 



Descen-dit . V. Tan- qua 



Ant. 



E TJ— r— n 



-•-ni «— •- 



1^ 



t± 



Quando naïus es. Ps. Confitebor E u o u a e. 



(a) — On a vu p. 1 18, en note, les variantes du te.xie, d'après le ms. B.N., 903. Voici celles de 
la mélodie : 



5 . 


... 1 1 . 1 


. ■ ■ 1 ■ ■ • - ■ ' 


■ ■ 


I • • 


• " " 




" ■ , 






■ ■ , 

Uerbum Patris hodi- e processit cat Uirgine ; 
• 


Uirtutes ange- lice. 


cum cano-ro iubilo, 


reddunt 


i 




P. ■ - 




' ^» >. ■ 















laudes Domt- no. 



^ 



TEXTE MUSICAL 

zz:i=iî=s: 



a ■ a 



-^■v 



iS. In principi- o. ^ . Quod fac-tum est. 



Ant. 



-a- 



-.-=r-«-tt 



■ \-t- 



Rubum qucm. Ps. Be- atus uir E u o u a e. 



h 



.«JÎÎ%=^»^ 



■«^^^^♦-î 



-Ma-ii=?= 



Ant 



K, Styrps les-sc. V. Lir-go Dc-i. 



• — • »-« . «- 



Eccc Mari-a. Ps. De profundis E u o u a e. 



"[i rP*- l—^ 



a >. .a I - t 



^ 



RI. Te laudant. V. Ipsum genu- is- 



Ant. _■_!_,_ 



îï 



Mirabi-le. Ps. Mémento E u o u a e. 

• 

i ■ ■ ■ 



Capitulum. « 



Pofulus geii[tiu>n\. 



:.=ài^:^ 



a_vJip;:^-a-.-^f.^.-,-j^„^ 



'79 



6 



i! 

III. Gaude, Ma- ri- a Uir- go, cunctas he- re-ses so-la in- teremi- sti 



^fc^^E^ 



5 i—t^l 



^ 



fc — i«i^» 



« « » sl> 



i r' — =^ 



^ 



Gabrihelem Archangelum sci-mus diuinitus le [24>»] esse af- fatum. 



j-j-F_.-^_j;3^ ^-|_ _^__j. 



6 



m 



R). Que Gabri-e-lis Archange- li dictis credi-disti. 



a . j 3 



: r^-^ 



-M^'^j- p r- ' r'~ ;iîv=v 



F 



y. U-terum tu-um de Spiritu sancto credimus imprégna- tum. 



I — %■ — ^ ■ . . — a— fgt 



î^=^ 



Ri, Dum uirgo De-um et hominem genu- i- sti. 

li ■ ■ ■ 



V. 



■ ' »-". 



*=^m — I — ■ — »- 



fi — ■-■■i-t-;; — A-* ■ . ^ . ■ * ■ . a '* 



Erubescat iude-us infelix, qui dicit Xpistum ex lo- seph semine esse natum. 



(i) Cette clé d'il* manque dans le ms. 



i8o 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



5- 



± 



Vij. Et post partum uirgo inui-o-la- la permansi- sti. 



=3=^ 



± 



^^-iirir-f^ 



A*- 



5-î 



Glori-a Pa-tri, et Fi-Ii- o, et Spi-ri- tu- i sancto. 



^T-f-fr 



E 



I^'. Gaude, Ma- ri- a. 



Cum prosa (a). 



r . . . . ■•■.,■ , • " 


■ ■ . ■ ■ ■ 
















1. Inui-o-la-ta, intacta et casta es, Mari- a : Que es effecta fulgida régis porta. 


Ë ■ ■ ■ ■ ■ ■ 


"■■■ •" 




c ■ ■ 












2. O mater aima Xpisti carissima : Suscipe pi- a laudum precamina. 


i - - " ■■•.•■•■, 


■ ■ '■■•'"■« 
















S.Nostra ut pura pectora siiit et corpora : que nunc flagi-tant deuota corda et ora. 


■ - - • • . • ■ 


■ i" ""■• 




i ' ■ 












4. Tu, da per precata dulcisona ; nobis concédas ueni-am per secula. 


F ■ " n . 


■ f! 1 


■ B . 




E I' ■ 
















5. O benignalO benigna 1 O be [25™] nigna, 


• .■■■ '"i^i' "^ A\* % 




i ■ h"'» ■ ♦ "■ 









6. que sola inui-ola-ta perman-si- sti! 



Uersiculus (b) 



' ' ■ ■ -l-ï^ 



-'^-^-^-l^'- T ■ J 



1. Sancta De- i genitrix Uirgoque Mari-a De-um nobis pro-tu-lit, fla tu sacro plena ; 



(a) — Voir p. 119, note. 

(d) — Il importe de compléter ce que nous avons dit de ce Versiculus, dans 1 Introduction, 
p. 61. Le chant de la ireclausule est le même que celui déjà vu de ignem accende (début), cf. 
supra, p. 157, et du Versiculus : SeJentem, cf. supra, p. 160 « Quand, écrit le docteur Wagner 
{op. cit., p. 288), le répons ne fournissait pas matière mélodique à une interpolation, on s'en 
tirait de la façon qui se voit au r{. Confirmatum est ». C'est précisément notre cas. On emprun- 
tait la vocalise d'une pièce étrangère sous laquelle on disposait, une syllabe pour chaque note, 
la prose ou trope du gj. 

La vocalise choisie est ici celle du f. alléluiatique : Posuisti. [Lih. grad., 1895, p. [47).) Celle 
du j. Senex puerum, indiquée par Wagner, du 2 fév., est la même. {Lib. grad., p. 405.) 



TEXTE MUSICAL 



.. ■ ' ■ . ■ ■ 



— i 



3. Et, honore uirginali intègre permanente, fili-um generauit, Que superno paranim- 



h 



pho credula, acdc tanto nunci-o Ic-ta dixit : 



5 



3. Fi- at ut prolcm de-icam mater et uirgo proferam, 



h 



-s— •-• t-^ 



4. Et homi-nem. 



Antiphona (a). 



-B \ 1 ^^^-^. :^-rtr 



-É — ^m ■ — j-« • i F"— S j-« Fi 



F» ■■ » « 

O be- a ta infanii- a, per quam nostri gene-ris reparata est uita I Ps. Magni-fi- 



J-HI-Î-H- 

ZA. 



cat E u o u a e. 



Ant. 



-S ^ 



O gra-tis-simi dclecta-bi-lesque ua-gitus, per quos eiei- nos plora- tus e-ua- si- 



- 


_ _ 


^ 






, S ■ ■ ■ 


• . ■ Il 








■•♦, 




mus 
Ant. 

5 


Ps. Et exultauit.... 


. E u u a e. 








■ t- 






• . ■ . J 




■ . 


. • 


■" > ■ 


, S ■ ■ • • 




■ r« . î 


■ ' . ■ 


• m . i . - 




— • • V - • ■ 

O fe-li-ces panni, quibus pecca-tor 


1 p, • ■ 

um sordes extersimus 


! Ps. Qui-a respexit.. 


- 


■ ■ ■ 




■ « ■ % 




• ^V 





E u o u 



5 



Ant. 



fi^-t \ « * — ^v *% < i-P ' — j-« — • • — ■ — '■ 

o prese-pe splcndidum, in que non 



(a) Cette belle antienne est publiée dans les Variae pièces, 3= éd., p. 84, maison n'y a pas re- 
produit la vocalise sur O, dans la phrase O presepe, sans doute parce que'lle n'existe pas dans 
tous les documents. Cette vocalise figure dans le ms. de Sens, 1535, B. N ». acq. La même 
antienne se retrouve, mais avec une mélodie différente, dans le ms. 123^, B. N. n. acq. 
fol. 122'». 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



a 



-i- 



^ . ■ i • - 



:^=Jî=z-^fBZi=^ 



so-lum iacu- it fe- num ani-ma-li- uni, scd cibus [25»"] inuentus est angc-lo-rum ! 



g 



Ps. Qui- a fecit. 



Ant. 



5 -«-^î 

d «i-» • — s-i- 



-P. 
O bc- ata infanti-a Ps. Et misericordi-a. 



Ant. 



• — . .Jl i g ^ 



O gra-tis- simi Ps. Fecit potenti- am. 



Ant. 



J • r- F . it 



o fe-li-ces panni Ps. Deposu-it. 



Ant. . a' 



O presepe Ps. E-suri- entes. 



-■ — ■ — ■— »- 



Ant. , , f) 

-^— Pî-* — S-" — 

o be- a-ta infanti-a Ps. Suscepit Isra-el. 



5 



Ant. 



-1- 



-^-' 



O gra-tis- simi...... Ps. Sicut locutus. 



Ant. 



t=c^ 



o fc-li-ces panni Ps. Glori-a Patri. 



Ant. 



S 



=^^ 



Ô presepe Ps. Sicut erat. 



rS 



- p^^.>-l_^. 



» i-*- 



Al- le- 



luya ! 



Benedicamus. 



St=-î-=z:!ji 



X;=i='-=î=i: 



1. Super omnes ali- as cre- aturas, Domino laudes homo re-ferat, pro ma- 



^ 



t 



iori debi-to ; Nam nunc inetfabili restaurans consi- li-o, De-us homo factus est homine 



TEXTE MUSICAL 



18? 



h 



— ri-^ — t- — i-T-» — rr; - I ^7i^^ 1 — -.j^izzz 



pro perdito, Xpistus De- i Fi- li-us, a celorum so-li-o, missus ad ima soli, ordine mirifico. 

E » « « ■ , î_î fc ■ 



2. Nasciturum pu-crum scmine de rc-gi-o, sessurumquc Dauidis in paterno 
I ■ ■ ■ ■ ■ - 



-i-" i 



soli- o, Regnaturum pariter uUo sine termino, pagine proplietico mon [SB™] sirarunt 



5 [ 


^ . . !-• 


_§_!_!_,_ 


• '"«Il Pi ■•• " 



oraculo. Post prophctas, Uirgini dictum est ab angelo : Aue, plena gra-ti- a, pari-es 



h 



ex utero 



• ■ • ■ 
• 


'^-^ 




■ • % . i ■ • . 


r 








m 


1 m , • 


* • 


i 










• . ' 


m 



3. l'ili-um Altissimi, per quem in princi-pi- o Pater cuncta condidit queque 



S 




— ... ■ 


■ 


~T' . i~* 


■ , 


1 — 




■ . 




■ 




■ 


■ • 


1 


■ 1 


• • . . 








' 




• . ' 


■ i 



sunt in seculo. Uirgo fêta Spiritu, ccii credens nunti-o, ut predictum fu-erat, grauida 



S 



:S=i: 



:^ 



-V 



fit pu-ero. 



Quem, decursis mensibus, uentre de uirgine-o, mortis merso 



:X^=4: 



tenebris lucera dédit seculo. Unde mundus iu-bilans hoc redemptus pu- ero, per quem 



6- 



cuncta facta sunt, beneiicit Domino. 



Deo gratias. 

( ! !_! Ë—, ! ! ^ a 



i 



1. Uirgo gemma uirginum, Stella maris fulgida, lucem so-lis superans, mar- 

« » « ■ . ■ ■ . 



-i 



gari-ta splendida, Fi-li-a Iherusalem, prudens et castissima, sponsa materque régis qv; 
% 



-^====t^ 



i=t:^ 



gubernat omni-a, Pâtre De-o ge-ni-ti ante cuncta se-cula cuius uera boni [SG^'-ltas nos- 



18^ 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



tras mundct maculas ; 

■ ■ ■ 



±^- 



iCiz^ziiz^ 



-' — ■ . — I— =j 



2. Aue, De-i genitrix, nostra spes et glo-ri- a, per quam nobis aditus daiur 

■ ■ ■ ■ ■ . ■ 



:5: 



ad ce-lesti-a ; Perdita que fu-erant uiie rcd Jcns gaudi-a, nostra fuga scele-ra per le data 





.?_, 


■ ■ ■ % . . • ■■ r« - 


■ . ' a 


. , 1 - . 1 . ' ■ % 1 


■ • ,-!.. ■ ! ' • , 



gra-ti- a ; O inestima-bi-lis sanctita-tis pi- etas, tu-o sacro germine Eue lapsum repara. 



S — 


■■ ' ■■, 


" r* « 


— *— 


■ a 


1 








■ 1 ■ ■ 






■ ■ 














!-^_l- 





3. Te chorus angelicus laudat super ethera ; omnes sancti iubilant, Tibi 



■ « ■ ■ 



Uî: 



-r^-i 



dantes cantica. Namque tu-i fi-li- i astas in presenti- a, Qui te terris e-leuans transuexit 



E 



m " ■_ 



^^=^= rTl-— ' • -g-^.-4 



1^=1 



V-î 



ad supe-ra. 



Ergo, Uirgo, poscimus nos pre-cantes audi- as atque 



■ - i_ 



. • • - rr^ =4 ^---r^ ^ 



--^^ 



nostras precibus munda mentes sordidas; Ut intrantes ce- licas emundati ianu-as, per te 



S 



^- . I . , =^ 



De-0 débitas referamus gra-ti-as. 



Conductus ad Bacularium. 



-»*r • • 1 ■ . ■ 



^^ 



» I ■ 



1. Nouus annus hodi-e monet nos le-tici- e laudes incho-are. 



-■ •— • — »- 



:|= 



-^^ 



Fe-lix est principi [27''''] um finein cuius gaudi-um solet terminare. Celé- 



i-h- 



-îH3- 



i 



t^ ^ ' St, 



if^ 



bremus i-gi-tur festum annu- aie, que pecca-ti soluitur uinculum mortale et in- 



{i)A/s.; H- 



Cele-bremus. 



TEXTE MUSICAL 



h 



T^-r'^— v T^ 



^=f^ 



firmis propinatur poculum ui- taie ; Adhuc sanat egrotantes hoc médicinale, 



e-- - ■ , . ^'— «^ 



unde psallimus letantes ad niemori- aie: 



HaI ha! heIQui uult 



kz^M=r^^^ 



UERE PSALLERE TRINO PSALLAT MUNERE ; CORDE, ORE, OPERE DEBET LA-BORARE, UT SIcDe-UM 



5^=^ 



COLERE POSSir ET PLACARB. 

■ I ■ ■ 



S — ' 



^» ■ •— • ' — - ' .- i — 



■ '■<.,■ ■ ■■1"^ 



2. Dignus est memori- a, finem cuius gaudi-a soient terminare ; 

■ ■ - ■ . 



-■ ■Hz — • — ft- 



h 



-^ 



Dignus est preconi-is, quam tôt benefici- is, scimus habunJare. Cui 



-i— rk-'-g 



i f^ • . 



^^ 



&^ 



cre-are pla-cu-it celum, terram, mare, sic in uerbo uolu-it mundum or- 



• ■ a • • 


■ • . . 1 • . Il 


■ 


" ■ . 


■ ■ ■ . • ■ 1 ■ " r. Il 


■ , 


■ 1 i^" . . Il 


... _J 



dinare, et sic fu-ite-icure hominem di-tare; 



Ut subiecte cre- 



^— P-T^ 



■ r . . . ^ 



a-tu-re possit impe-rare, et, si uellct, immorta- lis po-:u- isset stare. Ha. [27>»]. 



Conductus ad poculum. 



h 



1. Kalendas ianu-a-ri- as sollempnes, Xpiste, t'aci- as et nos ad tu-as nupti-as 



(■) 



S . • • V . ■ 



uocatos, rex, sascipl-as. 



^ 



■^--3 



2. Suscipe tu-um populum ad nupti-arum epulum, Qui multiplex es fercu- 



(i) Ce climacus ne se présente que dans les deux premières strophes. Il est, dans les autres, 
remplacé par une clivis. 



OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. 



l6 



i86 



l'office de pierre dr corbeil 



i=t 



lum, cuius sanguis est poculum. 



h 



=t=^ 



^^i 



3. Poculum tu-i sanguinis sumptique carnem hominis, ad laudem tu-i no- 



i=t: 



P- ■ . ■ ■ 

mi-nis, da nobis, pro-Ies Uirginis. 



• ♦ 



h 



=ph 



4. Dirgials quidem propri-us et cre-a-tor et fi-li-us, extra quem non est a- 



li- us, et quid hoc ml-rabi U-us ? 



h 



:;.— ■ • '-, — 1 .''■■> \ -J 



^^ 



5. MIranda res per secula, quod sine ui-ri copula Te concepit iuuencula, in 



5-^ -t 



^-* r— r 

uirgina- li clausnla. 



i ' -^— ■ ■ . I ■ ■ • ■ I ■ — '-'— il h 

! ! « ■ 1 F»-ï -< 

6. Clansa raa-ter concipi-ens clausa fu-it et pari- ens, et Tu, De- us ingre-di-ens, 



ingressus et egredlens. 





■ 


1 m 


. • 




■ 9 




■ • 1 . « ■ " - 


• • ■ 




i 




! ( — ■ m 




-Ch 



7. Egressus autem, ardu-a mortis fregisti cornu-a ; quin ipsa mors est mor- 



h 



tu- a, occi-sa ui-te lanu-a. 



E 



4=^ 



t^=^ 



T^ 



n 



8. lanu-a ui-te congru-a, immo ui-ta perpetu-a, nos.Xpiste, per hec omni- 



Ë=t: 



P*-^— i— i- 

a, [SS'"] duc ad festa contlnu-a; 



TEXTE MUSICAL 



r~-^ ■ ■ . =1=^ 



=s- 



9. Continu-a festa Sy-on, quo repertum topazi- on tu-listi homo in Sy- on (i) 



6- 



Patri presentans Ely-on. 



Ê 



:v=±i 



10. Ely Patri sit glori- a, Tibi, Xpiste, uictori-a, Neupma-ti sint equa-li-a 



C- ■•■u. 



per seculo-rum secula. 



b==^: 



Uersus ad prandium. 
-^— « ■ « I ~S ' ■■ !"' --*- 



S- 



1. O cru-cifer, bone lucis sator, Omni-parens, pi-e uerbigena, e-di-te cor- 

(2) 



S* 



po-re uirgine-o, sed pri-us in genitore potens, astra, solum, mare quaiii lî- erent. 
'g . -tt-i !— = — * — i— • 1 — = — i — . « ■ •— • !— »— ■ — I 



^=^ 



r^ 



2. 


Hue ni-tido, precor.intu- 


-tu, 


tiecte salutif- feram faci-em, 


fronte serenus et 




1 . S ' 




, ^ 




* ■ ■ . 


• . 




■ ■ ■ ■" 




"\ 


' ' . • . 


m 


' . . ' ' . ' s— 





irradi-a, nominis ut sub honore tu- i, has epulas lice- at capere. 

, (4) (5) 



— ^tt 



-»—»—• — d- 



S — ■ 1 I '— ■ — ! — 1— J 



3. Te sine, dulce nichil, Domine, nec iuuat ore quid appe-tere, pocu-la ni pri- 



{i) Lire : Homousion. 



(2) Ms. 



(3) Ms. : 



S- 



fi-e-rent 



Jï: 



(4) A/s. : ■ ■ 

nichil 



(5) Ms. 



i88 



L OFFICE DE PIERRE DE COHBTIL 



E— 7- 






. j—^" — 







- — 










■ ■ ■ 


■ 




• ■ • 


_ 




1 






m ait 








"V 






■ ' . 


' , 


-=— ■ — 


s-, ' 


■ 





US atque cil-os, Xpiste, tu-us fauor imhu-ent omn;-a,sancti-ficante fi-de. 

{■) 



t=^ 



-* i-»- 



-• — m-M ~i ' ->-5 I ' 3-«- 



4. P'ercula nostra Dc-um sapiant, Xpiste, et intiu-at in pa-teras, seri-a, ludi- 



• 
































k 








»-S~ 


" 






















■ 


' 


■ 


' . 






■ 
















■ 


ifi 









"\ ' 










-. ■ 


— ! . ' 


■— = 


— a 


__■_ 


, 





■ 



cra, uerba, iocos ; denique quod sumus aut agimus, [28""] trina superna regat pi- c-tas. 



h . . -^ 



' . ■ . ■ — h 

■ ' 



• — •— .-tï — _,_ii!_r;zii 



5. Ipse homini qui- a cuncta dédit que capimus dominante manu, que polus 

(2) 



îzzzz:;=i=' =j-!— , I -^ — 3=, [_ - —jurA 

ÎH-ll ■ !— ■ ^— ■ ■ ! — ■ ! U 



But humus aut pelagus a- tre, gurgiie, rure cre-ant,hec miclii subdidit, et sibi me. 



De beato Stephano epystola (a). 



-% 1 — ■ ■ ï-«- 

I " 1 «— ■ — •— ! 



-•— = ■- 



Lec-ti- actii-tim aposto-toium, Uernant forti- a iam quorum trophc-a in ce-Ii régi- a. 



l^ 



±^pr-5=rv^=^^-^^-^z==F=i=^=B 



-.-j — ■- 



Iii di- ebusilUs, Post acta Ascensi- onis sancta sollcmpni-a, Siephanus pleiius gia-li- a 



8 



-j i- ' ■ • > ■ I >r T~— "' ^ ■ ■ ^■~ 



^"^ 



-■ ■ ■--■—■- 



:!=■ 



et fortiluJi-iie, Lu- mine uultus tu- i, Domine, insi-gni-tus, Faci- ébat prodigi-a et 



F 



=^^^^=^=E^=^^t==^^ 



-•-= à- 



î^=3= 



-T-'-K 



a ■ ■ i 



S_î i ■ 



rf— fi 

signa magna in po-pulo^ Opta- tum infirmis robur cedendo catheruis. Surrexenoit autem 



^=^ ^-a-"'=^'^>rTr^y-'^KJ sz rh --^-^ 



quidam de Synago-ga Ui- 



ri men-da-ces. Que appel la-tur 



( I ) A/s. : 



influ- at 



(2) .Vs. 



(3) Ms. : iZIil 



que 

(a) — Voir Appendice 1. 



TEXTE MUSICAL 



189 



; 




























i 






°1 


-«-«-4- 














_ 
















■ ■ ■ ■ .1. 






■ ■ 


■ 


■ ■ ■ 


■ 9 


■ ■ 


• i 












■ ■♦♦ 


• ' 


• ■ 














Libertinonim 


et Cire 


-nensi- um 


et A-lexandrino- 


rum, 


et c 


■orum 


qui 


eiant a 


Cili- 


cia 


et 


r 


1 




-m — 




1 


■ 


-, 


-§-+-¥ 


,_ 


m • 


m ■■ 





\-i 






-P — !— 




■ ■ 


. 1 r. . : 






-M-' 










] — 



Asy- a, disputantes ctimStephano, De Ihesu [aS'"] Nazareno qui fu-it uir propheta. 



h ; 




■ • ■ ■ ■ . ■ pr 






a ■ ■ > • 




• ni ■ ■ 


!< ] . . 


g ■ ■ 


1 H ■ Pi ■ 1 ^ 


i^-'^^-i 



poiens in opère et sermone ; Et nuit poterant rcsistere sa-pi- eitti- e : Imple-uit c- nim 



E 






:^ ^- — =-^-i-r 

e- um Domi-nus spiri- tu sap- en-ti- e ei inte!-lec-;us, Et spitilu- i, qui loque- ba- tur 



--^=^ 



- i J* a ■ r. — i=^=r^=^=4=^-^ V"^ is ■ 



-i 



-fb — ! — :■■■!■ 



Nam Spiritus sanclus erat in e-o. Audi-entes autem hec, Cogitauc- runt interficc- re 



h 



-V 



7-' ' . ' • r^. , ' ■ ~"t 3 



e- um ; Dissecabantur cordibus su- is : Quidam enim ludc- i di-cebant qui- a bonus est. 



m 



j — > . ■ ^^^^ 



-V 



:S=t 



-S- 



a-li- i autem dicc-bant: non,sed seducit turbas ; Et stridebant dentibus in e- um, Pa- 



î=5v: 



i=g=;=8Z »- i -a_L^ ^^=3v 



J-fli— JL-V- 



-B-!- 



-■ — i- — •- 



-i- 



ra- tum ad omni- a pro Sa-luato- ris no-mine susti-nenda. Cutn aulein esset Stepha- 



^^ 



*-t—*-m i-î ! lUli!-. I 



nus plenusSpi-ri-lu saneto, Spe fru-endi uicto-ri- a diuini-tus subnixus, Intendens in 



S-^4-H 


(-•-« i — :-i"i ■ — 


— ■ — 


— K m — • — «* n. * 1 


•— 







i 


—^^^ ^-^-- .. 




-^TV^ -fi— J 


1 — •*— 

— ■ 


-+^^ 


^p^ 


m 



ce-lum uidit glo-ri-am Dc-i, Quem terra, pontus, ethc-ra colunt, adorant, predi-cant. Et 



ij 



U TT , ^v^ ^ r4-^' - - 1 . » •' 



h 



Ihesum staiitem a Jextris De- i, In [39'°] sede ma- icsta- tis su-e ; Et a- it : Ecct quod 
g 



. a . K -r 



W-, I ■ i 



=t=¥ 



it 



-a- 



-^3=^ 



\ 



cupiui iam uide- o, Ecce uide- o celos a- perlos, Be- atus homo cu-i ce-li pa- le- 



6- 



±i 



-« ' « — i — •- 



bunxl Et Fi-li- um hominis stantem a dextris uiriutis De-i Cuius cari-tas uera cc-los 



(i) Avant la clivis : sol-fa, il y a un mi gratte. 



igo 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



t==F^ 



r- . ' ' ■ —7^ .J-'— ^-; . . . A- --=8= La , 3 ^*' r. L^ 



suble-uat Stephanum de terra. Exclamantes aiitem noce magita, Aduersus e- um, Con- 



6 



^-^\ , I . • -^P ■ > . . i > . . . 



tiitu-eruiit aures su- as; Insipi-entes et ma-ligni oderunt sapi-enti- am, Et impetum 



h 



-•-t-.-.-» 



4!.-J-^-i-g4=^ %'^ ■ ~ ^ I ^ ~^ — ^-^-Mv-=fr 



ri 



fccerunt iinanimi-ter in e-nm Uiri iniqui absque mise-ricor- di- a. Et e-i- 



S 



p..-.- 



ci- entes e-u-n extra ciui-tjtem, lipi-dab^nt ; Sed stat forti-ter pati- ens martyr, et orat. 



h 



-!-• .— ■- 



=;zJV3di:Ji^== L^---^^^.d =j: ^^ ' " J 



Et testes deposu-erunt uestimenta su- a secus pedes adoles- ceniis qui uoca-batur 



S 



•^ 



-fï 



iZX^ZÎCIiIS^F_tjZZ^ZjZS--! » 



-M 



Saulus, Uas e- lecti- onis futu- rus, Et lapidabant Stephanum, inuocantem et di- 



5— n 








... 


, 


• , ■ 


■Ht 


■ ! V, .1 


■ ■ 


^iL^JL^LJs^i-^!^ 


m ' 




■ ■ 


\ 


— î:!-. 


—-i 



centem : Do-mine, suscipe me, ut cum fratribus me- issim; Domine Ihe- su, Sal- 

E 



T^"" ' ^ IS , I . ■ ' A. ■ f'TT -r4-g-^A^ 



=3=^ 



_, — ._j 1 ., ^ 

uator mundi, [30'°] Accipe spiri-tum me- um. Et perdue me ad conuiui-um epularum 



. 5 ■ i 



a ■ ' ■ r. 



*-i — ■ — = •• 



^ 



tu- aium. Positis aulem genibus,S\n'ns me, inquit, celum uidere, ut spi- ritus di-riga-tur 



S 



^x 



>. ■ . !_^-.'^^-iV- = . s ■ fi • X 



ad Dominum, Exclamauit noce magna, dicens : Nunc dimit-tis. Domine, servum tu- 



5 



■ ' 1V K i 



^ 



■. > ' V. . ' . ' ■ ^ ^ 



a- 



um in pace, Domine, ne statu- as illis hoc peccatum. Ne tu-a,dampnetur, lhesu,fac- 



h 



■ . I--. « — ' «^S; ] ♦^♦r,.v»a p. 



tura, bénigne ;£■< cum /ioc dJ>iSse^ San- guine laure- a- tus, Obdormiuit 



l 



h 



in Domino, Cum quo gaudet et regnabit per omni- a seculo- rum se- 
çurla. 



TEXTE MIÎSICAL 



191 



De sancto lohanne epystola (a). 



I . ■ P . î 



-S- 



1s ■ -^ 



-f» 



4^=s— -Fi=i=i=i=ï 



Ad laudem régis glori- e, uox into-net eccicsi- e.propter lohannis meri-ta, hec reci- 



h 



-• ' •- 



^k P« 



1 > ^ i ' N . I . , ■ ' =■ 



-■ — ■ ■ - ■■ 



-i 



tans preconi- a : Lecti-o libri Sapi- enti-e proclamet salu- berri- me, Spiri-tus sancti car- 



h 



- ; ' • . » ■ J ' I n-i- î— 

M-i "-,—1 — p- — : _ — %_! Ë_i^. 



i 



mine quam fidèles perpendit. : Qui timet De- um fa- cie/ [30'"] ioua, Ut percipi- at gau- 

S . - . ■ tî : 



113;=^ 



di-a condi-toris perhenni-a, £.7 qui continens est iustici- e, appre-hendet illam, et 

obui-abit illi quasi mater honuri-fi-ca-ta, Qui-a dulcis est gra-ti-a, su-auis miseri-cor- 
■ ■ ■ ' ■ 



S 



t- 



:&^'^-^=H= 



«'«.►- 



di-a, mirabi-lis inglori-a. Cibauit illum pane ui-te et intet-lectus, Dum supra pectus 



h 



-1 



t 



i^ — r- .'..■■■ r- 



T 



Domini recumberet altissimi, Et aqua sa-pi- enii- e sa-lutaris potauit iltum, Vi pa 



to» 



iâ 



^iV 



rady- si fluui- us totum orbem celestibus irrigaret dogma-tibus, Et firmabi-tur in 



h 



•-*-■ ■ ■ ■ - ■- 



:?n=;=i:1 



d!: 



-|!- 



•V 



i) 

i7/o et non flecte-tur; et contmebit illum et non confunJetur, Ut arce Sy-on positus 



h 



-t 



-• — ■ . ■- 



-ff- 



-T 



- N . . iiii 



X 



^-i^ 



premineat uirtu-tibus, Et exaltabit illum apud proximos su-os, Cum equo mundi iudi- 



h 



■a .. ' =3 



^-t-— ' — ^-T — i-i- 



:î: 



> . . I > . J^-^ 



ce throno sedentem glori-e. In medi-o tccle- si- e aperu- it os eius, In uoce evan- 



h 



-• ■ ^—*- 



5 



:r±rst;=^!=JS=:;^=î=IS=; 



ge-lica ad diuina preconi-a, Et impleuit illum spiri-tu sapi- enti-e et inteltectus, 



(a) — Voir Appendice i. 



192 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



-*-i i h 

=-• — - — ■ - ■■-< 



Ut, more uolans aqui [31"] le, spectet so-lem iustici-e, El slolam gloti-e indu-it cum. 



h 



:bi 



^ — Iv^-j 



liiter sanctorum agiiii-na coro-nis ru-tilanti-a et luce so-lis candida, locondita- tem 



^-z-:± 



=!^E^^^;^Ë^^^ 



:5z 



-r 



-fr- 



et exulta-ti-onem thesauri^a-nit super e-:rn, la ange-!orum curi-a, per festa inimor 



rM-»---»- 



^-1 a . ' ^^ 



^ 



tali-a. Et tiomine eterno liereditabit illuin, Quem di-lexit pre omnibus unicus De-i 



S- 



^^ 



-■ — i-*- 



t 



Fi-lius Duminus De-:is noster. O lo-hannes the-ologe, O Xpisto di-leciissime, tu-is 



U- 



3=i=t=î 



\i 



letos sollempni-is ce-li coniunge gau- d^- is. 



De Innocentibus epystola (a). 



-P.— fl- 



■ ■ «— ■ — ■ — ■ i ' — •■ l-k — î» • — I 



Laus, honor, uirtus Dc-o nostro, decus et imperi- um régi nostro de sanctorum In- 



^"^ 



t 



±=- -^-^^ ;= ^ '^,- ^K- gi-: 



nocentum tripudi-o, qui quanto prepoUc-ant honoris titu-Io, presens nobis ostendit 



g 



-S- 



-^^=Â-- 



^^i=^^ 



-m — - — ■ — ■— • — ■ ■ «-«il 



Lecti-0 îibri A-pocalip-sis lohannis apostoli, Qui testimoni-um perhi- bel de 



g 



:^ 



f:±_=j=:5,_ !=.=t=:^=îzi=^^.=r±::! 



his. In di-ebus illis, Ecce ego [31™J lohannes Uidi supra montem Sy-on Agnum 



g 



♦_,_l Sv ■" . 



■ H 

stantem. Qui toi- lit peccata mundi, Et cum e-o centum quadraginta qualu- or mili- 



^ 



h 



:3v 



-•—--»-■ — »- 



-»—«—'—• 



■ ■ 



a, Quos tru-cidauit frendens insani-a, herodi-ane (1) fraudis obnulla crimma, Habentes 



(a) Voir Appendice i. 

(1) Pour le parallélisme, il faudrait : Herodis fraudis. 



TEXTE MTISICAL 



.93 



-[- ■ ■ g- 



T 



4^ 



iiomen e-iiis, Hec esicnim Innocentuin glori-osa conci-o, Et nomeii Palris e-ius. In sanc- 

L - g - ^ — 



:i=fi: 



:fî 



ti Spi-ri-tus démenti- a, Scriptum in fron-tibus su-is,De quo scripium est: erit nomen 



h 



-^ i V . ^-"-v î-r-8-.-j-^ 



ir 



♦^ ♦ . . ; 



me-um ibi, dicit Dominus; Et audiui uocem de ce-lo, De sublimihus, Tjn- 



:^^ 



-4^f \ 



■Ak S- 



qiiam uocem aquarum multarum Que flu-unt impctu de Lybano, Et tanquam uocem 



h=î=3zi=?i 



-m ■- 



T- i W - 



J: 



to'iitru-i magni, Cum mera symphonia ; Et uocem quam audiui, Intentus in super- 



h 



^h îHiiz . ■ . ■ ' ' I . ~r . 



-%.- 



-■ s— »- 



na, Si- eut citharedonim cytha-ri:^antï-um in cytha-ris su-is, Dulci-ter in uoce modu- 



S 



■ . ■ 



ifEi;: 



:f^ 



iME 



la ; Et caiitabant quasi canti-cum nouum, [32">]Mira uictori-a, Ante sedem, et aille 



» 

* ■ ■ 


s ^1 




.— ! 

■ 


-"IS-T- 


R 






■1 « 


■ ■ ^'^ 5 ■ 


■i< • 








r. ■' 


* J 


— ^-v- 




U^\ S-'-tn^- 








^ !-HI 





qua- tu-or anima- li-a, et ieHi-Oî^s, Ante sedem sedentis super thronum ; Et 



S— ^-i— 




■ . ■ • 


1 • ■ 9 i 


■ " ■ 




• . ■ ■ 


.! .^ . ■ !♦,■■' ' 




Uj_s_, S^ntr'-^ — 



ne mo pote rat dicere caiili-cum, In laude consona, Nisi illa centum quadragin- 

5- 



4=S=Ï3Ï 



35r^?:^=N=.^=V 



(ti quatu-or mi-li- a, Quos infans Xpistus hodi- e uexit ad astra, //// empti 



g 



^=1^ 



ips: 



. a --li- r 



sunt de terra, A bimatu et infra ; //i sunt qui cum mu-li-e- ri-bus non sunt coinqui- 
£ , ; 



-■— • ■- 



^5- 



na-ti, Propter hoc emicat uelut Stella tirmanienti clara ; Uirgiiies enim sunt, Casta genc- 



HlS 



•— ' — \ r« — N-1 



-î- 



ra-ti- o ; Hi secuntur Agnum, Sedentem in superne ma-iesta-tis arce, Quo- eu 



mque 



6 



■ V » . — ;-■ 



-i — ■-'•i-F'-ffi — — '-^ — p=;-^-x^ 



F—.- 



i-erit, Amicti stolis albis. //î empli sunt ex homini- bus primici- e De- o et A- 

OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. I7 



194 



l'office de pierre de corbeil 



—4-«i- 



^=i: 



^-î 



— s— «->i^-fl:— ■ .^•j — I— •- 
_»_■ 14 ^v-^~* 



g'>o, 



Si- nemacu-la; Et in o-ve ipso- rum non est muen-tum menda- ti- um, Qui nec- 



S^ 



rt 



^=i=t= 



:;=K: 



^^^^ 



dum potu-erunt lingua, Sine o. et O. Macula sunt, ante thro-nmn De- i, Et A- gni. 



Appendices 



APPENDICE I 



PIECES FARCIES 

.( CENTONISÉES » 



Tableau et Note 



TABLEAU 



Colonae A ( i ) 


Colonne B [2) 


Colonne C 




LISTE 
des 

CENTONS. 


PROVEN.\NCE (te.\te et chant). 


RÉFÉRENCES 
et 

0IiSERV.\T10NS DIVERSES. 




Titres. 


I n c i p i t . 




PATER. 










I. Fidem auge his qui credunt 


Kyrie 


[Clemens rector] . Trof<e. 


Eiit. vatic. Kyr. I. nJ 




in Te. 




3"= Christe 


libitum. 




2. El abyssos intueris. 


Ant. 


Qui caclorum. 

Sahb. ante Dom. IV. 
Nov. 


Ant. Hartk., p. 420. 
Ant. vionast.y p. 401. 




3. In bonitate electorum tuo- 


Intr. 


Mémento nostri. 


Pal. mus.,I, p. H du CoJ. 




rum. 




Dom. IV. Adventus. 


339- 
Lib. grai. (1895). p. 30. 




^. Cujus regni non erit finis. 


Intr. 


Lux fuli^ehit. 








Nocl, Miss, in aurora 






5. Per quam nostri generis 


Aut. 


() heata infaiiti,!. 


Cf. supra, p. 181. 
Var. Frec, p. 84. 




reparata est vita. 




Circonc. Ad Magn. 








II vesp. 






6. Regens gubernansque con- 


Seq. 


Adcst namque Paschn. 


Dreves. IX, n° 34. 




tinens et salvans. 




(6 a). 

Fer. IV. Pasch. 






7. Panem angelorum. 


Offert. 


Portas cjeli. 

For. IV. post Pasch. 


Lib. grad. (1895!. p. 226 




8. Incorruptibili veste cir- 


Ant. 


Vetereni hominem. 


Var. :Circumami>;ie"S nos 




cumamicrjns nos. 




In oct. Epiphan. 


Var. Prec, p. 91. 




9 Nostra ut pura pectora 


Prosa 


[ïnviolata'\. 


Cf. supra, p. i8o. 




sint et corpora. 




^. Gaude Maria. 




10. Potes enim cuncta. 


Seq. 


Alle-caeleste. ( 10 a). 
In nativit. B. M. V. 


Var. : Pou-ns. 
Dreves, Vil, n» 98. 




11. Ad redimenda peccata fl 


Ant. 


Advenerunt nobis. 


Var : Ad salvandas. 




salvandas animas. 




Ad tert. per hebdom 


Ant. mon., p. 75. 




12. Ne serpens ille callidus 


Hym. 


Jcimterquaternisli C.2 d . 


Var : Aditn»i. 




Intrandi tentet aditH.<. 




Ad tert. in Quadrag. 
M. Ant. mon., p. 4')7. 


Voir aussi pourle chant : 
.'int. Senon. (i 571), fol. 
XX.XI.X. 




13. [SeJ libéra nos] et salva 


Ant. 


Libéra nos, salva nos. 


Harlk., p. 103. 




nos. 




Trinité, 2= noct. 


.■Int. Senon. Il 552). 




14. In perenni saeculorum 


Resp. 


Honor, virtus et potestas. 


Hartk., p. 103. 




tempère. 




Trinité, 2" noct. 


Ant. Senon. (i 552). 




CREDO (A). 










1. Solus qui tuetur omnia. 


Seq. 


Nato canant. (7 a, 7 b). 


Var. : Condidit. 




Solus qui ^uhernat omnia. 




Noél. In miss, de luce. 


Dreves, VII, n» 3 i . 
F. Clément, chants S«- 
Chap. n" 6. (1876). 




2. Sine quo nihil est creatum 


Seq. (?) 









(l) Colonne A. Les syllabes et les mois imprimés en italique indiquent des variantes qu'il faudra com- 
parer avec celles de la col. C. 

(2} Colonne B. Les chiffres accompagnés de lettres renvoient, pour les hymnes, aux strophes, et pour les 
séquences aux ciausules d'où les centons ont été tirés. 

On a (ait suivre d'un ? les idenlificalions douteuses- 

Quand le texte et la musique ont une provenance dilTérente, celle-ci est indiquée p^r un T (Texte) ou un 
M (musique). 

Quant à l'abréviation Gf, elle signifie qu'il n'y a, entre le centon et le passage mentionné, qu'une simple 
analogie. 



200 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 





Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 






LISTE 

des 


PROVE.NA.NCE (ti;.\ïe et chant). 


RÉFÉRENCES 
et 














CENTO.NS 


Titres 


Incipil. 


OBSERVATIONS DIVERSES. 






3. X^liim anle saecula. 


Seq. 


Xiitus aitte saeculci. (i a'. 


Keriiein, II. Cf. Tribune 








Noël. In 2" missa. 


St-Gervais, V, p. 340. 












Pal. mus., IV, pi. I, 












p. 437 du code.x. 






^. Pro mundi remedio 


Benedica. 


[Corde Patris]. Trope. 


Ct. supra, p. 137. 






Garnis opertum pallio. 




Prem. vêpres. 








5, Ineffabiliter. 


Hym. 


Christe redemptor om- 
nium (i d). 
Noël. In prim. noct. 


Dreves, 11, n" 22. 

Cf. Rass.greg., IV, n" 1 1- 






6 Sol de Stella 


Seq. 


Laetabuvdua. l2 a . 
Noël. 


12. 
lar. Prec, p. 66. 






7. Ipsi potestaie iradita 


Hym. 


Aurej luce. (3 c). 
In nat. S" Pétri. 


Dreves, II,n°58. (Tibi...) 
Cf. Seq. Arcepolorum{6''.) 
Dreves. VII, n" 168. 
{Stbi...) 






8. Qui nulla perpetrarat fa- 


Seq. 


Stans a longe. (2 a). 


Drev., VII, n» 231. 






cinora. 




Prosa dominicalis. 


(Qui plurima...) 






9. Gémit capta pestisantiqua 


Seq. 


Eia., recolamus. (4 a). 
Noël. 


B. N. 10508, fol. 53. 
In oct. Nat. 






10. Tyrannum trudensvinculo. 


Hym. 


.id cocnatn agnî, (6 c). 
Pasch. ad vesp. 


Drev., Il, n» 44. 






I I Unde descenderat. 


Seq. 


Re.x omnipolens, (2 b). 
Ascen. 


Drev., VII, n" 72. 






12. Régna cujus disponit jure 


Sanctus 


[Perpetuo numine]. Trope. 


Cf. supra, p. 174 






perenni. 




2' Sanctus. 


Edit. vai., IV, i. 






13. Reddens vicem pro abditis 


Hym. 


l'erbum supernum. (3 c, 


Drev., II, n" 19. 






Justisque regnum pro bo- 




^'^'- . ,. 








nis. 




De adv. Dom. In 
1° noct. 








14. Sine quo preces omnes 


Seq. 


Saiicti Spiritus. (il b). 


Var. Prec, p. 156. 






cassae creduntur et in 




!n die Pent. 








dignae Dei auribus. 












15. Quae construitur in caelis 


Hym. 


Urhs beata Jérusalem. 


Drev., II, n" 93. 






Vivis ex lapidibus. 




(I e, I d). 

In dedic. eccl. 








t6. Angeli quorum semper vi- 


Ant. 


AhqcU eorum. ( 3 a). 


f.. eorum) 






dent faciem patris. 




Ad laudes, SS. Innoc. 


.4)1/. mon., p. 192. 






17. Quibiis Deum oflendimus 


Hym. (?; 










Corde, verbis, operibus 












18. I m mo r t al i t a t e m cum 


Seq. (?) 










Christo. 












19. Quam repromisit Deus di- 
ligentibus se. 


Aut. 


Beatus vir. 


.■int. Senon. (1571), fol. 








Ad Magn. in vigil. 


Vni, De com. 










unius mart. 








GLORIA. 












1. Cujus reboat in omni 


Hym. 


Nocte sur génies. (3 c 3d). 


Doxologie ancienne. 






Gloria mundo. 




Dom. ad matut. 


Cf. Albin, Poésie duBrév., 
n» 2. 






2. Pa.\ perennis. 


Ant. 


Fax aeterna. 

In dedic. eccl. 


Proc, mon., p. 240. 






■î. Qui Deum diligunt in ve- 
ritate. 


Resp. 


Deum tnue. 


(Qui eum...] Ant. Senon. 








In die Septuag. 


(1571), fol. XXXVII. 






.|. Te decet laus. 


Resp. 


Te sanelum Dominum. 
In domin. per annum. 


Ant. Senon. (1552), fol. 
CCXXUI. Proc. mon., 
p. 109. 






5. De die in diem. 


Corn. 


Cantate Domino. 


Lib. Grad., p. 247. 








Dom. V.post Pascha. 








6. Cum prece, veto, hymnis 


Versus 


Gloria, laus. (3). 


Proc. mon., p. 5g 






adsumus ecce Tibi. 




Domin. in palmis. 








7. Qui in caelis gloriosus est. 












8. De beneficiis tuis. 


Resp. (?) 










9. Admirabilem gloriam. 


Seq. 


Magnus Deus. fv a). 
In invent. S. Stephani. 


Drev., VII, n" 201. 






10. Re.v super omnes unus. 


Seq. 


Ad templi lui jus. (7 al. 
In dedic. ceci. 


Drev., VII, n» 223. 





APPENDICES 



201 



colonne A 

LISTE 
des 

CENTONS. 



1 1 . Rex sine tine manens. 

12. Imperans cae/o et terme, cl 
legens maria. 

13. Spes nostra, salus nostva. 

^. Venturum quem longe ce- 
cinere prophetae. 

5. Tu victima et hostia facuis 
es crucis ara. 

16. A Pâtre geniius anle sae 

cula. 
7. Quodperhibuit Joannes. 



18. Quia venit tempus mise 

rendi. 

19. Qui nostram antiquam le- 

viasti sareinam. 

20. Preces intende servorum 
Ad te dévote clamantum. 

I. In supernaemajestatis arce 



2. Ubi ad dextram Palris al- 

mam sedes, conregnans 
cceternus per omnia. 

3. Ne damnemur cum impiis 

in adventu judicis. 



-14. Sanctus sanctorum Deus 
-'5. Dominus dominantium. 

26. Supra caeligenas aetheris 

omnes. 

27. Qui mânes in aeternu 

cum Pâtre. 

28. Potenter cuncta disponen- 

do cum eo saecla. 



Colonne B 



PI^OVENAN'CE (texte et chant). 



EPISTOLA (A). 

1. In qua Chrisii lucida vati 

cinatur nativitas. 

2. Pater, Filius, sanctus Spi 

ritus, Deus uiius. 

3. Quem creasli, qucm fraude 

subdola Hoslis expulit 
paradisû. 

4. Fulserunt et immania 

nocle média, pastoiihus 
lumina. 

5. Z.«.vsempiterna et redemp 

tio vere nostra. 

6. O stupenda Xativiias! 

7 Magnus hic erit Jcsus. 
Filius l)ei. 



Tilrcs. 



Iiicipit. 



Ant. 
Seq. 

Ant. 
Offert. 

Seq. 

Seq. 
Ant. 

Tract. 

Seq. 
Hym. 

Seq. 

Seq. 
Ant. 

Litanies 
Resp. 
Hym. 
Kyrie 
Se |. 



Saq. 
Seq. 
feq 

Seq. 

Seq. 
Seq 
Seq. 



Colonne G 

RÉFÉRENCES 
et 

observations diverses. 



Rcx snie fine }}ianciis. 

Dominicisperannum. 
AJ teniph hujus. (9 b). 

In dedic. eccl. 

Spe^ nostra, salus nostra. 

Trinité, 2' noct. 
Ad /cî. Domine. Trope. 

I. dom. Adventus. 

Laudamus Te. (3 a). 
In Inv. S. Crucis. 

M.Tgnus Deus. (2 b^ 

In Inv. S. Stephani. 
Iluc est teslimonium. 

Fer. VI. infr. hebd. 
111. Adv. 
Domine, esaudi. 

Fer. IV. majoris heb- 
dom. 
Fulgens praeclara. (6 b) 

In festo Paschae. 
Sumnie largitor praemii. 
(i c, I d). 

InQuadrag.Admatut 
Sedenteni. (ta). 

Prosa Dominicalis. 



Caelica résonant, (7 a) 
Noél. 

n Thoma Didyme. 

Ad Magn. (O. de 
l'Avent). 

Litanies gallicanes. 

Ecce apfarebit. 

Dom III. Advent. 
O quam glorifica. (l dl 

In Purificatione. 
[Clemens rector\. Trope 

Dernier Kyrie. 
Caelica résonant. {7 b'i. 

Nocl. 



Proc, mon. y p. 1 1 17. 

Drev.,VII, n» 223.— Var.: 
caelH"! et tenvim cun 
claque.. . 

llartk., p 103. 

Trope du f. Respice. 
Cf. Trop. deMontau- 
riol, p. 190. 
Drev., IX, n" 30. 

(B. N., IVlss. 1235, " 
a. et 9449). 
Drev., VII, n" 201. 

Ant. mon., p. 163. 
M Phrase du Gloria. 

Fin du V- ^" e.xsurgens 



Drev., VII, n" 4.1. 
Drev., Il, n" 35. 



Drev., X, n» 68. — Cf 

supra, p. 160, 
Prosula.Cf.DREV.,XLVII 

n» 245. 
Drev., VII, n° 2 i . 
B. Sens,'!is. 16, fol. 16'° 

Hartk., p. 7; .Ant. ms. Se 
nonens B. N. 11. acq 
1 535, fol.i 7 ; Ant. Sen 
(1571), fol. VIl'o. 

Cf. A. Gastoué, Cours d 
pi. -chant, p. 71. 

Hartk., p. 27. 

Drev., II, n" 30. 

Kjr. Prec, p. 43- 

Cf. supra, au Pater, n"! 

Cf. supra, n" 22. 



Fulgens praeclaïa. (2 a). 

In Pascha. 
Hcnedicta semper sit. 

S. Trinitatis. 
fie.x omnipotens. (i 1 a e 

1 1 b). Ascension. 



\ato canant. (3 a). 
Noël. 

Salus aeterna. (1 b). 

Dom. I. .\dvent. 
Sonent régi. 

Noël, miss, aurora. 
\Salve, porta. {5 a). 

In Assumptione. 



OFFICE DF. PIERKE DE CORBEII.. 



Var. : \arrantur ovanic 

proelia. Cf. supra, n' 1 9 

B. Sens, ms. 18, p. 371 

Drev., VU, n» 72. (Cl 
supra. Credo, n° 11. 
Dans plus, documents 
Quem n'existe pas. 

Cf. supra. Credo, n» 1 . 



Cf. supra, p. 143 ; Vai 
Prec, p. 52. 

B. Sens. ms. 16. fol. 1 s 
Cf. S. Luc, I, 32. 
Drev., VU, n" 108. - 
Var.: Summi. 

18 



202 



L OFFICE DE PIERRE DE CORREIL 



Colonne A 

LISTE 
des 

CENTONS. 



8 Patris sunimi. 



g. Ab arce summa. 

lo. f//caelos rei;at atquc arva 
necnon relraenef maria 



M. Messyas, Soiher, Emma- 
nuel, Sabaoïh, Adonay. 
Radix David. 

1 3. Dei Patris qui creavit 

omnia. 
1^. Pulchre d.ieinonum caslra 

perimens teterrima. 
I ■). Rex omnipotens. 
16. Per saecla scmpitenia. 



17. In Jérusalem, Judaea sive 
Samaria. 

18. Hic et in aevum. 



19. Et regni meta ipsius non 
erit aliqua. 

0. In fidei pignore. 

1 . Judex cum venerii judicare 

22. lui dehetur gloria, laus et 
jubilatio. 



Colonne B 

PROVENANCE texte et chant). 



CREDO (B). 
I. Unum Deiim in irinitalc. 



j. Qui poli summa residet in 
trinus et unus, [arce, 

3 Condilorem fabricae mun 

di. 
^. Quae caeli ambitu conti- 

nentur. 

5. Qui Dominus est omnium 

6. Regem saeculorum. 



7. Verbum Palris 

8. Priusquam mundus ficret. 



9. Cujus generaiio non habet 
finem. 

10. Deitate sociu. 

ti. Quod olim noslris refulsit 
in tenebris. 



Tiir 



Seq (?) 

Seq. 
Seq. 

Seq. 

Seq. (?) 

Seq. 

Seq. 

Seq. 
Seq. 

Seq. 
Hym. ;?) 

Seq. 

Seq. (?) 
Seq. 

Resp. (?) 



Invit. (^) 

Hym. 

Prosula 
Intr. 

Seq. (?) 
Invit 

Invit. 
Ant 

Resp. 

Seq 
Trope 



Incipir, 



Cf. supra, p. 135 : J-'.ic:' 
no a, et surtout, Seq. 
A îea l'iii^a, (3 a) 
AUe-CiteUstc. (5 a). 
In Nativ. B. M. 
Ad Te cuncla. {2 a). 
De S. Albino. 



Aima Chorus. ( i a). 

In temp. Pentecost 
Cf. ant. : Ecce crurent Do 

mini. 
Jiihilemus onnies. (2 a) 

Dom. IV. Advent. 
Ful^ens praedara. (2 b) 

In Pascha. 
Re.\ omnipotens. {i).Ascen 
Jubilemns omnes. (5 b;. 



Rex omnipotens. (7 b). 

Ascen. 
T. Ancienne Doxologie 
M. Phrase de l'épitre. 

S.ilve, porta. (5 a). 
In yVssumptione. 

Re.x omnipotens. (12 b) 
Ascen. 



Colonne C 

RÉFÉRENCES 
et 

>r.SERV.\T10NS DIVERSES. 



T. Symbole de S. Alha 

nase, V, j. 
M. Invitât, de la S' 

Trinité (.^1 
Ouod chorus vatum. (Do 
xologia). 

In Purificatione. 
Famitiam custodi. 
f(. Descendit. 
In voluntate. 

Dom. XXI. post Pent 
Cf.Seq. Magnus Dominus 

(2 b). 
idoremus regem suecnlo- 
ru m. 

Off. S. Nicolai 
O Naijrene. 

In II. noct. 
Clari/îca me. 

Ad Bened. Fer. II. 
maj. hebd. 
Intuemini. 

Dom. IV. Adventus. 

Benedicla semper scinda. 

(2 b). Trinité. 
\Da notis potenti]. 

Offert. 3" dim. de 
l'Avent. 



Cf. supra, Pater, n° ro 

Drev., X, n» 161. Var. 

Qui, régis, refraeniDis 
Ms. S. Albini, saec. xi 

Cod. Andegavens., 8g. 
Revue du Ch. grégorien 

VIII, p. I. 



Drev., VII, n» 13. Var. : 

Deo nostro... 
Cf. supra, Gloria, n" 19 

Var. : Pulchre castra. 
Cf. supra, n" 3. 
Var. : laus eorum. 

B, Sens, ms. 16, fol 

10 ^". 
Cf. supra, no^ 3 et 15. 

Var. : sive et Samaria 

Cf. en outre, Et regni 

meta qui suit. 
Cf. supra, n° 7. 



Ci. supra, n°'3, 156! 17. 
Var : Vener/s, saecuKi 



Drilv., Il, n° 28. — Var 
Prec, p. 9g. Ant. Se- 
nonen. (i 571), fol. 108 

Cf. supra, p. 135. 



.'Int. Senonens. (1571 
fol. 8^. Hartk. p. 20A. 
De S. Martino. 

Cf. supra, p. 1^6. 

1 nt. Monas., p. 301. 



liartker, p. 33. Ant. d 
Lucques,p. 20 du codex. 
(Pal. mus. IX.) 

Drev., VII, n' 95. — Var.: 
socius. 

OpT. Benedixisti. r«' ;J 
Operuisli. 2" f, Osten- 
de nobis da îiobis. 

Cf. dans Pal. Music, cod. 
339, p. 4 ; dans Bibl 
lit., IX, Trop. Pros. 
[Moissac], p. igo. 



APPENDICES 



203 



Colonne A 

LI STE 

des 

CENTONS. 



Patris aeierni genit»"! ab 

ore. 
Faclum sub lege. 

14. Coaeternu"! per omnia. 

5. Valde bona. 

16. [. •] FIoriKero 
Pulsos solio, 
Primi Palris pi o deliclo. 

17. Sicul pluvia in velUis. 



8. Quod enim in ea natum 
est de Spiriiu sancto est 

g. Ut salvum [aceret genus 
humanum. 

30. \ ] Mitis hostia factus 

nostra ob remédia [ 

. Cum Pilatus haberet prae- 
sidium. 
. Ut expiatos sordibus 

reddat polorum sedibus. 



Victo rege sceleris, rediit 
ab inferis cum summa 
Victoria. 

Tune impletae sunt scrip- 
turae. 

Ante conspectum gentium. 

Sceptrum tenens impériale 

Caterva septus angelica. 

Digna rependens mérita 

In aeternum Dominus re- 
gnabit et ultra. 



Colonne B 



PROVENANCE (te.\te et chant'. 



50. Qui animabus vivificandis 
aquas fecunddï. 

51. .\mborum sacrum spira- 
men, nexus amorque. 

32. Una permanens in usia. 

33. Cum quibus regn.i^ Deus, 

ante saecula 

14. Verbis ut essent protlui 
Et caritate fervidi. 

35. Angelis coronatiim 
Ut sponsata comité. 

36. Chrismate vero genus ut 

Christicolarum. [creetur 

37. QuoJ sanavit laesionem 

multorum peccaminum 

in Maria. 
58. In districli adventu judicis. 
39. In tempore retributionis 



Titres. 



Hym. 
Resp. 

Seq 

Resp. 

Versicul. 

Resp 

Ant. 

Ant. 

Seq. 

Ant. (?) 

Hym. 

Seq 

Ant. 
Resp. G. 

Kyrie 

Seq. 
Seq. 
Ant 



Seq. 

Kyrie 

Seq. 

Hym. 

Hym. 

Hym. 

Hym. 

Seq. 

Resp. 



Incipit. 



Colonne G 

RÉFÉRENCES 

et 

liSERVATIONS DIVERSES. 



Christe, cu'ictoruin. (ib 

In dedicat. eccl. 
T. Ecce jam vt:nit.-t. 

Dom. IV. Advent. 
Caelica résonant. (7a). 

Noël. 
hi principio 

Septuages. 
iOmo.s] florigero. 

Ad se.ttam. 

Descendu Doitiinits. 
Uom. III. Advent. 

Cum esset desponsata. 

In. vigil. Nativ. Ad 
Magn. 
Qiiando natus es. 

Circoncis. 
Coudnat orbis. (6 a. 6 b) 

In resur. Domini. 



Primo dierum . (3 c, 3 d,i. 
Dom. in Matut. 

Mane prima, (i bï. 
S'= Madeleine. 

Quando natus es. 

Circoncis. 
^^iderunt. ^. Notum fecit. 

Noël. 

\Deus sempitei ne\. Tropc. 

2" Kyrie. 
Superae harmoniae. (7 a). 

De S. Dionysio. 
Fulgens praedara, ( 13 bi. 

In pascha. 
lil aeternum... 

Feria V. in hebd. 



Sancti Spiritus. (g a). 
In die Pentec. 

^Cunctipotens]. Trope. 

1 " Kyr. après Christe 
lias cdebres. (8 a). 

De S. Michaele. 
.-[nnue, Christe. (Doxo- 
logiel. 
Apôtres. 
Beata nohis i;audia. (2 c, 
2 d.) 
Pentec. 
IJrbs beata Jérusalem. 
(i e, I fi. 
Dédicace. 
Christe, cunctorum . (4 c. 
4 d). 
Dédicace. 
Congaudentcs. { i i b). 
De S. Nicolao. 

Cf. Seq. Regnantem. (4 a). 
O Constantia. (Fin). 



Dpev., II, n" g2. 

Var. : genitus. 

liarther, p. 32. Variantes 

dans la mélodie. 
Cf. supra, Gloria, n» 22 
Var. : coaeternus. 
Hartker, p. 136. 

Cf. supra, p. 176. 



Hartk., p. 2g. 

.Ant. Senon. {1571), fol 

CXIX. 
Hartk., p. 7. 
Brev. Senon. (1641). 
Ant. Lticques, p. 31. 
Var. : faceres. 

Drev., XL, n" 2 I, 



Var. : Et. 

Albin, Poésie du Brév 

n" I. 
Pellechet, Notes sur liv 

lit. ii'^uiMn,etc.,p. 323 



Cf. supra, p. 170. 

.A remarquer var. entre 

centon et y. 
Edit. Val., m, 2. 

Drev., IX, n" 186. 

Cf. supra, FpisTOLA, n' 

14. 
.1)1/. Senon. B. N. «. a 

1535. Fol. 34 v". 
Brei'. Senon. Bibl. Sens 

ms. 2g, p. 85. 
Exode, c . XV. y. 18 

Cant. Cantemus. 
\'ar. : Tu ; fecund.:!s. 
Cf. supra. Credo (a), n" 

14. 
Edit. Kl/., IV, I. 

Drev., VII, n" 178. 

Var. : Regn.is. 
Pellechet, p. 32g; Anl 

Senon. ( i 571). 
Drev., II, n» 51. 



Var : Corona/a. 

Cf. supra. Credo (A), 

n» 15. 
Cf. supra, n" 12. 



Var. : Qui. 

Var. Prec, p. 59. 



Proc. mon, p. igj. 



204 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



Colonne A. 

LISTE 
des 


Colonne B 


Colonne C 

RÉFÉRENCES 
et 




PROVENANCE (te.xie et chant). 










CENTONS. 


TilICS. 


Incipit. 


OBSERVATIONS DIVERSES. 




EPISTOLA (Bi. 










I. Vernant fortia jam quorum 


Seq. 


jitcunda inelos. (3 a). 


Drev., VII, n» 183. 




trophea in caeli regia. 




DeSS.Petr. etPaulo. 






2. Post acta Ascensionis 


Seq. 


rulffeiis praedara* (153). 


Cf. supra, Epist. (A), n" i .| 




sancta soUemiiia. 




In die Paschae. 


Var. : Peracta. 




3 Lumine vullus tiii, Do- 




Cf Hym. AnnuCf Chn'stf. 


M. Phrase de l'épilre. 




mine, insignitus. 




(2 b.. 






^. Oplalum intirmis robui 






Hexamètre léonin). 




cedendo catei'vis. 










5. Viri mendaoes. 


Resp. 


Cil cunidedei uni. 

Dom. in Palmis. 


ilaitk., p. 9. 




6 De Jesu Nazareno qui fuit 


Ant. 


n»; sii}d hi sernwnes. 


Ilartk., p. 233. 




vir propheta, potens in 




Fer. II, infra oct. 






opère et sermone. 




Pasch. 






7. Implevit enim eum Domi- 


Aut. 


Implevit eos. 


Var,: eos. 




nus spirilu sapientiae et 




In die S. Matthaei, 


Ant. Senon. (1571), fol. 




intellectus. 






97- 




8. Nam Spiritus sanctus erat 


Ant. 


Simeon jtistus. 


Var.: Et. 




in eo. 




In die Purificai. 






g. Cogilaverunt interficere 


Resp. 


CoUei^ei utît Poniifices. 






eum. 




Dom. in Palmis. 






10. Quidam enim judaei dice- 


Ant. 


Quidam enim. 


Hartlc, p.itq^Ant Se}i. 




bant quia bonus est, alii 




Fer. III, post. Passio- 


B. N. H. a. 1535. 




autem dicebant : non. 




nem. 






sed seducit turbas. 










I 1 . Paratum ad omnia pro Sal- 


Ant. 


Ecce jam in sublime. 


Var. : Paratus. 




vatoris nomine susti- 




In die S. Vincentii 


.int. Senon. (1571), fol 




nenda. 




mart. 


102. 




12. Spe fruendi Victoria divi- 


Ant. 


I',i/t;rii/s ii:,'itur. 


Cf. M. Prou, Recueil de 




nitus subnixîis. 




In die S. Vincentii, 
I noct. 


Fac-similés. PI. XII. 

Pellechet,o/'.c'i7. p 468 

Var.: subni.vi. B N., ms. 

lat. 12219. fol. 153 '". 




13. Quem terra, pontus, aethe- 


Hym. 


Quem ferra. 


Drev., 11, n" 27. 




ra colunt , adorant , 




In Purificat. 






praedicant. 










14. In sede majestatis suae. 


Resp. (?) 


T. Ant. ht rei^eueratione. 
Die 13 novemb. 


Ant. mon ., p. 862. 

Cf. Ilartk., p. 25 5.ii\//oi 

sii^num crucis. 
Ant'. Sen. (1571I, Fer. 

IV post Pasch. Allel. 

CuTii sederit. 




15. Ecce quod cupivi jam 


Ant. 


Ecce quoi. 


.Ant. mon., p. 543. 




video. 




In festo S. Agnetis. 






16. Beatus homo cui caeli 




T. km. Stephanus viditet 


M. Phrase de l'Épitre. 




patebunt ! 




p). Stephanus servus 
Dei. 
.\[aL;nus Deiis. (3 a). 






17. Cujus caritas versus cae- 
Ins sublevat Stephanum 


Seq. 


Cf. supra, Gloria, n" 9, 








Var,: vcra cae/o. 




de terra. 










18. Adversuseum. 




T. Oif. Illumina oculos. 
Dom. IV post Pent. 
i£ variis locis). 


Cf. pour M. : Et nomine ae- 
lerno hereditahit illum, 
dans ép. S. Jean. 'Fin 




19. Insipientes et maligni ode- 


Resp. 


l'iri impii. 


Haitk., p. 173. 




runt sapientiam. 




Dom. in Palmis. 






20. Viri iniqui, absque mise- 


Resp. 


Insurre.xerunt. 


Hartk., p. 173. 




ricordia. 




Dom. in Palmis. 






31. Sed stat fortiter patiens 


Seq. 


Mat: nus Deus. (8 b). 


Var.: or.ins. 




martyr, et orat. 






Cf. supra, Gloria, n" 9. 




22. Vas electionis /«(«rus. 


Resp. 


Sanctus Vinceniius. 

In die S. Vincentii, 
I. noct. 


Pellechet, 0/'. «7.,p 468. 

Var.: iaturum. B. N. ms 

1535. n.a.. fol. 75. 




23. Domine, suscipe me ut 


Ant. 


Domine, suscipe me. 


Ant. Sen. (1571), fol. 1 7 




eum fratribus meis sim. 




De S, Joanne 






24. Salvator mundi. 


Ant. 


Salvator mundi Dom. in 
ramis, Ad procès. 


Ilartk., p. 189, 206 

Bibl. de Sens, ms. 16, 
fol. 60. 





APPENDICES 



2o5 



Colonne A 

LISTE 

des 

CENTONS 



Et perdue me ad eonvivium 
epularum tuarum. 

Sinite me, inquit, caelum 
videre ut spiritus diii- 
galur ad Dominum. 

Nune dimittis , Domine, 
servum tuum in pace. 

Ne tua damnetur Jesu fac- 
tura bénigne. 

Sansruine laureatus. 



Colonne B 



PROVENANCE (texte i;t en 



EPISTOLA iC) 

1. Laus, honor, virtus Deo 

nostro. 
Decus et imperium régi 
nostro. 

2. Qui testimonium perhibet 

de his. 

3. Ecce egojoannes. 



4. 0"i t-oMil peccata mundi 

5. Quos trucidavit frendens 

insania. 
Herodianae fraudis obnuUa 
crimina. 

6. Haec est enim Innocentum 

gloriosa concio. 

7. /«[...] sancti Spiritus de 

menti a. 

H. De quo scriptum est: ent 
nomen meum ibi, dicil 
Dominus. 

9. De sublimibus. 

to. Quae fluunt impetu de Li' 
bano. 



1. Cum mera symphonia. 
I-'. Intentas in superna. 

I 5. Dulciter in voce modula 



14. Mira Victoria. 

5. Ante sedem sedentis super 

thronum. 

6. In laude consona. 

17. Quos infans Cliristus hodie 

vexit ad astra. 

18. A bimatu et infra. 

19. Propter hoc emicat velui 

Stella Hrmamenti clara. 
20 Casta generatio. 



Ti 



Ant. 
Aut 

^.nt. 
Kyrie 
Resp. 



Cum quo gaudet et re- Besp. 
gnabit per omnia secu- 
lorum secula. 



Trope 

Alléluia 
Ant. 



Aguus 
Beq. 



Seq. 
Ant. 

Ant. 

Seq. 
Seq. 

Seq. ;?) 

Seq. 

Seq. 
£eq 
Aut. 
Seq. 



Incipit, 



Domine, suscipc me. 

Sinite me. 

De S. Martino. 

Responsum accepit 

In Purificat 
\Cunetipoteiis\. I rope. 

y Chrisle. 
ftîoriasus Dei Jiiiicus. 

De S. \'incentio. 



Colonne G 

RÉEÉRENCES 
et 

OBSERVATIO.SS Dn-EF<SES. 



[.JUS, honor]. 

Com. Pascha nos- 
trum. 

Hic est discipulus. 

In die S" Joannis 
Ecce ezo Joannes. 

Ad Magn in vig. 
S. Marci. 
y .A g nus. 
Celsa pueri, (-^ a, 3 b). 

De SS. Innocent. 



Re.x omnipotcns. (5 b). 

S.incHric.Tvii Dominus. 

In ded. ecclesiae. Ad 

.Magn. 
Cf. i,. Iste est de subli- 

ynibtis. 
Fons hortorum. 

De B. Maria, per 
annum. 

.Mle-Caeleste, (2 a). 

Magnus Deus. (6 a). 



M. dans : Dei matris. ( Var 
prec., p. 212.) « Pre- 
aimur,dele crimina. • 

Celsa pueri (12 ah 

M. Phrase de l'épitre. 
CW-Ante sedej72et Quj- 
si canticuni novum. 

Casirorum proies. (5 b) (' . 
In ded. eccl. 

Celsa pueri. (2 b). 

-1 bitnjtu. 

In die Circumcis. 
Ecce pulchra. 14 b). 

In festo omn. Sancl 
T. .\nx. O quam pulchr.i 

De \'irginibus. 
M. Phrase dei épitre (Cf. 

Cum mulieribus). 



Cf. supra, n" 23. 

B.N. H. a. 1535. fol. t I7I-» 

Proc. Mon., p 135. 

Wagner, Origines, p. 277 
Ed. Vat.,IV, I. 
l'jr. prec, p. 245. 



R. H. 10519. Trop. Pros 

Montaur. 
[Moissac], p. 18 

Lib. Grad., p, 39. 

Ant. Senon. (1571^ fol. 
CX.\I.\. 

Var. :toll(s. Ed. Vat. XV 
F, Clé.ment, Ch. s. Chap. 

p. 44. 
P. AuBRY, La mus. et les 

mus. d'égl. etc . p. 3 



Cf. supra, EiMSTOLA :.-\) 

n" 3, 1 5 et 17. 
Var. : Potentia. 
A nt. mon., p. 484. 
Variantes dans la mélodie 

Harther, p. 304, et Pal 

Mus., II, pi. 9 B. 
Proc. mon , p. 275 
M. Scriptum... Phrase de 

l'épitre (entre n"s 7 

et 8). 
Cf. supra, EpiSTOLA (A", 

n" 9. 
Cf. supra. Epistola (B) 

n°' 17 et 2 I. 
Var. : inten<o. 



Cf. supra n" 5. 



[fn] laude consona. 
Drev., VII, n» 226. 
Cf. supra, n" 5 et 14. 



Dbev. , VII, n» 116. 
Hartker, p. 299. 



206 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



Colonne A 

LISTE 
des 

CENTONS 


Colonne B 


Colonne C 

RÉFÉRENCES 


PROVENANCE (texte it chant). 


•lilUv. 


Inupu. 


OBSERVATIONS DIVERSES. 


j r . Sedeniem in supernae ma- 


Prosula 


Sedeniem. 


Dkev., XLVII, n° 2-15. 


jestatis arce. 






Cf. supra,, Ad ïertia.m. 
p. 16 ). 


22. Amicti stolis albis. 




T. Resp. qiiam ^'lorio- 


\'ar. Prec, p. 80. 






sum est. 


M. Cf. supra, n» i 5. 






De SS. Innoc. 




.'5 Sine macula. 




T. Resp. Cetilum quadia- 

omta. 

De SS. Innoc. 
M. Phrase de l'épître. Cf 

Sicut ciliiareJorum et 

Nonsunt coinquinati 


Haitker,p. 6S. 


j-|. Qui ncdum poiuerunt lin- 


Seq. 


Laits tibi, Chiiste. 


Ct. Miss. vis. Lingoii 


gua. 




De SS.Innocentibus. 


(1419), Cod.Avalonen. I, 
fol. 163 V». 


25. Et Agni. 




T. Ant. Cantabant sancti. 

De SS. Innoc. 
M. Et Agno, de l'epitre, 

entre n»' 22 et 23. 


Hartk., p. 68. 



NOTE 



Il est à peine besoin de faire ressortir le réel intérêt que présente le tableau 
précédent. Le lecteur aura vite remarqué, en effet, que les pièces dont il s'agit 
se distinguent nettement des pièces farcies ordinaires. Comme ces dernières, elles 
sont, il est vrai, farcies, puisqu'on les a développées à l'aide d'interpolations, 
mais leur commentaire, au lieu d'être une oeuvre personnelle, se compose au con- 
traire et uniquement de cenions. Aux paroles intangibles du texte officiel, l'auteur 
adapte ici, non plus, comme dans les pièces farcies, une explication de sa façon, 
mais une phrase toute faite, également intangible, du moins en principe. Cette 
phrase, ou plutôt cette partie de phrase, il l'a auparavant habilement choisie 
dans le répertoire grégorien. Tantôt c'est à un morceau strictement liturgique qu'il 
l'emprunte, tantôt à un trope, à une séquence, mais toujours, remarquons-le, à une 
oeuvre préexistante. La différence, on le voit, est considérable et tout autre le pro- 
cédé de composition. 

De sorte que chacune de ces \>'\hces farcies, ou Tmeuy.cerilonisées, constitue, sous 
le rapport littéraire et musical, une véritable et fort curieuse mosaïque. 

Il y a plus, et on pourrait citer, surtout dans le formulaire ancien, plus d'une 
prière liturgique en partie composée d'après ce procédé (i). On a même écrit des vies 
de saints avec des centons. (Cf. A. Molimeb, Les sources de l'Histoire de France, 
t. I. p. 96). 



(i) Par exemple, la Collectio ■bost profhetiam,àe Nocl, dans le Missale Gothicum. Elle est toute 
remplie de réminiscences et en particulier d'emprunts au cantique Bencdictus. A son tour, le Sa- 
cramentaire de Gellone contient une coii^-sM/îo, où se trouvent habilement énumérés les noms des 



APPENDICKS 207 

D'où il rcsulte que l'étude des pièces de ce genre s'imposera désormais à qui vou- 
drait entreprendre l'histoire générale de la centonisation. Car, cette histoire de la 
centonisation, il faudra bien, écrit D. Cagin, l'aborder un jour ou l'autre. Alors, on 
verra qu'il y aura lieu probablement de rapporter à ce système tout ce qu'on serait 
tenté d'appeler ^p/fjor/^,/ chez les anciens écrivains ecclésiastiques. 

En attendant que sur cette question, que voilà heureusement à l'ordre du jour, se 
produise l'étude particulière qu'elle appelle et qu'elle mérite, voici quelques remar- 
ques sur le texte et le chant de nos épitres et autres pièces centonisées. On com- 
prendra que nous ayons eu l'occasion d'en faire un certain nombre, et des plus 
suggestives, au cours des minutieuses recherches nécessitées par ce long travail. 
Avec quelle patience, en effet, il nous a fallu parcourir, et cela dans tous les sens, 
l'ancien et immense domaine des textes chantés de la liturgie I Véritable chasse' 
d'un genre peu commun, trop souvent infructueuse, hélas ! mais aussi, quelle jouis- 
sance, quand nous rentrions de notre course avec quelques centons... identifiés W (i) 



TEXTE 

I. — Texte des pièces elles-mêmes. 

Ce texte étant le texte officiel de l'Église, nous n'avons pas ici à nous en préoc- 
cuper. Observons toutefois, en ce qui concerne les trois épitres centonisées, que leur 
texte n'est pas celui de la Vulgate actuelle, mais qu'il a été emprunté à l'ancienne, 
d'où les quelques variantes que, du reste, nous avons eu soin de relever dans les 
notes de la partie littéraire. 



II. — Texte des centons. 

{\) — Provenance. Nombre. 

Le but de ces interpolations, centons, Iropes ou farcilures, fut, on le sait, de don- 
ner davantage de développement à l'office en même temps qu'une solennité plus 
grande, mais aussi d'expliquer le sens de la leçon liturgique à la foule ignorante. Il 
est probable que personne n'osa au début paraphraser le texte sacré à l'aide d'un 
commentaire personnel. On ne dut même pas y songer, tant était profond le respect 
pour la parole de' Dieu et celle de l'Église. L'idée vint, au contraire, très naturelle- 
ment, de puiser ce commentaire dans d'autres passages de l'Écriture et de la liturgie. 
Aussi bien, était-ce là un procédé très en honneur dans la littérature de la décadence 
romaine (2). 

dix catégories d'Aristote. (Cf. D. Cagin, Le Saaamentaire de Gellone, d.ins Mélanges Je littéral, 
it d'Jiist. relig. (Mélanges Cabrières.) Paris, Picard, 189g, t. I, p. 263. 

Pour ceux que cette question intéresse et comme preuve en même temps de l'utilité de telles 
recherches pour la critique des textes liturgiques, signalons les deux études de Dom Havard sur 
Les Messes de saint Augustin et Les Cenîonisations patrisliques dans les formules liturgiques, dans 
Les Origines liturgiques par D. Cabrol, p. 243 et s., mais surtout le récent et très remarquable 
travail de D Cagin : Te Dcum ou Illatio, volume in-8» royal, de 600 pages. La contestatio des 
catégories d'Aristote s'y trouve reproduite, et tout un article est consacré aux procédés divers 
{imitations, centonisations, etc.), employés pour la composition des contestations, 

(1) Plusieurs de nos amis, liturgistes ou musicologues, ont eu l'obligeance de nous aider ; qu'ils 
veuillent bien agréer ici l'expression de notre vive gratitude. Nous avons une particulière re- 
connaissance à'IVl. le chanoine U. Chevalier, qui consentit à nous confier l'importante collection 
de.^ Analecta hymnica de Dreves. En digne'^émule de l'abbé Lebeuf qui en avait fait sa devise, 
et comme du'>este_tout'vrai savant, il aime à pratiquer le Sine invidia communico du livre de la 
Sagesse. 

(2) Cf. iVlARTiGNY, Dict. des ani. citrét., au mot : cenlon. 



208 



l'office de pierre dk corbeil 



Mais que de difficultés dans ce travail de centunisation ! Quelle science d'abord 
pour découvrir des fragments ou des phrases entières qui soient appropriés au su- 
jet, à la pensée qu'on voulait développer ! Quelle habileté ensuite pour les adapter, 
pour les enchâsser en quelque sorte dans le corps du texte, et ainsi conjposer cet 
ensemble merveilleux où tout, paroles et musique, s'enchaîne si harmonieusement 1 
Est-il rien sous ce rapport de plus éloquent que notre tableau ? 

Sur les 177 cantons qui le composent, i5o environ ont pu être identifiés d'une fa- 
çon certaine. Voici comment il les faut répartir, si l'on veut se faire une juste idée 
de la variété des sources utilisées. 



Nombre des centons. 

57 
33 
'7 
16 

3 
2 



sont tirés de 



Nature des pièces. 

Séquences. 

Antiennes. 

Hymnes. 

Répons. 

Tropes et Prosuies. 

Introïts. 

Invilatoires. 

Offertoire. 

Trait. 

Alléluia. 

Communion. 

Agnus. 

Versus. 

Litanies. 



h8 



(B) — Modifications. 

Une fois connue la provenance des centons, il reste à étudier le procédé employé 
pour les mettre en œuvre. Le plus souvent, il suffira de les insérer tels quels, de les 
glisser, sans la moindre retouche, entre les phrases du texte. Parfois, le centonisa- 
teur devra leur faire subir quelque légère modification. On conçoit que, pour 
obtenir un résultat parfait, il y ait été obligé de temps en temps, mais du moins 
saura-t-il n'user de ce procédé qu'avec la plus grande discrétion, respectant autant 
que possible la teneur originale. 

S'il s'agit d'un mot, il se contentera de le changer de cas ou de le faire passer du 
pluriel au singulier, et réciproquement. De même, pour un verbe, tout ce qu'il se 
permettra, ce sera d'en modifier la personne, le temps ou le mode. D'autres fois, il a 
fallu faire plus, comme substituer un ou plusieurs mots, afin d'obtenir une significa- 
tion complète ou d'éviter un grossier contresens. Par exemple, dans l'impossibilité 
évidente d'appliquer à Notre-Seigneur le passage suivant : Qui plurima perpetrarat 
facinora, on l'a ainsi modifié : Qui nul 1.7... De même, cette phrase relative à la fête 
de Pâques : Inqua Christihicida narraïUur ovanter praclia est devenue: Inqua Christi 
lucida vaticinatur nativitas. A remarquer encore la particularité plus rare, mais fort 
curieuse, où le centon débute par le même mot que le texte officiel, comme dans 
Lux sempitcrna et rcdemptio vere nostra orta est eis, ou bien encore dans Natus 
ineffabiliter ex Maria virgine. 

Inutile d'insister. Un simple coup d'oeil sur toutes ces variantes ou modifications 
signalées dans les colonnes A et G montrera amplement et par le détail l'ingénieuse 
méthode du centonisateur. 

Mais celui ci, en face de difficultés trop grandes, ne s'est-il pas laissé entraîner à 
la composition de tropes réels, à quelques paraphrases de son invention ? Nous 
ne le croyons pas. Étant donné, en effet, que sur un total de 177 fragments, 
i5o environ sont de purs centons, à peine remaniés, il y a, il faut l'avouer, de sé- 
rieuses raisons pour qu'il en soit de même des autres et pour que ceux-ci, à leur 



APPENDICES 20g 

tour, puissent être bientôt identifiés. Le répertoire grégorien et liturgique est telle- 
ment vaste que personne ne saurait se flatter d'en avoir exploré toutes les richesses. 
Si d'aventure pourtant quelquesphrases avaient été toiit exprès créées, comme celles- 
ci peut-être : Immorlalitatem cuin Christo (Credo A. i8); cum Pilatus haberet praesi- 
dium (Credo B. 21), nos pièces en mériteraient-elles moins le nom de centonisces ? 

III. — Lieu d'origine des pièces centonisées. 

Faut-il en terminant hasarder une opinion sur le pays d'origine de ces composi- 
tions intéressantes ? Il semble que certaines données soient suffisamment précises 
pour le permettre. A défaut de preuves extrinsèques, nous aurons recours à la 
méthode délicate de la critique interne. En conclusion et avec une extrême réserve, 
bien entendu, nous inclinons à leur attribuer u"he origine française. Voici 
pourquoi. 

1» Une première remarque, c'est que ce sont les séquences et particulièrement les 
vieilles séquences en a qui ont fournile plus grand nombre de centons. On en compte 
jusqu'à cinquante-sept. Or, il importe de se le rappeler, les anciennes proses en a, de 
l'avis des musicologues les plus compétents, ont incontestablement une origine 
française. Voilà qui constitue déjà une certaine probabilité. Mais il y a mieux. 

2° A première vue, il semble parfaitement inutile pour notre démonstration que 
nous interrogions les autres sources, c'est-à-dire les antiennes, répons, offertoires, 
iniroits, etc.. Ces pièces, se rattachant par leur nature au répertoire commun du 
chant liturgique, sont apparemment de tous les pays. Ce sont elles pourtant dont il 
importe de tenir compte, et c'est précisément leur examen qui va nous révéler que 
plusieurs de nos fragments dérivent de morceaux sûrement composés en France. 

Citons-en quelques-uns : 

1. — Rex sine fine. (Gloria, ii). Ant. (Ant. gallicane). 

2. — Tu victima. ( » 15). Seq. (B. N. Mss. 1235, n. a. ; 9-(.(g ; xi et xu' s. 

Nevers). 

3. — In tempore retrihutionis (Cceio B. 3g). Resp. O constantia (Roi Rol'eit). 
■). — Sinite me. [EpistolaB. 26). Ant. Office de saint Martin. 

5. — Paratus ad omnia. ( » ii). \ 

6. — Spe fruendi Victoria. ( j> 12). I „œ , • . ^i- „ , 

^ , ; ' > Office de saint Vincent. 

7. — Vas electionis futurus. ( » 22). l 

8. — Sanguine laureatus. ( » 29). J 

L'indication des cinq dernières pièces n'aurait de valeur que s'il était établi que 
les offices de saint Martin et de saint Vincent sont d'origine française. Nous les 
citons cependant parce que ces deux saints furent particulièrement honorés en France. 
C'est évident pour saint Martin. (Cf. pour saint Vincent : Pelf.echet.o/i. ciV., p.465.) 

Si on ajoute à cela que parmi les documents contenant certains autres centons, 
comme : Ut caelos regat (Epist. A. 10), Caterva seplus (Credo B. 27), les plus anciens 
proviennent de Saint-Albin d'Angers, de Saint-Évroul, de l'abbaye du Bec, que, 
d'autre part, les épitres farcies de saint Etienne, des saints Innocents se trouvent 
aussi dans des mss. de Rouen, sera-t-il téméraire de conclure à une provenance 
française? Ne peut-on pas même croire ces compositions faites dans l'une ou l'autre 
des écoles renommées de Normandie ? On sait combien était intense l'activité 
intellectuelle, aux x» et xi" siècles, dans tout le bassin inférieur de la Seine. (Cf. 
P. AuBRY, La musique et les musiciens d'église en Normandie, au \m' sièclf, p. 53.) 

11 convient toutefois de faire observer qu'on relève des différences dans le choix 
des centons, en particulier pour les épîtres de saint Etienne et des saints Innocents 
(Cf. U. Chevalier, Bibl. lit., t. VII, p. 36i-362), comme aussi que l'épître de 
saint Etienne existe déjà à Saint-Gall, aux xiie et xiiic siècles. (Cf. Codex, 3S2, 
p. 88-89.) Autant de raisons sérieuses de s'en tenir, sur ce point, à une simple con- 
jecture. Mais, en archéologie aussi bien que dans les recherches de pure science, 
il n'est pas inutile parfois de formuler une hypothèse. 

'9 



310 L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



MUSIQUE 

I. — Musique du texte. 

Règle générale, dans les pièces farcies, la musique du texte est fort simple, comme 
il convient, du reste, à un chant avant tout populaire. Elle se réduit, le plus 
souvent, à une ou deux phrases d'une structure élémentaire, à une sorte de récitatif. 
L'examen suivant va nous en convaincre à nouveau. S'il se présente à cette règle 
quelques exceptions, elles sont toujours dignes d'intérêt. 



(A) — Pater noster. 

Le chant de cette première pièce, jusqu'aux mots: Et dimitte nobis, est exclusi- 
vement composé de formules empruntées à des mélodies de style orné et qu'il serait 
aisé d'identifier, tant elles reviennent fréquemment dans les chants un peu dévelop- 
pés, comme ceux du genre responsorial. 

Voici un exemple ; comparer ce passage : 

\~ -. 



-^ 



Panem nostrum quotidi- anum. 



avec celui-ci, tiré du Gloria : 

s- 



:j - ' I r.-J : 



Domine De-us, AgnusDe-i. {Ed. Val., II, i.) 

Pour la suite, le Pater reprend d'une façon assez imprévue sa notation tradition- 
nelle, celle qui s'est maintenue au canon de la messe. De prime abord, la phrase : 
Et ne nos inducas... parait le résultat d'un « déraillement », pour employer une 
expression de Gevaert. Il n'en est rien. Le seul fait que cette seconde partie du Pater 
est entièrement écrite en tetrardus suffit à légitimer la transposition de ce passage 
un ton plus bas. Une pièce centonisée ne devient-elle pas, d'ailleurs, une pièce 
nouvelle, formant un tout homogène et où chaque phrase se trouve exposée à perdre 
un peu de son individualité ? Et pourquoi le centonisateur qui, on l'a vu, a dû modi- 
fier certains mots, ne pourrait-il en user de même pour la mélodie ? Constatons-le 
ici, une fois pour toutes, il l'a fait de temps en temps, dans le but toujours de par- 
venir à un ensemble plus harmonieux. Il est même à propos de remarquer com- 
ment, dans une intention mnémonique évidente, en tout cas pour créer une liaison 
plus forte, un enchaînement plus étroit, il s'est ingénié, soit par transposition, soit 
par retouche, à faire coïncider les cadences de ses phrases avec les notes initiales 
des fragments qui suivent, imitant en cela un procédé déjà en honneur, — les 
exemples abondent, — dans les compositions grégoriennes primitives. 

(B) — Credo (a). 

Rien de particulier à noter sur la mélodie de ce Credo, sinon qu'il est d'un bout 
à l'autre construit" sur une seule formule psalmodique aux cadences médianes et 
finales uniformes. 



APPENDICES 211 



(C) — Gloria. 

C'est le Gloria des dimanches ordinaires. {Édition vaticane, XL) A peine s'il se 
rencontre quelques variantes. Toutefois, sur Qui sedes, notre manuscrit offre une 
formule différente. C'est la seule vraiment traditionnelle, celle qui se lit dans les 
documents les plus nombreux et les meilleurs. Pourquoi l'Edition vaticane l'a-t-elle 
sacrifiée, pour se rallier à la minorité des manuscrits ? Sans doute afin de maintenir 
à cette phrase la même intonation qu'aux autres. 



(D) — Epistola (A). 

La mélodie de cette épître, du moins dans sa première partie, est peut-être celle 
qu'on rencontre le plus souvent dans ces sortes de pièces. Voici, séparés et à l'état 
schématique, les deux membres de phrase dont elle se compose : 



C , ■ ■ 1 


■ ■ . s • 1 


« • " 


■ ^ 


1 


î-î n 


B ' ly . ' 


* ■ ■ 



Évidemment, ces types primordiaux ont à subir, selon les exigences du texte, 
quelques légères variantes. Ne pouvant en faire ici une étude approfondie, nous les 
négligerons. 

Cette formule est comme le thème classique des épîtres farcies. Pour le type A, 
citons l'épître de l'Epiphanie publiée par P. Aubry [Tribune de Saint-Gervais, 1897), 
le début de celle des saints Innocents dans notre manuscrit, une autre aussi des 
saints Innocents donnée par l'abbé Clerval à la fin de son livre sur L'ancienne 
Maîtrise de Notre-Dame de Chartres, enfin l'épître bien connue du jour de Pâques 
(xie siècle), commençant par ces mots : Ecce manu forti... 

Quant au type B, qui n'est, comme il est facile de le constater, que l'exacte repro- 
duction du centon : Et regni meta... (n» 19), voici avec quelle gracieuse modifica- 
tion il se présente dans l'épître de Pâques : Ecce manu : 

h 



4. 



("est sur la phrase initiale de cette même épître de Pâques qu'on a calqué le début 
de VAve Regina (ton simple des éditions de Solesmes) : 

£ . - ■ b. , — 



:;=[i=^]^ 



Ecce manu forti trivi re- tinacu- la mortis. 

A-ve, regina caclorum, ave, domina ange- lo-ruin. 

Encore une remarque. L'épître des saints Innocents, farcie en latin, publiée par 
P. Aubry {La musique et les musiciens, etc., p. 40), se termine par le mot dicentes, 
lequel sert à relier la lecture de l'Apocalypse au Graduel qui suit immédiatement. 
Il en est de même dans notre épître, avec cette différence toutefois, c'est qu'ici ce 
n'est plus le texte qui produit cet enchaînement, mais bien le chant lui-même, 
dont le dessin mélodique prépare et appelle, en l'imitant, le début du Viderunt 
Emmanuel. Qu'on en juge : 



212 



E r-'-' 



l'office de pierre de corbeil 

i . '—— '-t ï— — r 



■—3^ 



Et iisque in sem-pi- ternum. 



Et nsque in sem-pi- ternun 



h- 



^ 



Viderunt Emma- nu- el (i). 

Ingénieux procédé, n'est-il pas vrai ? Et quel témoignage plus positif pourrait-on 
fournir du souci constant qu'avaient les compositeurs de relier entre elles, non seu- 
lement, ainsi qu'on l'a déjà dit, les parties d'une même pièce, mais les pièces elles- 
mêmes ? 

(E) — Credo (b). 

Voir, plus haut, la note de la page 172. Ce Credo est bien, en effet, le même que 
le Credo II de l'Édition vaticane, avec certaines différences faciles à relever. Tout 



d'abord, les cadences y sont plus ornées. Au lieu de 

L^ 



5 



r 



Ëi' 



presque toujours 



-H-r 



Sauf pour les quatre mots suivants : Procedit, Prophetas, 

Peccatorum, Mortuorum, 
elles se font toutes sur la note mi. 

Ajoutons que ces deux dernières sont les mêmes que dans le Credo I, auquel, en 
outre, semblent empruntés quelques autres passages, tels que Patrcm, Factorem et 
surtout Deum de Deo. 



(F) — Epistola (b). 

A l'exception de quelques passages, surtout vers la fin, le chant de cette épître 
repose entièrement sur les deux phrases suivantes dont nous omettrons, comme 
plus haut, les variantes : 



g . n 


1 i ■ . ■ - Il 


■ • ! • ■ 9 ■ 


1 .r - Pi • M 


(0) 


■ •■•Sa-- - 1 


• ■ ■ r» * ■ 


N • " 


■ ' 


r" «al 



Cette formule B est exactement la même que celle du Gloria des fêtes simples 
(Éd. Va«.,xv). 

Il importe, en outre, de comparer notre épître avec celle qu'a publiée l'abbé 
Lebeuf dans son Traité historique et pratique sur le Chant ecclésiastique et dont 
P. Aubry nous a donné, d'après un autre manuscrit (Paris, B. N. 375), avec le texte 
complet, une analyse parfaite. On trouvera là sujet à quantité d'observations intéres- 
santes. Les deux mélodies étant du 3° mode, leurs cadences se font régulièrement 
sur le mi ; mais, au lieu d'être toujours identiques, comme dans le texte du manus- 



crit de Paris, c'est-à-dire de finir ainsi 



, elles ont subi, dans l'Office 



de Sens, plusieurs modifications, pour ne pas dire des déformations. 



(i) A comparer avec le chant de l'Évangile qui offre le même dessin mélodique sur les mots : 
tempoie ; dies octo ; angclo. 



APPENDICES 



2l3 



Toutefois, la comparaison révélera un thème identique. Le chant est moins 
orné dans notre manuscrit que dans celui de Paris. Un ou deux exemples feront 
mieux saisir cette différence. 



Ms. de Sens. 



Ms. de Paris. 



S ; 1 


, , . . - ■- ;-. .-1 




1 9 ■ • * • 


m ' ■ 




'—^ . . 


. 9 • ' ■' — ' r- ■ 


■ 



Stephanusplenus grati a et forti-tudi- ne, fa-ci-ebat prodigi- a etsi- 



h 



-A- 



-A- ^A-A 1 ^ ' 1% r 



-î 



^=1=^=^^13=1=1:! 



'^11 

Stephanus plcnus grati-a et forti-tudi-ne, fa-ci-ebat prodi-gi- a et si- 



S 



-n- 



1^=71 



gna magna in populo. 



5 



gna magna in populo. 



Sens. 



-t 



"■ ■ ■ 



sj==^: 



•j— ■ — j— «— *- 



Ecce vide-o celos a-pertos et Fi-Ii-um hominis stantem a dextris virtutis De-i. 



"■'■'• ^-»- ?-r . T^'^^'~TV^^^^^^^^^^^^^^~^^ 



A-^ 



Ecce vide-o celos a-pertos et Fi-li-um hominis stantem a dex- tris De-i 



A remarquer enlin que le texte n'est pas emprunté à la même version, comme le 
prouve le mot virtulis. 

(G) — Epistola (c)(i). 

Ici encore, il faudrait comparer cetie épître, texte et citant, avec celle d'Amiens. 
(Cf. P. AuBRY, La mus. et les wiisic, etc., p. 40.) Les centons sont presque tous 
les mêmes, du moins comme te.vte. Seuls les quatre suivants sont identiques, ^j;-o/e.î 
et musique : Ecce ego Joaniies, 

Qui ttillis pecciita, 
Intentus in superna, 
Quos infans Christus. 
Que d'autres remarques il y aurait à faire ! Qu'il suffise de mettre en regard le 
I"' vers du prologue pour montrer comment on excellait à broder sur un thème 
donné, à développer, en l'ornant, une mélodie primitive : 



Ms. de Sens . 



-Pi P- 



Laus, honor, vir- tus De- o nostro. 



Ms. d'Amie 



"S. ' ° '^'♦' V . , J— .^1— ^.= ^ 



Laus, honor, vir- tus De-o nostio. 



(i) L'épltre de saint Jean, étant farcie et non centonisée, ne figure pas, pour celle raison, dans 
noire tableau. Nous n'avons donc pas à nous en occuper. 



214 L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 

Voici, pour en revenir à notre épitre, les formules principales de sa mélodie. 
Nous reproduisons de préférence celles auxquelles on a eu recours pour quelques 
centons : 

s- 

A "jz: 



^^i 



B '-"S- 



L.-S — I f . 



^ — ' i^^-Rfî 



Si, d'aventure, une phrase ou un membre de phrase du texte se trouvait à faire 
partie déjà d'une pièce de chant officielle, comme un répons ou une antienne par 
exemple, le centonisateur n'hésitait pas à l'emprunter. A l'aide d'un simple raccord, 
il savait l'encadrer dans le corps de sa nouvelle composition. En voici un curieux 
échantillon. Dans le passage suivant : Nisi ilLi cenlum quadraginta., etc., Nisi illa 
forme Yintonation ou le raccord, et les paroles Centiim quadraginta ont conservé la 
mélodie elle-même du f^. Cenlum quadraginta. (Cf. Anl. : Hartker, p. 68 ; Ant. de 
Lucques, p. 60, et Ant. de Sens (iS/i), fol. XIX.) Quant à la formule de A^/51 illa, elle 
se présente plusieurs fois dans l'épître : Hi empti sunt de terra ; Hi empti sunt ex 
hominihus : Et in ore. 

De même, à quelques notes près, on retrouve sur Qiiocumque ierit la mélodie de 
Quocumque ibat du i^. Cum ainbularent. (Office de saint Matthieu). (Cf. Antipho- 
naire de Sens (1571), fol. 96.) 

II. — Musique des centons. 

Il reste à parler maintenant de la musique des passages empruntés ou centons. A 
ce point de vue, il y a évidemment fort peu de choses à dire, étant donné que presque 
tous ont, comme chant et paroles, une même provenance. Toutefois, on conçoit 
facilement qu'il se soit présenté des cas, et de fait il s'en trouve, où la mélodie du 
centon ne pouvait en aucune manière cadrer avec celle du texte. Que faire alors ? 
Tout simplement sacrilier le chant et se contenter d'adapter les paroles à l'une ou 
l'autre des phrases types réservées à la pièce elle-même. Ainsi fît le centonisateur, 
en maint endroit. Citons par exemple, dans le Gloria : Quod perhibuit Joannes 
(n" 17); dans l'épître de saint Etienne : Beatus homo cui caeli patebunt (n» 16), sur 
le type B ; dans celle des saints Innocents : Quae Jluunt impetu de Lybano (n» 10), sur 
le type A ; Sine macula (n» 23), sur le type B ; de même, Amicti itolis albis (n° i5), 
et surtout Ante sedem sedentis (n» 22), sur le type C. 

Encore un procédé tout naturel, comme on voit, n'apportant nulle complication 
nouvelle, ce qu'il fallait éviter dans un genre avant tout destiné à demeurer simple, 
facile et ainsi à plaire davantage au peuple. 



III. — Conclusion. 

De tout ce qu'on vient de lire, quelques faits semblent se dégager assez nette- 
ment. 

D'abord, il est à peu près certain que le système de la centonisation a précédé 
l'invention des tropes, auxquels même il a dû donner naissance. Très en vogue aux 
ne et nie siècles de l'ère chrétienne, et même au ive, dans la littérature païenne, le 
centon, en effet, est de bonne heure employé par les écrivains ecclésiastiques. 



APPENDICES 21 5 

Nous avons à ce sujet signalé un important article du livre de Dom Cagin intitulé : 
Te Deum ou Illatio. Au début et quand il s'agissait d'un texte sacré, on n'a pas 
osé, par respect, le commenter autrement que par lui-même, c'est-à-dire qu'on s'en 
tint exclusivement à l'emploi de paroles liturgiques. Peu à peu, forcé de modifier 
légèrement ces emprunts, en vue d'une adaptation plus parfaite, on en arriva gra- 
duellement à créer une paraphrase personnelle. Et ce fut l'origine des tropes. 

En second lieu, non seulement le centon est antérieur aux tropes, mais il n'a pas 
cessé, même après leur invention et leur succès, d'être encore en honneur. La 
meilleure preuve, c'est l'existence même de nos pièces, puisqu'on y peut compter 
jusqu'à treize passages tirés de tropes. 

Si, un jour, on parvient à écrire, comme nous le disions plus haut, l'histoire géné- 
rale de la littérature farcie, embrassant par conséquent tous les genres d'interpola- 
tions : centons purs, imitations, tropes, farcitures en latin, en langue vulgaire, 
etc., c'est par l'histoire de la centonisation qu'il faudra commencer ; c'est elle qui 
en devra former le premier chapitre. 

Ajoutons enfin, et cette remarque a son importance, que l'emploi des centons 
constituait, en outre, un procédé mnémonique excellent. Sans parler des morceaux 
de la liturgie officielle, que tout le monde savait par cœur, il ne faut pas oublier que 
c'était les hymnes et surtout les séquences, véritables cantiques de l'époque, qui 
composaient le répertoire du chant populaire. Or, c'est précisément de ces mélodies 
simples et familières, de ces compositions aux cadences agréables que dérive la- 
grande majorité de nos fragments. Ainsi s'explique l'extraordinaire facilité avec 
laquelle on retenait entièrement de mémoire de si nombreuses et parfois de si lon- 
gues pièces. 

Et puis, quel fortifiant régal pour l'esprit que cette succession de belles et salu- 
taires pensées 1 Que de touchants souvenirs, ravivés dans le cœur chrétien par ces 
bribes de mélodies chantant dans la mémoire ! Quel parfum de saine piété, quelles 
senteurs liturgiques ne devaient pas s'exhaler de cette gerbe de fleurs musicales 
cueillies au riche parterre grégorien ! Aussi, quel joyeux entrain, quels accents de 
foi dans l'âme de nos pieux ancêtres, quand il leur était donné de chanter à l'église, 
corde, ore, opère, leurs prières et leurs communes espérances, aux jours des saintes 
fêtes I! 

Qui vult vere psallere 
trino psallat munere : 
Corde, ore, opère 
Débet laborare, 
ut sic Deum colère 
possit et placare. 



APPENDICE II 



OFFICE DE LA CIRCONCISION 

[De Beauvais) 

D'après le Manuscrit de Londres. Musée Britannique, Egertox, 2615. 

(xni= siècle). 



Tableau, Varianles et Notes. 



OFFICE DE PIERRE DE CORBEII.. 



TABLEAU (' 

















Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 






-- — - , ^ ■ 


■*.^- ^— 


^ — -^-- -^- — - 


RUBRIQUES. 


TITRES. 


OFFICE 


TROPES 

et 


PIÈCES 






PROPREMENT DIT. 


PIÈCES ÉTRANGÈRES 

\ L'orriCE. 


E.XTRA-LITUK- 

GIQUES. 






Premières Vêpres. 






In ciratwcisîone Domini, 










\sacerdot\i: (?) in JiiL'Jio 


















* Lux hodie. 










lu.x laetitiac 


Conductus asi [ni, cum] 












Conductus 






* Orientispar- 










tibus. 


Dein, lectci tabula^ incîpi- 










tur a sacerdote : 




* Deus in adjutoriiim 
meum. 






Chorus. 




* Domine... festina. 






n 




Gloria. 


* Veni, sancte Spi- 
ritus, reple. 














Veni, (ioctor prae- 
vie. 










Postea^ duo post altare in 










gradibus dicant^ cum 










org-ano : 






* Haec est clara 








dies. 




Duo aîii ante altare dicant : 






* Salve, festa dies. 




Sequitur prosa ab omni 










choro : 


Prosa 




* [Laetemur gau- 
diis] (2). 










* Christus manens. 




Omnes antiphonac psal- 






morum incipiuntur cum 










falseto : 


Ant. 
Capitulum 


Ecce annuntio vobis. 
Ps. Dixit. 

* Hodie Intacta. Ps. 
Confitebor. 

* Virgo verbo. Ps. 
Peatus. 

* Virgo hoclie. Ps 
De profundis . 

* Nesciens mater. Ps. 
Mémento. 

* Populus gentium. 






{n pulpito, cum organo. 


^ 


Confirmanos.Christe .. 
conlirmatum est. 






Cho}us. 


» 

^ 


Cor virginis angelo 

narrante, concepil. 

Quem tremit spi- 

ramine limus. 






Chorus. 


» 


Te forma Deuni no- 
tais proliilit. 






Sequitur prosa a priori- 










bus : 


Prosa 




* [Et honore virgi- 
nal!]. 




Omnis chorus. 


» 


0, 






Item primi. 


» 




* [Ouae superno]. 




Chorus. 


i> 









Primi. 


\ 




* [Fiat ut prolem] 





(1) Il y aura véritable intérêt à rapprocher ce lablea.: de celui de l'Ollice de Sens (Cf. : Introduction, p. 41 
et s.). C'est, du reste, dans ce but que nous l'avons établi. Pour faciliter celle comparaison, nous avons fait 
précéder d'un astérisque les pièces communes aux deux ortices. 

Avec une obligeance dont nous ne saurions assez leur témoigner notre gratitude, deux érudils : Dom H. 
Leclerc^, le savant bénédictin de Farnborough, et H. G. Worth, de la Commission Vaticane Grctiorieiine, ont 
bien voulu consulter pour nous le manuscrit de Londres. C'est gi àce à cette précieuse collaboration qu'il nous a 
été possible de dresser notre tableau et de l'accompagner des variantes et des notes qui le suivent. — Merci éga- 
lement à noire ami René Rouget, qui a su prendre à notre intention, à la BiBL. Nat. de Paris, une analyse ex.icte 
des diverses copies de D. Grenier. 

(2) L'Iitcipit des Iropes est placé entre crochets. 



220 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 



RUBRIQUES. 



Chorus^ 
[Primi]. 
Choi'us, 
[Primi]. 
Touilles chorum. 

Tenentes diorum. 



Et itapersingulos versus. 



TITRES. 



Prosa 



Versiculus 
Ant 



f/nus dicat : 

Aller : 

Item primus. 

Secuudus. 

Primus. 

Chorus. 

Cum organo dicitur : 

Chorus. 

Alii cum organo. 

Chorus. 

Primi cum organo. 

Chorus. 

Sequilur prosa : 

Tenentes chorum inci- 

piant : 



Sicut prius. 

Hic dicitur : 

Redeundo in chorum, 

tenentes chorum 

incipiant : 

In choro, cum organo ; 



Benedic. 
Deo grat 



Prosa 



Prosa 

Ps. 

Oralio 

Benedic 



Unus. 
Sequitur. 



[%■] 

t- 
Prosa 
Oralio 

Benedic. 
Deo grat. 



Ant. 

Hymnus 

Capitulum 

\ . 

Ant. 



[Ant.] 



Colonne A 

OFFICE 

PROPIÏEMF.NT- DIT. 



O. 

Et hominem 



* Qui de terra. Ps 

Magnificat. 
Qui de terra. Et 

cxultavit. 
Et quod vidit. Quia 

respexii. 
Qui autem. 



Ad processionem 
ante crucifixum. 

* Gaude. 

Stella, Maria, maris. 

Gaude. 

O vere beata. 

Gaude 

Maria Virgo cunc- 

tas 
Gabrielem archan- 

gelum 
Quae Gabrieli.i cre- 

didisti. 
Uterum tuum. 
Dum virgo. 
Erubescat Judeus. 
Et post partum. 



Colonne B 

TROPES 

et 

PIÈCES ÉTRANGÈRES 
A l'ofMCE. 



* [Mater et virgo]. 

* Laetabur.dus. 
Ave virgo speciosa. 



* (Corde Patris]. 
[Super omnes 

alias'. 



Ibo mihi admontem.. 
leopardarum. 



* Magnificat. 

* Deus qui salutis. 



Petre, amas me? 
Simon Joannis. 



Deus qui beatum Pe- 
trum. 



Compiles. 

Magnum nomen 
Ps. Cum invucarem. 



Tu in nobis es. 

* Custodi nos, 

* Responsum accepit 
Simeon. Ps. Nunc 
dimiltis. 

* Media vita. 



Colonne C 

PIÈCES 

EXTRA-LITUR- 
r.IQUES 



[Inviolata] 



* [Alle-resonent]. 



* Parentis primi no- 

vum. 
Paradisi.vAE miseris 

(sicut prius). 
Serena. 



[Simon Barjona]. 



* [Castitatis lilium] 

* [Incorruptavirgo] 



Qui régis sceptra. 



APPENDICES 



221 







Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 








' " '^^ ^ 


TROPES 


'" ^*>.— .- ^ 




RUBRIQUES. 


TITRRS. 


OFFICE 

PROPREMENT TUT. 


et 

PlKilES É1R:\NGÈRES 

.\ l'ui 1 ici: 


PIÈCES 

E.KTRA-LITUR- 

M'.'UES. 




Un us. 


y. 


Ne despicias nos. 








Cum organo. 


•Kyrie 


Kyrie. 


fCunctipolens]. 






Unus. 


Pater 


* Paier noster. 








Aller. 


„ 




* IFidem auge]. 






Duo insimul : 


» 




[In perenni saecu- 










lorum]. 






Unus. 


(«M 

V . 


* In pace. 
Si dedero. 








Unus. 


Credo 


* Credo, 








Unus. 






* [Solusqui tuctur] 






Duo simul. 




[Quam repromisit). 






Scquitur ab omni dtoro : 




Benedicamus Palrem. 
Benedicat nos omni- 
potens Deus. 








(Zum aliis capitulis, quitus 












finitis, sequitur : 




Benedicamus Domino. 
Dec dicamus gratias 












Matines. 












* Domine, labia mea. 








Ut supra. 




* Deus in adjutorium. 
[I" Nocturnel 








4 quatuor clericis caniatui 












invitatorium : 


f Invitât. 


* Natum sub lege. Ps. 
Venite. 

* Natum sub lege. 
Quoniam Deus. 

* Natum sub lege. 
Glori.i. 

QvOS EJUS. 

Natum. 








Sequitur hymnus : 


Hymnus 
An t. 

Versicul. 


* Dominus di.xit. Ps. 
Qtt.ire fremuerunt. 

* In sole. Ps. Caeh 
enjrrant. 

* Elevamini Ps. Do- 
mini est terra. 


* Salus aeterna. 
Amplexus parielem. 






Pater noster. 












Lcctiones trtsfiunt de ser~ 












mone : 





Quanquam non dubi- 
tem 








Benedictio, 


ij\ 


Benedicat nos Deus, 

Oeus noster. Amen. 

* Ecce .^gnus Dei. 








Unus. 


y. 


In principio. 








Aller. 


» 


Ante mare. 








Primus. 


\ " 


Erat verbum. 








Aller. 


' » 


Verbum supernum. 








Primus. 


) " 


Et verbum erat. 








Aller. 


' ., 


Ciijus mors est vita. 








Primus. 


n 


EtDeuseratverbum. 








Chorus. 




Qui post me venit. 








Sequitur conductus. 


Conduct. 




* Dies ista colitur 






Secunda benedictio. 


Il 


Deusmisereaturnostri 
Ad nutum. 
Ut vitium. 








Sequitur conductus. 


Conduct. 




Gratulemur. 






Tertia benedictio. 




Sancti Spiritus adsit. 








Unus . 


|^ 


* Quem vidistis. 








.ilter cum eo post- 


» 


In praesepio. 








Chorus. 


\ » 


Pastores dicite. 








Primi. 


^ " 


Dignioresnampriores. 








Chorus. 


'■ 


Annuntiate nobis. 








Primi. 


' » 


Dicta nobis. 








Chorus . 


^ » 


In terris qui. 









L OFl'ICE DE PIERRK DE CORBEIL 







Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 




RUBRIQUES. 


TITRES. 


OFFICE 


TROPES 
et 


PIÈCES 








PROPREMENT DIT 


pièces étrangères 
.\ l'oefice. 


EXTRA-LITUR- 
GIQUES. 




Piimi. 


» 


Cujus signa tam. 








Chorus. 


» 


Nalum vidimus. 


' 






Primi. 


» 


Noviter editum. 








Chorus. 


l " 


Inchoro angelorum. 








Prim i. 


) » 


Dicentium : Salus 
Deo nostro. 








Chorus. 


1 " 


Salvatorem Domi- 
n u m . 








Primi. 


» 


Secundum hoc quod 
Angélus. 








Chorus. 


» 


Natum vidimus. 








Primi. 


» 


Gloria Patri cuncla. 








Reincipilur : 


Resp. 


Quem vidistis. 
II'' Nocturne. 








In secundo nocturno. 


Invitât. 

)) 
)) 


* iVazarene,du.\.Ps. 
Quoniam. 
Hodie. 
Gloria. 








Scquilur prosa. 


Prosa 




* Caeleste organum. 






Ant. 










* bpeciosus forma. 










Ps. Eruclavit. 










~ 


Suscepimus Deiis. 

Ps. Ma^nus Dont. 










~ 


* Homo natus est. 
Ps. Fundamenta . 








Sequitur prosa. 


Prosa 




* [Sedentem in su- 






Conduclus. 


Conduct. 




pcrnae]. 
* Nostraequod pro- 
viderat. 






Prosa. 


Prosa. 




Laudes Deo devotas. 






Benedictio quarts. 




Deus cujus opéra lel- 










lus. 










Bl 


Corde et anime Chris- 
to. 










Y- 


Laudem dicite Deo. 








Sequitur conductus. 
Quintii benedictio. 


Conduct. 




Nostri fesiigaudium. 








lude.x cum venerit. 








Ri. 


* Slirps Jesse 








Duo. 1 


y • 


Haec est virga 
Virgaque fiorem. 








Chorus. 


» 








J^""- 


» 


Et tlorebit. 








Chorus. 


» 


Et super hune flo- 
re m. 








Duo. 


» 


Spirilus sanctus. 








Chorus. 


» 


Spiritus almus. 








Duo. 


» 


Virgo Dei genitrix. 








Chorus. ' 


» 


Et super hune flo- 
rem. 








Sequitur conductus. , 


Conduct. 




* Quanto decet ho- 






Chorus. 


„ 




nore. 

DiES HAEC, DIES HAEC. 
















Chorus. 


» 




Ista dies sacrata. 






D 




Aliter, aliter. 






Sexta benedictio. 












Spiritus sancti 








Vel. 




Spiritus almus. 








Duo. 


"i- 


* Saiicta et immacu- 
lata. 








Prosa super i^\ Duo. 







Sancta Dei genitrix. 






\Primus]. \ 


*-. 


Virginibus beatior. 








\l~horus]. 


» 


Quia quem. 








[Alter\. 


^ 


Benedicta tu. Quia. 
Dcxa Patri sem- 
per. 








Choi us. 




Et immaculala vii'- 
ginitas. 








Reincipitur : 


i«. 


* Sancta et immacu- 
lata. 









APPKNDICES 



223 









Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 










^ ^*«^- — ■ — 7-. 


.-. — ..^ — -- 


-.■^ ^.^ — 






RUBRIQUES. 


TITRES. 


OFFICE 

PROPREMENT DIT. 


TROPES 
et 

PIÈCES ÉTRANGÈRES 
A l'office 


PIÈCES 

E.tTRA-LITUR- 
GK.>UES. 










III" Nocturne. 










ht tcrlio noclurno. Cum 














organo. 


Invitator. 

» 


Pastorum summo ju- 
bilemus. 

Ps. Quadraginta. 
Gloria . 










Alteruni invilalorium. 


» 


* Christus natus est 










Sequitiir prosa. 


Prosa 
Ant. 

Versiculus 
Conductus 


* E.\ultabunt /'s.GiJi- 
tale. . I. 

* In principio. Ps. 
Dominus regnabit... 

* Ame luciferum. Ps. 
CanUte... II. 


A rea virga primae. 

* Quicarnemsump- 
sisti. 

* Lu.\optata claruit. 








Lectiones très de Exposi- 














tione Evangelii. 




Postquain consum 
mati sunt dies octo. 










Benedictio scptima. 




Lectio divina. 










Duo. 1 1$. 


* Te de qua Christus. 










Chorus. f. 


Laudant angeli. 










Unus. f. 


Ipsum. 










Aller. » 


Qui sine macula. 










Pri)nus, 1 » 


Genuisti. 










Aller. 1 » 


Absque maris aliqua. 










Primus. ) » 


Et in praesepe po- 
suisti. 










Aller. \ » 


O praesepe splen- 
didum 1 










Primus. J » 


Quem adorât inces- 
santer. 










Duo siutul. » 

\ 


Quem prophetae se- 
dulo. 










Chorus. \ » 


Ut benedicta. 










Coiiduclus. 


Conductus 






Eva virum. 






Benediclio octava. 


l 


Praestet nobisgratiam 

Deitas. 
* In principio... nihil. 












Quod factum est. 












Omnia. 










Conductus , 
Benedictio nona. 


Gonduct. 




Ex Adae vitio. 








%4 V AA \iA %4 W V • 


Sit dies haec festa. 






Cum org.mo. t B|. 


* Descendit de caelis. 










Cum organo. l » 


Sponsus utethalamo 
processit. 










Reincipitur. 


fi. 


Descendit. 










Cum prosa. 


Prosa 


Dominus vobiscum. 
Et cum spiritu tuo. 


Facturae dominans 
potestatum. 








Sequilur evangelium a 




Initium sancli Evan- 










qualuor clericis : iu 




gelii. Gloria tibi. 










pulpito : 




Liber generationis 

in utero habens de 
Spiritu sancto. 










Tune unus de quatuor 














clericiSf dicat : 






Nuntiumvobis fero. 








Sequilur. 


Prosa 

V 


* Te Deum." 
Benedictus qui venit. 














Laudes. 










In laudibus. 


Aut. 


* O admirabile. Ps. 
Dominus regnabit, 

* Quando natus es. 









224 



L OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL 









Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 










""~~— ^^— 


-- ■ 


- — ■ — ^— — - 






RUBRIQUES. 


TITRES. 


OFFICE 

PItOPREMENT DIT. 


TROPES 
et 

PIÈCES ÉTRANGÈRES 
A l'office. 


PIÈCES 

EXTRALITtm- 
GIQUES. 










Ps. Jiibilate. 












Aut. 


* Rubum quem. Fs. 
Deus, Deiis. 














* Germinavit. Ps. Bé- 
nédicité. 












— 


* Ecce Maria. Ps. 
Laitdate. 












Capitulum 


Natus est nohis. 












Hymnus 




Reginae nunc cae- 
lorum. 










Versic. 




* [De.xtera Dei]. 
Corde psallat laeto. 








Prosa 










Ant. 


Hodie Christus natus 
est.^'s. Bencdictus. 










Omtio. 


Oratio 


Deus qui nobis nati. 










Benedicamiis Domino. 


Benedic. 
Deo grat. 




* [Lux oiiini festa 
populo]. 

* [O Matris aima]. 








Postea omnes eant antc 














januas ecclesiac dansas. 














Et[quaiuor]\?)stentforis 














tencntes singidi urnas 














vino plenas, cum cyfis 














vitreis, quorum unus 














canonicus incipiat : 
Tune aperiantiir januae. 








* Calendas ja- 
nuarias. 
















|lci, une lacune. La copie 














de D. Grenier porte : 














unum vel duo folia 














désuni in quibus ex- 














arabantur ea quae per- 














tinehani ad Processio- 














nem. Deest preierea 














iNTROiTus. Deest Kyrie 




Messe. 










ELEISON. Deest tandem 














Gloria in ExCELSis,^rae- 














terea quae seqnun- 














iur] (I). 


[Gloria] 


* Perhibuit Joannes, 
miserere nobis. 










Simul. 


» 


In gloria Dei Patris. 
.imen. 










Sequitur oratio. 














Non dicitur nisi apponatur 














baculus. 














Ter. 


[Laudes] 


Christus vincit, Chris- 
tus régnât. 










Duo. 


» 


E.\audi, Christe. 










Chorus, 


» 


Gregorio summo pon- 
tifici. 










Duo. 


» 


Salvator mundi. 










Chorus, 




Tu illum adjuva. 










Primi. 


» 


Sancta Maria. 










Chorus . 




Tu illum adjuva. 










Primi. 


» 


SancteMichael. 










Chorus. 




Tu illum adjuva. 










Primi. 


» 


Sancte Gabriel. 










Chorus . 




Tu illum adjuva. 










Primi. 


» 


Sancte Raphaël. 










Chorus. 




Tu illum adjuva. 










Sicut prius. 


» 


E.\audi, Christe. 










Chorus. 




;X...] Hujus ecclesiae 
pontifici. 










Conductus subdiaconi ad 














epistolam. 


1 




* Orientispar- 
tibus. 






1 






Epistoîa. Duo. 


[Epistoîa] 


* Laudem Deo dicam.l 







(l) Celte lacune est ancienne, car la pagination du ms. à l'encre porte ; 38-39, *^^ même que la pagination au 
crayon (du Muséum) porte ; 40-41. 



Ai'Pi:Nr)ic:ii'o 







Colonne A 


Colonne B 


Colonne C 











^-.^- ^.^ 


— ■ 




RUBRIQUES. 


TITRES. 


OFFICE 

PROPREMENT DIT. 


TROPES 
et 

PIÈCES ÉTR.\NGÈRES 
A L"orFICE. 


PIÈCES 

E.\TR.\-LITL'R- 
GIQUES. 




Unus. 


lEpistoIai 


Lcctio Isaiae. 








Aller. 
Primits. \ » 
Secundus. ) 


In qua- 








llaecdicit D(jminus. 








Pater, Filius. 








[Item priinus et itct usque i » 
in finem). f 


Populus gentium. 
















Duo sintul. ' »> 


Et usque in sempi- 
tcrnuiiï. 








Cum or^'ano vel aliter^ 










Duo. ït. [G.] 
Chorus. » 


* Viderunt Emma- 








nuel. 








Omnes fines lerrae. 








Prosa super Do[tni mis] ■ 1 " 


Quocl profiiit cum 








virga. 








Reincipilur : Resp. G. 


Videi'unt omnes. 








In pulpito, ciim organo :l ÂUeluia 


Alléluia. Dits sancti- 
ficatus. 








Alii pîures post aliare res-i 










pondeant : \ » 


^'meragyas. 








Primi cum organo : \ » 


Venite gantes. 








Alii post alt-tre : ' » 


Tcytheta. 








Item privii, in pulpito ï 










cum ori^ano : j " 


Quia hodie. 








Chorus. f " 


Super tcrram. 








Alii post altare : » 


Othy. 








Primi : — 


Alléluia, 








Sequitur prosa. Prosa 


-Alle-caelestc nccnon 








Hic ajjeratur virt^a Aaron 










in medio^ et dcmonstrata\ 










virga, dicatur cum or' i 
gano : ' 










Haecest virga non irri- 








Hic dicatur Salvatoris con- 




[gata. 








du dus. 








* Natus est 1 
Natus est ! 












Evangelium. 


Evangel. 


Dominus vobiscum. 
etc * Postquam. 








Redeuiido ad altare de 












antedicto conductu. 


Credo 


* Credo. 




Igitur, igitur, 
igitur mun- 
dana. 




Preshyter unus. \ 


9 


Unum Deum 








Alter presbyter . 


" 


Patrem omnipoten- 










te m. 








Primus. . » 


Qui poli summa. 








A mho simul. j » 


In tempore reiribu- 
tionis. 








, Offertor. 


* Tui sunt caeli. 








f Prosa 




* (Dc.\tera Dei cum 
Pâtre]. 






i Sanctus 


* Sanctus. 








Unus. *Hoïanna 




* |ïrinitas,unitas...] 






Chorus. 1 n 


In excehis. 








Tcnenies chorum inct- 












piant: 


A g nu s 


* .'\gnus Dei. 








Chorus. \ 


» 





* [Qui sedes] 






Clcriculus incipiat altj 












voce. 


» 


Agnus Dei. 








Chorus. 


Communio 


* Viderunt omnes. 








Sequitur oratio. 












Et post orationcm, otnnis 












chorus dicat, ante can- 












ddabrum : 






llunc diem Icti dica- 






Sequitîir : 




Ite missa est. Ueo gra- 
tias. 


[mus. 










Sexte. (.1./ mciidiciii.. 








Ad mcridiem. (sexte). 


Hymnus 


* Hector polen.s. 




1 





oinci' DK iMi';ui<t; Di; corbeil. 



2.>6 



I. OFFICK DR PIKRRF DK CORIiFlL 



RUBRIQUES. 



Seqiiitur hyynnus. 



Sccjuilitr prosa. 



Scquihtr. 



Pi osa super aimus. 

— super icirs. 

— super s .\cTo. 



Rubrique gruttée. 



TITRES 



Aiit. 

Capitulum 

Versiculus 



Hymnus 
Ant. 

Capitulum 

Il . 
Versiculus 



Colonne A 

OFFICE 

PROPREMENT DIT. 



Rubum qucm. Ps 
Dejecit. 
Verbum caro. 
* Ipse invocavit me. 



Hymnus 

Ant. 



Alléluia 
Prosa 
Ant. 



Capitulum 

„ '^■ 
Prosa 

Hymnus 
Ant 

Benedic. 

Benedic. 



None. 

* Rerum Deus 

* Eece Maria, Ps. Mi 
ralulia. 

* Populus gentium. 

* Notum fecit. 



Vêpres. 

Dciis in aJjutorium 



.\ solisortu card 
O admirabile. 
a.xit. 

Quando natus 
Ps. C.onjîtehor. 
Rubum quern. 
Beatus vir. 
Multifarie. 



ine. 
Ps 

es. 

Ps. 



Prosa 

Seq. 

Ant. 

Benedic. 

Dec grat. 

Benedic. 

[Conduct. I 

Gonductus 

Conductus 



Germinavit 
piofnndis. 
Ecce Maria 
Mevjctito. 
Verbum caro 
Descendit. 



P.i. 



Colonne B 

TRDPKS 
ei 

PIÈCES ÉTR.\NGÉRES 
A I. OFFICE 



Alacritate mulia 



.\d te de valle. 



Intende] 



* O beatainlantia. 
Wii ;■)!//; en/. 



Ps 



* Stirps Jessc. 



."Mma redemptoris. 



Christi hodierna 



* [Familiam eus- 
tûdi], 
llac Clara die 



[Super omnes ali- 
as creaturas]. 
[Dei sapiemia ma- 
nens] 

(Quo fecundatal 
[Sol justitiaej. 
[Qui nos omnium [ 
Flos ventris Mariae. 

* Ave Maria. 

* [AUe-resonent]. 
[O l'egina virginum] 

* [Virgo gemma]. 
Patremparitfilia] 

Dies ista celebris. 

* Régis natalitia. 
Alto consilio ; i ). 



Colonne C 

PIECES 

EXTRA-LITUR- 



(i ) C'est par ce conductus que l'OIlice se termine au fol. 68 v*". Au folio 6g, le Vent doctor previe est note à 
3 p.irties. 11 en est de même du CItristus manens, au fol. 71 v". A partir du folio 73 v* jusqu'au 76 v', il n'y a 
plus qu'une notation sans aucun te.Nte. , 



APPKNDlCbS 



227 



VARIANTES 



Il est facile maintenant, grâce à nos deux tableaux et au signe de l'astérisque indi- 
quant, dans le second, les pièces communes, de comparer, au moins dansleur ordon- 
nance générale, les offices de Sens et de Beauvais. 11 importait, croyons-nous, de 
faire plus. La liste que nous allons dresser de toutes les variantes permettra de com- 
parer les textes eux-mêmes et pourra contribuer, à l'occasion, à l'établissement cri- 
tique de certaines pièces, liturgiques ou autres, en attendant que nous soit donnée 
une édition complète de l'Office de Beauvais. 



Office de Sens (i) 



P. 86, Lux hodie 
— — Orienlis, l 

z !?' z ^ 



L. 2 

— 4 



Deus in adiutorîum 



— 88, Letemur 



— 


- 


— fi 

— H 
~ 7 

— 9 


89 


Xpislus manens. 


90. 


Trinitas, 2 


— 7 


Q2, 


Magnum nomen 


_ 1 


— 


— 


— 2 


— 


— 


— 4 


93. 


Media vita 


-, 


96. 


Kyrie 
Patrem, 6 


— (i 


97, 
98. 


Dextera 


' 


99. 


Céleste (7 a) 

- (7 h) 

- (8t) 

- (oo) 





Remouendus 

Asinaria 

Sir asne 

Enutritus 

Da^mas 

Auruin de Arabîa 



Alle-resoncni 
Hec est 



Exiciales 
Nisi hac 
In celum 
Et ereptos 
Collocarei in celun 
. Hescendit 



Flumen 



Emmanuhel 

Gabrihel 

Rex natus 

Custodi nos 

luste irasceris ? 

Pater cuncta 
" Et redditur ad pairiam 

De gloriosa 
ri- Quem uidistis 
1^ St> rps lesse 

Nati per 

Ineunt 

Fecit 

Hec 



■ qg. Qui carnem (3 a) 

(3 b) 



Famina 
Rex 



Office de Beauvais, 

Renouandus F" i '* 

Presentia — — 

Sire asnes — — 

lam nutriius — — 

Dammas ~ — 

{Celle strophe manque). 

Après la dernière strophe: Amen 
dicas, on lit les trois vers suivants : 

Hez va, hez va, hez va, hez, 

Biax sire asne, car alez, 

Bele bouche, car chantez. 

Manque 

Entre lignes '2 et 3, ce vers ; 

Hec est sa ne ta dies, sanclarumsancta 

[dierura — 2' 

Exiliaces — 2^'° 

Nisi hanc 

In celis 

Et erectos — 3" et yr 

In celum manque. — — 

i^'. Descendit (2) — 34 

Fulmen — 54 

{Celte prose étant ki un trope 
d'Hosanna, se termine naturellement 
par in excelsis). 

Emmanuel. — i i 

Gabriel — — 

Rex manque. — — 

Sans tropes. — — 

lusie irasceris: Sancte Deus, etc. — i ^. 
Kyrie cunctipotens — — 

Manque - Ôà'" 

De sancta — 33'" 

B'. Quem uidislis{Tro;je). Voir /'/i(s/oi«. — iQ^' 
îi. Styrps lesse (Tro/'e). Voir plus loin. — :;5" 
Lucis per ~ 21 

Subeunt — — 

Gingit 

Hune 



Ordre des clausules : 



Nec cunctorum. 
Gaude. 
Nuntiant. 
A£Fectus 
Inuenitur 
Stella maris. 
F lamina 
Rex manque 



(i) Naturellement, pour l'office de Sens, les chiffres renvoient aux pages du présent volume et, 
pour celui de Beauvais, aux folios du manuscrit de Londres, — Pour plus de facilité, on compte 
les lignes des pièces et non des rages. 

(2^ Les répons tropés, ou simplement remaniés (?^ comme le ii. Descendit^ sont reproduits inté- 
gralement à la fin de cette liste. 



i28 



I. oi'i-ici: iJE riKHitr: dk coriîkil 



P. 100, 



Auc Maria (4 h) 



— 102, Naïus est. 5. 

— I 04, Deo grai. 3. 

— loS Castitatis, 2. 



rf. Hccc agnus 

Ouïs et pastoris 
If. Sancta 
îf. Te laudant 

Secula a 

Deo dicaynus gr.itias ! 

Uîrgo mater 



106, 


-T. 


— 2 




Domino. 


106 


Incurrupta, j. 


— 2 




Fiilgida 




5. 


— 2 




Grattas ! 


— 


Parenlis. 4. 


— 2 




Is reduxii 


— 


Nostre quod. l. 


— 7 




Gabrihel 


— 


— 2. 


— I 




Gabrihele nuncîo 


I 1 1. 


Lux opuila. 2. 


- 3 




Seruitia 




- 3. 


1 




Fuit 




- 3. 


— 8 




Hoc in hoc 




— 4- 


- 5 


E 


Celi iiunlio 
Ure Gloria et floc in hoc 


113. 


>\ Notum. 


— 3 


Q 


nod dccuit [fout ducuii) 


116, 








Sanctus 


117. 


Agnus 3. 






Pax perpctua redemptio 










Régis natalicia 


1 ICI, 


Inviolata (4 b.) 




n'- 


Gaiide 
Concédas 


121, 


Super oinnes. 3. 


- 8 




Benedicit. 



Ayrès miserere on Ut : Adestoie 
mine, etc. C'est la clausuU ^ b de la 
seq.: Qui scandis. La chjuiule 4 a 
est omise. 

Eccc agnus [Trofe). Voi>- plus loin. 
Panis et 

Sancta {Tropé). Voir plus loin. 
Te laudant {Tropcj. Voir plus loin. 
a manque 

Dicamus Deo ^ratias ! 
Uirgo naium 



Ordre des strophes. 



■ '7 
-63'" 
- 26-: 
-3o 

-49 
-40 



2. Rege nato. 

3. Uirgo natum 
1 . Ad uidenjum 

Domino. Fulge r. 
Splendida 
GrJlias l MUNDA. 

Hic reduxit 
Gabriel 

Gabriele iiunlio 
Seruilia 
Essct 

Manque (Cf. texte, p. l T i ^ note A) 
Celi solio 
Oritur, 
Moriitif 
l*ro mundi rcmcdio. 
Quod dccuit [aussi pour docuit) 
Sanclus, sans iropes. 
I*eipetua hnminumquc redemptio 
Condtictus{ V.plus loin, aux addendj). 
i^\ Gaude ( Tropé] {Voir plus loin) 
Concède 
Benedical 



■Ji 



■29" 



-46 

- 54 

- 55 

-66 



Répons tropés. 

Descendit de celis Deus 
uerus a Pâtre genitus ; 
introiuit in uterum uirginis 
ut nobis appareret uisibilis, 
indutus carne humana 
prothoparentis édita, 

* Et exiuit per clausam portam 
deus et homo, lux et uita 

conditor mundi. 

J'. Sponsus ut ethalamo processit Xpistus in orbem. 

* Et exiuit. Gloria. Descendit ( j). 

Queni iiidistis. 

In presepio cum aniinalibus 

lacentem uidistis in pannis uilibus, 

Guius ortum admiratur 

mundus eum sic declaratur (2I. 
Pasiores dicile, 

Digniores nam priores, per Dei potentiam, 

iani uidistis et audistis summi Patris gloriam. 
Aniiintciale nobis, 

Dicta nobis{uobis)? et que nostis ut dicamus (discamus)? 

cur exorta lux est ista et sciamus 



Il ToiU ce te.\le a élé arrangé de manière à obtenir de vers assonances. Ct Pal. Mus., 
t. III. pi. 171. — En reportant au 2'' vers le mot : uerus, la symétrie est parfaite. 

(21 Ici, nous avons plus que des assonances, mais des rimes, comme dans le li(. Gaude. (Cf. 
supra, p. I ig. noie A.) 



Ai>i>i:Nnici:s 229 

In terris quis apparuil. 

Cuius signa 

tam benigna 

commouent omnium 

corda fidelium, 
* Xatum uidimus 

Nouiter editum 

per miracula 

a Pâtre genitum 

ante secula, 
I)! choro angeloruin 

Dicentium : salus Dec nostro, 
Saluatorem Dominum 

Secundum hoc quod angélus nuntiauit, 

Pater natum humanatum declarauit, 

carne sumpta incorrupta de Uirgine, 

Deus semper, factus homo pro homine, 

in que suam non amisit dignitatem, 

sed ex toto consecrauit deitatem, 

Quem iacentem in presepe admirantes, 

unde certi nuntiamus affirmantes 
* N.iiinn uidimus 

Gloria Patri cuncta regenti sonet tibique gloria 

Nato coeuo Spirituique, Spiritus cuius gloria 

emundet nos a peccati maculis, ut cum ipso 

gloriemur per eterna seculorum secula. 

^î» Stirps lesse uirgjni produxil, 

Hec est uirga non irrigatn, sed Dei gratia florigera (i) 
L'irgaqua florem : 
Et florebit 

* Et super hiinc florem requiescit 

Spiritus sanctus procedens a throno. 
Spiritus almus. 

y. Virgo Dei genitrix uirga est. flos Filius eius, 

* Et super. 

4» Eccc agnvs Dei qui tollit pecc.ita nniudi, ecce de quo 
dicebam uobt^ : 

* Qui post me uenit, ante me factus est : cuius non sum 

dignus corrigianvcdlceamenti soluerc. 
y . In principio (2) 

Ante mare et terras et quod régit omnia celo, 

Erat uerbum, 
Uerbum supernum prodiens (3), 
a Pâtre olim exiens, 
qui natus orbi subuenis 
cursu decliui temporis 
Et uerbum erat apud Deuni, 

cuius mors est nostra uita. 
Et Deus erat uerbum. 
* Qui post. 

(i) Clausule 7 a de la séq. Atle-caeleste. 

(2) Dans cet office, on a réuni en un seul les deux répons : Eccc agnus Dei et In principio. 

(•5I Première slrophe de l'hymne Verbum supernum . 



23o l'office 1)i: puciîri: dk coui'.i.ii, 

5" Sancta Dei genitrix uirgoque Maria atque gloriosissima 
pro nobis Filium dignare precari, 
Sancta et iminaculata uirginitas quitus te laudibus referam 
[efferam) nescio, 

* Quia quein celi capere non puterant tuo gremio contuUsti. 

y. Uirginibus beatior cunctis benedicta per euum 
ex omni rationabili dicaris uirgo. 

* Quia qucm. 

)' . Benedicta tu uentris lui. 

Doxa Patri semper ingenito 
lUiusque unigenito 
consolatori almo. 
Sancta et iinmaculata. 

6 Te, 

De qua Xpistus nasci uoluit 

queque meruisti uocari regina celorum, 

Laudant angeli, sancta Dei genitrix, 

que uirum non cognouisti 

et Dominum in tuo utero baiulasti. 

Concepisti per aurem Dominum nostrum, 

* Ut benedicta dicaris inter omncs mulieres. 

f. Ipsum 
Qui sine macula natus est, o Maria, mater pia, 

ineffabiliter de uirginali utero 

Genuisli, 
absque maris aliqua illecebra (i) 

et in presepe posuisti, 
O presepe splendidum (2)? 

Quem adorât incessanter mulliludu angelorum. 
Cuius miraculo chorus prestatur apostolorum 
de cuius gloria semper extat uox angt- lorum 

* Ut benedicta (3). 

7" Gaude, 

Stella, Maria, maris (4). 
Gaude, 

O uere beata sublimis sponsa, regina angelorum. 
Gaude, Maria uirgo, etc.. 

S° Confirma nos, Xpiste, tua multimode benignitatis clementia. 
Garnis ad debellanda uitia, ipsa nos corroborante gratia, 
qua sancte 
Confirmatum est 

cor Uirginis in qiio diuina mystcria, 
Angelo nuntiante, concepit. 

f. Quem tremit infernus, collaudat et ordo supernus ; 
Ad nutum cuius gaudet spiramine limus (5). 



(1) Clausiile 7 a de la séquence Reginae nunc catlorum [R. H. 17201]. 

(2) De Tantienne O beata infantia ! [Cf. supra, p. 120 et 181.) 

13) Ce texte est un peu différent de celui que nous avons donné plus haut, page 151, d'après le 
ms. 6 de la Bibl. de Sens. Il est par contre exactement le même, sauf le mot incessanter. que 
celui du ms. B. N. 17296, xiii^ siècle. 

(4) Début de la séquence : Stella, Maria, maris [R. H. 19445J. 

(5) Ces deux fiexamètres, dans l'office de Sens, appartiennent au n'. Sancta et imniaculata, p. 10 r. 



Ai'PF,Nnici:s 23 1 

Te forma prc filiis hnininiim ca.itis concepit uisceriluis, 
Et benedicta in eternum Deitm nobis protulit 

Prosa : Et honore uirginali 

proferam 

et hominein. 



NOTES 



1" — Il faut tout d'abord remarquer dans cet office le nombre et l'importance des 
rubriques. Elles sont en particulier très explicites sur la façon de chanter certaines 
pièces. Tantôt, le chœur se partage en deux groupes, l'un placé devant, l'autre der- 
rière l'autel, comme pour ra//e/i»a par exemple; tantôt (et c'est le cas pour les 
morceaux centonisésou tropés), deux voixseulement doivent alterner; nouvelle con- 
firmation du sens donné à la rubrique Duo. (Cf. supra, p. 82.) 

L'office de Beauvais, beaucoup plus riche, sous ce rapport, que celui de Sens, 
vient donc heureusement suppléer aux lacunes de ce dernier. 

2<> — C'est évidemment dans les offices de ce genre qu'on a chance de rencontrer 
les chants les plus populaires de l'époque. Qu'on nous permette de redire ici ce que 
nous avons écrit dans la Rassegna gregoriana I1906, n" i), précisément à l'occasion 
d'une pièce de ce même office de Beauvais : 

« Pour n'être pas liturgiques, 'au sens strict du mot, ces sortes de compositions 
n'en sont pas moins précieuses. Véritables recueils de pièces variées, moitié reli- 
gieuses, moitié profanes, toutes enrichies de mélodies populaires et charmantes, 
leur étude s'impose désormais aussi bien à l'archéologue qu'à l'historien. L'esthé- 
tique, la musicologie y sont intéressées. La science elle-même de la liturgie ne peut 
qu'y gagner. » 

Cette réflexion s'applique tout aussi bien, n'est-il pas vrai? aux répons tropés dont 
nous avons tenu à donner le texte complet ; mais il faudrait y ajouter le i^. Petre, 
amas me, avec sa prosuie, ainsi que les prosuies trop peu connues du i{. Slirps Jesse. 
Tant il est vrai que la publication de l'office de Beauvais rendrait un réel service 
aux études de musicologie sacrée. 

3° — Les acclamations appelées Laudes ou Triomphe, qui se chantaient au commen- 
cement de la messe des grandes fêtes, suffisent presque toujours à dater un docu- 
ment liturgique ou à en déterminer la provenance. D'ordinaire on y lit, en effet, 
avec le nom du pape régnant, celui du roi ou de l'empereur et même celui de 
l'évêque. 

En ce qui concerne celui de Beauvais, rien de plus facile. Les Laudes faisant men- 
tion du souverain Pontife Grégoire et du roi Louis, il est évident qu'il s'agit de 
Grégoire IX (1227-1241) et de saint Louis (122G-1270). Le manuscrit se trouve donc 
daté par le fait même, et c'est entre les années 1227 et 1241 qu'il a été écrit, du moins 
si on s'en tient, comme éléments d'information, aux seules indications fournies par 
les Laudes. C'est d'après des renseignements peut-être plus circonstanciés que nous 
avons donné, à la page 37, en note, les chiffres de 1227 et 1284. 

Le chant des Laudes fut surtout en honneur, à Reims, au temps de l'archevêque 
Ilincmar, d'où leur est resté le nom de Laudes Hincmari. Comme modèle de 
Triomphe ou Laudes, citons celles du Prosarium ecclesiae remensis, dansBip.L. Lit., 
VII, p. 3b3. 

Quand un manuscrit renfermant cette sorte de litanie venait à passer d'une église 
à une autre, les noms des saints étaient changés et remplacés par ceux des saints 
particuliers de la nouvelle église. Nous en avons la preuve dans un manuscrit de 
Sens {Bibl. de Sens, n" 12, p. 89). C'est un Ordo ponlificalis du xui^ siècle, mis au 
xive siècle à l'usage de l'église de Sens, mais originairement composé pour une 



2.-'2 L OFFICE DE Pll-RRF 1)K CORBEIL 

autre, peut-être pour celle de Notre-Dame de Paris, ainsi que le conjecture l'abbc- 
Lebeuf, dans une note écrite de sa main sur le feuillet de garde. 

4" — Très importante remarque. Il s'agit ici, en effet, d'une de ces énormes 
méprises, du genre de celles dont nous avons dû plus haut faire justice et qui n'ont 
que trop accrédité certaines légendes ridicules. 

On aura là, en outre, une preuve manifeste qu'il ne faut à aucun prix s'affranchir 
de la loi si bien énoncée par L. Gautier : « Les sources, toujours les sources, et ne 
jamais se contenter d'ouvrages de seconde main. » 

Plus haut, dans l'introduction, p. 49, on a vu que si, à Sens, on se contentait de 
rappeler le souvenir de l'âne en exécutant le conductus : Orientis partibus, il n'en 
était pas de même partout. A Beauvais, par exemple, l'âne figurait certainement 
dans les préparatifs de la fête. Du moins, on peut le conclure de la teneur de la 
rubrique : Conductus asini, cum adducitur. Jusque-là, rien à dire. 

A Beauvais, la pièce Orientis partibus était reprise une seconde fois, et cela à la 
messe, à la fin du Triomphe, immédiatement avant l'épître. Faut-il en conclure que 
l'âne avait été introduit dans l'église, au commencement de la cérémonie, pour être 
à ce mo,ment-là solennellement conduit {'.) vers le pupitre du sous-diacre et assister 
de plus près au chant de l'épître ? Dans ces sortes de fêtes populaires, l'âne, oui 
ou non, pénétrait-il dans l'église ? — Certains historiens l'ont cru, entre autres 
F. Bourquelot. Voici comment s'exprime cet auteur : « Du reste, l'introduction 
de l'âne dans l'église, au moment où l'on chantait la prose qui lui est consacrée, 
est prouvée par la mention déjà citée de l'office de Beauvais : Conductus asini, 
cum adducitur. » Op. cit., p. 154. 

Encore une fois, on est allé trop vite et surtout on a eu le grand tort de trop géné- 
raliser certains faits particuliers, eux-mêmes mal prouvés. Montrons-le. 

Bourquelot, pour tout ce qu'il a dit de l'office de Beauvais, n'a eu à sa disposition, 
en fait de documents, que la seule copie de Dom Grenier. Hàtons-nous de le dire à 
sa décharge, c'est elle qui l'a induit en erreur. Mais aussi, pourquoi se contenter 
d'une copie ? et d'une copie faite à une époque où on n'y regardait pas de si près 
en fait d'exactitude. La méthode rigoureuse, scrupuleuse même, qui préside aujour- 
d'hui heureusement à tout travail d'érudition était loin d'être alors en honneur. 
Témoin les copies de l'office de Sens portanttoutes des titres fantaisistes et cependant 
certifiées conformes au manuscrit original par des doyens du Chapitre ou des notaires 
ecclésiastiques. (Cf. supra, p. 23 et seq.) 

D. Grenier voyant reproduite, à la messe, la prose : Orientis partibus, a tout bonne- 
ment et sans aucune hésitation recopié la même rubrique. On trouve, en effet, au 
folio 45^° de son manuscrit (B. N., Picardie, i5S), à l'endroit de l'épître. la repro- 
duction exacte de ce qu'il avait écrit déjà au début de l'office, dans la fiche ^Ci'", 
c'est-à-dire : Conductus asini, cum adducitur. Voilà ce qui a trompé Bourquelot. 

Et le manuscrit du xiiic siècle, que porte-t-il ? — La même rubrique évidemment, 
mais seulement au début, avant le commencement de l'office et, comme à Sens, 
avant le Deus in adjutorium des i''es vêpres. A la messe, VOrientis partibus & pour 
toute mention, pour seule rubrique, ces mots : Conductus subdiaconi ad 
epistolam. C'est, on le voit, tout autre chose. 

Qu'à une époque quelconque, par suite d'abus comme ceux dont il a été parlé 
plus haut, l'âne ait été amené dans l'église, c'est possible après tout. Il y a même 
quantité de raisons pour qu'il n'y ait pas là matière à tant de scandale. Cependant 
nous ne le croyons pas. En tout cas, ce qu'il y a de certain, ce qui ressort avec la 
dernière évidence, c'est que rien, absolument rien dans l'office, n'autorise à le sup- 
poser. On vient d'en lire la preuve. Si on l'a cru, c'est par suite d'erreurs aussi gros- 
sières que manifestes. On conviendra que le manuscrit de Beauvais est catégorique 
sur ce point et qu'il importait de mettre ici, une fois de plus, le fait en pleine lumière. 

5° — • Terminons ces quelques observations en renvoyant le lecteur, en ce qui con- 
cerne le curieux alléluia : Dies sanctificatus, en grec et en latin, à notre article de la 
Rassegna gregoriana, iqoG, n° i, où il a été publié intégralement, comme te.xte tt 
clianl, et accompagné des remarques nécessaires. 



*)? 



TABLES 



OFFICE DE l'IERKE DE CÛRBEIL 



TABLE ALPHABÉTIQUE 

des Antiennes, Répons, Versets, Hymnes, Tropes, etc. 
contenus dans lOffice. 



Les Chiffres marqués d'un astérisque renvoient aux pages où les pièces sont indiquées seulement 

par leurs premiers mots. 



Agnus 



Agnus Dei 


Alléluia 


116 




■75 


Mullipharie . . . . 




ii3- 




170* 




Antiphonae 






Ante luciferum. 




loi" 




lit' 


Dominus dixit . 




97" 




14+" 


Ecce Maria 


102', Il8*, 


119*, 


i53-, I77', 


'79 


Elevamini portae. . 




07* 




■'44" 


Exultabutit orania. . 




99" 




148- 


Germinavit rad i x 










Jesse 




102" 




i53- 


Hodic intacta. . . 




89- 




■34' 


Homo natus est. . 




99' 




148' 


In principio. . . 




loo" 




i5o; 


In sole posuit. . . 




97* 




144' 


Magnum nomen. . . 




92 




i3S 


Media vita. . , . 




93 




.39 


Mirabile myslerium. 


loV 


"9" 


i55-. 


179" 


Nato Domino 




loi* 




i5i" 


Nesclens mater. . . 




89- 




i34- 


O admirabile commer- 










cium 


102*, 104', 


119% 


i53-, 157-, 


178- 


O beata infantia. . 




120 




181 


O felices panni. . 




i20 






O gratissimi. . . 




120 






O praesepe. . , . 




120 






Quando natus es . 


102', 106*, 


119', 


i53', i6o-. 


.78- 


Qui de terra est. . 




Ql' 




i36- 


Responsumaccepit. 




o3 




.38 


Rubum quem. . . 


102", 1 17*, 


1 19', 


i:3-, 176-, 


■79' 


Speciosus forma. . 




99' 




148" 


Virgo Dei genitrix. 




89- 




■34- 


Virgo hodie fidelis. 




89- 




i34- 


Virgo verbe concepit. 




89- 




i34- 




Benedicamus 






Castitatis liliura. . 




io5 




i59 


Corde Patris. . . 




9' 




137 


Lux omni festa. 




io3 




i55 


Parentis primi. . . 




107 




161 


Patrem parit. , . 




95 




141 



Régis natalitia. . . . 


117 


176 


Super omnes alîas. . 


120 


182 


Verbum Pairis. . . 


118 

Cantica 


.78 


lîenedictus 


io3* 


i55" 


Benedicite 


102' 


i53* 


Magnificat. ... 


91*, 120 


136», 181 


Nunc dimillls. . . . 


93- 
Capitula 


■ 39- 


Apparuit 


I02', 117" 




Convertimini. . . . 


92- 




Populus gentium. 


89, 119" 


i34. 179' 


Régi autem. . . . 


104- 




Virgo verbo concepit. 


io6', ii8' 
Communio 


i6o' 


Viderunt 


117- 
Conductus 


175- 


Calendas januarias. . 


122 


i85 


Dies festa colitur. . . 


108 


163 


Lux optata claruii, . 


IIO 


166 


Natus est 


loi 


l52 


Nostrae quod provi- 






derat 


107 


162 


Novus annus. . 


121 


184 


Orieniis parlïbus. 


86 


i3o 


Quanto decel honore. 


ii3 
Credo 


171 


Credo (Solus qui). . 


91. loi- 


140, 158- 


Credo {Unum Deum). 


II.) 
Dec gratias 


172 


Incorrupta virgo, . . 


loti 


159 


mairis almae. . 


■ 04 


i56 


Super omnes alias. . 


92 


■ 3; 


Virgo gemma. . . . 


121 


i83 



Deus in adjutorium 

Deus in adjutorium 

(iropc) 87, Il8" 

Deus in adjutorium 9b, 104 



i3i, 178' 
143, i56 



236 l'oi- 

Eplstolae 

Ad laudem (de Sancto 

Joannc) 125 

Laudem Deo (Messe). iii 

I.aus, honor {de SS. 

Innoc.) 126 

Vernant fortia (De S" 

Stephano). . . . 123 

Evangelium 

Postquam consummaiï 
sunt 114 

Gloria 

Cujus reboal. . . . 109 

Gradua le 
Vidcrunt 1 13 

Hymni 

Ave Maria {Séijueiicc). 100 
A solis ortu. ... 1 18' 
Caeleste organum [Sé- 
quence 98 

Hac Clara dîe(S^^«e«- 

«) 102 

Jam lucis orto. . . 104' 

Nunc sancte nobis. . 106* 

Rector potens. . , . II7* 

Rerum Deus. ... n8* 
Salus aeterna (Sé- 

quencê) gy 

Te lucis ga* 

IntroitUB 

Puer natus est. . . 109* 

Invitatoria 

Chrîstus I alus est. . 100 

Nalum sub lege. . . gy 

O Nazarene. ... 98 

Kyrie 

Clemens rector. . . locj* 

Pater cuncta. . . . 93*, io5" 

Offertorium 

Tui sunt cacli. . . 116* 

Oratio 

Deus qui salutis. . . g\* 

Pater 

Fidem auge. . . . 93, io5* 

Prosae (Tropes) 

Alle-rcsonent. . . . 87, 118* 

Fac, Deus, niunda. . go 

Facinora noslra, . 90 

Familiara qo 

I iiviolata. ... i 1 p 

Psalmi 

Beatus vir 89*, Il g* 

Cantate... cantate (I) . 99' 

Cantate... quîa (II). . 101' 

Cantate (ps. introït). 109* 

Caelî cnarrani. . . . çy* 

Confitcbor 89*, 1I9' 

Cum invocarem. . . 92* 

Defecil 1 ly* 



FICF DK PIERRE DE COHBElL 



Deus, Deus meus, . 
Deus in nominc. . . 
De profundis. . . , 

Dixit 

Dominus regnavit (I) 

[Exultet] 

Dominus regnavit (II) 

[irascuntur]. . . . 
Dominus regnavit [de- 

coreni] 

Domini est terra. . . 
Ecce nunc bcnedicîlc, 

Eructavit 

Fundamenta. . . . 
In Te, Domine. . . 

Jubilate 

Laudate 

Lcgem pone. . . . 

Mémento 

Mirabilia 

Quare fremuerunt. . 
Venite, exuliemus. 



191 
168 



192 

188 

171 
i65 
169 



149 
178* 

146 

i53 

157* 
160' 

176* 
«77* 

i43 

i38- 



i65- 



140 
14? 
Ht) 



i6y 

139*, i58" 



'74 



97 



Descendit 

f. Tanquam sponsus, 
Ecce Agnus Dei. , . 

f. Qui de terra est 
Gaudc Maria. . . 

^. Gabrielem archangelum 
In pace 

f. Si dedcro. 
In principio. . • . 

f. Quod faclum est. 
O magnum mysterium. 

f. Domine, audivi. 
O regem caeli. . . . 

ji'. Qui caelum. 
Quem vidistis. . . . 

j^. Dicite quidnam. 
Stirps Jesse .... 

"^ . Virgo Dei genilrîx 
Sancta et immaculaïa. 

f. Qucm tremit. 
Te laudant 

^. Ipsum genuisli. 
Verbum caro. . . . 

f. In principio. 



102* 




i53' 


104* 




l57' 


Rg-, iig* 


i34', 


179- 


89", 119" 


■34*. 


178' 


100' 




i5o* 


loi' 




i5i- 


loi' 




153' 


97" 




144* 


92- 




138' 


99* 




148' 


99" 




148* 


q2' 




i38' 


102' 




|53* 


102' 




133' 


106' 




160' 


89-, 119' 


i34-, 


179- 


ii8' 




■77- 


91' 




144" 


98', loo', 143", 146', 


149' 


prolixa 






89. 119' 


■ 35, 


■ 78' 


100' 




148- 


119 




179 


elum. 






94', 100" 




140- 


100', 119' 


148- 


'79 


98- 




145- 


99" 




148' 


98' 




145* 


98', iig" 


,43 


. "79 


101" 




i5i' 


101', 119" 


i5i 


* 179 


loT 




i5i' 







Responsoria brevîa 






Ipse invocabit me. . 1 17 






f. Pater meus. 


139, 


I 58' 


Jesu Cluiste, fili Dei. lo5 




y. Tu Patris veibîgcna. 






Notum Iccit Dominus. 1 1 8 


i3r, 


178- 


f. Salutare suum. 




i35 


\'crbum i.aro factum 




i35 


est 106 




i35 


f. Et habitavil. 




180 


Sanctus 

Sanctus (Perpétue nu- 


i3r. 


179- 


mine) 116 




.48- 
i5i' 


Sequentia 




i65' 


Laeiabundus. ... ll3* 


134% 


M4' 

178- 


Versiculj 




i38- 


Alacritaïc loi 




176' 


Benediclus sit hodie. lo3 



176 
'57 
177 

160 



174 



170 



i5i 
i55 



TABLKS 



>3j 



Custodi nos. . . 
Dextera Dei. 
Exurge, Domine. . 
Qui carnem sumpsislî 
Quo3 florigero. , . 
Qui scis infirma. 
Sancta Dei genitrix, 
Sedenlcm insupernae. 
Trinitas, unitas. 



Christus manens. . 
O cruciler. . . . 



Veraaa 



92 

97 
io5 

99 
117 
iiS 
119 
106 

90 



■ 23 



l38 

145 
i58 
148 
176 

'77 
180 
160 
i36 



i33 
187 



Varia 



Domine, labia mea. . 
Haec est clara dies. . 
Ite mîssa est. Deo gra- 

lias 

Laclcmur gaudiis. . 
Lux hodie, lux laeli- 

liae 

Salve, fesla dies. 

Te Deum 

Veni, Sancle [Spiri- 

tusl 



96 
87 


142 
l32 


117 

88 


.75 

i33 


86 

88 


129 
■ 33 


li.2' 


i5.V 



137- 



->?-p- 



TABLE DES MATIERES 



AVANT-PROPOS V 

INTRODUCTION i 



PREMIERE PARTIE 



LE MANUSCRIT. 



I. Sa provenance •j 

II. Description générale 6 

ij I . — Reliure. Le Diptyque 6 

Description, — Publications, — Age et Provenance, — sa valeur. 

^2. — État matériel 9 

Format, — Formation matérielle, — Lacérations, — Additions et mentions postérieures. 

S; 3 . — Écrilurc. Age 14 

J; 4 . — Notation musicale 16 

III. Bibliographie 23 

Si. — Copies 23 

A. Copies. [Texte seul) 23 

B. Copies. [Texte et musique) .... 24 

§ 2. — Publications .... .... 38 

A. Editions [Texte seul) 28 

(i) Éditions intégrales ... 28 

(2) Publications partielles 29 

B. Publications [Texte et musique) . . 30 

C. Auditions 33 

D. Bibliographie proprement dite. . ... 34 

(l'i — Ouvrages généraux . 35 

(2) — Ouvrages relatifs au rtianuscrit de Sens, . 35 



DEUXIEME PARTIE 

L'OFFICE 39 

I. Sa nature. Sa composition . ... ... 39 

II. Son auteur 51 

Sa vie ... 53 

Ses oeuvres 55 

Satires, — Serm07is et opuscules, — Commentaire de saint Paul, — Questiones 
scholares, — In psalterium commeniarium, — Ofpcium Assumptionis. 

m. Son rôle, son histoire 61 

IV. Rubriques 73 

§ I. — Rubriques relatives à la Fctc. ... . . ... . 7^ 

1° Conductus ad Tabulam,— Lecta tabula, incipiat sacerdos.— 2» Bacnlarius. 
30 Conductus. 

§ 2. — Rubriques mitsicales 77 

I" Quatuor vel quinque in falso. — 2" Versus cum organo. — 3" Chorales. 
.^0 Duo vel très in voce, ante altare. — 5» Dno. 



l'okiiuc dio i>ii:i(I(|': df. corekil 2'^9 



l'KXlE 

Principes de son ÉT.vnLisSEMiiNT **3 

A Texte littéraire ^5 

B. Texte musical ^1 

TKXTE LITTÉRAIRE «6 

Ad I Vesperas ;Deiis in acljuiorium) . . 87 

Ad Completorium- . . . 92 

Ad MATUTINIIM 96 

In 1» nocturno, p. 97. — In 2" noctunio. p. 98. — In 3" iioctiuno, p 100. 

In Laudibus loj 

Ad Primam io.| 

Ad Tertiam 106 

Officium ad missam 109 

Ad Sextam 117 

Ad Nonam 118 

Ad Vesperas 1 iS 

Epistola de B. Slephano, p. 123. — De S. Joaune Epistola, p. 125. — 

De hinocentibus epistola, p. 126. 



TEXTE MUSICAL. 



Ad I Vesperas . . ■ ■ 131 

Ad COMPI.ETORIL'M. . 1 38 

Ad Matutinu.m. i.|2 

In 1" nocturno, p. t 1; — In 2" nocturno. p. i^6. — In 3° nocturno, p. 1.19. 

In Laudibus ....... 153 

Ad Primam. . . 156 

Ad Tertiam. 160 

Officiu.m ad Missam. 165 

Ad Se.xtam ... 176 

Ad Nonam. ... 177 

Ad Vesperas 178 

De B. Stephaiio Epistola, p. 188. — De S. Juanne Epistula, p. 191. — De Inno- 
ccntihus Epistola, p. 192. 

Appendice l, p. [97. 
Appendice II, p. 2 1 7. 



>+i— 



ADDENDA ET CORRIGENDA 



ADDENDA 



Page 9. — Depuis l'impression du passage oii nous souhaitons qu'on interroge 
l'intérieur des plaques du diptyque, on a eu cette légitime curiosité. On n'y a pas 
trouvé, comme dans le célèbre ivoire Barberini (cf. Revue d'Hisl. et de Litt. re- 
ligieuses, t. VII, p. 285) de listes de noms, mais seulement quelques ornements, très 
grossièrement sculptés. Ceux-ci cependant méritent d'être signalés, car ce simple 
détail peut mettre sur la voie d'identifications précieuses pour l'histoire du diptyque. 

Au revers de chaque plaque, il y a trois rangées horizontales et équidistantes de 
chacune trois rosaces à six feuilles, en creux. Chaque rosace rappelle assez bien la 
roue du char de Bacchus. 'Voici donc l'ornementation intérieure du diptyque : 




Cet examen a démontré en outre, ce que du reste la composition elle-même révé- 
lait déjà, que l'ordre des plaques a été interverti. Le diptyque tel qu'il est aujourd'hui 
étant ouvert, le i^ feuillet, c'est-à-dire celui de gauche, devrait être reporté à 
droite et vice versa. Les bords, à l'extérieur actuellement, portent encore, en 
effet, les traces d'entailles ayant servi à trois charnières en cuivre dont les rivets 
subsistent toujours et traversent même l'ivoire. 11 serait donc, grâce à un léger 
remaniement, très facile de replacer dans leur ordre logique les deux plaques et de 
rendre ainsi à l'ensemble de la composition sa physionomie primitive. C'est telle- 
ment naturel qu'on se demande pourquoi on ne l'a encore pas fait. E. Molinicr 
l'avait bien compris, car c'est dans cet ordre qu'il a disposé et décrit les deux pla- 
ques, dans son grand travail sur les ivoires. (Cf. supra, p. 6.) 

Page 24. — Après les copies (/ejrre .s-cw/), ajouter la mention suivante : « 271. 
« Description et missel de la fête des Fous. » Sens, Autun, etc. xix« siècle, Papier, 
19 pages, 339 sur 228 millim., cartonné. » .^A7»!i(,îcr//.î t/tf la Bibliothèque de Sens, dans 
Catalogue général des manuscrits des Bibliothèques publiques de France, tome "VI, 
p. 200. 

OFFICE DE PIERRE DE CORBEIL. 23 



242 ADDENDA 1;T CORRIGENDA 

Page 35. — A la liste des ouvrages généraux, ajouter : D'Ortigue, article: Fêtes 
de l'Ane, des Fous, etc.. dans Diclinnnaire de plain-chant, col. 627 et seq. 

On lira aussi avec profit ce qu'a écrit à ce sujet P. Aubry, dans son étude sur La 
musique et les musiciens d'église en Normandie au Xllh siècle, p. 26 et seq. 

Page 46. — Note. — Lire dans Les origines liturgiques de D. Cabrol, l'appen- 
dice C, intitulé : Le premier des calendes de Janvier et la messe contre les idoles. 

Page 60. — On a pu voir, par ce qui a été dit de cette pièce à la page 99, note 
A, que ce vcrsiculus ne saurait en aucune façon être attribué à P. de Corbeil. Tout 
au plus pourrait-on supposer qu'il en a remanié le premier vers. 

Page 76. — Il importe de compléter ce que nous avons dit des Danses religieuses 
parles articles suivants qu'on trouvera dans le Rational de Durand, édition C. Bar- 
thélémy, Paris, 1854. Dans le tome II, note 3, p. 438, La Danse au point de vue 
liturgique, et dans le t. IV, note 8, p. 447, Sur deux anciennes Danses ecclésias- 
tiques, etc.. 

Page 84. — Texte musical. Ligne 14. — On remarquera cependant l'absence du 
quilisma dans certains passages le réclamant. C'est que nous n'avons pas voulu 
l'introduire de notre propre autorité. Nous ne l'avons placé que là 011 des docu- 
ments déjà publiés nous y autorisaient. 

Page 87. — Note C. — Surtout ce qui a rapport aux vêpres pascales, à la pro- 
cession aux fonts, etc., il faut lire l'important appendice consacré à ce sujet, 
p. 286 et s., par A. Gastoué, dans son beau travail : Origines du chant romain, 
formant le tome I'''' de cette Bibliothèque musicologique. 

Page 98. — Ligne 24. — Dans le mot : Najarene, immédiatement avant le 
Gloria, il y a dans le ms. deux r, mais le second est exponctué. 

Page 101. — Le conductus ad ludos : Natus est, n'est pas complet dans notre 
office, comme il est facile de s'en convaincre par l'examen des rubriques de celui de 
Beauvais. Après le Natus est qui, dans ce dernier, précède l'évangile, on lit, en 
eflfet, cette rubrique : Redeundo ad altare, de antedicto conductu : Igitur, igitur, 
iGiTUR, etc. La mélodie en est une preuve, du reste, étant la même pour Natus est 
que pour Igitur. En voici le début : 

l : 7 ^^i— 



:i=C!=ft 



Natus est! natus est! natus est hodi-e. etc. 

5 T ... 



i^zf-^rr^-rT'-rLi 



l-ai-tur! i-tii-tur! iîii-tur mundana. etc. 



On trouvera la suite de ce dernier texte dans Bourquelot, op. cit., p. iS3. Ce 
conductus est désigné, dans l'office de Beauvais, par ces mots: Conductus Salvatoris. 

Page 112. — Note sur l'épitre. — Sur les textes de l'ancienne vulgate usités 
dans les pièces de chant, cf. D. G. Morin, Les véritables Origines du chant grégo- 
rien, 2" édition, p. 41. 

Page 117. — En parlant, p. Gi, des difficultés d'identifications, nous disions que 
l'auteur, en plus d'un cas, a dti se borner à prendre tel ou tel passage à sa conve- 
nance, sans s'astreindre à reproduire la totalité d'une pièce. En voici une preuve. 
La ire strophe du Benedicamus : Régis natalilia, est empruntée à un conductus dont 
elle -est aussi la première strophe, mais qui en compte quatre. Il paraît intéressant de 
les publier ici. Il est l'avanl-dernier morceau de l'office de Beauvais. (Cf. p. 226.) 
I 2 

Régis natalicia Prime culpam femine 

— — delens sine crimine, 

— — natus est de uirgine 

— — perdito pro homine 

— — rex et lu.x de lumine 

— — clai'uit 

— — et nobis apparuit. 



ADDENDA KT COIilUGKNDA 



3 



Prime matris uilio, 
dampnatur exilio 
sequens generalio, 
sed de celi solio 
mundi l'estauratio 

mittitur, 
sic nobis consolUur (?). 



Hic est salus omnium, 
redemptor humilium, 
uera spes credeniium, 
pauperis refugium, 
uidue solatium ; 

in cclis 
sanctis cibus angelis. 



Quant à la strophe : Ergo noslra concio, elle n'existe pas dans le conductus de Beau- 
vais. Par contre, elle ressemble à la fin du conductus : Dies ista colitur (ibidem). 

igitur hec concio, 
propulsato uicio, 
dulci cum honore pio, 
benedicat Domino ! 

Page 122. — Note i. — Nous avons imprimé omnia, mais il faut plutôt lire, 
comme Dreves, annua, qui fait opposition avec continua. Du reste, le mot ajouté pos- 
térieurement est d'une lecture douteuse. 



Page 135. — Ligne 



Sur nostrjin, le ms.,par erreur, porte 



S 



:^ 



-v< 



Nos- 



Page 169. — Ce que nous avons dit sur l'origine méridionale ou espagnole 
de ce beau chant du graduel Viderunt tropé, soit en note, p. ii3, soit p. 169, 
également en note, reçoit une sorte de confinnatur du fait que l'abbaye de Saint- 
Martial de Limoges fut le centre d'une école célèbre, comprenant le midi de la 
France et le nord de l'Espagne, après la suppression des liturgies mozarabes. 
Il importe de lire, à ce sujet, dans A. Gastoué, Les origines du chant romain, 
p. 255, Tanicle intitulé : Écoles diastématiques Française et Aquitaine. 

Page 209. — A'» 4 des incipit. — Selon notre habitude de ne rien affirmer, quand 
il y a le moindre doute, nous avons supposé seulement une origine française à 
Vant. Sinite de saint Martin, ignorant si elle faisait partie de celles composées par 
saint Odon, en l'honneur du grand thaumaturge. L'article de Dom Pothier donnant 
les douze antiennes de l'office de saint Martin (Revue du chant grégorien, n"» 5-7, 
1907) enlève tout doute sur ce point. Nouvelle et précieuse confirmation pour notre 
hypothèse d'une origine française de nos pièces centonisées. 

Page 211. — La Rassegna gregoriana (n°* 3-4, 1907) a publié une antique épitre 
farcie pour la fête de Pâques ayant exactement pour mélodie celle même de notre 
Epistola A. C'est un nouveau document à joindre à ceux déjà signalés à cet endroit. 

Page 212 — Sur la formule B de VEpistola B, lire A. Gastoué, op. cit., p. 5g. 
Aux exemples cités de ce thème primitif, ajoutons l'an/. Crucem tuam du vendredi 
saint ; il ne s'agit ici que du thème, car cette antienne a été introduite postérieu- 
rement à saint Grégoire. 

Page 201. — Epistola (A), »» 2, col. C. (Seq. Benedicta semper). Ajouter : Pal. 
Mus., t. H, pi. 83. 

Page 204. — Epistola (B), n° 12, col. C. (i{. Valerius igitur). Ajouter : Pal. 
Mus., t. m, pi. i56. 

Ibid., no 2?, col. C. (t^. Sanctus Vincntiu^). Ajou'er : Pal. Mus,, t. III, pi. i56. 



CORRIGENDA 



Page 12. — Dans le troisième vers du quatrain, supprimer sed, qui n'existe pas 
dans le manuscrit, pas plus au feuillet de garde qu'au folio 28. C'est la transcription de 
A.Chérest qui nous a trompé. Du Tilliot, lui, ne donne pas le sed. Il a donc mieux lu. 
(Cf. op. cit., p. 9.). Du reste, d'une façon ou de l'autre, le vers est faux. 

Page 42. — Col. B, à Tierce, ligne 3. . ) 

Page 60. — N. -24 de la liste ) 



lire : Nostraequod providerat. 



244 



ADDENDA ET CORRIGENDA 



Page 56. — 5°, ligne 6. — Henry de Grand, lire : Henry de Gand. 

Page 127. - Notes : t3)-(4)-(5), lire : (2)-(3H4)- 

Pages 129 à 143. — Les groupes ascendants de trois notes {scaiidictis] qui se 
trouvent dans ces 1 5 premières pages du texte musical affectent la forme du salicus, 
par exemple, sur tenebris, morlis, dans le capitule, p. 134. C'est par erreur. Il faut les 
considérer com.mQ scandicus. Le ms. est très net sur ce point. 

Page 133. — Lignes 4 du Letemur et i du Versus, Xpristus, lire : Xpistus. 

Page 204. — Col. B, n° 12, Ant. Valerius, lire : Resp. Valerius. 




Paris. - Société française d'Imprimerie et de Librairie. 







fiINDING S'ZZT. ]g65 



M Pierre de Corbeil 

2 Office de Pierre de 

P5 Corbeil 

Music 



FOR USE IN THE M'JSIC BiilLDIHG ONLY 

PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY 



FOR USE IN THE MUSIC EalLSING ONLY